Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Le chaos du vendredi soir

21 Janvier 2014, 12:17pm

Publié par Zazimutine

Le chaos du vendredi soir

 

D'habitude le vendredi soir, je me la joue à la cool, la semaine de travail et d'école dans les pattes, personne n'est tellement apte à sévir/obéir. C'est donc souvent jeux en rentrant de l'école sans chrono dans la tête, toilette de chat, repas vite fait, no stress!

Mais vendredi dernier, il y avait orthoptie après l'école, à 17h40, au centre-ville. Le centre-ville c'est ce quartier tout à fait au milieu de la ville, entouré de voitures agglutinées sur les axes y menant... Il fallait donc faire fissa.

Ca avait plutôt bien commencé pourtant puisque j'avais réussi à partir tôt du boulot, à 16h pétantes j'étais donc postée devant la classe de Miss Bonbon.

A 16h05, après avoir récupéré ma première précieuse, je suis devant la classe de Miss Choco. Je profite d'apercevoir la maitresse pour lui lancer innocemment un "tout va bien en ce moment?". Pas si innocente que ça ma question, puisque depuis quelques jours, Miss Choco nous fait des espèces de crises d'angoisse au coucher. Crise des 6 ans? Syndrome de stress post-traumatique après passage de la petite souris? Quoiqu'il en soit, je ne m'attendais pas à repartir 5 minutes plus tard, rdv avec la maitresse en poche pour discuter de ma fille. Hum. Bon.

La fine équipe marche alors cahin-caha vers le parking, les deux petites courant devant, la maman essayant tant bien que mal de les suivre avec ses 3 sacs, ses 2 valises-gouter et ses 5 dessins dans les mains. Arrivées à la voiture, je dis d'un ton ferme n'autorisant aucune discussion "bon, on va au centre-ville donc vous gouterez à l'aire de jeux". Ce à quoi ma fille ainée, sensible à mon autorité naturelle, répond "euh moi je mange juste un tronche de cake et le reste à l'aire de jeux". Je cède. Dans la voiture alors que nous roulons, j'aperçois dans mon rétroviseur, des papiers cellophane voler de toutes parts, la petite a imité sa soeur, les gourdes de compotes suivent bientôt les gâteaux, et... le gouter est finalement englouti en deux temps-3 mouvements. Bon.

Arrivée au parking du centre-ville, je propose à Miss Bonbon, piètre marcheuse malgré ses presque 4 ans, de prendre la poussette. "Ooooooh, nooooooooon! Pas la poussette!!!" J'entame alors une discussion totalement inutile -"tu vas marcher c'est sûr?"-"Ouiii!"-"Tu ne vas pas me demander de te porter?"-"Nan!"

Ouhin-ouhin-ouhin, alarme mentale, comment-peux-tu faire confiance à ce que pense une petite fille de pas tout à fait 4 ans de ses capacités physiques? J'ignore l'alarme, tout comme j'ignore les miettes et les cadavres de compotes qui jonchent désormais le plancher et les sièges autos de ma voiture.

Pour sortir du parking, il faut emprunter des escalators. C'est rigolo de prendre les escalators, surtout sans sa maman. Surtout que c'est strictement interdit comme me le rappelle à chacun de mes passages la grosse étiquette rouge de mise en garde, m'obligeant à courir encore une fois pour rattraper les oiselles.

17h: Aire de jeux et suite des hostilités.

Après 5 min de balançoire, la plus petite vient s'asseoir à côté de moi et me dit "qu'est-ce que je peux faire maman? je sais pas quoi faire!" Je la regarde interloquée. On est à l'aire de jeux là. Si je dois jouer à la gentille animatrice même à l'aire de jeux, mais ou va le monde? Je n'ai pas le temps de débattre de la question puisque j'aperçois du coin de l’œil ma grande entamer sa carrière de trapéziste sur les grilles entourant le petit parc. Je n'ai que le temps de la rattraper avant le triple salto. Miss Choco ressent tout à coup une envie pressante du genre à ne pas autoriser une petite incartade entre deux voitures. Je transpire mentalement à l'idée que certes, nous pouvons envahir plus tôt que prévu le cabinet d'orthoptie, mais qu'ensuite, il va me falloir tenir mes filles une bonne demi-heure dans la salle d'attente jusqu'à l'heure du rdv. En même temps, pas le choix.

