> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Infos tous azimuts: spectacles, ripailles, et ... fracture - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Infos tous azimuts: spectacles, ripailles, et ... fracture

21 Octobre 2013, 16:21pm

Publié par Zazimutine

Je manquais de temps ces derniers jours pour rédiger; voilà chose réglée avec ce lundi posé en journée enfant-malade (je bénis mon travail de m'offrir cette possibilité!).

Cela me conduit à l'info de la semaine et je vais donc commencer par la fin de notre week-end en apothéose: notre soirée aux Urgences pédiatriques!

Petit flash-back: dimanche 20 octobre, aux alentours de 20h30; "à taaaable!" lançais-je d'un ton enjoué... en fait non, plutôt d'un ton stressé avec en sous-texte "dépêchez-vous de venir manger parce qu'ensuite il faut qu'on vous amène vite fait chez Grand Papa et Grand Maman Ours qui vous gardent demain et on est pas rendus!" J'entends Papa Ours au salon qui négocie avec miss B une rapide translation vers la cuisine, suivi d'un grand "boum", suivi d'un cri perçant. Miss B. a glissé du canapé. Fichue habitude de se mettre dos au vide sur ce fichu canapé.  Fichu carrelage qui occasionne une fichue réception douloureuse. Miss B a tapé la tête sur le carrelage, nous nous inquiétons donc d'un éventuel traumatisme cranien. RAS, tout va bien. Mais Miss B pleure toujours malgré mon câlin, elle se plaint d'avoir mal à l'épaule droite. Je lui mets un peu d'arnica sur l'épaule... puis je la conduis à table. Miss B prend sa cuillère de la main droite, et se remet à hurler de plus belle. Ca, ce n'est pas habituel. Je la sors de table et lui enlève le haut de son pyjama. Je vois une petite bosse sur sa clavicule, Papa Ours regarde aussi, nos alarmes silencieuses se mettent à sonner au même moment dans notre tête (fracture-fracture-fracture). Avais-je remarqué avant cette clavicule un peu plus proéminente que l'autre? Papa Ours lui examine l'épaule, elle couine à chaque passage de ses doigts sur la clavicule... Nous décidonc (c'est bien ça comme raccourci: décidons donc= décidonc ou la langue française pour les feignants) de prévoir une radio si "demain elle a toujours mal". Papa Ours essaie de la faire manger, elle n'avale rien et reste prostrée sur le canapé pendant que nous finalisons le départ chez les grands-parents.

Un truc qui cloche, un truc qui cloche...

Changement de programme, je décide d'emmener miss B aux urgences pédiatriques pendant que papa Ours emmène sa soeur comme prévu chez ses grands-parents paternels.

Et là, c'est le début d'une aventure qui va durer plus de 3h. Miss B s'endort dans la voiture (parce que trop d'émotions, parce que pas de sieste, parce que un week-end festif...); je culpabilise en me disant que je vais aux urgences pour rien.

J'arrive aux urgences et je vois annoncé "temps d'attente pour une consultation  de traumatologie: 5h"; glups! Je calcule que nous allons passer vers 3h du matin. Je me demande si ça vaut la peine d'attendre. Je commence à faire la queue pour nous faire enregistrer mais je vois plein de gens griller la queue; normal, c'est pas une queue, c'est juste un type qui attend sa femme... Srrhnkkll! (bruit des jurons étouffés dans ma bouche, j'ai quand même une enfant de 3 ans et demi dans les bras). Je me fais enregistrer, l'infirmière d'accueil a l'air épuisée.

Premier temps d'attente; ici, c'est la guerre, ça crie dans tous les coins, beaucoup de bébés attendent avec plus ou moins de patience. J'entends des "il a une gastro depuis jeudi", je vois un petit garçon avec un sachet en plastique au cas ou, étendu sur un tapis de jeux (on est aux urgences pédiatriques je vous le rappelle), je prie pour qu'on ne ramène pas une gastro en souvenir de notre passage. L'angoisse des parents est palpable, une jeune femme avec un bébé dans les bras se dispute avec sa mère "vas-y, t'as qu'à le dire que je sais pas m'occuper de ma fille!". Il fait chaud, trop chaud, au moins 25°C.

Miss B est impassible, elle a compris que l'heure était grave et qu'on était pas là pour rigoler. Elle observe elle aussi. 

Au bout de 45 minutes une infirmière nous appelle; elle s'appelle Christelle, elle est jolie et douce, elle est souriante et empathique, je l'aime! Je raconte notre histoire, elle examine la tête de ma petite fille, ses pupilles, lui prend la tension et la température, lui donne du doliprane pour la douleur et nous fait un bon de radio. Papa Ours arrive. Nous allons monter ensemble à la radio; cette pause hors du service des urgences est bienvenue.

A la radio il n'y a personne et il fait bon, tout est calme, endormi, entends-tu les clochettes tintinabuler? Hum, désolée, je n'ai pas beaucoup dormi...

Miss B est étonnante, pas de pleurs, très peu de signes d'impatience, elle est qui l'est d'habitude si peu... Les enfants sont surprenants!

