> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } --Spotlight-- un film d'utilité publique - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

--Spotlight-- un film d'utilité publique

10 Février 2016, 17:40pm

Publié par Zazimutine

--Spotlight-- un film d'utilité publique

 

Une fois n'est pas coutume, hier soir, nous nous sommes rendus au cinéma. Ayant entendu une très bonne critique dans l'émission "Le masque et la plume" sur France Inter dimanche dernier, nous avions jeté notre dévolu sur Spotlight, un film racontant l’enquête, à Boston, en 2001, d'une équipe de journalistes du Globe, sur l'existence présumée de prêtres pédophiles, protégés par l'Eglise.

Un sujet intéressant et... Maaark Ruffalo. Bon, en réalité, Mark Ruffalo a pris 10 ans et autant de kilos depuis la dernière fois que je l'ai vu, il est donc loin d'être le centre d'intérêt du film, n'en parlons plus.

La vraie force du film, c'est bien entendu son sujet. Si le démarrage est un peu long, abordant des ficelles juridiques complexes et donc difficiles à comprendre, on se laisse peu à peu happer  par l'enquête des journalistes, autour d'une affaire de pédophilie perpétrée par un prêtre, qui va se révéler bien moins exceptionnelle qu'il n'y parait.

La facture du film est assez classique, rappelant les grands films politiques américains des années 70, on suit l'enquête de manière chronologique, découvrant les unes après les autres les pièces d'un puzzle ne ménageant pas son suspense. La vie privée des journalistes est brièvement évoquée, suffisamment pour les rendre attachants, pas trop pour ne pas perdre de vue le vrai sujet du film. Surtout, on se rend compte à quel point s'attaquer à un tel sujet était risqué, et demandait un courage et une persévérance extraordinaires de la part de ces journalistes, pour affronter l'Eglise et tous les notables de Boston, désireux d'étouffer l'affaire.

Les acteurs sont bons (malgré un Mark Ruffalo un peu grimaçant), mention spéciale à Liev Schrieber, absolument impénétrable en nouveau rédacteur en chef du journal, et Michael Keaton, qui retrouve là un rôle digne de son talent (souvenez-vous, Batman, c'est lui!).

L'écran noir qui succède à la dernière image, égrénant le nombre d'affaires de ce type dévoilées dans toute L'Amérique après cette enquête, puis à travers le monde, nous laisse pantelants, presque incrédules devant l'importance du scandale, alors que je connais personnellement une victime de ces pratiques au sein de l'Eglise, à une époque où on ne dénonçait pas...

Assurément pas le film du siècle, mais un sujet véritablement passionnant: du journalisme d'utilité publique, au service d'un film hautement recommandable!

 

Commenter cet article