Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Chronique télé # 2 -Ice show-

28 Novembre 2013, 15:59pm

Publié par Zazimutine

Chronique télé # 2 -Ice show-

 

J'adore le patinage artistique. Non, vraiment. J'ai même failli en faire comme activité extra-scolaire quand j'étais en primaire. Je me souviens m'être présentée devant une patinoire avec ma mère un mercredi matin pour m'inscrire et puis... je ne sais plus trop pourquoi, mais ça ne s'est pas fait. Plus de place, ou un truc comme ça. En tout cas j'en garde le souvenir d'une grosse déception (c'est là que vous écrasez une larme, merci). Bref.

Je ne suis pas devenue une grande patineuse, mais je sais patiner en arrière et même si ça n'a rien à voir, je voulais le placer (je suis du genre vantarde). Je me suis donc contentée de regarder le patinage à la télé pendant des années. J'ai fait fi des costumes à paillettes un tantinet ringards, des maquillages style poupée russe (en même temps les patineuses sont souvent russes, donc, ceci explique cela), des costumes moule-burnes à manche chauve-souris pour les garçons... et j'ai vibré devant les Duchesnay (oui ben on a les références qu'on peut hein!), Surya Bonali, même si je ne l'ai jamais trouvée très gracieuse, et Philippe Candeloro.

Ce préambule pour vous dire que je n'avais pas que des à priori négatifs sur l'émission Ice Show en diffusion hier soir sur M6. Même s'il s'agit de télé-réalité et que globalement, les méthodes employées par ce genre de télé me gavent, notamment le côté mise en scène à 2 balles, et le fait de toujours insister sur les aspects tragiques de la vie de tel candidat. A croire que ça rassure les gens de savoir que la vie n'épargne personne...

Le principe d'Ice Show est le suivant: 4 anciens patineurs de talent ont chacun une équipe composée de 2 "célébrités" qu'il va falloir coacher pour les rendre capable de produire un numéro sur patins à glace. En 3 semaines.

Libérée de mes contraintes maternelles en début de soirée, j'ai donc allumé la télé et attendu patiemment le début de l'émission. J'ai bouffé de l'auto-promotion à n'en plus finir, avec par exemple à 20h48: "ce soir à 20h50 ne ratez pas Ice Show" (notez le côté ubuesque de la chose!). Du coup, à force de mettre de la pub pour sa propre émission, la dite émission a démarré en retard.

A 20h55 et des brouettes, ça a commencé enfin; pas tout à fait en réalité, puisqu'il a encore fallu ingurgiter 10 minutes de générique, avec musique de teu-boi (enfin j'imagine, je ne suis pas allée en boite depuis... 2005?), des paillettes, des feux d'artifices, des fumigènes colorés, attention spectateur, tu vas assister à du très très lourd et en prendre plein les yeux! (comme toujours sur M6 non?) Et puis un commentaire très très fédérateur, des slogans accrocheurs comme: "ils ont réalisé leurs rêves d'enfants!"; ça c'est pour décrire les patineurs professionnels. Oui parce que pour faire carrière dans le patinage artistique, il vaut mieux démarrer tôt... d'ou le coup du rêve d'enfant tu vois? Bien entendu, tu peux démarrer le patinage à 39 ans si tu veux mais tu risques de ne pas être sélectionné pour les JO quoi, à toi de voir!

C'est Stéphane Rotenberg qui présente, THE présentateur de Topchef, grosse audience en perspective donc,  parce qu'à mon avis le Steph, il demande cher de l'heure! Steph insiste sur le défi sportif qu'il a fallu relever pour les "célébrités" (et ça je n'en doute pas, même si je sais déjà patiner en arrière). J'ouvre tout de suite une parenthèse, vous remarquez l'utilisation du terme "célébrités" et non "stars" comme dans une émission concurrente. Parce que oui effectivement, vous n'allez pas voir des stars ce soir, ni des célébrités d'ailleurs.... ou alors il faut s'entendre sur la définition de ce mot.

Stéphane nous présente les équipes, il y a donc:

-l'équipe Suria Bonaly

-l'équipe Gwendal Peizerat

-l'équipe Sarah Abitbol

-et l'équipe Philippe Candeloro; il faut que je vous dise que je suis fascinée par Philippe Candeloro. Franchement pour moi, il y a eu un avant et un après Candeloro dans le patinage artistique, ce type a apporté un vent de modernité fantastique. Et pourtant... Je n'ai jamais compris comment un type aussi intelligent dans son domaine, peut se montrer aussi benêt quand il commence à parler dans les médias.... ça se peut pas! Je ne peux pas imaginer qu'on puisse fragmenter son intelligence de cette façon...Je préfère donc mettre ça sur le compte d'une certaine maladresse. Philippe Candeloro n'est pas bête, il est maladroit. Ou timide. Ou les deux (enfin j'espère!). Voilà, ça c'est fait.

Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos célébrités. Vous m'excuserez mais je ne vais pas aller chercher le nom de tous ces gens dont je n'ai jamais entendu parler. Je sais que je suis une ringarde mais les seuls que je connaissais hier soir c'était Norbert, l'élégant, le délicat cuisinier de Topchef 2012. Et Richard Virenque. Ben voui tout de même, je connais Richard, j'ai lu les journaux. Et puis même, je le trouvais mignon quand il a commencé à pédaler... mais moins que Miguel Indurain dont j'étais folle amoureuse (si ça vous intéresse, un jour, je vous raconterai quand j'étais amoureuse des sportifs, il y en a eu plein, et puis c'est vachement intéressant!)

L'émission a donc fini par poussivement débuter avec la prestation d'une Miss France très émotive. Ben oui, la chouchounette, à l'entrainement, elle a tailladé la jambe de son partenaire avec son patin, rhooo c'est ballot quand même. C'est là que je fus immédiatement rassurée: Miss France n'allait pas patiner seule, mais en couple avec un partenaire qui sait patiner, lui. Ouf, le spectacle est sauvé!

Et pourtant, c'est là, à 21h16, que le pire s'est produit.

J'ai zappé.

Je n'ai pas eu la patience d'attendre les prestations des pros.

J'ai fini la soirée sur une rediffusion de l'Auberge Espagnole, en me remémorant mes années estudiantines, et en me disant qu'il faudrait absolument aller visiter Barcelone un jour...

Je vous ai dit que je savais patiner en arrière?

