> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Mosquito's night - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Mosquito's night

29 Juillet 2014, 10:47am

Publié par Zazimutine

Mosquito's night

 

J'essaie de trouver des titres de billets accrocheurs, un peu comme le titre d'un film qui vous donnerait envie d'aller le voir, juste parce que ça sonne bien. C'est important le titre. En réalité, ce que je vais vous narrer là n'est que le récit d'une banale nuit d'été.

Un soir d'été donc, à environ minuit. Je suis dans mon lit. Il fait chaud dans les chambres en sous-pente de la maison de location bretonne. Car oui, même en Bretagne, l'été, il fait chaud et parfois même très chaud. Ce qui est très chouette pour se baigner, beaucoup moins pour dormir.

En attendant une baisse de température corporelle plus propice au sommeil, je lis. Ma première erreur est peut-être là, du reste: rester accrochée à ce livre un peu trop ardu de Philippe Roth commencé il y a un bon mois, et contre lequel je me bats chaque soir pour ne pas rendre les armes. Je crains de faire remonter ma température cérébrale de quelques degrés, en luttant pour comprendre la signification de tant de mots compliqués apposés les uns à la suite des autres, en essayant de trouver malgré tout le plaisir de lire.

0h19: n'y tenant plus, je me lève pour ouvrir le vasistas, priant les dieux des insectes de ne pas m'envoyer leur avant-garde.

1h09: j'abandonne ma lecture et éteins la lumière.

1h20: je cherche le sommeil

1h35: je cherche toujours le sommeil...

1h40: gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii...... gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.....

Nom d'un petit marin rayé (je vous rappelle que je suis en Bretagne) un moustique! J'entrevois déjà la nuit pénible que je vais passer, avec cette bestiole de malheur qui va prendre un malin plaisir à voleter au-dessus de mon oreille!

A ce propos, pourquoi est-ce que les moustiques volent systématiquement près de nos oreilles? Moi à la limite ça me dérange pas qu'on me vole autour, mais pas juste à côté de mes oreilles bordel! J'ai ma petite théorie... je crois qu'en réalité les moustiques s'entrainent pour les "Olympiades de vol avec obstacle". L’obstacle étant, pour le moustique, le corps humain paisiblement endormi. Sous le regard attentif de son entraineur et les encouragements de son staff technique, le moustique s'entraine activement: triple axel au dessus du nez du dormeur "wééééééééh"; triple lutz au dessus du gouffre de l'orifice auriculaire "bravooooooo", et clou du spectacle, triple boucle piqué interdigital par voie basse "hourraaaaaaa" (comment expliquer autrement le nombre de piqures de moustique entre les orteils?)

2h: gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii........... gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.....

Mon athlète-moustique finit par réussir son piqué sur le bord externe de mon pied droit, là où la couenne est bien coriace, sous les vivas de son équipe, lui permettant du même coup un ravitaillement bien mérité. M’obligeant à me gratter le pied droit à l'aide de mon pied gauche dans un mouvement fort peu confortable.

3h: agacée, entendant toujours voleter près de mes oreilles, je finis par descendre sur le canapé du salon. Très inconfortable. Avec un espace de retournement d'environ 40 cm. Ce qui ne me permet guère de dormir, bien que débarrassée du Philippe Candeloro volant.

5h29: ayant enfin sombré dans un sommeil mérité, je suis brutalement réveillée par le chant du coq voisin.

7h02: je suis de nouveau réveillée par le martèlement de petits pieds sur la moquette à l'étage.

Je remonte en vitesse me coucher dans mon lit avant que la propriétaire des petits pieds ne panique devant la vision de mon lit vide; je réussis à embarquer dans mon sommeil la reveillée matinale. Nous nous rendormons toutes les deux jusqu'à une heure avancée de la matinée.

La vache, c'est fatigant les vacances!

We are the champions, weeeee aaaaaare the champions!

Commenter cet article