A quelques mètres du cabinet, j'aperçois à quelques encablures de là la boutique qui vend mon café. Et justement, nous n'en avons plus, du café. Et demain c'est samedi, et ensuite c'est dimanche et... il me faut du café pour tenir le week-end!!! Tout de suite! Je demande perfidement à miss Choco si elle pense pouvoir se retenir, elle acquiesce. Nous nous dirigeons donc vers la boutique jusqu'à ce que retentisse le fameux "porter maman!!!" -"oh non miss B, tu m'avais promis!"- "porteeeeeeer!" la boutique me parait tout à coup extrêmement éloignée.... Je prends miss B à bras, mon épaule droite m'insulte au passage des 16 kilos et me menace de rééducation à 7h du matin avant d'aller bosser, comme l'an dernier. Heureusement, sur le chemin menant à la boutique, il ya tout un tas de petits magasins avec une marche devant, mes filles trouvent tout à coup l'énergie nécessaire à longer toute la rue en empruntant cette marche, les doigts et le nez collés aux vitrines. J'enregistre le regard noir des vendeuses. J'ai un peu chaud.

A la boutique de café, tout se passe bien, hormis quelques doigts égarés sur les miroirs du magasin.

17h20: nous arrivons finalement au cabinet d'orthoptie. Miss Choco occupe donc les toilettes en me demandant de rester derrière la porte, ce qui est très pratique car ainsi, je bloque l'accès à un des bureaux médicaux.

17h25: nous nous installons dans la salle d'attente; encore 15 minutes à tuer. Par chance (oui quand même, un peu!), l’orthoptiste nous prend avec un peu d'avance coupant court aux "pourquoi c'est pas mon tour? Je veux qu'elle vienne maintenant!" de miss Choco. Nous attendons avec Miss Bonbon, qui, habituellement, lit sagement les quelques livres pour enfants qu'elle trouve. Cette fois, elle veut que je lui lise Paris match. Devant mon refus, elle recommence sa litanie "qu'est-ce que je peux faire maman? je sais pas quoi faire!". Comme je suis plongée dans un article culturel sur les vacances de Nico et Carla, j'essaie de gagner du temps en lui proposant des choses insensées comme "tu pourrais euh... je réfléchis.... (je réfléchis longtemps, ce qui me permet de grappiller quelques secondes de silence, elle suspendue à mes lèvres), compter les chaises!- "nan!"-"euh bon alors, tu pourraaaaaiiiis..... euh, ranger les magazines sur la table"-nan!" etc...

18h: la séance d'orthoptie se termine. Pendant que je paye la jeune femme, je vois avec horreur ma fille ainée s'allonger parterre parce qu'elle est fatiguée. Bien vite imitée par sa soeur. Après quelques remontrances et enfilages de manteaux, nous nous apprêtons enfin à retrouver la voiture. Dans un élan de folie et passant devant une boucherie, je pense à mon frigo vide et je décide d'acheter un peu de jambon et de viande pour le repas du lendemain (j'essaie d'anticiper pour une fois!). Regardant les yeux cernés de mes filles, j'hésite. Puis je rentre. Mauvaise décision. La boucherie est bondée et miss Bonbon décide de ne pas rentrer mais de m'attendre sur les marches dehors. Juste à quelques mètres de la rue. J'essaie de la convaincre mais aussitôt sa voix grimpe dans les aigus. Voulant m'éviter un moment de honte, je la laisse. D'un œil je la surveille, de l'autre j'essaie de conserver ma place dans la file d'attente. Une dame visiblement pleine de pitié d'empathie "allez-y, je vous dirai quand ce sera votre tour!" C'est mon tour. Je commence à commander lorsque j'aperçois de mon oeil latéral (héritage de l’évolution femme>mère) ma fille se lever et avancer vers la rue. Je me précipite dehors. Pendant ce temps le boucher me harcèle de questions "comment les tranches, fines? moyennes?-comme ça? et avec ça? de l'échine ou des côtes? je vous la coupe en morceaux? comme ça les morceaux? et avec ça?" J'essaie tant bien que mal de répondre, la tête pivotant de gauche à droite, telle la tourterelle. Maintenant ma fille est allongée en plein milieu des marches, empêchant la sortie et l'entrée des clients. J'ai envie de pleurer.