Lire la suite

Chronique télé # 1

27 Novembre 2013, 13:41pm

Publié par Zazimutine

Chronique télé # 1

 

Mardi dernier, devant la télé, je crois que j'ai été victime d'une EMI. C'est quoi une EMI? C'est une Expérience de Mort Imminente, vous savez le tunnel avec la lumière blanche qui semble vous appeler.... Non vous ne savez pas? Eh bien il vaut mieux pour vous!

En tout cas, mardi dernier, engourdie par une vieille rhino-pharyngite généreusement offerte par mes filles, je me suis endormie devant la télé. Mais pas devant n'importe quelle émission. En réalité je comptais regarder Mentalist et m'endormir devant Simon Baker en costumes 3 pièces, sirotant une tasse de thé, joli prélude à une nuit peuplée de doux rêves. Malheureusement ce soir là il y avait foot. J'ai donc zappé sur la 2 et je suis tombée sur un doucmentaire sur Hitler, sa vie, sa montée au pouvoir etc... Très intéressant documentaire, où l'on voit combien de fois le pire aurait pu être évité, en deux trois décisions apparemment sans conséquences. Bref.

Je ne sais pas si c'est le regard halluciné de Adolf, ou la douce voix de Matthieu Kassovitz, mais après 1h de lutte acharnée contre le sommeil, j'ai sombré dans une profonde léthargie. Je crois que c'est là que ça s'est passé. Parce que quand je me suis réveillé quelques minutes plus tard, mes yeux se sont ouverts sur le monstre Mengele (pour mémoire, le médecin d'Auschwitz qui se prêtait à des expériences sur les déportés... et qui fait honte à toutes les générations de médecins nés après lui), en train de faire sauter un enfant dans ses bras et le tordant dans tous les sens. J'ai failli en vomir mon repas. Je me suis levée complètement hagarde en demandant à Papa Ours combien de temps j'avais dormi. Et je lui ai demandé la permission de changer de programme.

Hier soir donc, bien décidée à ne pas revivre la même expérience, j'ai mis Mentalist. Mais TF1 se faisant un malin plaisir de nous mettre les épisodes dans le désordre, j'avoue que ça fait bien longtemps que j'ai perdu le fil de cette histoire de Rackam le Rouge... je me contente donc de mater regarder distraitement la série, sans essayer de comprendre l'histoire. Si bien qu'on finit toujours par zapper. C'est comme ça que nous sommes tombés sur "La France a un incroyable talent" sur M6. Mazette c'est pas rien le titre: la France, déjà, à peine grandiloquent, a un (un seul bien sûr) incroyable talent. Ok on y va, on va en prendre plein les mirettes!

Eh bien je l'avoue, j'ai été déçue. Notez que je ne veux pas être méprisante, je trouve que tous ces gens font des choses, euh... incroyables, et que je serais incapable de faire (heureusement, personne ne me le demande!), mais quand même, vu le titre, je m'attendais à quelque chose de plus impressionnant.

Nous avons donc vu:

-un type qui jongle avec des couteaux, puis avec une torche en feu et enfin avec une scie sauteuse en marche, le tout en riant toutes les dix secondes comme Garcimore (clin d'oeil aux lecteurs nés dans les années 70); j'imagine la réaction des gars qui le reçoivent aux urgences: "et votre bras vous l'avez perdu comment?"-"ben je jonglais avec ma scie sauteuse!" Moi j'aurais bien envie de lui proposer de couper tout de suite le deuxième pour lui éviter un deuxième passage à'hosto!! Ca m'énerve...

- un jeune homme qui danse comme un chewing-gum; et là je dis non, arrête de retourner tes bras à l'envers, c'est juste trop douloureux à regarder!

-une jeune femme qui fait un joli numéro aérien, mais qui n'a tout simplement pas le droit de chanter, ni de se maquiller en tigre, ni de se rouler dans la peinture; parce que ce n'est pas joli!

Ce soir sur M6 il y a une nouvelle émission où on apprend à des stars à patiner sur glace... je sens qu'on va se régaler!!!

Lire la suite

1500 km

26 Novembre 2013, 19:46pm

Publié par Zazimutine

Difficile retour sur terre après le voyage de 1500 km qui a occupé notre week-end.

1500 km, un grand voyage, tant sur le plan géographique qu'émotionnel.

Car ce week-end nous étions de baptême, et pas n'importe quel baptême: celui de ma filleule. Une grande première pour moi, et un rôle que je prends très au sérieux puisque je suis non baptisée et athée, justement. Le fait que L. mon amie d'enfance m'ait demandé cela, alors même qu'elle connait ma vie de mécréante, est d'autant plus symbolique de notre amitié. Alors certes, je ne conduirai peut-être pas ma chère filleule sur les chemins de la Foi, mais j'essaierai d'être une marraine bienveillante.

Nous avons donc parcouru quelques centaines de kilomètres pour rejoindre Annecy, dans une ambiance électrique, eu égard à la fatigue de nos oiselles, et avec une certaine odeur de taupe séchée dans les naseaux, rapport à l'absence d'eau chaude dans nos tuyaux samedi matin (à laquelle s'ajoutait, pour ce qui me concerne, un relent de pétrole frelaté, consécutif à une tentative désastreuse de "masque éclat bonne mine" périmé).

Laissez moi vous conter ce baptême, très symbolique à bien des égards.

L. et son mari avaient décidé de baptiser leurs 3 enfants, en même temps qu’était célébré le baptême des deux enfants de leurs meilleurs amis.

5 enfants, 2 confessions différentes. Un baptême protestant, un baptême catholique, le même jour, au même endroit; un pasteur, un prêtre, réunis au temple d'Annecy, pour officier ensemble.

Deux couples d'amis célébrant ensemble le baptême de leurs enfants respectifs, dans un élan fraternel. En vérité je vous le dis (depuis que je suis marraine, je me prends pour Jésus), l'atmosphère était chargée en émotion.

Je vais vous dire maintenant pourquoi le temple c'est vachement plus fun que l'église:

-au temple, il y a du chauffage! Ce qui est fort appréciable par 0°C de température extérieure.

-au temple, dans la salle du culte (équivalent de la messe), il y a un "coin enfants". Oui Madame, avec une table, des feutres, du papier pour dessiner, et des petits livres. Ca vous en bouche un coin hein?

-au temple, il y a des toilettes. Toujours utiles.

-au temple, il y a même une garderie pour les enfants, avec une dame qui garde vos chérubins pendant le culte s'ils s'ennuient ( indépendamment du "coin enfant", oui oui!)

