> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Vélo Town - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Vélo Town

3 Novembre 2014, 21:40pm

Publié par Zazimutine

Vélo Town

 

Mon titre est ironique bien sûr. C'est que, voyez-vous, chers lecteurs, depuis septembre, je suis devenue cycliste. J'ai donc pu me rendre compte à quel point ma ville, comme la plupart des villes de France, manque d'infra-structures facilitant les déplacements à vélo.

Tout a commencé en septembre de cette année donc. En réalité, je lorgnais depuis des lustres sur les cyclistes, enviant les jeunes mamans qui transportaient de façon si mignonne leur petit poupon aux joues rosies par le grand air, sagement assis sur un siège fixé à l'arrière de leur vélo. Alors j'ai investi moi aussi dans un siège bébé pour vélo. Qui m'a servi 2 ou 3 fois. C'est que lorsqu'on est une jeune maman qui doit déposer tous les matins son bébé à la crèche des 1000 collines, la tâche est un peu ardue de le faire à vélo. En effet, je n'envie à Richard Virenque ni son maillot à pois, ni la taille de ses cuisses (ni son QI). Bref, en dehors de 2-3 sorties avec ma fille ainée, j'ai remis mes projets cyclistes à plus tard. Et puis ma cadette est rentrée à l'école. L'idée m'est alors venue d'aller au boulot en vélo. Ce que j'ai finalement concrétisé seulement cette année (la reflexion, un mode de vie...). Peu à peu je me suis donc transformée en cycliste, et je prends de plus en plus mon vélo, même pour aller en centre-ville.

Les avantages de ce nouveau mode de vie sont évidents:

- depuis que je roule à vélo je fais des économies considérables de frais d'essence,

- j'arrive à l'heure au boulot: 15 minutes de trajet quoiqu'il arrive; en voiture entre 12 et 45 minutes selon la circulation,

- je ne pollue pas (du coup mon bilan carbone diminue)

- cela me permet d'avoir une activité physique un peu plus soutenue,

- j'ai découvert ma ville sous un autre angle, bien plus sympathique, notamment le canal du Midi,

- je me suis rendue compte que nous étions très nombreux à utiliser ce mode de transport; j'ai donc l'impression de faire partie de la communauté des cyclistes (ça sert à rien mais ça fait plaisir!)

Les inconvénients existent aussi:

- je ne pollue plus, mais les autres si! Si j'ai la chance pour aller travailler d'avoir un trajet presque entièrement en voie "verte", les 300 mètres qui me séparent du début de la piste cyclable me donnent l'impression de sniffer directement à sa sortie le pot d'échappement des voitures devant moi; ce qui m'a occasionné au début pas mal de sinusites,

- j'arrive suante au boulot, c'est ennuyeux, surtout pour les autres; je consomme donc un peu plus de déodorant (du coup mon bilan carbone réaugmente)

- et surtout, surtout, la cohabitation vélo/voitures/piétons est plus que difficile. En dehors des trajets sur pistes cyclables réservées et totalement sécuri-sées/-santes, finalement assez peu nombreuses, il existe chez nous différentes façons de circuler pour les vélos au centre-ville:

  • les bandes vertes tracées le long de la route pour signifier aux voitures de laisser de la place aux vélos. Géniale invention, surtout lorsque les voitures se garent dessus, roulent sans vous laisser la place indiquée etc...
  • les voies de bus qui peuvent être empruntées par nos amis cyclistes... Personnellement, emprunter les voies de bus et, par conséquent, me faire doubler par ces géants de tôle à grande vitesse, me donnent envie d'avaler un tube de lexomil,
  • les voies à contre-sens. Route à sens unique pour les voitures mais pas pour les vélos, vous pouvez donc vous balader sans problème dans l'autre sens. Sauf que les automobilistes n'étant pas courant, ils ne font absolument pas attention aux vélos qui arrivent en sens inverse, voire même vous insultent copieusement (je le sais, je l'ai fait!),
  • sans compter les absurdités telles que voie qui s'arrête d'un seul coup vous laissant perdu au milieu d'un flot de voitures,
  • alors bien sûr il reste les trottoirs, mais.... les trottoirs ne sont-ils pas réservés aux piétons? Moi quand je suis à pied avec mes 2 filles, sincèrement, ça me gonfle de nous pousser pour laisser passer un vélo.

En résumé, en circulant en ville à vélo, je ne me sens le plus souvent pas en sécurité. Et je ne vous parle pas des fois où j'ai une de mes filles à l'arrière. J'ai évidemment également renoncé à mon rêve Ricolo (la famille Ricoré écolo quoi!): circuler en ville avec mes enfants sur leur propre vélo. Dommage.

On est quand même loin des modèles allemands et autres pays d'Europe du Nord...

Commenter cet article

Lilicerise 08/11/2014 10:20

J'ai habité 6 mois aux Pays-baset je n'ai pris qu'une fois la voiture. Je ne me suis déplacée qu'en vélo, train, tram. J'ai adoré et j'ai eu du mal à reprendre la voiture enrentrant mais pas le choix ici ! Les infrastructures sont trop différentes ! (Et le relief aussi !!!)

Alice 04/11/2014 00:16

Chez nous ya pas le canal du midi mais ya les memes contraintes de circulatiob à velo! J'ai resolu le pbe : je prends la voiture !!!

Zazimutine 04/11/2014 07:08

Et je le comprends "fort" bien comme on dit chez vous ;)