Je m'enfuis avec mon sauté de porc et mon jambon. Et aussi avec mes filles. "Porteeeer maman!" Je m’exécute tant bien que mal, nous avançons à notre rythme, les bras de ma fille entourant mon cou, tandis que le reste de son corps pend dans le vide devant moi, mes bras toujours chargés de mon sac et maintenant des sacs de course. Je n'ose imaginer le spectacle que nous donnons à voir.

Au parking, au moment de payer, comme chaque fois, c'est la dispute entre les deux, pour ramasser le plus de pièces. Un couple qui passe à côté ricane en voyant mes filles se battre pour plonger leurs mains là où sort la monnaie. Je me suis faite délester de 6 euros 40 en plus de ma dignité.

19h: Sur la route du retour, Papa Ours m'appelle, il part juste de son travail. Je m'entends lui dire: "dépêche-toi parce que je les supporte plus là!" (oui j'ai dit ça, devant elles, oui je sais, c'est mal!) Il me rappelle que ce soir il va au cinéma. Avec mon propre frère.

Game over!

Lire la suite

Mes lectures 2013

16 Janvier 2014, 13:11pm

Publié par Zazimutine

Mes lectures 2013

 

 

J'ai du lire en 2013 autant de livres qu'au cours des six années précédentes. Je n'ai jamais été une grande lectrice (du moins par la quantité, je fais 1m71 quand même), mais on peut dire que la maternité aura marqué un arrêt brutal et prolongé de toute tentative de lecture. Avec une reprise tout aussi brutale à la faveur d'une gastro prolongée (comme quoi, ça peut avoir du bon parfois...)

Voici donc une revue de mes lectures en 2013, avec ma petite critique, sans prétention. En rouge, mes coups de coeur.

 

Policiers/thrillers

La reine dans le palais des courants d'air Millenium 3 

(Stieg Larsson, Actes Sud Actes Noirs)

résumé: suite des aventures de Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist

Je triche, je l'ai lu en novembre 2013, mais c'est avec ce bouquin que je me suis remise à lire. Ma lecture avait été interrompue par mon 2ème accouchement. J'ai finalement repris ma lecture près de 3 ans plus tard, avec grand bonheur, et à mon grand étonnement, un souvenir précis des chapitres déjà lus.

Si vous êtes vierge de Stieg Larsson et plutôt attirés par les lectures de type policier/espionnage, je ne saurai trop vous recommander cette célèbre trilogie. L'intrigue est palpitante, la psychologie des personnages extrêmement fouillée (mention spéciale au fabuleux personnage de Lisbeth Salander), et en plus ça se passe en Suède, pays suffisamment peu connu pour permettre le fantasme.

 

La princesse des glaces - Le Prédicateur

(Camilla Läckberg, Babel Noir)

résumé: enquêtes d'Erica Falck, écrivain biographe, et de son ami (puis mari) Patrick Hedström, policier, le tout dans une ambiance scandinave (oui la Suède a la cote!)

Difficile de me passer du décor suédois après Millenium, je me suis donc plongée dans les lectures de cet auteur policier à succès. Si j'ai beaucoup aimé la Princesse des glaces, j'ai moins apprécié le Prédicateur pour lequel les ficelles de l'intrigue sont du même ressort que le premier. C'est également beaucoup moins bien écrit que Millenium. Mais je me laisserai tenter tout de même par un autre volume, séduite encore une fois par le décor scandinave.

 

La vérité sur l'affaire Harry Quebert

(Joël Dicker -prix Goncourt des lycéens 2013- Editions de Fallois, L'Age d'Homme)

résumé: les restes d'une jeune fille disparue dans les années 1970 sont retrouvés dans le jardin d'un célèbre écrivain; Marcus Goldman, écrivain lui aussi, et ami du meurtrier présumé, va mener l'enquête afin de le disculper.

