> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Mes enfants, ma faiblesse - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Mes enfants, ma faiblesse

19 Juin 2014, 11:45am

Publié par Zazimutine

Mes enfants, ma faiblesse

 

Je n'ai jamais compris pourquoi certaines femmes prétendent que la maternité les rend plus fortes. On lit souvent cette petite phrase à la Une des magazines féminins, résumant les propos de telle célébrité devenue maman récemment: "Etre maman m'a rendue plus forte!".

Etrange sensation pour moi, qui, au contraire, me sent plus fragile depuis la naissance de mes filles. Au sens que, désormais, j'ai 2 fois plus de motifs de souffrance éventuelle qu'avant; je dis 2 fois parce que j'ai 2 enfants, c'est arbitraire, mais j'imagine que d'une certaine façon, cela se multiplie avec le nombre d'enfants. Parce que désormais je souffre autant pour elles que pour moi-même, que je m'inquiète autant pour elles que pour moi-même, que je me réjouis aussi, heureusement, autant pour elles que pour moi-même.

Bien entendu, ce sentiment n'est pas nouveau. On l'éprouve pour tous les gens que l'on aime, ses parents, ses amours, quels qu'ils soient. Ce qu'il y a de nouveau pour moi, c'est le fait de souffrir parfois plus que pour moi-même, parce que j'ai découvert, avec la maternité (mais j'imagine que c'est le cas aussi pour la paternité), ce sentiment nouveau et extrêmement pénible qu'est celui de la responsabilité/culpabilité. Ainsi, la moindre souffrance de mes filles me fait me demander si j'en suis responsable, si j'ai manqué de vigilance, si le modèle que je donne à voir est le bon, si j'ai fait tout ce que je pouvais pour soulager, pour les armer, si je ne peux pas m'améliorer etc etc etc... Une sorte de double peine.

Et puis cette souffrance des tripes.... Pourquoi cette inquiétude, que l'on peut ressentir pour nos rejetons, se manifeste autant de façon physique, avec cette sensation exacte de "souffrir dans sa chair". Est-ce spécifiquement féminin? Est-ce le fait d'avoir porté nos enfants, de n'avoir fait qu'un, une espèce de mémoire du corps? Du ventre?

Donc oui, je me sens plus fragile. Et plus faible. Au sens où je ne suis pas sûre que pour protéger mes filles, je ne serais pas capable de remettre en question mes principes, mes idéaux, de réagir de façon animale et peut-être primaire. Curieuse position que celle de l'être humain qui doit répondre à des besoins animaux, tout en préservant ce qui fait son essence: la conscience.

A moins qu'on ne joue sur les mots. Peut-être qu'après tout, c'est juste une question de sémantique. (vous avez vu comment je me la pète avec des mots compliqués?)

Parce qu'au fond, si être plus forte, c'est:

- être capable de marcher 500m avec 17 kilos fébriles dans les bras sans moufter, trajet nécessaire à atteindre le cabinet du pédiatre depuis le parking,

- patienter des heures aux urgences en affichant extérieurement un calme pouvant laisser penser qu'on a fumé une forêt de cannabis,

- adresser (par necessité) la parole à des parents d'élèves inconnus alors qu'on est la championne du monde de la timidité,

- recevoir une horde de petites filles hystériques à la maison pour fêter l'anniversaire des enfants, alors qu'on n'a pas l'habitude de gérer autant d'enfants,

- insister auprès d'une secrétaire médicale pour avoir un rdv alors qu'on est vraiment pas du genre à faire valoir ses droits,

- devenir un tant soit peu "organisée " alors qu'on est plutôt du type "noyade dans un verre d'eau",

- anticiper quand on est la miss Univers de la procrastination,

- tellement, tellement d'autres choses encore...

Alors là, oui, effectivement, je peux dire que devenir mère m'a rendue plus forte!

Commenter cet article

Sonia 22/06/2014 19:08

Coucou! J’ai eu le plaisir de découvrir ton blog et je t’ai nominée pour les "Liebster Awards"… Toutes les règles et les questions sont ici:
http://memetropmememal.com/2014/06/22/and-the-nominees-are/

Je me réjouis de te lire!
xoxo

Sonia

Marie-Torne 20/06/2014 08:34

C'est ta vie qui est plus forte: tout y est exacerbé, les inquiétudes comme les joies. Je trouve que la parentalité nous pousse à faire des choses que jamais on aurait osé faire avant (conduire quand on n'a pas dormi depuis une semaine, sortir pleine de vomi, etc...) et nous permet de découvrir une nouvelle facette de nous-mêmes. Vulnérable et forte.
Vivent les bébés! :D

Zazimutine 20/06/2014 09:57

Oui c'est tout à fait ça :) Je trouve même qu'on est "obligé" de lutter contre soi-même pour plein de trucs pour lesquels avant, on aurait laissé tomber alors que là, on a pas le droit. Et c'est ça qui est bien. J'ai envie de dire que d'une certaine façon, la parentalité nous rend meilleurs.

Lucie 19/06/2014 21:22

T'es une maman qui déchire !
Et sinon idem ici 2 fois plus sensible qu'avant..; 2 fois plus triste ou heureuse selon les situations

Zazimutine 20/06/2014 09:58

C'est l'universalité du sentiment maternel. C'est pour ça qu'on se sent tellement empathique entre mamans ;)