> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Mes lectures de l'été - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Mes lectures de l'été

15 Septembre 2014, 14:41pm

Publié par Zazimutine

Mes lectures de l'été

 

Oui, oui, je sais bien que mes billets lecture vous barbent, c'est vrai quoi, pour qui je me prends à jouer à la critique littéraire alors que plein de gens font ça très bien et sont payés pour ça en plus?! Certes. Disons que ça m'amuse. Que le partage c'est bien. Et puis que grâce à mon premier billet "lectures", certaines d'entre vous m'ont fait découvrir le livre absolument sublime que je viens de terminer et dont je vous reparlerai très bientôt.

N'ayant tenu aucune de mes résolutions pour cet été, mon cru estival se résume donc à seulement 4 livres : 3 policiers, et 1 roman. C'est assez nul pour quelqu'un qui a eu ... beaucoup (trop) de vacances.

Habituellement je rythme mes lectures de la façon suivante : 1 livre « normal »/ 1 policier.

Beaucoup de policiers, parce que j'adore ça (je dirais même que j’ai appris à lire avec les policiers, souvenez-vous, le club des 5, les 6 compagnons, Alice…) et parce que ça aère mes lectures plus « littéraires » (encore qu’on pourrait disserter à loisir sur le thème «policier: genre littéraire ou littérature à part entière ? », prenez vos copies, vous avez 2h…)

Après cette longue introduction, au rayon policier, cet été :

- La cité des jarres

(Arnaldur Indridason, Points)

Résumé: Un nouveau cadavre est retrouvé à Reykjavik. Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. L'inspecteur Erlendur va mener l'enquête.

Mon avis: La lecture d’un article sur cet écrivain islandais m’a immédiatement accrochée. Policier+Islande (un pays qui me fait rêver), voilà un duo qui me plaisait à priori énormément. Je n’ai pas été déçue. Le personnage de détective récurrent (qui se nomme Erlendur, ça ne s’invente pas !!) n’est pas politiquement correct, vieux, fumeur, peut-être malade, et mène une vie guère reluisante. L’intrigue est très chouette et l’écrivain ne maintient pas en permanence de façon artificielle le lecteur en haleine, comme chez Camilla Läckberg. Les éléments du puzzle sont donnés les uns après les autres de façon simple. Pour autant, on est loin de se douter de l’issue de l’intrigue policière. Je me suis donc empressée d’acheter le 2ème épisode de cet auteur "La femme en vert", que je viens de commencer.

- Un avion sans elle

(Michel Bussi, Pocket)

Résumé: Noël 1980, un avion s'écrase dans les monts du Jura; à son bord, deux bébés du même âge, dont un seul survivra au crash. 2 identités possibles, 2 familles qui vont se disputer la paternité. La justice tranchera. Recruté par l'une des familles, le détective Crédule Grand Duc va enquêter, pour finalement trouver la solution 18 ans plus tard, juste avant d'être assassiné; restera son carnet de notes pour découvrir la vérité.

Mon avis: J’ai été très surprise de découvrir l’existence de cet écrivain de policiers français à succès. Par habitude, peut-être par snobisme, je ne lis pas de policiers français. Peut-être aussi parce que je trouve que certaines atmosphères se prêtent plus à ce genre de littérature et que j’aime les ambiances sombres (d’où mon attrait pour les auteurs scandinaves ou anglo-saxons). Peut-être aussi parce que je préfère lire en anglais ou en suédois dans le texte (je plaisante). J’ai voulu quand même me faire une opinion, bien que très réticente à l’évocation des titres des bouquins de Michel Bussi, trop Mary Higgins Clark à mon goût.

Que dire de ce livre ? Commençons par le positif : le scenario, très chouette ! Certes, on se doute d'une partie du dénouement mais pas dans les détails. En revanche, l’histoire autour de l’intrique policière est assez plate, convenue et je dirais même cul-cul la praline. Et je n’aime pas du tout le style de Michel Bussi, très... roman de gare. Je passe mon tour.

- L'oiseau de mauvais augure

(Camilla Läckberg, Babel noir)

Résumé: Tome 3 des aventures de Erica et Patrick Hedström. Afin de ne pas spoiler, je ne vous dévoile rien de leurs aventures personnelles. L'intrigue policière dans ce tome tourne autour du cas d'une jeune femme victime d'un accident de voiture, avec un taux d'alcoolémie anormalement élevé pour une personne abstinente. Parallèlement, une émission de téléréalité se tourne dans la ville de Tanumshede, semant dans son sillage quelques cadavres...

Mon avis: Je ne vais pas revenir sur le procédé narratif de Camilla Läckberg, c’est toujours le même et cela reste agaçant (voir plus haut). Cependant, j’ai bien aimé cette nouvelle histoire, les retours dans le passé y sont me semble-t-il moins présents que d’habitude, la réflexion sur la télé-réalité est intéressante, et j’aime toujours retrouver le couple phare de ces aventures. D’autant que ce livre ouvre de nouvelles perspectives sur l’histoire d’Erica et de sa soeur qui me donnent très envie de connaitre la suite (L’enfant allemand, malheureusement pour moi pas encore sorti en poche mais prévu pour novembre prochain!).

- La tâche

(Philippe Roth, folio)

Résumé: Un professeur d'université fait l’objet d'une dénonciation anonyme l'accusant d'entretenir une liaison avec une femme de 30 ans sa cadette et illettrée; quelques mois auparavant, il avait déjà été contraint de démissionner de son poste de doyen, accusé d'avoir tenu des propos racistes. En voulant raconter son histoire, Nathan Zuckerman, son ami écrivain, va découvrir un personnage terriblement plus complexe qu'il n'y parait.

Mon avis: Je n’avais jamais lu de livre de Philippe Roth, écrivain américain célébrissime. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la tâche fut rude, au sens propre comme au figuré, tant il me fut difficile de m’y plonger.  J’ai donc souffert et lutté chaque soir pour ne pas abandonner jusqu’à la 80ème page, où une révélation concernant le personnage principal donne un éclairage différent et tout à fait passionnant au récit. La lecture devient alors plus intéressante, les portraits psychologiques des différents personnages sont extrêmement fouillés, nous plongeant dans l'histoire des Etats-Unis de la fin de la 2ème guerre mondiale à l'ère Clinton, avec un aspect bouleversant de la ségrégation raciale. Je persiste pourtant à penser que c'est un livre "difficile" à lire, aussi bien dans sa tournure (absence de chapitres), son style, que son histoire, très sombre.

Commenter cet article