J'ai littéralement dévoré ce livre pendant les vacances de Pâques, terriblement addictif. L'intrique est fabuleuse, il n'y a qu’une toute partie de l'histoire que j'avais compris avant la révélation finale. Le voyage au travers de différentes époques des Etats-Unis est assez fascinant. Les questionnement sur le rapport de l'écrivain à ses propres écrits est également intéressant. Un bémol: le style d’écriture, que je trouve assez quelconque voire "sitcom", mais je me demande si ce n'est pas un parti pris de l'auteur pour mieux situer l'action dans son contexte américain, et une histoire d'amour un peu cul-cul par moments (même si plus sombre qu'il n'y parait au premier abord)

 

Les fleurs de l'ombre

(Steve Mosby, Points)

résumé: jeune professeur d'université, Neil se voit malgré lui entrainer dans l'enquête sur le suicide apparent de son père, écrivain; une enquête qui débute dans les pages d'un roman à succès, ou quand la fiction devient réalité, à moins que ce ne soit l'inverse...

Polar très efficace, noir à souhait.

 

Tokyo

(Mo Hayder, Pocket)

résumé: une étrange jeune femme débarque à Tokyo afin d'élucider un pan mystérieux de l'histoire de la guerre sino-japonaise

Je crois me souvenir que ce livre a eu un prix il y a plusieurs années. Mérité, tant l'histoire est palpitante et les personnages complexes. Jusqu'à la révélation finale proprement horrifiante. Le meilleur livre que j'ai lu dans l'année!

 

Romans

Une forme de vie 

(Amélie Nothomb, Albin Michel)

résumé: échange épistolaire entre l'auteur et un admirateur militaire basé en Irak

Je ne suis pas un grande fan du personnage d'Amélie Nothomb mais je dois reconnaitre que j'ai été accrochée à la lecture de chacun de ses livres. J'aime particulièrement cet ouvrage avec cette histoire complètement farfelue, j'aime énormément la fluidité de l'écriture. J'ai aussi beaucoup apprécié les longs passages sur sa relation à l'écrit et les relations épistolaires qu'elle a pu nouer. Et puis comme tous les Nothomb, c'est vraiment vite lu, très efficace en somme.

 

O.N.G!

(Iegor Gran, P.O.L)

résumé: récit "humoristique" d'un militant d'une ONG écolo

Gros bide de mon été. J'ai difficilement réussi à finir ce livre pour moi sans intérêt, et même à la fin plutôt choquant. Je n'ai sans doute pas compris le douzième degré mais en tout cas pour moi, à éviter.

 

Docu

Saignant ou à point?

(Cédric Dassas, Fleuve Noir)

résumé: quotidien d'un jeune médecin du Samu

Amusant... Rien de transcendant non plus mais une lecture divertissante, un auteur plein d'humour tout en restant toujours respectueux de ses patients.

 

Ni putes ni soumises 

(Fadela Amara, La Découverte Poche)

Intéressante réflexion sur ce qui se passe dans les banlieues, le retour à la religion, les violences envers les femmmes. Je n'ai cependant pas réussi à le terminer, n'ayant pas le niveau de concentration nécessaire le soir au coucher... (lecture quand même un peu hardue)

 

Psychologie

Tout se joue avant 6 ans

(Dr Fitzhugh Dodson, Marabout)

Lecture peu profitable pour ce qui me concerne, hormis me faire culpabiliser de mes méthodes d'éducation apparemment peu psychologues...

 

Frères et soeurs sans rivalité

(Adele Faber et Elaine Mazlish, Editions du phare)

Intéressant point de vue que celui de ces deux canadiennes sur la rivalité qui peut naitre entre frères et soeurs, selon le comportement des parents, les réflexions apparemment sans conséquences... Livre très facile à lire, grâce à ses nombreux témoignages. J'essaie, même si je n'y arrive pas toujours de mettre en application leurs conseils. Et même s'il faut souvent se replonger dans un chapitre parce qu'on a "oublié" comment gérer telle situation.

 

Au total une cadence d'environ un livre par mois, j'espère pouvoir augmenter le nombre de mes lectures et publier ainsi un petit billet trimestriel qui sera moins fastidieux. Pour commencer: lire tous les livres de ma bibliothèque jamais ouverts, à commencer par Le portrait de Dorian Gray, tant sa lecture par Guillaume Galienne dans l'émission "Ca peut pas faire de mal" sur France Inter, m'a remuée.

Si vous avez des lectures à conseiller, un avis différent du mien sur tel bouquin, n'hésitez pas, votre avis m'intéresse!

Lire la suite

Location de vacances: les trucs énervants

14 Janvier 2014, 10:29am

Publié par Zazimutine

Location de vacances: les trucs énervants

 

Partir en vacances c'est bien.

