> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Grand-père depuis les étoiles - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Grand-père depuis les étoiles

16 Mars 2014, 11:57am

Publié par Zazimutine

L'autre soir, alors que je disais bonne nuit à ma fille ainée, je fus surprise de trouver dans ses mains un tout petit nounours en peluche, que je n'avais pas vu depuis des lustres. Très naturellement, je lui dis que ce petit ours lui avait été offert par mon père à sa naissance. Mon père est mort il y a 6 ans, un mois après la naissance de ma première fille, et ça, mes filles le savent depuis toujours. D"ailleurs à la maison dès qu'on parle de mon père, il y en a toujours une pour me le rappeler "ton papa il est mort!"; au début ça piquait, maintenant je suis habituée car j'imagine sans peine ce que doit représenter comme mélange de crainte et de fascination l'idée de ce grand-père disparu.

Mais ce à quoi je ne m'attendais pas, l'autre soir, en parlant de ce petit ours à miss Choco, c'est sa réaction. Car elle s'est mise à pleurer doucement en me disant qu'elle aurait tant aimé le connaitre. Je suis alors restée un petit moment avec elle pour lui parler de mon père. Et à ses questions, je me suis rendue compte que j'avais fait une espèce de black-out à son propos. Tout au moins sur ce qui ne me semblait pas essentiel, et qui pourtant doit l'être quand on parle de quelqu'un que l'on n'a pas connu. "Il avait les cheveux de quelle couleur? et ses yeux? elles étaient comment ses lunettes? est-ce que tu l'aimais beaucoup?" J'ai réalisé que je ne lui avais jamais montré de photos. Il faut dire que je n'en ai pas beaucoup. Et qu'à vrai dire, je ne les regarde jamais.

Alors le lendemain matin, je lui ai montré une photo.

Il y a quelques mois, une de mes amies a perdu son père, elle aussi. Alors qu'elle s'inquiétait auprès de moi que le décès de son père fasse resurgir mon chagrin à propos du mien, je lui ai répondu textuellement: "Ne t'inquiète pas pour moi, c'était il y a 6 ans, j'ai fait mon deuil". Et j'ai bien entendu passer plusieurs semaines à rêver, cauchemarder serait le mot juste, de mon père, toujours le même rêve. Car oui, bien entendu, 6 ans après, mon deuil est fait. C'est-à-dire que je peux en parler sans pleurer, que je ne ressens plus de colère, ni même cette douleur au creux de l'estomac quand je pense à lui. Mais cela n'enlève rien au sentiment d'injustice, ni à la peine de savoir qu'il ne connaitra jamais mes filles, et réciproquement.

Et justement, il faut que je leur parle de ce grand-père qui ne le sera jamais concrètement pour elles, je leur dois, car c'est une partie de leur histoire.

Il faudra donc que je leur dise: son métier qui le passionnait, son goût pour le jazz et l'humour absurde, son impossibilité de regarder des films trop "durs", ses expressions comme "une brune piquante", le fait qu'il est venu assister à ma thèse, mais qu'il est resté derrière la porte tellement il avait peur pour moi, et comment je suis allée le chercher une fois ma présentation finie pour qu'il assiste quand même à ma remise de diplôme ; je dirai à ma fille ainée qu'il a su sa naissance, son prénom, qu'il l'a vue, touchée, sentie sa chaleur, dans son lit d’hôpital; je dirai à ma cadette combien elle lui ressemble, physiquement, mais aussi dans son caractère parfois tumultueux. Tout cela, oui, il faudra leur dire.

Et aussi combien il est important de se consacrer aux vivants, à ceux qui sont là et qui nous aiment, qui les aiment, leurs grands-parents paternels, et puis ma maman Jouji et son compagnon, Mr Ewing, depuis presque 30 ans, qui m'a vue grandir avant elles.

Profiter des vivants, sans oublier les absents.

Grand-père depuis les étoiles

Commenter cet article

Vivie 19/03/2014 14:08

En postant mon message l'autre jour, je ne pensais pas que ce moment allait arrivé si rapidement.
Ce midi, elle est venue me voir dans la cuisine en me demandant pourquoi certains avaient 2 papys et 2 mamies alors qu'elle, elle n'avait qu'une seule mamie. Je lui ai répondu qu'elle aussi en avait 2 mais que l'une d'elle était morte. Et d'une voix triste, elle a ajoutée "mais moi je ne l'ai jamais connue, et papa il doit être triste". Elle m'a également demandé de quoi elle était morte et suite à ma réponse, elle a changé de conversation. Je n'ai pas insisté.

Zazimutine 19/03/2014 21:46

Elle t'en reparlera je pense... il faudrait aussi que J. fasse la paix avec son histoire pour pouvoir lui en parler lui-même il me semble; rien de pire que les non-dits...

Koalisa 19/03/2014 14:01

J'ai la chance d'avoir encore mes deux parents, et je me dis, à la lecture de ton billet, que je ne leur dis pas assez que je les aime ! Ton article est très émouvant...

Zazimutine 19/03/2014 21:45

Dis-leur! Ou montre-leur! C'est le truc qui m'a le plus miné: mon père est mort brutalement, et auparavant je menais ma vie, je ne prenais pas souvent de ses nouvelles et c'est vraiment la première chose à laquelle j'ai pensé quand il est mort "est-ce qu'il se sentait aimé? est-ce qu'il savait que nous l'aimions?"

Joy 18/03/2014 22:53

Ma très Chère
Ce billet m'émeut au plus haut point.... J'avais déjà remarqué cette ressemblance physique de Miss B. avec ton papa...
Je me souviens de son humour qui pouvait nous effrayer, de cette passion pour son métier que je voulais faire mien jusqu'à ce qu'il m'explique à quel point le milieu était macho !
Je suis donc tombée dans les "poubelles" puis les "cailloux" - côté macho, je suis servie !
Tu as raison : profitons des vivants, et gardons des pensées et des mots pr les absents, que nos enfants ont aussi besoin de connaître...

Zazimutine 19/03/2014 21:42

Je ne sais pas s'il a eu raison de te dissuader de faire ce métier, je crois qu'il avait surtout peur du chomâge qui touchait beaucoup de ses ex-étudiants; mais moi je suis convaincue que tu aurais percée... enfin bref, le passé est le passé. C'est vrai que tu es ma seule amie qui a bien connu mon père (avec Eve mais je ne peux plus dire que nous soyons amies...)

Wondermômes 18/03/2014 10:42

Ton texte me touche beaucoup, j'ai perdu mon père quand j'avais 14 ans, je parle de lui à mes enfants, il me manque tant...

Zazimutine 18/03/2014 12:56

oh oui j'imagine!!! quand mon père est mort je n'ai pas arrêté de me répéter que j'avais déjà de la chance de l'avoir connu jusqu'à 34 ans...

Isa 18/03/2014 05:04

parle leur de ton père .. j'ai grandi avec l'image d'un grand père disparu trop tôt de manière injuste et soudaine .. il fait partie de ma vie depuis toujours ... très beau billet ..

Zazimutine 18/03/2014 09:54

merci beaucoup! je voudrais surtout qu'elles aient une idée du personnage qu'était leur grand-père, sans que sa disparition ne soit un drame pour elles (même si ça l'a été évidemment pour moi, surtout à ce moment-là)