> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } My perfect life, versus ma vraie vie - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

My perfect life, versus ma vraie vie

2 Mars 2014, 21:11pm

Publié par Zazimutine

5h30: je me réveille spontanément, heureuse à l’idée de cette nouvelle journée qui s'annonce

5h35: je déjeune: muesli/yaourt maison/fruit pressé (bio ça va de soi). En même temps, j’écoute France Culture pour pouvoir discuter avec les collègues à midi (j'ai un avis objectif et documenté sur tout ce qui se passe dans le monde)

6h: je pars faire mon jogging; ou bien si le temps ne le permet pas, je démarre 30 minutes d'abdo-fessiers en musique pour la vitalité, suivis de 15 min de méditation pour la sérénité.

6h30: mon réveil sonne

6h39: mon réveil sonne

6h48: mon réveil sonne; je me lève enfin en me demandant:

1) comment trouver le moyen de gagner de l'argent sans me lever aussi tôt

2) quand va-t-on enfin inventer le réveil-balle de tennis dont je rêve depuis des années qu'il suffirait de jeter rageusement contre un mur pour l'arrêter (mais sans qu'il se casse celui-là)

6h45: je prends ma douche; même si je n'en ai pas besoin car je ne transpire pas. Et puis même quand je transpire (rarement), ma sueur sent la rosée du matin. Je ne me lave pas les cheveux, je l'ai déjà fait la semaine dernière et on dirait déjà que je sors de chez le coiffeur, je ne vais pas en rajouter.

7h: je mets les vêtements soigneusement préparés la veille en fonction de la mode et de la météo; je me maquille, à peine parce que ma peau est parfaite en toutes circonstances, juste un peu de couleur pour me vieillir un peu car je fais 15 ans de moins que mon âge, d'ailleurs on me prend souvent pour la nounou de mes enfants (hi hi hi). Mais c'est parfois pénible d'être prise pour la stagiaire alors que je suis DRH.

7h: attablée à la table de la cuisine, hagarde, je bois mon double-café.

7h15: je réveille mes enfants à coup de caresses et de mots doux. Ils se lèvent sans broncher, m’embrassent tendrement et me disent que je sens bon. Je ne me suis pourtant pas parfumée. Mon mari se lève aussi et me dit comme chaque matin que je suis la plus femme du monde.

7h15: je réveille mes filles à coup de caresses et de mots doux. Elles ne se lèvent pas. J'allume la lumière. Toujours rien. Je tire la couette. La couette semble avoir une vie propre: elle se rabat instantanément sur mes filles. Je re-tire la couette. Des grognements se font entendre. Finalement je prends chacune d'elle dans mes bras pour les porter à la cuisine et les déposer sur leur chaise.

7h20: tout le monde déjeune de muesli/yaourt maison/fruit pressé (bio ça va de soi) et de gâteau maison.

7h35: tandis que je boulotte de l'ibuprofène, rapport à mon épaule douloureuse à force de porter des enfants endormies, les filles sont à la table du déjeuner, le regard dans le vide...

7h45: mes enfants vont s'habiller, ils ont préparé leur tenue hier soir avant de se coucher. Ils me demandent seulement si je valide leur choix. Mais je valide toujours car ils ont très bon gout et un sens inné de l'harmonie. Ensuite ils font leur routine du matin, je suis très fière de leur autonomie, ils se lavent les dents, se coiffent seuls, puis vont mettre leurs chaussures et leurs manteaux, prennent leur sac et leur gouter, sans que j'ai à leur dire. A 8h, tout le monde est prêt à partir.

7h45: les filles sont à la table du déjeuner, le regard dans le vide...

7h50: les filles sont à la table du déjeuner, le regard dans le vide...

7h55: les filles commencent enfin à déjeuner...

8h: je sors de la douche; après avoir vidé la moitié du flacon de déodorant, je lorgne mes cernes et regrette de ne pas avoir le temps de me maquiller; je m'attache les cheveux en priant que ça ne se voit pas trop que je suis en troisième jour sans shampooing; je regarde désemparée mon placard (vide) et mon panier de linge propre non repassé (plein). Je cherche une culotte propre. Je ne trouve pas. Je mets un bas de maillot de bain et des chaussettes dépareillées, le jean de 5 jours (le jean, c'est comme le vin) et le premier pull qui me tombe sous la main.

A 8h05, je prends ma voiture. Parfois, il y a quelques bouchons mais ce n'est pas grave, j'ai une grosse tendance à toujours voir la vie du bon côté (hi hi hi). Dans ce cas, je mets mon CD "apprendre le suédois en 80 jours". Je suis polyglotte mais le suédois c'est tout nouveau pour moi. C'est un peu difficile mais moins que le finnois que j'ai maitrisé en 6 mois, alors je devrais y arriver.