Trouver une location de vacances pas trop chère c'est très bien.

Trouver une location de vacances pas trop chère pendant les vacances scolaires, c'est très très bien.

Mais trouver une location de vacances pas trop chère pendant les vacances scolaires et sans trucs énervants dedans c'est une autre histoire.

Petite revue des trucs énervants quand on n’est pas chez soi:

1) la cuisine énervante

Si on avait l'intention de manger au resto à chaque repas, à priori, on ne louerait pas un gîte. Faisons fi de la vaisselle dépareillée, ébréchée..., du moment que ça reste utilisable, bon.

Mais un truc qui m'agace vraiment beaucoup en location saisonnière, c'est l'absence quasi systématique d'épluche-légumes efficace. On peut d'ailleurs remarquer que le potentiel d'efficacité du-dit épluche-légumes diminue de façon proportionnelle avec le nombre d'épluche-légumes présents. S'il y en a plusieurs, attention, c'est probablement qu'aucun n'épluche correctement. On demande pas grand chose pourtant, un truc qui épluche le légume quoi. Mais vraiment. Et de façon rationnelle, genre sans massacrer les doigts. Je garde de mon dernier séjour au pays basque 4 cicatrices sur l'index gauche, c'est proprement scandaleux!

Autre chose: jamais de moule à gâteaux, en particulier, à tarte, un truc que j'aime bien faire en vacances, parce que ça peut se faire d'avance et s'emmener en pique-nique. Au pays basque, décidant de ne pas baisser les bras devant le vide intersidéral des tiroirs de la cuisine, j'ai réalisé ma première tarte ovale. Dans un moule à gratin. Ovale donc. Ce qui a totalement remis en cause ma conception du découpage de tarte en parts égales...

2) la douche énervante

Alors là, plusieurs possibilités:

-le petit filet d'eau tout rikikounet même avec le robinet ouvert à fond. Énervant, surtout quand il faut rincer le shampooing. Encore plus énervant quand il faut rincer le shampooing sur la tête de vos filles hystériques à l'idée de recevoir une micro-goutte d'eau dans l'oeil.

- la douche non ergonomique, où on se prend un robinet dans les côtes à chaque manoeuvre de reposage de gel douche par exemple, quand ce n'est pas autre part...

- le rideau de douche amoureux. Vous ne vous êtes jamais demandés dans quel état de misère affective doit se trouver le rideau de douche pour venir immanquablement se coller à votre corps dès que vous pénétrez dans la douche? Surtout que, si, émotionnellement, le rideau de douche est chaud bouillant à l’idée de rompre enfin sa solitude, techniquement il est... froid, humide. Et ça, sur votre corps mouillé c'est rhaaaaaaaaaaaaa!

3) la déco énervante

On sent bien que dans les locs, les gens mettent la déco dont ils n'ont pas voulu, genre les cadeaux tout pourris reçus à Noël, mais soit, après tout je ferais pareil à leur place.

Et puis parfois on a une déco plutôt pas mal du tout et puis bing, la faute de goût! Genre l'assiette au mur représentant le boeuf qui tire la charrue. Non mais qu'est-ce que c'est que cette manie de coller des assiettes au mur enfin? Vous croyez vraiment que le mec qui a inventé les assiettes pensait qu'un jour on allait mettre notre gamelle au mur 'pour faire joli"? Pourquoi pas des couverts, des verres, ou des plats à gratin tiens! Ou des épluche-légumes!

4) l'environnement énervant

Je suis assez sensible au bruit. Trop d'ailleurs, j'aimerais bien en avoir rien à faire. Mais c'est comme ça. Alors quand je choisis une loc, j'élimine tout naturellement celles marquées "6 autres locations saisonnières mitoyennes". Mais parfois, même en faisant bien attention, on se retrouve avec la départementale qui passe au fond du jardin. Ou un voisinage incommodant. Qui au premier abord a l'air plutôt charmant. "Oh regarde maman un champ, c'est trop chouette! Oh mais qu'est-ce qu'il fait ce tracteur?" -Il épand du fumier ma chérie!- C'est quoi épandre?-eh bien tu le sentiras très vite ma chérie!"