-enfin, au temple, on peut choisir une marraine non baptisée (c'est moi!)

Malgré tous ces avantages et les tentatives désespérées de mon voisin de banc de me faire chanter, je n'ai toujours pas rencontré la foi, mais je ne désespère pas (parce que des fois, quand la vie est une vraie salope comme dit ma copine Véro, je me dis que ça doit être réconfortant d'être croyant; certes, il y a d'autres choses réconfortantes comme la bonne bouffe, le vin... mais j'y reviendrai!).

En revanche j'ai bien peur de m'être comportée comme un boulet.

La marraine-boulet, c'est:

-la fille qui a envie de pleurer dès qu'elle entend les gens chanter ensemble alors qu'elle ne comprend rien aux paroles

-la fille qui pleure et se mouche tout le long du culte, mais c'est parce qu'elle a une poussière dans l'oeil

-la fille qui enlève sa lentille juste avant de redescendre de l'estrade et qui retourne à son banc en tâtonnant, la lentille à la main (très classe, et très hygiénique).

-la fille qui part en oubliant de signer le registre à la fin; ben oui mais je savais pas moi... ce à quoi a répondu mon amie-de-30 ans, "si tu étais mariée, tu saurais!" Enfer et damnation, je suis irrécupérable!

D'Annecy nous n'avons pas eu le temps de voir grand chose mais l'essentiel est là:

1500 km

Vue panoramique du lac d'Annecy (je m'amuse avec mon nouveau téléphone!) de l'hôtel-restaurant ou se tenait le déjeuner de baptême, grande classe!

Nous avons eu aussi le grand plaisir, samedi soir, de manger au Contresens, super resto ambiance lounge, et très très très bon, pour un prix raisonnable, 29 euros entrée+plat+dessert (enfin bon, nous n'avons pas payé, mais je suis retourné sur leur site pour vérifier mes dires, merci encore les amis!!).

Enfin, pour le plus grand plaisir des miss, nous avons eu notre dose de paillettes dans les yeux, de la neige!!!

1500 km

Fini? Nan!

En tant que promoteurs du week-end de 3 jours, nous nous sommes fait plaisir en prolongeant notre séjour par une étape à Lyon, histoire de faire un petit coucou à Jouji et Mr Ewing. Merci l'école maternelle qui nous permet encore de faire sécher les cours à nos deux poulettes, c'est la dernière année, et ça reste exceptionnel.

Ainsi à Lyon, nous avons pu trouver du réconfort (même si nous n'en avions pas besoin), dans la charcuterie lyonnaise et deux de mes bouteilles préférées (que je consomme avec modération je vous rassure!)

1500 km1500 km1500 km

Oui, il y a du beaujolais nouveau, mais je vous jure qu'il est excellent! Quant au Jura, on aime ou on déteste, moi j'adore!!

Je vous parlais de voyage émotionnel, voici la dernière étape de notre périple: Jouji et Mr Ewing, nous ont annoncé, qu'à partir du mois de février, ils allaient devenir bretons. Cette nouvelle, nous l'attendions depuis au moins 2 ans; leurs recherches de logement dans le Morbihan ont été longues et souvent infructueuses mais ça y est, le pas est franchi! Inutile de vous décrire ma joie à cette annonce!

En même temps, j'ai pris conscience ce week-end, que Lyon et moi c'était vraiment fini. J'ai quitté ma ville natale il y a 14 ans, j'ai souvent dit ne pas me sentir attachée à cette ville, peut-être parce que mon frère et moi y sommes nés mais que nous n'y avons pas nos racines. Et pourtant, là, à l'idée que désormais nous n'avons plus personne à qui rendre visite à Lyon, je ressens un réel pincement au cœur. Dont j'espère bien vite me remettre maintenant que nous avons "un pied" en Bretagne!

Cependant, je vous livre la plus belle vue de Lyon que je connaisse, sous un ciel incroyablement bleu hier, comme un clin d'oeil pour nous dire au revoir:

en face Fourvière, à droite la colline de la Croix-Rousse...

en face Fourvière, à droite la colline de la Croix-Rousse...

PS: je ne maitrise pas la taille des photos, celles que je voudrais petites sont énormes et inversement...

Lire la suite

Voleuse de doudous

21 Novembre 2013, 13:07pm

Publié par Zazimutine

Voleuse de doudous

 

Avez-vous remarqué comme, depuis que nous sommes devenues mères, nous avons tendance à nous comporter de manière totalement ridicule?

Evidemment il y a cette façon de parler bébé à notre bébé, qui, sortie du contexte, est assez pathétique. Mais bon, on y est, justement, dans le contexte.

Je passerai également sur le fait de fredonner le générique de Tchoupi (ou autre) dans les couloirs du boulot (jusqu'à la prise de conscience... "c'est quoi déjà cet air?"- "ah oui, oh merde!").

Et puis finalement, le ridicule grandit de la mère avec l'enfant.

Je me souviens d'une fois où je suis intervenue dans une aire de jeux, pour défendre ma fille qui avait été bousculée par un autre enfant. J'étais à deux doigts de l'insulter, genre "toi, ptit con, si je te reprends à bousculer ma fille, j'te casse la tête!". Un enfant de 2 ans, grotesque...

Ce matin, si le fameux adage selon lequel le ridicule ne tue pas s'était révélé inexact, je me serais embrasée sur le champ. J'ai frôlé la démence, ridiculite aigue stade 4 nécessitant une prise en charge psychiatrique en urgence.

Tout ça à cause d'une histoire de doudou.

Miss Bonbon est très- très- très attachée à son doudou, elle n'en a jamais voulu d'autre. Elle n'a jamais dormi sans. Inutile de vous dire qu'à chaque fois que nous "perdons" le fameux doudou, c'est l'hystérie collective à la maison. Son père, sa soeur, moi-même, nous tordons les mains d'angoisse chaque fois que le dit lapin disparait.

Et c'est ce qui s'est passé ce matin. A l'école (devant témoins c'est plus drôle!).

C'était moi qui amenait les filles pour une fois, nous étions déjà bien en retard.

Arrivée devant la classe de miss Choco, c'est toujours la cohue, surtout lorsqu'une maman commence à entreprendre la maitresse sur la toux de son fils... Les autres parents attendent, les enfants vont poser leur sac et leur manteau à leur porte-manteau, on se croise, on se rentre dedans, un beau bordel.

