> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Mam-en-solo # bilan à 2 mois - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Mam-en-solo # bilan à 2 mois

30 Avril 2015, 08:19am

Publié par Zazimutine

Mam-en-solo # bilan à 2 mois

 

2 mois déjà que Papa Ours a revêtu sa casquette de marin et sirote du cidre au petit-déjeuner.

2 mois que nous vivons au quotidien sans lui, les filles et moi, en terre 100% féminine. Il était temps d'en faire un petit bilan (et puis je n'ai pas eu le temps de poursuivre le petit journal que j'avais commencé...).

Commençons par le positif:

- je suis toujours en vie, je ne bois pas, je ne me droque pas, je n'ai pas recours à des substituts pouvant entrainer une addiction. Sauf peut-être le vernis à ongles et la consommation de blogs beauté. Ainsi que l'over-consommation de séries jusqu'à des heures indignes de l'honnête mère de famille que je suis. Bref, des petites addictions, mais qui n'ont pour le moment pas d'effets dévastateurs sur mon quotidien (quoique pour le vernis à ongles, vu l'odeur, ça se discute!).

Bref ça se passe plutôt bien. Psychologiquement, je ne ressens pas beaucoup plus de ras-le bol qu'avant. Je ne crie pas plus fort, je trouve même que je me maitrise mieux, peut-être le fait de savoir que je ne pourrai pas passer le relais, je laisse moins la pression monter. J'ai bien sûr quelques moments de parfaite saturation mais ça ne dure pas.

- concernant les tâches quotidiennes, je tiens à peu près le rythme. Mes filles sont nourries (pas toujours dans les règles de l'art concernant l'équilibre alimentaire), lavées (pas toujours bien récurées jusque derrière les oreilles, je le confesse) et habillés de vêtements propres (pas toujours honnêtement quant à la définition du mot "propreté", en particulier quand le pantalon a été mis propre la veille). La maison est relativement tenue, la consommation de séries m'aidant énormément à tenir mes objectifs en terme de lessive/pliage/repassage.

- autre point positif, totalement surprenant, je prends beaucoup plus soin de moi. Je prends 10 minutes de plus le matin pour me maquiller; je me crème, je fais des gommages, je me mets du vernis sur les ongles, toute cette sorte de chose totalement futile et en même temps apaisante. Je crois que c'est devenu ma petite parenthèse enchantée dans une journée où je cours presque tout le temps. Peut-être aussi que le fait de me sentir jolie m'aide à tenir ce rôle de maman à 100%, histoire de ne pas oublier que je n'en suis pas qu'une, justement, de maman.

- je dors (peu mais) très bien, le plus souvent d'une seule traite, hébétée de fatigue que je suis lorsque je me mets au lit le soir (mettons cela dans le positif).

- j'ai amélioré mon record  de descente de poubelle: 3 minutes et 33 secondes. Descendre la poubelle est une de ces situations angoissantes pour une mère solo. Car que faire de ses enfants? Les emmener avec soi (ce que je fais souvent)? Ou bien les laisser seuls dans l'appartement avec l'inquiétude que l'idée saugrenue leur vienne d'aller jouer sur la terrasse sise au 3ème étage de l'immeuble? Ou bien encore y aller le soir quand les enfants sont couchés, solution pour laquelle j'ai opté. Ce qui n'élimine pas tout risque, car notre ascenseur tombe souvent en panne; j'y suis restée personnellement bloquée 3 fois. Je descends donc la poubelle à pied, le plus vite possible. 3 étages + sous-sol. Ce qui là encore n'exclut pas tout risque, car qui sait si je ne vais pas rencontrer un serial-killer dans l'escalier? Qui peut me garantir qu'aucun pilote de ligne suicidaire ne va vouloir faire atterrir son avion sur ma terrasse en mon absence? 3 min 33 secondes donc.

Le négatif maintenant, se résume en deux mots: fatigue, pas le temps.

Je suis donc cette fille fatiguée qui n'a le temps pour rien.

- plus le temps de lire, à mon grand désarroi

- plus le temps d’écrire, le premier à en patir étant ce blog (aucun billet depuis 1 mois!!!)

- plus le temps de téléphoner, de prendre des nouvelles

- plus le temps de répondre aux mails

- plus le temps de dormir (d’où la fatigue).

Plus le temps de s'intéresser à la vie des autres finalement, tous les autres, les proches, les moins proches, le monde, et c'est ce qui me pèse souvent.

D'ailleurs, quand Papa Ours rentre pour le week-end (tous les 15 jours), je suis dans une sorte de transe mêlant excitation, soulagement, et intense fatigue. Ce qui me conduit à me coucher tôt et à ne rien retenir de nos échanges verbaux (à moins que ce ne soit l'apéritif visant à fêter nos retrouvailles).

Passons aux galères de la maman solo:

- galère lorsque l'une des filles est malade; de devoir emmener l'une des filles tandis que l'autre peine à avancer; idem pour le retour d'école.

- galère quand il y a grève de la cantine ou du claé; surtout quand l'une est acceptée avec un pique-nique...mais pas l'autre!

-galère quand la vie sociale des enfants est très (trop) bien remplie: activités extra-scolaires,  sport, invitations à des anniversaires, le même week-end, celui où Papa Ours ne rentre pas...

Des petites choses au fond. Mes filles ne sont plus des bébés et ont un minmum d'autonomie; je discutais hier avec une maman, seule toute la semaine avec ses 2 garçons depuis... 3 ans, sachant que l'un d'entre eux a moins de 2 ans... Chapeau!

La diificulté, au fond, sera peut-être de recomposer notre famille quand cette situation transitoire sera terminée. J'ai le sentiment d'être actuellement dans une sorte de bulle fusionnelle avec mes filles, il faudra permettre à Papa Ours de retrouver sa place lorsque nous serons de nouveau tous réunis.

En illustration aujourd'hui, un tableau de Berthe Morisot (1841-1895), peintre impressioniste que j'aime beaucoup (en tout cas depuis que je l'ai découverte c'est-à-dire 10 minutes)

Commenter cet article

Joy 24/06/2015 21:41

Moi j'adore Berthe Morisot
On ne peut rester insensible à son côté rebelle, extraordinaire pour l'époque !
Assez bien retranscris dans un film passé inaperçu avec la belle Marine Delterme (Alice Nevers... Avec le beau - désolée - Fred Marquant !... Mais dans la vie, il s'appelle lui Jean-Michel : moins glamour, hein ?)

Zazimutine 25/06/2015 08:57

En tout cas quand j'ai fait des recherches sur elle, je dois dire que je suis tombée sous le charme de ses peintures, je trouve qu'il y a un regard très "vivons l'instant présent" sur la maternité, dans lequel je me reconnais beaucoup

nouille 30/04/2015 23:38

Bises à toi et la famiglia !! Je ne savais pas que papa ours était parti en terre bigoudaine.
Yes you can and you do it very well !!!

Zazimutine 04/05/2015 10:39

Eh oui, depuis la mi-février ;)
Bises à toi aussi Nouille!