5) le ménage énervant

Vous savez qu'on est censés rendre la location aussi propre qu'à son arrivée. On peut faire soi-même faire le ménage ou alors le payer. Mais à 60 euros le ménage faut quand même pas déconner. Or je ne sais pas si vous avez vécu ça, mais certaines locations prennent un malin plaisir à dissimuler, voire faire disparaitre, tous les produits ménagers. A se demander si ce n'est pas fait exprès pour vous faire payer le ménage. Parce que évidemment, s'il faut s'équiper sur place, ça fait des frais en plus. Donc à bien y réfléchir 60 euros...

 

Mais bien sûr, ce sont des détails tout ça. Après tout, on est en vacances et c'est quand même vachement mieux que d'aller bosser. Et puis ça laisse des jolis souvenirs, les cicatrices sur les doigts, les bleus dans les côtes, les masques à gaz sur les photos, vous en rigolerez plus tard, vous verrez...

Lire la suite

Le pays basque en famille

9 Janvier 2014, 13:12pm

Publié par Zazimutine

Comme nous n'avions rien de prévu le 31 décembre, nous avons opté au dernier moment pour une escapade loin du bruit de la ville et de la pollution.

Le pays basque, nous connaissions déjà Papa Ours et moi, mais nous n'y étions jamais allés avec nos filles.

Profitant des promos de dernière minute sur les locations disponibles en cette période de fêtes, nous sous sommes embarqués direction Saint Pée sur Nivelle, gros bourg en plein pays basque, tout près de... tout!

Le pays basque en famille, même en plein hiver, c'est drôlement chouette!

Voilà donc une petite liste non exhaustive des trucs à faire là-bas, côté visites:

- les plages

Il y en a beaucoup: Hendaye, Saint jean de Luz, Biarritz, Bidart... des tas de plages suffisamment grandes pour se promener, jouer avec le sable, respirer à pleins poumons l'air iodé, voire même se baigner. Nos filles voulaient se baigner. Mais non quand même. En plus au pays basque, il y a de grosses et belles vagues et donc... des surfeurs.... plein de surfeurs! Spectacle gratuit et inépuisable.

Si vous allez à Hendaye, vous aurez peut-être la chance de croiser Diego. Diego libre dans sa tête, libre dans son cœur, et surtout libre dans son corps. Non, pas un naturiste. Un naturiste se met tout nu, mais ne passe pas son après-midi à arpenter la plage, la démarche chaloupée, en exhibant ses trésors intimes. Remarquez, nos filles ne l’ont même pas calculé le Diego, elles étaient bien trop occupées à mater les surfeurs...

Le pays basque en familleLe pays basque en famille
Le pays basque en familleLe pays basque en famille

 

- le musée de la mer à Biarritz.

Musée autour de l'eau et des animaux aquatiques bien entendu. L'entrée est un peu chère à mon goût (37,5 euros pour trois en sachant que miss Bonbon bénéficiait de l'accès gratuit aux moins de 4 ans), mais le musée intéressant. Le plus réussi est à mon avis le splendide bassin des requins, très grand, et avec plusieurs angles de vue. Il y a aussi bien sûr les phoques et le repas des phoques qui fait toujours son petit effet, même si personnellement, ça me fait mal au cœur de les voir dans cet environnement si étroit. Notons aussi la présence d'un bassin tactile dans lequel les enfants peuvent tremper les mains et toucher les (petits) poissons; rien de comparable cependant avec le bassin tactile de je ne sais plus quel musée breton qui permettait de caresser des raies (je crois que dans une autre vie je devais être amoureuse d'une raie, tant le fait d'en caresser une m'avait alors chamboulée!).

Côté pratique: salle de restauration hors sac, coin bébé avec table à langer;

En été, le musée est ouvert jusqu'à minuit, ça doit être rien chouette de faire la visite le soir. D'autant que la vue sur la baie de Biarritz est à couper le souffle.

le phoque Michel (ce n'est pas son vrai nom mais c'était un nom bizarre... du moins pour un phoque), Vierge au milieu des eaux, et baie de Biarritzle phoque Michel (ce n'est pas son vrai nom mais c'était un nom bizarre... du moins pour un phoque), Vierge au milieu des eaux, et baie de Biarritz
le phoque Michel (ce n'est pas son vrai nom mais c'était un nom bizarre... du moins pour un phoque), Vierge au milieu des eaux, et baie de Biarritz

le phoque Michel (ce n'est pas son vrai nom mais c'était un nom bizarre... du moins pour un phoque), Vierge au milieu des eaux, et baie de Biarritz

 

-le fort de Socoa

Toute petite balade jusqu'au fort et à la jetée très courte, donc adaptée aux petites jambes. Et une vue sur Ciboure et Saint Jean de Luz à droite et les falaises à gauche, fantastique, d'autant que l'océan était déchainé!

