Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Ou est passée mon âme d'enfant?

15 Février 2018, 21:46pm

Publié par Emmanuelle

Ou est passée mon âme d'enfant?

 

"Est-ce que quand on devient adulte on perd l'amusement?"

Bam! Cette question m'a été posée par ma fille ainée après que j'aie refusé de jouer à une troisième partie de mystères de Pékin, pour cause de "1000 choses à faire".

L'avantage d'avoir un enfant philosophe est de nous pousser volontiers dans nos retranchements en nous occasionnant par là-même une réflexion bien prise de tête. Cette question m'a donc plongée dans un abîme de réflexion et de culpabilité. Il est vrai que j'avais auparavant pesté tout le long de la première et deuxième partie du jeu sus-cité, au prétexte que je me forçais, que j'avais autre chose à faire, alors qu'en réalité je m'amusais comme une petite folle (je suis une mère vraiment casse-pieds par moments!). Mais bon sang, c'est vrai: que s'est-il passé? Moi qui aimais tant jouer, moi qui pouvais passer la nuit à taper le carton avec les copains, toujours la dernière à abandonner la partie, moi qui continuais à danser sur la piste même après que le DJ ait éteint le stroboscope, pourquoi est-ce que je me laisse dorénavant presque systématiquement polluer par ma charge mentale? Pourquoi est-ce que je rechigne aujourd'hui à m'amuser? Pourquoi est-ce que je ne lâche pas prise? En somme, ou est passée mon âme d'enfant?

Je me souviens: ces petites choses qui faisaient la différence...

Cette façon de me jeter sur le canapé et de raconter ma journée à ma mère, la tête en bas et les pieds en l'air.

Les petits pois que je mangeais un par un en leur attribuant un prénom.

Les quartiers de mandarine qui représentaient chacun un banc de ma classe, Alan et Ariane, Francois et Stéphanie, et que je mangeais l'un après l'autre en terminant par mes copains préférés.

Cette façon de marcher dans la rue en essayant d'éviter les lignes; ne surtout pas marcher sur cette tâche de peinture rouge, au coin de la rue Duguesclin et de la rue de Créqui parce qu'on dirait du sang.

L'envie de jouer toujours, et que ça ne s'arrête jamais.

La capacité à faire tous les manèges, même ceux qui mettent la tête à l'envers. 

La peur de rien finalement, ou de pas grand chose, à part de voir disparaitre mes proches.

Cette âme d'enfant j'ai l'impression de l'avoir gardée longtemps, très longtemps. Me lancer dans des études longues ne doit rien au hasard, il y avait ancrée cette envie de ne pas grandir, me préserver le plus longtemps possible du monde adulte. Ce besoin  de rire aussi, tout le temps, de ne rien prendre au sérieux parce que le monde adulte c'est grave et puis ennuyeux.

Pourtant je dois bien l'admettre: la vie a pris le dessus. Mon âme d'enfant s'est peu à peu diluée, et curieusement, essentiellement à partir du moment où je suis devenue mère. Pas au début non. Au début je me souviens de ma joie primitive à choisir les jolis vêtements, la jolie déco, et puis surtout les  premiers jouets, les premiers livres, comme si j'allais pouvoir tout recommencer moi-même. Mais  l'amusement permanent s'est un peu envolé, recouvert par le poids des responsabilités, penser à tout, anticiper, organiser, tout le temps.

Bien sûr je pourrais continuer à raconter ma journée la tête en bas mais j'ai désormais les cervicales fragiles.

Je pourrais continuer à donner des prénoms à mes petits pois mais je n'en cuisine presque jamais.

Je pourrais continuer à transposer ma vie professionnelle dans mes quartiers de clémentine mais....oh oui! ce serait bon ça! Massacrer à coups de dents mes collègues les moins agréables!

Je pourrais continuer à marcher uniquement sur les bandes blanches dans la rue mais je serais sans doute assez vite repérée.

Mon âme d'enfant, elle est là pourtant:

- chaque fois que je les emmène au cinéma voir un film pour enfants et que mes yeux brillent avec les leurs.

- chaque fois que nous allons au restaurant parce que ce lieu reste définitivement pour moi un moment de fête.

- chaque fois que j'accepte, malgré tout, de jouer avec elles, même en râlant.

- chaque fois que nous acceptons de regarder un DVD en famille en mangeant un peu n'importe quoi.

- chaque fois que nous retardons l'heure du coucher parce que nous avons voulu prolonger cette promenade si agréable dimanche après-midi.

- chaque fois que Papa Ours et moi leur faisons des blagues foireuses parce que rire c'est essentiel.

- chaque fois que je fais partie de ces folles hystériques qui hurlent dans les montagnes russes, même si je ne fais plus les manèges qui mettent la tête à l'envers.

- chaque fois que je cuisine un gâteau pour que leurs papilles gardent toute la vie le goût de l'amour d'une maman.

Aujourd'hui mon âme d'enfant doit coexister avec la personne de 15 ans, celle de 25 ans, celle de 35 ans, et celle qui n'assume pas sa quarantaine. La cohabitation n'est pas toujours facile et de temps en temps l'une prend le pas sur l'autre. Mais la petite fille, la gosse, la gamine, la môme, la mioche, la pitchoune, elles sont toujours là

Commenter cet article

Elisa 17/02/2018 22:58

Très joli article. En ce qui me concerne, je crois (j'espère) que mon âme d'enfant est encore bien présente...En même temps, j'ai l'impression d'être enfant, adulte, et vieille sage à la fois :-)

Zazimutine 18/02/2018 23:07

Mais oui, nous sommes tout cela à la fois, c'est ce qui fait notre complexité, et notre richesse! ;)

Kel-Ly 17/02/2018 18:40

J'ai découvert ton blog grâce au partage de Picou-Bulle et ce fut un très bel article :) !
Moi j'ai vite plongé dans le monde adulte en arrêtant l'école à 18 ans. Mais j'ai longtemps travaillé avec des enfants.

Et j'ai encore mon âme d'enfant.. Il m'arrive de sauter dans les flaques d'eau avec Loulou ^^' !

Zazimutine 18/02/2018 23:07

C'est chouette de sauter dans des flaques!!
Aahh, picou est une vraie sainte! <3

Lou Ettre 16/02/2018 19:34

Oh quel joli article !!! On peut souvent être exaspéré par mon côté "gamine", je fais l'avion sur le rebord des trottoirs, je saute dans flaques... et je suis maitresse de maternelle : parfaitement à ma place !! C'est nécessaire de conserver son âme d'enfant, avec ses responsabilités de grand ! Merci pour tes jolis mots.

Zazimutine 18/02/2018 23:05

Merci à toi! Tu as choisi le métier qui convient à ta personnalité, c'est une grande chance! :)

Only laurie 16/02/2018 15:42

Ton article est vraiment très joli! C'est vrai qu'à partir du moment ou l'on a des responsabilités on a moins notre âme d'enfant, mais elle reste toujours quelque part en nous :)
Belle journée
Laurie
http://onlylaurie.fr/

Zazimutine 18/02/2018 23:04

Merci Laurie! Oui, et heureusement, la vie serait bien triste sans cela!

maman pavlova 16/02/2018 12:49

Ici je ne l'ai jamais perdu, et je dirais meme que depuis la naissance de ma fille j'ai une deuxieme jeunesse ( fatigue en plus lol) c'est juste magique de se sentir encore dans le syndrome de peter pan :)

Zazimutine 18/02/2018 23:03

C'est vrai, au début c'était très présent pour moi aussi! Avec les années c'est plus diffus...