8h05: je demande à mes filles si elles connaissent le sens du mot se dépêcher.

8h10: j'essaie de mettre de force un pantalon à ma cadette.

8h15: à mon ainée qui me demande pourquoi sa sœur a une robe, elle, je mens effrontément sur le sens du mot justice.

8h18: après s'être faites brosser les dents, les chaussures, enfiler les cheveux et les manteaux et toute cette sorte de choses... par leurs parents, les filles sont prêtes à partir

8h20: les filles partent avec leur père transformé en âne bâté (sacs à dos, valises gouters, sac pour la bibliothèque, cahiers de liaison signés etc...)

8h21: je pars en retard pour mon travail

A 8h30, j'arrive au travail. Un énorme bouquet de fleurs attend devant mon bureau. C'est un des employés que j'ai licencié le mois dernier qui me remercie pour ma gentillesse. Jusqu'à midi, je travaille. J'adore mon travail. J'adore mes collègues. J'adore mon bureau.

8h30: je suis dans les bouchons; j'insulte la terre entière, qu'est-ce qu'ils ont tous à prendre leur foutue voiture, cette fucking bande de pollueurs!!

8h55: j'arrive en retard à mon travail. Je grommelle un bonjour aux collègues que je croise. Deux RDV attendent déjà devant ma porte.

8h56: je prends un café pour attaquer la journée.

10h: je prends un café en me promettant de n'en reprendre un qu'après le repas.

10h30: alors que je suis en entretien, je tire discrètement sur mon maillot de bain dont les anneaux en plastique que je trouvais si seyants à la plage, me rentrent dans la chair de façon très désagréable; au passage je me rends compte que mon pull est troué et me souviens maintenant m'être dit que je ne le mettrai plus qu'à la maison.

11h: j'ai abattu une tonne de boulot. Je me fais une petite pause infusion. J'en profite pour aller voir mes collègues et prendre de leurs nouvelles et de celles de leurs proches.

11h: je reprends un café en me demandant si c'est si mauvais que ça pour la santé. Je croise une collègue et lui demande pourquoi la secrétaire est absente. Elle me répond qu'elle est en arrêt maladie depuis 2 mois.

A midi, je mange avec les collègues dans la salle de réunion. Tous les jours, j'amène ma jolie gamelle et fait chauffer mon repas fait maison et équilibré (bio ça va de soi). On me demande la recette du "délicieux" gâteau amené la veille (tous les lundis j'amène un gâteau pour l'équipe).

A midi, je mange avec mes collègues en salle de réunion. En général je fais réchauffer ma barquette surgelée; parfois le congélateur est vide alors j'ai pris ce qui me tombait sous la main à la maison: un œuf dur, une boite de thon, un bout de fromage moisi, une vieille pomme ridée, un fond de paquet de chips... Ensuite je prends un café. Je suis persuadée qu'on exagère les effets néfastes du café sur la santé. Je culpabilise de ne pas avoir amené de paquet de café depuis le 14 janvier 2011, date de mon embauche, surtout quand on sait que je suis la plus grande consommatrice du service.

A 17h, je finis mon travail et vais chercher mes enfants. A l'école, les animateurs du Clae me font un clin d'oeil. A mon "tout va bien?", ils me répondent "oui, comme d'habitude, vous savez bien que s'ils étaient tous comme les vôtres, on serait au chomage!". Dans leurs casiers, des invitations aux anniversaires des copains. Je soupire en me rendant compte que certains anniversaires ont lieu le même jour, il va encore falloir jongler entre toutes ces invitations (la vie est dure parfois!).

17h: je termine mon boulot et je vais à l'école chercher mes filles. L'animatrice du Clae qui me voit arriver ne m'a visiblement jamais vue de sa vie et me demande, comme tous les jours, qui je viens chercher. Après avoir récupéré mes filles, je tente un retour à la maison. Interrompu par une colère de ma fille cadette qui veut retourner à l'école chercher un dessin oublié dans la classe. Je ne cède pas et fait le reste du trajet sous une tempête sonore frisant avec le franchissement du mur du son.

17h30: nous arrivons dans notre chez-nous. C'est parti pour 30 minutes de jeux et de rires avec mes enfants, où chacun se raconte sa journée.

17h30: nous arrivons à la maison. Je laisse les filles jouer ensemble pendant que je prends un gouter en cachette.

18h: c'est l'heure de commencer le repas. J'improvise une petite recette, j'adore cuisiner!

