> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } La gastro du cerveau - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

La gastro du cerveau

17 Décembre 2013, 10:30am

Publié par Zazimutine

La gastro du cerveau

Avant propos: il serait préférable de ne pas lire ce billet au moment du repas...

 

Il y a plusieurs types de pathologie hivernales, les classes, les neutres, et les pas classes.

Dans les pathologies classes, je mettrais les trachéites et les laryngites... en tout cas toutes ces maladies qui vous font une voix de chanteuse de blues au bout du rouleau, ouais t'as trop fumé, t'as trop picolé, mais bon sang ce que t'en as profité! Tu rajoutes à ça un joli foulard, et hop te voilà malade en toute classitude!

Ensuite il y a la banale rhinopharyngite. Limite pas classe celle-ci tout de même, se moucher devant tout le monde en réunion avec un bruit d'évier agonisant, se balader avec ses narines pelées et sa voix de canard constipé, il y a plus élégant on est d'accord. Mais cette maladie est devenue tellement fréquente qu'on est obligé de baisser nos exigences en matière de chic.

Et puis il y a la maladie, vraiment, vraiment, pas classe: la gastro. Et croyez-moi, je sais de quoi je parle.

Pour commencer, il y a un gros problème avec la gastro, c'est le fait que, quelle que soit la manière de se vidanger (le summum de la classitude étant par les deux extrémités en même temps!), il y ait une certaine urgence à le faire. C'est vrai, on peux se balader tranquillou avec sa laryngite, ça ne gêne personne, parfois même les gens sont contents, pour peu qu'on soit prof, ou du genre à monopoliser l'auditoire, aujourd'hui, les élèves/collègues vont respirer un peu. Pareil pour la rhino, au pire, sans mouchoirs sur soi, y a toujours moyen d'avaler... (c'est là que je perds mon lectorat de midi, au revoir les gens, bon appétit!).

Mais la gastro, bah... voilà quoi, y a pas moyen d'y couper. Ce qui peut développer chez des personnes comme moi tout à fait équilibrées, un certain nombre de phobies, la plus fréquente étant la phobie du vomissement. Là j'en rigole, mais cela peut être très handicapant comme phobie, et entrainer une véritable souffrance morale avec éviction de tout contact avec autrui... mais nous resterons si vous le voulez bien, dans la légèreté.

Je crois que j'ai la phobie du vomissement. En fait j'en suis sûre. Et je sais d'où ça vient, c'est juste que vomir c'est mourir un peu! C'est vrai, cette espèce de contraction des entrailles qui te coupe la respiration, cette odeur immonde, ce manque de maitrise total quoi! Et ce bruit! Mon Dieu, ce bruit, qui n'est pas sans rappeler le bram du cerf (personnellement le bram du cerf me fait complètement flipper!!). Sans compter la réaction des autres, pour peu qu'il y ait des témoins autour, leur visage horrifié qui nous fait nous sentir tellement... minables! Et pourtant on n'y est pour rien...

Du coup, toutes les années, d'octobre à mars, j'ai peur d'avoir une gastro. Je me retrouve de fait à avoir toutes sortes de comportements complètement farfelus pour éviter la gastro, comme:

-parler à une personne "malade" en tournant la tête sur le coté pour ne pas me trouver face à son flux salivaire,

-si je ne peux pas me tourner, parler en apnée: très, très difficile, mais j'ai de l'entrainement; avec l'habitude d'ailleurs, je me mets automatiquement en apnée dès que j'entends cette phrase "j'ai une gastro", y compris au téléphone...

-mentir "je te fais pas la bise, je suis un peu malade" (alors qu'en fait c'est "je te fais pas la bise, pas envie d'attraper ta maladie pourrie!")

-me laver les mains 20 fois par jour; en l'absence d'évier, me nettoyer les mains compulsivement avec mon gel antibactérien, toujours présent dans mon sac,

-manger avec des protections, genre un gâteau avec un bout de l'emballage pour ne pas toucher directement la nourriture avec les doigts, des fois que malgré mes précautions, mes doigts véhiculeraient ces saletés de virus; ce qui donne lieu parfois à des scènes parfaitement ridicules,

-avoir envie de taper des gens qui viennent quand même travailler avec la gastro, ou des parents à l'école: "il a une gastro mais ça va quand même hein, il est en forme"; du coup, la violence envers une personne affaiblie étant formellement prohibée, me contenter de les snober.

-devenir un mauvais ami: "non ben si t'as une gastro, il vaut mieux que tu te reposes hein, ne viens pas ce soir, si! si! j'insiste!.... oui ben c'est sur c'est con, rater le concert de U2 au stade de France c'est dommage mais bon, tu les verras quand ils passeront dans 10 ans, s'ils sont encore en vie..."

Etc, etc...

Bien entendu, tout cela ne sert à rien puisque quoique je fasse, d’octobre à mars, j'ai la nausée. Et ça, pour moi, c'est terrible parce que manger, c'est un peu ma raison de vivre voyez-vous.

J'ai donc régulièrement tous les signes précurseurs de la gastro, quand mes filles ont une gastro, quand j'entends à la radio le bulletin épidémiologique de la gastro, quand la copine de la petite nièce de ma voisine a une gastro..., je somatise à fond.

Et puis parfois je développe d'authentiques gastros. Jusqu'à récemment, je faisais ma maligne "oh moi la gastro, du moment que je vomis pas, ça me gêne pas..." tssss tssss tsssss, ne jamais dire ça! Avoir l'an dernier un dérangement intestinal prolongé de 5 semaines avec notamment un grand moment de solitude chez Promod (obligée de partir en courant en reposant les vêtements) m'a fait radicalement changer d'avis! Voyons le côté positif, n'ayant rien avalé pendant quasi 3 semaines, j'ai perdu tous mes kilos superflus de grossesse, mais je vous assure que voir les mines terrifiées des gens que je croisais se demandant visiblement combien de temps il me restait à vivre ne fut pas la meilleure période de ma vie.

Bref, la gastro, je suis contre, c'est que de la misère!!

Bon, c'est pas tout ça, qu'est-ce qu'on mange à midi??

Commenter cet article

Nouille 17/12/2013 22:38

Et cette fameuse gastro arrive bien souvent un jour ou les enfants sont avec toi....et ou au dessus de ton trone tu ne maitrises plus les affreux qui se bastonnent dans le salon....oui parceque gueuler et vomir en même temps, c'est prendre des risques !!

Nouille 17/12/2013 23:05

Mais je surveille tous les nouveaux messages !!

Zazimutine 17/12/2013 23:01

eh oui, t'es mère, t'es loose!
merci de ton passage Nouille :-)

vivie 17/12/2013 14:02

MDR le sujet du jour, j'adore!!!

Heidi 17/12/2013 12:09

Moi je dis rien de mieux qu'une bonne gastro après les fêtes : perte de poids et une bonne purge du corps ça fait pas de mal.
Parce que certe la trachéite te donne une voix sexy (ça me rappelle un épisode de friends) mais tu n'en tire aucun bénéfice après !
Bon app'

Zazimutine 17/12/2013 14:34

c'est pas faux!