> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } A vol d'oiseau - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

A vol d'oiseau

4 Juin 2014, 04:00am

Publié par Zazimutine

A vol d'oiseau

 

 

Il y a eu cette petite phrase, à la pause de midi, échangée entre deux collègues: "à vol d'oiseau c'est pas loin, mais à vol d'oiseau, on le fait jamais en fait!". Il ne m'en fallut pas plus pour m'imaginer siffler mon oiseau garé en bas, et le chevaucher promptement pour m'envoler avec lui.

C'est vrai, "à vol d'oiseau", on le fait rarement. Jamais pourrait-on dire. Car hormis de rares chanceux qui possèdent un goéland géant (à moins que ce ne soit une légende urbaine?), la plupart d'entre nous devons nous contenter des moyens de locomotions des plus banals tels que pattes, voitures, train...

Alors, j'ai pensé à cette possibilité: des oiseaux géants, des goélands par exemple, que l'on pourrait chevaucher, en guise de moyens de transports.

 

Évidemment, à première vue, on ne pourrait y voir que des avantages:

- le rêve de l'être humain n'est-il pas de voler? Qui ne fantasme pas, filer dans les airs, chevelure au vent, sur son oiseau géant? Personnellement, j'enfourcherais volontiers mon goéland pour me rendre à mon travail, ça m'éviterait les bouchons et puis, à vol d'oiseau, mon travail n'est vraiment pas loin de mon domicile.

- imaginez un peu le gain de temps: pas besoin de descendre de l'immeuble, on pourrait directement s'envoler de la fenêtre, au moins 5 minutes de gagnées!

- le bonheur de survoler le monde vaudrait toutes les méthodes de relaxation existantes, ce serait particulièrement magique aux levers et couchers de soleil, le ciel à perte de vue, nos congénères de la taille des fourmis...

- tous nos déplacements en seraient facilités, plus besoin de se prendre la tête en élaborant sur mappy un itinéraire: pour aller d'un point A à un point B, ce serait juste, tout droit!

- pour les phobiques de l'ascenseur, ce serait le paradis: plus besoin de dépenser des euros chez le psy; surtout à New-Yok, pensez au changement pour ces pauvres phobiques new-yorkais qui doivent se taper 74 étages à pied!

- vol d'oiseaux = moins de voitures = moins de pollution atmosphérique

 

Seulement, nne fois cette vision romantique mise de côté, il faut bien voir les choses en face, le vol d'oiseau serait également bourré d'inconvénients:

- car bien entendu, des petits malins s'empareraient du filon et l'oiseau, comme les autres modes de transport, deviendrait un marché: on nous proposerait bientôt la location, voire l'achat d'un goéland, avec des performances toujours plus grandes en terme de spaciosité "acheter votre goéland de race gigantus, gigantus, le goéland pour vous et votre famille! ", de rapidité (goéland de race albatros), de confort (goéland de race obesoïdes) etc...

-pensez aux normes de sécurité! Car si un accident de voiture peut n'entrainer que de la casse, une chute de goéland, elle, serait mortelle à tous les coups. Il faudrait donc harnacher les bestioles de solides ceintures de sécurité. Et donc avoir sur le dos les associations de défense des droits des animaux. Rapport à la souffrance que nous infligeons aux oiseaux pour nous porter sur le leur (de dos).

- il faudrait entretenir les volatiles, leur fournir un nid, de la nourriture; et quid de leur descendance? Et je ne parle même pas de leurs déjections qui deviendraient une nouvelle source de pollution pour nos villes et nos campagnes!

- et puis au final, une fois le vol d'oiseau démocratisé, nous retrouverions le même problème qu'à terre, des embouteillages, avec un code des airs  à respecter, des hauteurs de vol précises afin de ne pas rencontrer de lignes à haute tension, des tests d'urines pour les bestioles afin de vérifier que leurs propriétaires ne les dopent pas à la cocaïne pour aller toujours plus vite, etc etc...

- sur le plan sécuritaire, l'abondance de fenêtres ouvertes donnerait lieu à un nouveau type de cambriolage dit "vol à tire-d'aile"; ce qui donnerait naissance sans doute là aussi à un nouveau marché: celui de la surveillance vidéo, des ouverture/fermetures automatiques des fenêtres à l'aide d'un code... (et voilà le retour de la recherche de clés et autres bips perdus au fond de votre sac).

Bref, adieu la liberté! Cherchez pas, à vol d'oiseau, ce serait le bordel!

Commenter cet article

Mouette Rieuse 05/06/2014 15:27

Intéressant comme concept,mais avoir choisi un goéland ne me semble pas anodin.
Je me pose une question: Est-ce que ce cher Jonathan,anticonformiste, et tant épris de liberté aurait accepté ce rôle.
Tu imagines le choc:" La Révolte des Goélands" ou "La désobéissance des Goélands" ou plus grave:"La Mutinerie des Goélands" ;-)

Zazimutine 10/06/2014 10:20

J'avais prévu au départ d'expliquer pourquoi le goéland, mais bien entendu à cause de Jonathan, un de mes premiers souvenirs de cinéma, tu sais bien ;)
Intéressant la révolte des goélands, on pourrait encore aller plus lion, à cogiter!

Lucyfer 04/06/2014 22:39

Mdr les goélands géants !
Mais perso je préfère une bonne vieille doloreane volante lol

Zazimutine 10/06/2014 10:18

Une doloreane?? mais c'est quoi???

Vivie 04/06/2014 13:29

MDR!!! mais tu arrives à dormir la nuit? sacrée réflexion!!! tu devais être bonne en dissert toi au lycée non? lol

Zazimutine 10/06/2014 10:17

Ouais pas trop mal :)