> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } Summer is coming - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Summer is coming

20 Juin 2017, 08:48am

Publié par Zazimutine

Summer is coming

 

Exceptionnellement, cet article répond à une commande; j'ai en effet été contactée par une grande éditrice allemande pour écrire un article sur l'été. Eh oui, les amis, ma carrière décolle!

Bien. Il est possible que je déforme un petit peu la vérité. Il est possible qu'en réalité, j'ai décidé de participer au challenge lancé par l'irrésistible Frau Pruno, du blog Escarpins et marmelade, et d'écrire, comme elle le proposait, un billet sur l'été. Mais attention, la meuf est prof d'allemand, et croyez-moi, ça se sent: trame imposée, thèmes à respecter, et bien sûr, QCM, orthographe notée, traduction en allemand simultanée, et zéro pointé en cas de faute grammaticale majeure.

Malgré ma peur panique mon respect profond de la gente professorale, je dois avouer avoir pris quelques libertés avec le sujet.

 

Un inconvénient majeur dans la rédaction de ce billet provient de ce constat incontournable: je n'aime pas l'été. Eh oui, je suis cette personne, la seule, l'unique, en France, dans le monde, qui n'aime pas la saison estivale.

Il faut dire que si je réfléchis à tous les étés vécus jusqu'à présent, la plupart étaient passés à travailler: à partir de 18 ans, j'ai bossé chaque été à la Poste, puis à l'hôpital, puis j'ai remplacé tout l'été les gens qui partaient en vacances. Quand je pense été, je pense à mes levers trop précoces pour aller bosser aux Chèques Postaux, à la moiteur de Lyon dès 6h du matin, à la sensation de rentrer dans un four géant chaque fois que je sortais du boulot, à l'impossibilité de dormir à cause du bruit dehors (fenêtres ouvertes=mort des relations de bon voisinage), puis un peu plus tard aux appels de nuit, au visage gonflé de sueur le matin, à la chaleur étouffante de Toulouse en juillet et août. Mais là n'est pas le propos. Le sujet du billet est bien "rêve d'été", alors je vais essayer de me remettre dans un bain rempli d'ondes estivales positives. Et pour cela me replonger dans l'enfance.

Voyons, voyons, respire.... làààà....... tu y es.

Ecoute, ce sont les cigales qui chantent (qui crissent?). Tu as 5 ans, 6 ans, 7 ans, tu es à La Ciotat, comme tous les mois de juillet.

Tu te souviens, sur le trajet, de Lyon, à la grande bleue (2h30 en roulant trop vite, comme se vantait mon père!) la façon dont tu as guetté de la voiture, le moment où tu allais enfin apercevoir la mer, c'était à celui qui la verrait en premier!

Tu sens ce parfum? C'est l'odeur du pin qui déborde  de résine sous la chaleur. Et celui-ci? C'est l'odeur de la mer, du sable chaud, de la crème solaire, celle qui tout à l'heure va te rendre toute luisante et attraper le moindre grain de sable, le laissant collé sur ta peau. Rappelle-toi: le bateau en caoutchouc jaune et bleu avec lequel tu jouais des heures durant avec ton frère, l'eau d'une transparence cristalline à 3 mètres sous toi, et ton vertige quand tu regardais un peu trop longtemps le sable, là-bas, si loin sous tes pieds. Souviens-toi, la menthe à l'eau dégustée en terrasse lors des promenades sur le port, la soubresade, les pêches et le melon, qui te coulait immanquablement sur le menton. As-tu gardé en mémoire ce joli collier plaqué or, une simple chaine avec des étoiles insérées entre les maillons, qui te faisait sentir princesse, et que tu as perdu au bout de quelques jours?