Ce matin nous attendions donc notre tour, quand tout à coup miss Choco se tourne vers moi, le visage pâle, et m'annonce d'un ton tragique "une dame a pris le doudou de Miss Bonbon!"

-"quoi???"

-"on a perdu le doudou de Miss B!"

Je regarde les mains de ma cadette, effectivement, pas de lapin. Ni par terre. Ni vers les porte-manteaux. Ni nulle part. J'essaie de comprendre les propos confus de mon ainée, il faut se rappeler que nous sommes dans une école maternelle, avec teneur élevée en décibels!

-"mais c'est qui cette dame?"

-"ben elle est partie"

-"attendez-moi là, je reviens!"

Et je plante là mes deux filles, courant vers la sortie, le désespoir plaqué sur mon visage. Car j'imagine déjà toutes les conséquences d'une journée sans doudou. La séparation impossible, l'absence de sieste...

J'essaie aussi de comprendre les motivations de la voleuse? Confusion de doudous? Jalousie? Vengeance? Crime personnel?

Enfin j'envisage toutes les solutions... Affichettes? Interrogatoire du voisinage? Garde à vue de tous les parents?

Oui, durant les quelques secondes de mon trajet jusqu'aux portes de l'école, je pense à tout ça. Personne. Enfin si, une Atsem et la responsable de la cantine.

Petit dialogue: "Excusez-moi, quelqu'un ne vous a pas ramené un doudou?"

"euh... non!"

"m'enfin je ne comprends pas, une dame a volé le doudou de ma fille!"

Air consterné de mes interlocutrices, elles ont aussi sont choquées par l'importance du crime j'en suis sûre! Je lis dans leurs yeux:

"eh bien Madame, voulez-vous que nous appelions la police?"

"Oui s'il vous plait, il faut le retrouver tout de suite!!"

"qu'est-ce que vous préférez qu'on vous envoie, l'équipe d'Esprits criminels, celle de FBI portés disparus, les Experts?"

"ben il me semble que FBI portés disparus est la plus appropriée, mais si Aaron Hotchner a un créneau, je veux bien, après tout, c'est peut-être un voleur de doudous en série (et puis comme ça je le verrai en vrai, miam miam!)

Non évidemment nous ne sommes pas allés jusque là.

Je suis retournée voir mes filles et leur ai annoncé la mauvaise nouvelle. Miss B a commencé à pleurnicher. J'ai repris mon enquête auprès de miss Choco, témoin-clé du drame:

"tu l'as vue cette dame?"

"oui"

"tu la connais?"

"c'est la maman de Jules"

Un nom! Yes, mon enquête avance!

Pendant ce temps là, l'heure avançait et je n'avais toujours pas déposé mes filles dans leurs classes. J'ai donc laissée la plus grande et me suis dirigée vers la classe de petite section pour y déposer ma petite, qui réclamait "doudooooouuuuu!" bien entendu.

J'ai encore aggravé mon cas en m'agenouillant à la hauteur de miss B et en lui disant bien fort, et ce devant un couple de parents qui attendait là: "écoute-moi, la prochaine fois que tu vois quelqu'un te voler ton doudou, tu lui dis "non, il est à moi!",  personne, tu m'entends, personne n'a le droit de te voler ton doudou!"... Oui, j'ai fait ça...

Puis j'ai emmené ma poulette en larmes dans sa classe. J'ai expliqué à l'Atsem ce qui se passait, ai promis à ma fille que j'allais retrouver sa bestiole, et lui ai demandé d'être forte. 

En repassant devant la classe de ma fille ainée, j'ai eu l'idée de demander à la maitresse le numéro de la maman de Jules, non mais elle va m'entendre celle-là!!

"Excusez-moi, la maman de Jules aurait retrouvé le doudou de ma fille et serait partie avec..." les mots moururent dans ma bouche tandis que j'apercevais, posé bien en évidence sur la table de la maitresse, le lapin.

"ah oui! j'attendais que quelqu'un vienne le chercher"

En fait, la maman de Jules, elle avait trouvé le doudou de ma fille parterre et elle l'avait donné à la maitresse; logique quoi!

Je vous passe l'épisode ou je suis allée toquer triomphante à la classe de miss Bonbon pour lui dire que je l'avais retrouvé... Et celui où je pars en courant vers la sortie de l'école parce que les portes allaient se fermer...

Evidemment je suis arrivée en retard au boulot.

Elle est bête aussi la maman de Jules, c'était compliqué de demander bien fort "il est à quelqu'un ce doudou?" Non mais je te jure, gourde va!

 

Lire la suite

J'aimerais bien arrêter, mais j'y arrive pas

20 Novembre 2013, 10:01am

Publié par Zazimutine

J'aimerais bien arrêter, mais j'y arrive pas

 

- de manger des chocos Prince alors que je sais que c'est bourré de cochonneries; d'un autre côté je les descends tellement vite que d'une certaine manière, j'évite à mes filles d'en manger, donc je les protège!

- de manger les "tronches de cake" (Saint Michel) de Miss Choco, parce que justement, c'est pas bourré de cochonneries mais du coup y en a plus quand on prépare son gouter pour l'école

- de ne pas savoir dire "non", ou tout simplement "merde" (encore que ça se discute, c'est peut-être plus simple de dire non!)

- d'avoir envie d'apprendre encore et encore tellement de choses, la musique, la danse, le chant, la couture, les langues étrangères, tout ce qu'il y a à faire de son corps, de ses mains, de sa tête

- d'être empathique, même si c'est normal et même le minimum lorsqu'on fait un métier en contact avec de l'humain, mais de temps en temps ça fait vraiment trop mal

- de plaisanter, parce que je sens qu'à cause de ça, on ne me prend pas toujours au sérieux

- de ne pas toujours très bien me démaquiller le soir parce que j'ai la flemme

- de me mettre parfois à hurler sur les filles quand elles me poussent à bout

- de me sentir un peu plus "vieille" que les autres mamans à la sortie de l'école

- de m'inquiéter pour tout, tout le temps (mais ça va mieux!)

- de proférer des insultes à l'encontre des autres automobilistes (fenêtres fermées, oui je suis lâche); ce qu'on peut devenir con au volant...

- d'avoir envie de pleurer quand j'écoute Dominique A., ou Yann Tiersen, ou de la musique klezmer

- de m'étrangler d'émotion à chaque spectacle de mes filles, ou plus généralement d'enfants (oui, même quand ce ne sont pas les miens!)

