> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Mon voyage à Malassezia Furfur - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Mon voyage à Malassezia Furfur

24 Juillet 2014, 21:42pm

Publié par Zazimutine

vue satellite de mon île paradisiaque

vue satellite de mon île paradisiaque

Malassezia furfur... un nom qui fait rêver...

La première fois que j'ai entendu ce nom, je me suis retrouvée immédiatement projetée sur la plage d'une île paradisiaque de Micronésie, sable blanc doux sous mes pieds bronzés, les vagues me léchant langoureusement les orteils, sirotant je ne sais quel cocktail à base de coco, rafraichie par une feuille de palmier agitée à intervalles réguliers par un jeune éphèbe à la peau dorée me dévorant de ses yeux de chat...

A moins que Malassezia furfur ne soit le nom à consonance quelque peu celtique d'un village du fin fond de l'Islande. M'évoquant immanquablement une randonnée aux côtés d'un geyser fumant, guidée par un jeune éphèbe à la peau blanche comme l'ivoire et aux yeux de huskies, me tendant de ses doigts emmitouflés, avec un geste des plus suggestifs,  une barre énergisante à base d'huile de phoque...

Quoiqu'il en soit, Malassezia furfur, en l'absence de solides connaissances biologiques incite au voyage...

Sauf qu'en fait de voyage, il s'agit plutôt d'un voyage sensoriel. A base de prurit, desquamations, et autres joyeusetés. Du crâne.

Il semble en effet que depuis quelques temps, mon corps ait décidé de tester toutes les maladies de peaux les moins glamour de la création. Après la rosacée (qui me fait immanquablement ressembler à la pochtronne du coin "maman, pourquoi t'as le nez rouge?" et autres "t'es allée au ski?"), la pédiculose du cuir chevelu (les morpions des cheveux, rappelez-vous, j'en ai parlé), me voici affublée d'un pytiriasis capitis. Le pytiriasis capitis est une maladie du cuir chevelu provoquée par un champignon appelé Malassezia furfur (on y arrive!), provoquant rougeur, démangeaisons et desquamation (=pellicules). C'est donc lui le responsable de la transformation en boule à neige de mon prof de maths de première et terminale! (vous aussi, vous avez eu un prof comme ça non?)

Ceci est d'autant plus énervant et j'irais même jusqu'à dire injuste que, depuis des mois, je n'utilise pour mes cheveux QUE des produits dit naturels, qui sont censés ne pas agresser le cuir chevelu: plus de colorations, plus de masques dégueulant de silicone, rien! Je m'étais même fabriquée un shampooing sec maison tout ce qu'il y a de plus bio. Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas lui la source de mes ennuis.

Bien sûr, j'ai essayé de positiver, c'est vrai quoi, ça pourrait être sympa d'avoir des copains comme ça sur la tête pour me tenir compagnie. Seulement il se trouve que le Malassezia n'est pas très bavard (ou alors je ne comprends pas la micronésien!). Donc, contrariée de me gratter le crâne jusqu'à la cervelle, j'ai essayé les méthodes douces: décoctions de thym, huile essentielle de tea tree, shampooing antipelliculaire bio. Rien n'y a fait. J'ai laissé examiner mon crâne à Papa Ours. Devant ses "Oh mon Dieu!", ses "Ah oui quand même!", et ses "Non mais il faut pas laisser trainer ça ma p'tite dame!" des plus rassurants, j'ai pris ma décision. Tant pis pour l'agression massive du cuir chevelu, je me suis résolue à m'asperger le crâne de pesticides: j'ai acheté un flacon du plus célèbre shampooing antipelliculaire du monde, meilleur ami des adolescents, le fameux "tête et épaules" (non mais sans blague, comment un produit a réussi à obtenir un succès mondial avec un tel nom, je vous le demande!). Bref, ça a marché...

Me voici désormais contaminée pour plusieurs décennies par des agents détergents hautement agressifs mais... saine du cuir chevelu. Et ça croyez-moi, ça change tout.

En vous souhaitant un bon été.

PS: je sens que vous vous interrogez au sujet de cet engouement soudain pour les jeunes éphèbes... juste une posture évidemment!

Commenter cet article

lilicerise 20/08/2014 21:43

Mine, ma pauvre !
Tu parles d'un truc! ,

Zazimutine 20/08/2014 22:29

Mais c'est fini, ouf!

vero 25/07/2014 22:41

Comme quoi....le bio ne résout pas tout lol. J'ai déjà eu, et l'envie d'y mettre les ongles pour gratter, c'est affreux!

Zazimutine 29/07/2014 12:50

Atroce! Sans compter la honte à l'idée que les autres s'en aperçoivent!