18h: Je commence à réfléchir au repas du soir. Je pense à une recette sympa mais je me rends compte que je n'ai pas tous les ingrédients. Et puis de toute façon les filles n'aimeraient pas. Finalement je décide de faire des pâtes.

18h15: je préviens mes filles que c'est bientôt l'heure de la douche

A 18h30, je demande à mes enfants d'aller prendre leur douche et de se mettre en pyjama. Chacun à leur tour, ils se dirigent vers la salle de bains et commencent à se déshabiller. Je n'ai qu'à faire de discrets aller-retours pour vérifier la température de l'eau, finir de savonner le dos, vérifier le rinçage. Le reste, ils gèrents.

18h30: je demande aux filles d'aller à la douche.

18h31: on tire au sort pour savoir qui commence.

18h33: je suis à quatre pattes sous la table du salon pour en sortir la cadette qui a gagné le tirage au sort.

18h35: après avoir trainé ma fille à la salle de bains, je la déshabille de force; j'essaie de ne pas penser au désagrément sonore provoqué par ses cris sur mes voisins. J'essaie aussi de garder mon calme.

18h45: au tour de sa soeur

18h46: sa soeur est aux toilettes elle "arrive!"

19h: les enfants rangent leur chambre pendant que mon mari, juste rentré, et moi nous racontons nos journées

19h: ma fille ainée est toujours aux toilettes, je la déloge fissa

19h05: je savonne ma grande fille qui a décidé qu'elle était encore trop petite pour le faire elle-même

19h15: mon mari rentré, nous passons à table

19h20: je sors de la salle de bains, le bas de mon pantalon est trempé.

19h25: je demande aux filles de ranger leurs chambres avant que nous passions à table

19h30: je me mets en colère

19h35: je crie. Fort.

19h45: nous sortons de table; tout le monde aide à débarrasser

19H45: le baisse les bras et leur dis de venir manger quand même.

19h50: mon compagnon rentre; nous passons à table.

19h55: nous essayons d'échanger quelques mots entre adultes, vite interrompus par le bavardage incessant de la grande et les demandes intempestives de la petite.

20h: c'est l'heure de l'histoire du soir

20h15: les enfants attaquent leur routine du soir: pipi-dents-mains

20h15: nous attaquons à peine le dessert

20h30: les enfants sont au lit. Gros calin à chacun et dodo

20h30: après moults encouragements pour finir leur repas, les filles sortent enfin de table

20h35: je prépare un gâteau (bio) pour le petit déjeuner de demain

20h35: mon compagnon lit l'histoire du soir tandis que je débarrasse et fais la vaisselle

20h45: pendant que mon gâteau cuit, je prépare ma gamelle pour le lendemain; puis je mets la table du petit-déjeuner

20h45: les filles attaquent leur routine du soir: bavardage aux toilettes, l'une sur le pot, l'autre sur les WC, tournage de parents en bourrique etc...

21h: pendant que mon mari regarde la télévision, je m'installe à ma machine à coudre pour terminer les déguisements promis à mes enfants pour mardi-Gras

21h: agacés, nous extrayons de force les filles des toilettes; tandis que je leur brosse les dents, leur père range leur chambre.

21h05: les filles sont au lit. Gros calin à chacune et dodo.

21h10: la plus petite rappelle, elle a soif.

21h15: maintenant c'est la grande, elle a peur

21h16: plainte de la cadette: sa soeur la dérange quand elle nous appelle

21h20: rappel de l'ainée: elle a une dent qui bouge... et le genou droit qui la gratte

21h22: rappel de la petite: elle n'a plus sommeil; cris de la maman.

21h30: après avoir rangé mon ouvrage de couture, je me vernis les ongles; je choisis la couleur afin de l'assortir à ma tenue du lendemain

21h30: je me brosse les dents et me passe rapidement un coton de lotion sur la figure, pas le courage d'en faire plus

22h: je mets au lit après m'être conscienceusement démaquillée, crémée et avoir préparé ma tenue du lendemain. Avec un bon gros bouquin

22h: je me mets au lit avec un bon gros bouquin

22h01: je m'endors sur mon livre, la bouche ouverte, un filet de bave imprégnant l'oreiller

23h: j'éteins la lumière.

23h01: je rallume la lumière; j'ai oublié de... Ta gueule!!!

 

My perfect life, versus ma vraie vie

Commenter cet article

Heidi 12/03/2014 14:33

Mdr !!! T'es excellente !

Odessa341 06/03/2014 22:31

Merci pour ce post, j'ai bien ri =) Et ça n'empêche pas d'être une wondermaman ;)

Zazimutine 10/03/2014 13:07

Merci de ton commentaire!
Oui de toute façon si la mère parfaite existe, je ne veux pas le savoir ^_^