- de rêver qu'un jour on vivra ailleurs, près de la mer... parce que parfois se rendre compte qu'on n'arrive pas à réaliser ses rêves c'est douloureux, mais le plus souvent c'est ce qui fait avancer (d'avoir des rêves j'entends, en sachant que j'ai quand même réalisé LE rêve, celui que j'avais mis tout en haut de la liste, et qui est sans doute à l'origine de ce blog, et de tant d'autres choses...)

 

PS: si vous voulez partager aussi ce que vous aimeriez arrêter sans y arriver, allez-y, mon blog est à vous! Ou mettez le lien de votre propre blog  si vous en avez un ;-)

Lire la suite

Un pied dans Brazil

19 Novembre 2013, 11:58am

Publié par Zazimutine

Un pied dans Brazil

 

Je crois que je dois être un peu agoraphobe... ou claustrophobe... ou phobique des transports en commun.... En fait, je me demande de quelle maladie finissant par -phobe, je ne souffre pas. C'est aussi ce que se demande ma psy mais c'est une autre histoire.

Hier matin, c'était un peu Brazil dans ma ville. Tout paraissait légèrement surréaliste.

Il y eut d'abord ce bouchon à un endroit où il n'y en a jamais, dans une ambiance de crachin et de ciel si bas qu'on aurait pu se demander si le soleil s'était vraiment levé ce jour-là.

Je devais me rendre à l'autre bout de la ville pour une formation. Après 40 minutes de corps à corps avec mes voisins automobilistes m'ayant permis de me mobiliser d'environ 1 km, je décidai d'abandonner ma voiture. dans un endroit désert, mais à stationnement payant. Va comprendre... ah si bien sûr, désert, mais à côté d'une station de métro. Je n'ai donc pas payé.

J'ai bravé les intempéries pour affronter la marée humaine affluant dans le métro.

20 minutes de trajet, collés les uns aux autres, dans un silence religieux. C'est ce qui m'a le plus étonné, ce matin-là, ce silence dans le métro alors que nous étions si nombreux. D'habitude on entend ici et là des conversations, collègues qui se retrouvent dans le même wagon, lycéens qui vont ensemble au bahut... Mais là, rien. Angoissant.

J'ai vaguement essayé de regarder les pieds des autres comme je l'avais fait ici pour me détendre, mais impossible, trop de monde, je ne voyais que mes propres panards J'ai envisagé un moment la possibilité de définir une dimension psycho-émotive dans la chevelure de mes voisins mais cela m'obligeait d’une certaine façon à les dévisager.

Bref, j'ai donc passé 20 minutes à déplacer mon corps et mes mains sur les rampes de façon à ne jamais entrer en contact physique avec mes camarades d'infortune. Un peu agoraphobe...

J'ai frôlé la crise de panique lorsqu'à une station, les portes du métro se sont fermées/ouvertes/fermées et que le métro a hoqueté sans bouger. Un peu claustrophobe...

J'ai poussé un grand soupir de soulagement en sortant enfin de la rame, un arrêt plus loin, juste quelques secondes avant que le haut-parleur n'annonce un arrêt de circulation du métro pour une durée approximative de 20 minutes. Hier matin,tout à coup, j'ai eu la classe! (Julie Andrieu ne devait pas être loin).

Il me restait encore 20 minutes de tramway pour arriver à destination.

1h20 de trajet au total, 3 moyens de tranports différents, le triathlon du travailleur, ayez pitié de nous petits Parisiens!

Arrivée à bon port, il me fallait encore trouver le lieu de formation... "dans le bâtiment neuf" m'avait-on dit, salle de cours numéro 5. Le batiment neuf est neuf mais pas encore fonctionnel. Donc il manque des trucs comme.... des portes d'entrée qui s'ouvrent. Impossible de trouver le moyen d'entrer dans ce satané bâtiment! Après 5 minutes de vagabondage, je me décidais à emprunter cette entrée souterraine qui ne m'inspirait guère confiance. Je me retrouvai alors exactement dans l'image plus haut. Des couloirs gris, sans aucune indication, sans aucune fenêtre; puis des couloirs blancs, encore des couloirs blancs, et enfin une porte avec une petite fenêtre au travers de laquelle je vis un autre couloir et indiqué dans celui-ci: "salles de cours". Mais non trop facile, la porte ne s'ouvrait pas, essaie encore! Je décidai alors d'employer la technique dite du "flic à l'américaine", un grand coup de pied dans la porte qui fait sauter la moindre serrure réticente. Non mais non! Je ne suis pas du genre à dégrader du matériel public, j'ai gentiment demandé à un monsieur surgi de nulle part de m'aider. Il a ouvert la porte d'une pichenette. J'ai bredouillé un merci confus.

Je me suis encore retrouvée dans une enfilade de couloirs blancs (et dire que des gens vont travailler ici!), après quoi un individu posté dans un bureau totalement vide et me voyant passer dans le couloir me cria: "tout au fond!".

Je parcourus encore de longs corridors tous aussi aseptisés "salle de cours 10"-"salle de cours 11"-et enfin tout au fond "salle de cours 12". Pas de salle 5. Je retournai sur mes pas, et je m'aperçus alors qu'en tout petit, à côté de chaque inscription "salle de cours numéro tant", un autre petit écriteau avait été placé, si bien que salle de cours 10 devenait salle de cours 3, salle de cours 11 devenait salle de cours 4 et ainsi de suite, jusqu'à ce que j'arrive salle de cours 10 devenue 5.

J'entrai. Et tout redevint normal. Ce n'était au fond qu'un lundi matin très banal.

Lire la suite

Les poux: le retour de la vengeance

17 Novembre 2013, 21:50pm

Publié par Zazimutine

Cher Loulou le Pou,

 

Tu vois, j'essaie d'être sympathique, j'utilise donc le petit nom dont t'as affublé Antoon Krings dans sa série consacrée aux petites bêtes, une série créée j'imagine pour nous rendre plus attrayantes des bestioles toutes plus beurk les unes que les autres...

Les poux: le retour de la vengeance

 

Donc mon cher Loulou, puisque c'est ton nom, même si là tout de suite j'ai plutôt envie d'écrire "cher connard", rien ne va plus.

Te voilà revenu avec toute ta famille! Au passage je vois que celle-ci s'est agrandie toutes mes félicitations! Seulement je te rappelle que nos derniers échanges ne furent guère cordiaux.

