> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } La fringale - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

La fringale

27 Mai 2014, 09:27am

Publié par Zazimutine

La fringale

 

Vous la connaissez, vous aussi, cette sensation de tiraillement au creux de l'estomac, capable de vous poursuivre plusieurs heures de suite, comme une vague qui resurgit sans cesse, et qui vous fait passer mentalement en revue toute substance susceptible d'être ingérée ou non, pour la calmer?

Hier, dès la fin du repas de midi, la fringale m'a assaillie.

Je ne sais pas si c'est à cause des résultats affligeants des élections européennes, ou bien du temps gris et pluvieux, ou encore de la réunion de boulot du matin même où nous apprenions que grosso modo, à la rentrée, nous allions, comme dans un vieux sketch de Guy Bedos, faire le même travail mais "sans bureau, et sans chaise pour s'asseoir".

Ou était-ce la faute de la reprise en main nutritionnelle décidée quelques jours auparavant après le constat sans appel d'une prise de poids certaine, si ce n'est une certaine prise de poids?...

N'empêche que... la vague m'a submergée juste à la fin du repas de midi. Ou peut-être même avant le repas. D'ailleurs, c'est bien simple, j'ai terminé mon repas la faim au ventre.

Les heures suivantes, je n'ai eu de cesse de faire l'inventaire de ce que je pourrais bien avaler pour calmer ce vide, ce creux, ce gouffre béant, là, juste sous le sternum.

J'ai scanné mentalement mon frigo et le cellier afin de décider sur quelle nourriture j'allais me jeter en rentrant? Du sucré, du salé?

J'ai pensé au fait qu'en sortant du travail, j'allais chercher mes filles à l'école et conduire directement l'ainée à la danse sans passer par la case maison-placards-plein-de-gâteaux.

Je me suis souvenue avoir mangé le dernier choco Prince le matin même au petit-déjeuner.

J'ai pensé à la tarte aux fraises préparée la veille au soir et me suis demandée si 18h45 (heure approximative de notre retour à la maison) était une bonne heure pour une part de tarte aux fraises.

N'y tenant plus, je suis allée dans la salle de pause à la recherche de nourriture. Bredouille, je me suis fait un café. Qui m'a soulagée 10 minutes. A ce stade, je me sentais comme un fumeur en manque qui aurait été capable de rallumer un mégot trouvé dans la poubelle, juste pour tirer une bouffée. A ce stade, j'aurais été capable d'avaler n'importe quoi.

Pleine d'espoir, j'ai songé que mes filles n'auraient peut-être pas mangé tout leur goûter et que je pourrais grapiller là quelques centigrammes de sucre. Ce qui m'a permis de tenir jusqu'à la fin de mon après-midi de travail sans bouffer personne (encore que... il semble que l'on m'ait trouvée un tantinet agressive).

A l'école, j'ai serré les dents lorsque j'ai découvert l'impensable: plus une trace de résidu de miette de goûter dans les valisettes de mes filles!

La mort dans l'âme, j'ai conduit ma fille ainée à la danse. Pendant qu'avec la cadette, nous patientions, j'ai continué à penser à la tarte aux fraises. Au chocolat. Au fromage. Au reste de tarama. Au pain. A un risotto aux coques. A notre dernier resto.

Histoire de passer le temps, j'ai demandé à la petite ce qu'elle avait mangé à midi. J'ai salivé en entendant le mot "salsifi" (mesurez l'ampleur de mon désarroi!).

Enfin nous sommes rentrées à la maison, mon estomac dans les talons, la bouche pleine de salive. J'ai dit à ma fille cadette qu'il était l'heure d'aller à la douche, tout en rampant résolument vers la cuisine (bien sûr qu'on peut ramper résolument!). Comme chaque soir, j'allais sans doute pouvoir donner libre cours à ma fringale pendant que ma fille rechignerait à aller se laver. A peine eus-je la main posée sur la poignée du frigo, que ma fille m'apparut, nue comme un ver. Le Dieu des boulimiques était avec moi. Je n’eus d'autre choix que d'aller la laver. Ce qui eut pour effet de faire totalement disparaitre ma fringale. Comme par enchantement, la douche de l'ainée s'enchaina, de même que la préparation du repas.

Je n'ai pas craqué, j'ai sagement attendu le repas.

Enfin presque, ...j'ai juste trempé 3 bouts de pain dans de la sauce piquante mexicaine...

Ben quoi?

PS: elle était bonne, la tarte aux fraises... au dessert!

 

 

 

 

Commenter cet article

La vie en Tisanie 27/05/2014 21:59

purée, elle est trop appétissante ta tarte!!!

Zazimutine 28/05/2014 14:59

Oui mais je suis un peu déçue en fait, je crois qu'elle aurait été meilleure avec une simple crème pâtissière

Lucie 27/05/2014 17:57

Donc tu peux résister à la tentation (pourtant énorme et succulente), bravo !

Zazimutine 28/05/2014 14:58

Moui enfin, j'ai été bien aidée sur ce coup-là!