Le pays basque en famille
Le pays basque en famille

 

-Saint Jean de Luz

Là aussi balade sympa à faire en famille, beaucoup de rues sont piétonnes, et puis j'adore cette ville.

 

-Biarritz

Je ne pourrai pas en parler beaucoup car je n'aime pas trop mais la balade du côté du phare est charmante et assez courte pour convenir aux enfants.

 

-à l’intérieur des terres, on peut faire dans la même journée la visite de villages basques typiques: Sarre, Ainhoa, Espelette.

Pas le plus marrant pour les enfants mais sachez que chacun de ces villages est équipé d’une aire de jeux. Et de toilettes publiques (en basque on dit Kommunak, et toc!). Si, c'est important.

A Sarre, nous avons même puisque-niqué, un 2 janvier, bonheur!

Le pays basque en famille
Le pays basque en famille
Le pays basque en famille
Le pays basque en famille

 

Un resto à conseiller:

La tantina de la Playa, à Bidart. Testé et approuvé à plusieurs reprises.

D’abord, ce sympathique resto se situe sur la plage de Bidart, vue sur l'océan assurée. Ensuite l'ambiance y est bon enfant (type bistro) et on y mange de bons poissons grillés pour environ 20 euros. Attention, les plats sont hyper copieux, pas besoin de prendre d'entrée (même si nous, nous l'avons fait, mais l'appel des moules grillées a été le plus fort mmmhhhh!)

Il existe un menu enfant à 12 euros avec de mémoire, poisson ou saucisse grillé et une grosse patate cuite en robe des champs et crème à la ciboulette (miss Bonbon a léché tous les ramequins du restaurant de crème à la ciboulette, un moment de honte est vite passé...). L’accueil des enfants est charmant. Bref, une adresse très recommandable.

vue de notre table et moules grilléesvue de notre table et moules grillées

vue de notre table et moules grillées

Le pays basque en famille

PS/ Joy, ai-je réglé ce problème de poilce sur iPad et iphone?

Lire la suite

6 ans

8 Janvier 2014, 08:29am

Publié par Zazimutine

6 ans depuis cette première nuit passée ensemble, sur le conseil des sages-femmes; elle, arrivant par je ne sais quel miracle à se retrouver sans cesse collée à moi; moi, terrorisée à l'idée de l'écraser dans mon sommeil, effrayée de la sentir déjà si dépendante de moi

6 ans que je m'interroge sur la couleur de ses yeux. D'abord, bleus? Gris? Puis, verts? Noisettes? Dorés? Mordorés?

6 ans que je l'observe sucer ses doigts: index et pouce, aux premiers signes de fatigue...

6 ans que je me sens vaguement inquiète à la sentir si sensible, si gentille, si du genre à se laisser marcher sur les pieds,

6 ans que je m'émerveille de la voir grandir, devenir quelqu'un, une personne avec ses propres goûts, son propre caractère,

6 ans que je la regarde se régaler de chocolat sous toutes ses formes (d'accord 5 ans et demi!)

6 ans que je m'étonne de son originalité, de sa curiosité, de sa créativité,

6 ans que j'ai été saisie par l'intensité du sentiment maternel. En fait non. 6 ans moins 1 jour. Le 9 janvier au matin, quand nos regards se sont vraiment croisés pour la première fois, et que des petits papillons se sont mis à virevolter dans mon ventre. Comme un coup de foudre.

6 ans que je n'en reviens toujours pas...

Joyeux anniversaire à ma grande chérie!

6 ans

Lire la suite

Joyeuse Nouvelle Année

6 Janvier 2014, 10:03am

Publié par Zazimutine

J'aime bien la formulation anglo-saxonne "happy new year" plutôt que notre bon vieux "bonne année" national, d'où cette traduction littérale...