Souviens-toi, juillet 2011... Tu décidais de laisser un souvenir à ma fille ainée en guise de cadeau d'adieu à sa crèche; tu avais disséminé quelques-uns de tes bébés dans sa chevelure fournie... Mais je te coupais l'herbe sous le pied et n'entendis plus jamais parler de toi... Jusqu'en juin 2013... (tu es décidément friand de cette saison).

Juin 2013, où nos relations prirent un tour nouveau et avouons-le plus agressif. Tu avais fait ton grand retour sur la tête de miss Choco et cette fois, tu étais bien décidé à ne pas te laisser abattre.

J'utilisai alors une méthode douce pour t'éliminer, plus pour épargner ma fille je dois bien le dire, que par altruisme envers les tiens.

PARANIX fut notre première bataille.

Très facile à utiliser, tu imprègnes la chevelure, tu fais mousser, tu rinces et basta! Ensuite tu peignes et tu récupères les loulous, encore vivants je précise, et ça c'est un peu flippant (du coup tu doutes un peu de l'efficacité du produit...).

On m'avait bien conseillé de peigner ensuite la chevelure de ma fille tous les jours, mèche par mèche pour chercher tes bébés, et même de refaire un shampooing traitant 5 jours après le premier.

Chaque jour donc Loulou, j'ai peigné, j'ai cherché, j'ai tué. Veni, vedi, vici.

30 minutes de boulot tous les soirs mon Loulou, en plus de tout ce que j'ai déjà à faire, je ne te dis pas merci! DVD obligatoire en rentrant de l'école pour pouvoir épouiller tranquillement sans subir les foudres de ma fille. Et je ne parle pas des changements de draps, de pyjamas et des lessives qui vont avec, tu m'en as donné du boulot!

Seulement les armes pacifiques n'ont pas suffi. J'ai eu beau y mettre du coeur, enlever délicatement tes bébés accrochés aux cheveux de ma fille pour les rendre à leur destin, tu es resté! Je ne sais pas ce que tu as bouffé entre juillet 2011 et juin 2013 mais on peut dire que ça t'a réussi. Tu as même profité du départ en vacances de miss Choco début juillet pour organiser une méga cousinade! Et au retour de sa semaine, bingo, j'ai ramassé les bouteilles de bière pendant des semaines!!

Après 1 mois de lutte acharnée, et sur conseil de mon pédiatre, j'ai décidé de devenir plus radicale: POUXIT!! Lotion siliconée qui étouffe la bête. Oh ça va hein, pas de chougneries!

Pouxit, beaucoup plus efficace, mais aussi beaucoup plus pénible à utiliser:

1) 15 minutes de pause dans la baignoire pendant lesquels il faut:

-lire une histoire

-coller des gommettes

-chanter des chansons...

au choix! Bénéfices secondaires nous voilà! Pour un peu je te soupçonnerais d'avoir passé un marché avec ma fille...

2) très très difficile à rincer... faire un shampooing sans mouiller la chevelure qu'ils disent sur la notice, mais faire un shampooing qui ne mousse pas c'est assez compliqué... par conséquent...

3) se résigner à avoir une ado de 5 ans et demi la chevelure poisseuse, et accepter que l'on puisse penser que sa mère ne lui lave jamais les cheveux...

Mais avec Pouxit au moins, j'ai compté les cadavres, niark niark niark!

Bon et puis l'histoire n'est pas terminée. Début août, tu es encore revenu. Je n'avais pas pensé que tu utiliserais un moyen aussi abject pour te repointer: contaminer toute la famille!! Salaud! Me faire ça à moi, 30 ans après, j'en aurais pleuré!

On a fini par s'en sortir, moyennant une injonction de ne pas approcher de la tête de ma fille avec:

-shampooing p'tit toto

-vinaigre dans l'eau de rincage après chaque shampooing

Tranquillité 2 mois.

Et te voilà donc avec tes 7 petits derniers... Cette fois je n'ai pas lésiné: Pouxit direct, Paranix pour tous les membres de la famille, lessives à gogo, élastiques et brosses à cheveux au congélateur toute la nuit, peigne double dents pour récolter adultes et bébés... 

attirail du parfait petit épouilleur

attirail du parfait petit épouilleur

Et maintenant attention, je sors mon arme ultime de destruction massive, le lance-flammes à poux, j'ai nommé: le peigne électrique!!

Alors Loulou, une bonne décharge ça te dit?

 

à utiliser chaque soir en rentrant de l'école (moins long qu'une séance d'épouillage...)

à utiliser chaque soir en rentrant de l'école (moins long qu'une séance d'épouillage...)

Lire la suite

La règle des 3

11 Novembre 2013, 14:22pm

Publié par Zazimutine

"Moi Présidente, j'instaurerai la semaine des 4 jours travaillés-3 jours chômés obligatoires" meeting Zazimutine, élections présidentielles 2022...

Sincèrement, c'est pas idéal un week-end de 3 jours? 1 jour pour récupérer, 1 autre pour faire tout ce qu'on a pas eu le temps de faire dans la semaine (courses, ménage, lessive...), et enfin, 1 vrai jour de week-end pour profiter réellement d'avoir du temps libre. Bref, le week-end de 3 jours, parfait! Si Dieu s'était reposé 1 jour de plus au lieu de reprendre le job le lundi aussi!! Si Claude François ne savait pas changer les ampoules, au moins, il avait compris ça!

Cette règle des 3 vaut pour pas mal de choses si on y réfléchit.

3 semaines de vacances c'est également parfait: 1 semaine pour décompresser, 1 deuxième pour enfin réaliser qu'on est en vacances, 1 troisième pour consolider.

3 enfants: le premier pour s'entrainer, le deuxième pour devenir un parent potable, le troisième pour devenir un parent parfait. Tout cela reste très théorique bien sûr, personnellement je devrai me contenter d'être une mère potable mais pas trop fatiguée plutôt qu'une mère parfaite épuisée (je parle pour mon cas personnel bien entendu, on peut aussi accélérer ou ralentir le processus).

Citons aussi la règle des trois emmerdements, comme la même semaine, avoir:

1) un enfant qui se casse la clavicule

2) ce même enfant démarrant une angine 48h plus tard, au moment même du seul déplacement professionnel de l'année que vous vous autorisez (voire de la demi-décennie!)