On lui fait 2 radios de son épaule, puis on repart avec les précieux clichés. Papa Ours et moi regardons la radio (oui, on est comme ça!), tout à l'air normal... Tout à coup Papa Ours crie "gaaaauuuuche! c'est pas l'épaule gauche!!" C'est marrant comme des fois notre cerveau enregistre des informations sans les analyser... je revois la scène ou miss B se fait "photographier" l'épaule gauche. Sauf qu'elle a mal à l'épaule droite.... re-skrfhhyryyefsdfq! Nous re-sonnons à l'interphone de la radio; je dis d'une petite voix "euh, en fait euh.... on a pas fait la bonne épaule..." on recommence, notre fille aura eu sa dose de rayons X pour 10 ans... La dame dit "ah oui, en effet, c'était bien la droite, elle a une fracture de la clavicule". Glups! Nous regardons la nouvelle radio, la clavicule est en accent circonflexe au lieu d'être horizontale, glups et regnnnups (plus de salive!).

Nous redescendonc  (ça marche aussi pour le verbe descendre l'abréviation de feignants!) aux urgences. Et c'est là, alors que le diagnostic est fait, que l'attente est la plus longue, environ 1h30, ce qui nous laisse le temps de:

- faire des hypothèses sur les motifs de consultation des autres familles

- sentir notre estomac crier famine (car nous n'avons pas mangé)

- voir des médecins finir leur garde et partir en souhaitant "bon courage" à ceux qui restent

- observer les externes qui n'en mènent pas large

etc...

Enfin c'est notre tour, on nous fait rentrer dans un box. On re-raconte notre histoire à la gentille externe. 2ème gag de la soirée: la petite fouine dessinée sur le mur en face de nous pour égayer les urgences est signée de notre amie Mo, graphiste de son état et baby-sitter occasionnelle des filles.

La gentille externe regarde la radio et appelle un médecin. L'interne en chirugie est un grand dadais aux yeux bleus piscine qui s'étonne que notre fille se soit cassée la clavicule en tombant "en arrière" et non pas sur l'épaule. Certes. Disons que c'était une chute en arrière avec réception sur l'épaule (et la tête)... ça te va grand dadais? Grand dadais demande à la gentille externe si elle connait les indications d'une chirurgie pour fracture de la clavicule? Le sommeil me gagne... 

Grand dadais et la gentille externe mettent à miss B des anneaux: un genre de harnais qui lui maintient les épaules en arrière. Là encore, miss B est imperturbable, elle qui est d'habitude si... enfin si démonstrative! Elle doit garder ses anneaux 3 semaines et nous devons faire une radio de controle dans une dizaine de jours. Tout va en principe se réparer sans séquelles et même la petite bosse sur la clavicule va disparaitre d'ici quelques années, le corps humain n'est-il pas fascinant? Miss B est soulagée d'entendre que son os va se réparer, elle a versé quelques larmes quand on lui a dit que celui-ci était cassé. Elle n'a pas perdu une miette de toute l'attention tournée vers elle. En partant des urgences, nous lui donnons un petit crocodile pour la récompenser de son courage, elle l'avale avec gourmandise et s'endort aussitôt posée dans la voiture.

Dernier gag de la soirée; à quelques centaines de mètres de la maison, je me fais arrêter par une voiture de la Police Nationale. Controle d'alcoolémie je me dis, toute sereine (la fatigue me rend un poil émotionnellement inadaptée aux circonstances). Les policiers braquent leur torche sur mon visage. L'un deux regarde l'arrière, dialogue:

"y a la p'tite derrière!"

moi,"oui, on revient des urgences pédiatriques!"

-eux, d'une seule voix: "ALLEZ-Y!!"

Oui les policiers ont un coeur!

 

Infos tous azimuts: spectacles, ripailles, et ... fracture

 

 

A part ça, cette semaine il y eut:

-du spectacle avec un "Homme cirque" fabuleux que je recommande de voir en famille. Un seul artiste réunit à lui tout seul les ressorts habituels du cirque: clownerie, funambulisme, musique, homme-canon et un final époustouflant!! (et sans filet,ce qui a fait très peur à miss B et à sa maman)

 

-du cinéma avec "La petite fabrique du monde", sorti ces jours-ci; 6 courts-métrages d'animation tous plus poétiques et touchants les uns que les autres, 42 minutes de plaisir pour les plus petits!

Infos tous azimuts: spectacles, ripailles, et ... fracture

 

-de la ripaille avec une fin de semaine dans la campagne commingeoise revêtue de ses couleurs d'automne, des enfants ravis de faire les fous avec leur cousin et cousine, des adultes consentants et repus savourant un feu de cheminée...

-Pour terminer la Cocobox du mois d'octobre est arrivée dans notre boite aux lettres, elle semble très prometteuse: confection d'un cirque, travail de la terre, de quoi se déguiser en clown, le tout demandant pas mal d'heures d'activités, on a pensé aux vacances scolaires éventuellement pluvieuses... Et en plus, dans la newsletter, j'ai reçu un tuto pour recycler les boites d'emballage en boite de rangement très sympathiques. Je suis décidément très satisfaite de cette Cocobox!

 

That's all folks!

Infos tous azimuts: spectacles, ripailles, et ... fracture

Commenter cet article

Elise 22/10/2013 07:59

La pauvre tiote. Bon courage a elle et bon rétablissement. Bisous

Lucie 22/10/2013 06:50

pauvre miss B, elle a en tout cas démontré qu'elle sait être une petite fille exceptionnellement calme !

lainenor 22/10/2013 00:08

Bon rétablissement a la miss et bonnes vacances!

Vivie 21/10/2013 23:59

Plein de bisous guérisseurs à miss B

Heidi 21/10/2013 18:38

Aie pauvre miss B ! Elle ne s'est pas loupée...plein de bisous !
Et bonnes vacances clownesques !!!!

Zazimutine 21/10/2013 22:59

Oui, merci pour elle! Bonnes vacances à toi aussi ;-) Bisous