Nous sommes au mois de janvier, et en janvier, nous prenons des résolutions. D'habitude, je n'en prends aucune. Ou plutôt, je les prends en septembre. La nouvelle année c'est souvent à ce moment-là qu'elle commence pour de vrai: démarrer un sport, une activité musicale ou autre, c'est en septembre qu'on y pense et qu'on passe à l'action.

Mais cette année tout de même, j'ai réfléchi à ce que je voulais pour 2014 et cela peut se résumer ainsi: "Améliore ce qui peut l'être, accepte ce qui ne peut être changé" (petit scarabée!). Sincèrement, si j'arrive à faire mienne cette phrase, j'aurai franchi un grand pas. Et grandi (non! pas vieilli!).

Dans cet esprit, mon envie numéro 1 pour cette année, c'est celle de me mettre aux travaux manuels, de toutes sortes: créer, donner forme, enjoliver. C'est pourquoi j'ai décidé de m'imposer un défi: chaque mois, je vais devoir choisir un projet, chaque fin de mois, je vais devoir me rendre des comptes. Ici, sur ce blog. Ainsi j'aurai un peu la pression.

Dans tout ce qu'il y aurait à faire, il y a, au choix:

-enjoliver notre appartement. Repeindre les toilettes, le hall d'entrée, le salon, la cuisine. Confectionner des étagères dans la salle de bains afin de virer (enfin) la table à langer qui occupe 30% de l'espace. Réparer tout ce qui a besoin de l'être: tringle à rideaux dans la chambre de miss Choco, étagères du cellier... Etc etc...

- me mettre enfin à la couture, depuis le temps que j'en parle et que je réunis du matériel; envie de confectionner dans un premier temps des habits de poupée, puis des vêtements ou déguisements pour mes filles, puis pourquoi pas des vêtements pour moi (mais pas cette année ça!)

- faire d'autres choses encore de mes 10 doigts, comme de la déco, cette lampe japonaise customisée repérée sur Marie Claire Idées, fleurir la maison, broder...

Pour le mois de janvier je choisis donc: repeindre les toilettes (je commence petit!).

Envie numéro 2: arrêter de pester contre notre immobilisme du week-end, et prévoir au moins une fois par mois une vraie sortie en famille en extérieur (genre avec du vrai sport dedans!).

Envie numéro 3: arrêter de ne jamais aller au bout de mes idées, j'en ai beaucoup, je n'en concrétise presque aucune.

Enfin, envie numéro 4: améliorer la lisibilité de ce blog. Ca je vous jure que j'y travaille mais je n'arrive à rien, j'ai beau fureter partout sur internet, je ne trouve pas de lignes de conduite claires pour changer la police, la déco etc... Ou alors quand je trouve, ça ne marche pas... mais je ne perds pas espoir! (à ce propos: Joy, tu vas sur mon blog de ton téléphone?)

 

Voilà pour les résolutions. Parlons un peu maintenant de ce que j'ai déjà fait.

Envie numéro 3: concrétiser mes idées.

Avant les vacances de Noël, ne sachant quoi offrir aux maitresses et Atsem de mes filles, je m'étais dit que nous confectionnerions ensemble des petits ballotins de choses à manger pour chacun (eh oui nous avons aussi UN Atsem). Et puis comme d'habitude, j'ai laissé trainer et je n'ai rien offert. Je me suis dit alors que je le ferai après les fêtes, pour la nouvelle année. Et puis comme d'habitude, j'ai laissé trainer etc... Mais hier (fin d'aprèm, en  organisatrice-née que je suis), je me suis décidée.

Nous avons donc fabriqué des cookies et des madeleines au chocolat. Je ne suis pas très satisfaite de mes madeleines mais peu importe. Miss Choco a fabriqué des étiquettes et mis le nom de chaque destinataire suivi de "Bonne Année 2014" (avec modèle). Dans chaque ballotin (de cellophane) nous avons mis 4 cookies et 2 madeleines, nous avons ferné avec du bolduc, mis l'étiquette et voilà le travail. Ce n'est pas du cadeau de compétition, mais rien que pour la fierté dans le regard de mes filles ce matin en emportant leurs ballotins, je recommencerai. Et puis ça a le mérite d'être authentique. Et puis je suis fière d'avoir tenu une de mes résolutions. Oui oui je sais, une seule fois ne suffit pas...

 

A suivre... et en attendant Meilleurs Voeux à Tous !

Lire la suite