3) un téléphone qui rend l'âme quand vous vous trouvez donc à plusieurs centaines de kilomètres  de vos enfants (pour mémoire, malades et fracturés), avec impossibilité de prendre des nouvelles directement auprès des grands-parents dont vous n'avez pas en tête le numéro de téléphone... heureusement qu'il fut une époque ou vous n'aviez pas de portable et ou vous aviez appris par coeur le numéro de téléphone de votre amoureux, qui a eu le bon gout de ne pas en changer depuis.

Trois hémisphères cérébraux, tellement plus pratiques quand on dirige la France (à moins que ce ne soit quatre ou cinq, je ne sais plus).

Trilobite... Non non n'y voyez pas une tentative déguisée d'aborder un sujet défendu, rhooo ce que vous pouvez avoir l'esprit mal tourné; le trilobite est un arthropode marin fossile ayant vécu durant le Palézoïque... quel rapport avec ce que je racontre plus haut? Aucun! C'est juste que je ne trouve plus d'exemples de règles des 3...

Remarquez il y a aussi "3 p'tits chats, 3 p'tits chats, 3 p'tits chats-cha-cha, chapeau d'pailleuh, chapeau d'pailleuh, chapeau d'paille paille-paille... etc...

Bon, euh... a plus tard!

La règle des 3

Lire la suite

Little Cigogne (box vêtements pour enfants)

7 Novembre 2013, 12:41pm

Publié par Zazimutine

Vous vous souvenez peut-être de mes expériences positives avec les tendances d'Emma et la Cocobox, issues de mes promenades de blog en blog.

Je l'avais insinué quelque part, toutes mes expériences ne furent pas aussi enthousiasmantes.

Ja vais donc vous narrer là mon histoire avec Little Cigogne, box de vêtements pour enfants.

Au préalable, il faut savoir que:

1) j'adore acheter des vêtements pour mes filles; une réminiscence du "jouer à la poupée" j'imagine...

2) en revanche je n'ai jamais eu un goût très sur, notamment concernant les articles qu'on peut porter ensemble ou pas; en pratique, si je vois un haut présenté avec un bas qui va bien, j'achète l'ensemble parce que sinon je fais n'importe quoi. Je suis capable de commettre des mélanges vraiment hasardeux dont j'aurai sans doute à m'expliquer plus tard...

3) j'adore aussi qu'on offre des vêtements à mes filles, surtout lorsque ce sont des articles que je n'aurais pas forcément choisi; cet été, Jouji a offert à chacune de ses petites-filles une robe Petit Bateau sur lesquelles je n'aurais pas forcément craqué en magasin, mais que je leur ai mis tout l'été tellement j'adorais les voir dedans. En un mot j'aime être surprise, agréablement de préférence, oui c'est quand même plus sympa.

J'ai donc été logiquement attirée par le concept de cette box qui promettait, moyennement un abonnement mensuel ou trimestriel, une sélection de vêtements de marque à prix dégriffés, sélection composée par une styliste. Mes deux critères (surprise+ tenues pensées par un pro) étaient donc remplis. De plus, sur le site, on parlait de vêtements "de petit créateur"... cette formule m'a fait imaginer des fringues originaux qu'on ne verrait pas facilement sur d'autres...

J'ai d'autant plus facilement franchi le pas que la plupart des blogueuses qui en parlaient sur leur blog avaient mis des photos des vêtements reçus tous plus jolis les uns que les autres. Sauf une ou deux...

Bref, je me suis abonnée, non sans avoir auparavant renseigné l'âge, la taille de ma fille ainée (forcément plus en manque de vêtements neufs que sa soeur), et mes/ses goûts.

Je n'avais pas été très restrictive, j'avais juste mentionné les couleurs préférées de miss Choco: rose, rouge, et gris, et le fait qu'elle préfère porter des jupes ou des robes.

Sur les 3 formules disponibles (petit plaisir à 34,99 euros par mois -hors frais de port, petit coup de coeur à 44,99 euros par mois -hors frais de port, petit coup de folie à 54,99 euros par mois-hors frais de port), j'avais choisi le "petit coup de coeur" qui nous vend "une touche de petit créateur" dans une sélection composée de 3 à 5 articles d'une valeur d'environ 90 euros.

Lorsque j'ai tenté cette expérience fin août, le prix était je crois de moins de 40 euros par mois (les prix ont augmenté depuis); ce qui est sûr c'est qu'avec les frais de port j'ai payé exactement 41,94 euros. Prélévée fin août, colis arrivé vers le 10 septembre.

Et voici ce que j'ai reçu:

Little Cigogne (box vêtements pour enfants)

 

Voilà. Alors d'abord, première déception, rien de très original dans cette tenue:

-la jupe, Jacadi, pas de bol, jai horreur des imprimé écossais

-le tee-shirt, Tripley, sympa

-le caraco, (désolée j'ai oublié la marque, j'avais tout noté dans mon téléphone mais celui-ci a été victime d'un arrêt cardiaque il y a 15 jours...) joli mais je dois être chiante en fait, ja n'aime pas les caracos. J'aime bien que les petits bidons de mes filles soient couverts.

-et puis dernière déception, je ne vois pas en quoi cette tenue proposée est originale et assortie d'ailleurs; mais ça doit être encore mon goût de chiotte qui ressort...

Là ou la promesse est tenue, c'est sur la mention "prix dégriffés"; les étiquettes sont encore sur les vêtements, si bien que lorsqu'on additionne les prix, cela fait bien un total de 90 euros. Donc environ 60% d'économies.

Comme j'avais la possibilité de renvoyer le tout gratuitement et de demander une nouvelle sélection, je l'ai fait. Et cette fois j'ai un peu plus précisé mes goûts, en éiminant le style "classique" et "BCBG".

15 jours plus tard, j'ai reçu cette nouvelle sélection:

Little Cigogne (box vêtements pour enfants)

 

-un jean noir, de la marque Tripley; c'est bien ça un jean noir, c'est... disons toujours utile!

-un tee-shirt de la marque Ü quelconque; à rayures, c'est bien, j'adore les rayures mais... quelconque...

-un gilet Rokefella blanc cassé avec des noeuds rouges et des fronces sur le haut des manches; bof...

Encore une fois le prix total des articles correspond à une remise de 60% sur le prix initial. En revanche, je ne vois encore une fois pas d'originalité dans cette tenue dont je ne suis d'ailleurs pas certaine que les vêtements qui la composent doivent être portés ensemble... je garde quand même parce que évidemment, maintenant si je renvoie, je vais payer les frais de port. Logique.