Te souviens-tu aussi des vacances à Cap-Ferret avec Pépé et Mémé? De ta tenue préférée: un short avec un débardeur rayé bleu marine et blanc, qui grattait un peu, mais qui avait l'avantage d'être assorti à celui de ton frère? Ressembler à ton frère te semblait être alors le summum de ta vie. Chacun vous aviez un petit sac à dos, le même dans une couleur différente, une serviette de bain aux motifs écossais, la même dans une couleur différente, et tu étais si fière de porter tes propres affaires. Tu étais si fière aussi d'apprendre à nager cet été-là, dans la piscine du club Mickey. Tu te  rappelles le torse bronzé de Claude, et la chaine qui brillait sur sa poitrine, la petite piscine bleu foncé, et ses mots "grenouille-V-I... grenouille-V-I", pour t'apprendre à nager la brasse?

35 ans plus tard, mon rêve d'été se situe peut-être bien là où je vis aujourd'hui, en Bretagne. Je l'imagine dans une maison à nous, loin du tumulte de la ville, loin du bruit de la vie, avec un grand jardin rempli de fleurs et de fruits. Une maison ouverte aux amis, à la famille, où l'on passerait quelques jours en bonne compagnie. Je l'imagine empli de liberté cet été-là, des enfants jouant sans contraintes, les pieds nus dans l'herbe sans qu'on y trouve à redire, quittant la table et y revenant à leur aise sans que nous fassions les gros yeux, improvisant toutes sortes de jeux. J'imagine aussi une guitare, des chansons populaires reprises par toutes les générations, des levers tardifs ou à la fraiche. Des promenades en vélo ou à pied, des baignades organisées et d'autres improvisées. Des couchers de soleil sur la mer par milliers, et des conversations entre chien et loup où l'on ouvre son coeur un peu plus que d'habitude parce que c'est plus facile quand on ne se voit plus. 

Ce rêve d'été là, il est un peu caricatural, un peu idéal, un peu utopique. Alors à nous de faire ressembler la réalité à nos rêveries.

 

Merci encore Frau Pruno pour ce défi, inspirant, vraiment! J'espère ne pas avoir trop malmenée la trame!

Commenter cet article

MissBrownie 27/06/2017 14:52

Très jolie participation.
Tu as une belle plume.

Zazimutine 27/06/2017 15:32

C'est gentil, merci :)))

Les cahiers de Lucie-Rose 22/06/2017 23:33

J'adore ton récit : il y a un côté vintage qui me replonge dans ma propre enfance au pays des cigales justement. C'est émouvant et ton rêve présent est bien appétissant. J'espère qu'il se réalisera... Et sinon tu es uniquement sur HC (j'avoue que je n'y vais pas souvent) ou peut-on te suivre sur Instagram ou FB ?

Zazimutine 26/06/2017 09:33

Coucou! merci beaucoup! Je suis aussi sur facebook (Touzazimutin, et sur Instagram @zazimutine ;)
Merci 1000 fois de ton passage, je vais te chercher mon tour :)

Natali 22/06/2017 16:52

J'y etais, moi aussi, pendant toute ma lecture...
J'ai le coeur gros...
Merci.

Zazimutine 26/06/2017 09:32

Oh, mince, ce n'était vraiment pas le but Nathalie, gros bisous!!

Escarpins et Marmelade 21/06/2017 15:06

Oh, j'adore ton récit, et ton introduction ;-) Tu me flattes, ma jolie! J'ai beaucoup aimé le moment où tu parles du voyage en TGV, de celui qui verra la mer en premier.... Très émouvant!

Zazimutine 22/06/2017 10:11

Je suis contente que ça t'ait plu :)
Oui je guettais bien la mer, mais de la voiture, pas du TGV qui d'ailleurs n'existait pas encore (eh oui l'après guerre, tout ça...^_^ hi hi hi!)

Lucie 20/06/2017 21:19

Merci pour ce retour en enfance, j'ai essayé de sentir les odeurs, de voir la mer, mes vêtements me grattaient presque mais pas grave c'était l'été et j'allais apprendre à nager :-)

Zazimutine 22/06/2017 10:07

Te voilà poète ma Lucie :) merci à toi pour ton doux message!
Gros bisous!