Déçue donc par cette expérience je décide de suspendre mon abonnement. Mais j'ai trop tardé à attendre cette 2ème sélection et mon compte se voit une nouvelle fois débité de 41,94 euros tandis qu'un nouveau colis me parvient le 5 du mois d'octobre suivant.

Cette fois, 4 vêtements:

Little Cigogne (box vêtements pour enfants)

 

-un tee-shirt très mignon (en haut à gauche) Tripley, mais bien trop petit pour un 6 ans; pas grave, il ira à ma 2ème fille...

-un tee-shirt col roulé à rayures château de sable... avec des finitions dentelles aux manches, beurk, pas mon style; pas grave sous un pull ça ira bien...

-une jupe rouge en velours château de sable; Miss Choco adore, une jupe, une couleur qui claque... Le truc c'est que je ne suis pas certaine qu'elle pourra la mettre cette année à moins de gagner 10 cm de tour de taille; va falloir la gaver mon oiselle!

-une robe en jersey grise Ü... là encore 2 fois trop grande malgré le respect de la taille. Bof la robe mais on va lui mettre hein!

Encore une fois, peu enchantée de cette sélection, que je décide de garder quand même.

Bilan:

-j'ai stoppé mon abonnement

-j'ai dépensé environ 83 euros pour 7 vêtements "de marque" mais que je n'aurais pas achetés... donc à ce prix là je préfère effectivement faire les soldes, ou encore avoir moins de vêtements mais qui me plaisent vraiment.

-les vêtements que nous avons utilisé pour le moment sont les tee-shirts (sauf le col roulé); je pense mettre bientôt le jean noir à Miss C mais il est très large à la taille, je l'engraisse un peu d'abord...

Conclusion: cette box peut convenir à quelqu'un qui aime les suprises et qui est peut-être moins pénible que moi sur les petits détails mais ce n'est pas pour moi.

Bye bye little cigogne!

PS1/ si vous avez une expérience , positive ou négative, à raconter sur cette box, n'hésitez pas!

PS2/ Little Cigogne offre maintenant la possibilité de ne garder (et payer!) que les vêtements qui plaisent dans une sélection sans avoir besoin de tout renvoyer.

Lire la suite

Le mystère Tchoupi

5 Novembre 2013, 09:13am

Publié par Zazimutine

Pour vous prouver que je ne suis pas qu'une personne futile et éthérée (je suis sure que mes copines janviettes vont adorer ce mot!), aujourd'hui, j'ai décidé d'aborder un problème de fond.

QUI EST TCHOUPI?

Ou plutôt, quoi est Tchoupi?

Ce qui donne en français littéral: "qu'est-ce que Tchoupi?"

Au départ, j'avais envie d'écrire sur mon inimitié envers Tchoupi... enfin je n'ai rien contre lui personnellement la pauvre euh... bête? (hé hé, on arrive au coeur du sujet là tout de suite!), mais j'avoue que j'ai du mal à comprendre la passion des enfants pour cette... cette... chose?

Sans vouloir heurter des millions de petits lecteurs assidus de par le monde, sérieusement, Tchoupi, c'est moche non? Prenez un album de Tchoupi et on regarde ensemble. Allez c'est bon, on sait que bien que vous avez ça à la maison, vous y êtes?

Ouvrez-le et observez:

- vous avez remarqué la simplicité du dessin?

- le trait de crayon pataud, un peu tremblé?

- les couleurs criardes?

Le mystère Tchoupi

 

Alors certes, on peut évoquer là un certain parti pris de l'auteur NB: J'adore cette expression, avez-vous remarqué comme c'est pratique quand on a pas compris/aimé une oeuvre, de sortir cette phrase "je ne sais pas euh... c'est peut-être un parti pris de l'auteur?" avec en sous-texte "qui a visiblement des gouts de chiotte que je ne partage pas"; et là attention: vous scotchez votre auditoire qui pense qu'il a affaire à une personne hyper cultivée!

Oui je sais c'est facile de critiquer quand on ne sait pas dessiner après tout, je serais bien incapbale moi de croquer un personnage, même le plus simplement possible.

 

Non, le fond du problème, est, vous le savez bien et j'y reviens maintenant:

Qui es-tu Tchoupi?

J'ai donc posé la question autour de moi; à un couple d'amis, un samedi soir de convivialité, voici leur réponse:

Le mystère Tchoupi

 

Bon. Un ours. Un ourson donc. Un fameux ourson de l'espèce des "ours à tête blanche", bien connue des oursologues. Nan!

 

J'ai posé la question à miss Bonbon; voici sa réponse: "c'est un petit garçon".

Un petit garçon sans cheveux et sans doigts, hum... gros problème environnemental chez les Tchoupi, à éclaircir de toute urgence!

 

Je me suis posée la question à moi-même. En fait ça n'a pas été très difficile, car moi, j'ai toujours pensé que Tchoupi était ça:

Le mystère Tchoupi

 

Et j'avais bien le nez dans le guidon pour ne pas avoir remarqué que Tchoupi ne pouvait pas être un pingouin puisqu'il est affublé de bras et de jambes (et d'un nez tout rond!)

J'ai essayé de réfléchir de façon rationnelle: voyons, 2 bras, 2 jambes, une couleur entre le gris et le marron, à quoi ça vous fait penser?...

de près ça fait peur une taupe non?

de près ça fait peur une taupe non?

 

Il faut reconnaitre que ça ne colle pas non plus...

J'ai fini par poser la question à Miss Choco qui a souvent des idées originales; voici sa réponse, attention c'est un peu gore, ames sensibles s'abstenir:

"Tchoupi, c'est soit un humain qui veut devenir un animal et qui a arraché ses cheveux; soit c'est un animal qui veut devenir humain et qui a arraché sa peau; mais moi ce que je comprends pas c'est pourquoi y en a dans Tchoupi qui ont des cheveux et d'autres pas!"

La vache, c'est flippant! Jamais je n'aurais imaginé la tragédie en sous-teinte que vivait Tchoupi et sa famille.

 

En conclusion, Tchoupi ne correspond de toute évidence à aucun être vivant actuellement sur la Terre.

Mais dans quelques millions d'années, après une catastrophe écologique ou bien simplement à la faveur de l'Evolution, qui sait si le monde ne sera pas rempli de tchoupinets et de tchoupinettes... brrrr!

Lire la suite

1 2 > >>