Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Ruée vers l'âge

31 Août 2014, 21:49pm

Publié par Zazimutine

Ruée vers l'âge

 

Je l'ai déjà dit mais... j'aime bien chercher des titres pour mes billets. Je crois même que si le métier de "titreur" existait, je postulerais immédiatement. Le souci c'est que parfois mes titres sont jolis, musicaux, et accrocheurs, mais n'ont qu'un rapport lointain avec le contenu du billet. Du coup je ne suis pas certaine que je remplirais bien le job de "titreur". De toute façon ce métier n'existe pas donc, n'en parlons plus.

Figurez-vous que samedi j'ai renoué avec mes élucubrations philosophiques à l'intérieur des transports en commun (si vous voulez en découvrir d'autres en voici et ici). En effet, j'ai pris le bus. Un samedi après-midi, veille de rentrée scolaire, pour aller en centre-ville. Ce qui est bien c'est que j'habite presque au terminus du bus au sens retour ce qui fait qu'à l'aller, j'ai toujours de la place pour m'asseoir. En général je me mets tout au fond, comme ça même si des vieux personnes âgées arrivent, je n'ai pas besoin de leur laisser ma place (je ne suis qu'altruisme, le saviez-vous?).

Samedi dernier donc, bien installée sur mon siège, voilà que le bus marque un arrêt à peu près 5 minutes après que je sois montée dedans et alors, que vois-je? Une horde de vieilles dames s'apprêtant à monter dans MON bus. Et quand je dis vieille, c'est genre 80-85 ans quand même hein, pas de la jeune retraitée aux cheveux teints qui tient encore debout sur ses pattes et qu'on sait pas si on va la vexer en lui proposant sa place. Vêtue de ma très grande prévenance envers mon congénère du troisième âge, je m'apprêtais donc à quitter ma place en soupirant, lorsqu'une certaine incompréhension (non dénuée d'un soupçon de colère, après tout il avait fallu me lever!) m'envahit. Car en effet, comment expliquer cela? Qu'une nuée de maminettes envahissent, toutes ensemble, un bus, pour faire une virée en ville un samedi après-midi?

Plusieurs hypothèses:

-la première, la plus tragique, j'en ai peur, étant que toutes se rendaient à un enterrement. Celui de leur copine Odette par exemple, la reine de la crapette. Mais elles avaient l'air quand même vachement guillerettes les mamies pour se rendre à un tel évènement.

- la deuxième, la moins probable j'en ai peur, est le convoi pour un mariage; celui de leur copine Simone par exemple, qui aurait déjà enterré 5 maris. Mais elles ne me semblaient guère apprêtées pour se rendre à un mariage...

- la troisième, c'est la vente privée chez Damart. C'est vrai quoi, malgré cette soudaine arrivée de l'été, la mamie n'est-elle jamais trop prudente, et ne préfère-t-elle pas se prémunir en prévision des premiers frimas?

Ou alors quoi, un tournoi de bridge? De scrabble?

Un concert de Jean-Pierre François (il existe encore?)

Ou bien encore, une espèce de flashmob revisitée, qui consisterait à donner rendez-vous à tous les vieux du quartier pour prendre ensemble le bus à une heure de grande affluence, et ainsi occuper absolument TOUTES les places assises? Une sorte de geste de rébellion à l'intention de nous autres, les jeunes...

Je n'eus pas la réponse. Car je fus tentée, un moment, de les suivre à leur descente du bus pour savoir où elles allaient. Puis je me dis que c'était peut-être pousser le bouchon un peu loin. Ce n'est pas comme si j'étais rémunérée pour faire ce genre de choses.

Mais si quelqu'un veut me payer pour ça, je le ferai volontiers (et je ne dis pas ça parce que je n'ai aucune envie de retourner au boulot demain!)

Alors... il est bien mon titre non?

PS: en illustration, une image tirée du film Cocoon (sorti en 1985), très belle parabole sur la vieillesse, si vous ne l'avez pas vu, c'est le moment!

 

Lire la suite

Notre été 2014, en quelques records

29 Août 2014, 11:08am

Publié par Zazimutine

Notre été 2014, en quelques records

 

Côté chiffres, cet été on aura eu:

- des milliers de kilomètres parcourus, nous promenant de Bavière pour le plus oriental, au Morbihan pour le plus septentrionnal (j'adore placer ce mot!), puis sur un axe nord-sud de la Normandie à l'Aude.

- probablement beaucoup (trop) d'euros dépensés en essence, frais de location, restaurations et autres loisirs (POUR l'interdiction de la pêche aux canard à 4 euros et son cadeau de... bip! à la fin)

- 1963 photos prises, rien que ça, qui vont dormir, non triées, dans l'ordinateur, comme les milliers prises avant elles.

- 59 jours de vacances pour les filles; 56 pour moi, passés en leur compagnie; une durée de vacances délirantes donc, même si ça ne s'est pas si mal passé (tiens ça me fait penser qu'il faut que j'aille à la pharmacie renouveler mon ordonnance d'antidépresseurs).

- 3 angines pour miss Bonbon; le plus long rhume de l'histoire de la médecine pour miss Choco; des kilos de mouchoirs utilisés; et la visite d'au moins 6 pharmacies de France et de Navarre.

- 75, le record de décibels obtenu par ma propre voix lorsque j'ai crié pour éviter que miss Bonbon, qui voulait absolument toucher l'eau lors d'une balade en pédalo, ne tombe dans le lac.

- 20 minutes de colère, la réponse de miss B lorsqu'à la suite de l'incident sus-cité, elle fut privée de jeux gonflables au contraire de sa soeur.

- 1 (et encore...) le nombre d'heures passées sur les 4 vélos... que nous avons pourtant trimballé partout avec nous.

- 2 flacons de crème solaire utilisés sur les 8 semaines, ce qui est extrêmement... peu!

- un certain nombre de bouteilles de vins bues, que la décence m'empêche de révéler; et pas mal de coup de coeur (notamment un petit Pouilly dont vous me diriez des nouvelles...)

Au rayon sémantique:

 "Porter" aura été le mot le plus souvent prononcé par miss B (juste après "caca pourri"); pour les parents, cela aura été "casse-pieds" (je préfère vous épargner nos monologues intérieurs...)

Parmi les phrases les plus amusantes entendues dans la bouche de nos filles, retenons:

- lorsque miss Bonbon m'a demandé, alors que je m'apprêtais à aller récupérer son père qui nous rejoignait en Bretagne par le train, si j'allais "le chercher à la garderie"

- j'ai beaucoup ri également lorsque j'ai entendu miss Choco demander à son père en train de la doucher "papa, est que toi t'as un gros zizi?"; et du silence interloqué qui a suivi.

Des coups de coeur:

- encore un renouvelé pour la Bretagne,

- pas mal de recettes de MamanChérie ramenés dans mes bagages comme ce far au pruneau gourmand qui a déjà fait sensation, ces palmiers au chorizo et ces lasagnes express aux aubergines...

- et des petites bouteilles donc...

Bonne rentrée à tous!

 

Notre été 2014, en quelques recordsNotre été 2014, en quelques recordsNotre été 2014, en quelques records

Lire la suite

Les parfaits auto-stoppeurs

20 Août 2014, 16:51pm

Publié par Zazimutine

Les parfaits auto-stoppeurs

 

Il y a quelques semaines, alors que je patientais à un feu, je suis tombée en pamoison devant un couple d'auto-stoppeurs. J'avais devant les yeux, LE couple d'auto-stoppeurs, c'est-à-dire, si elle existe, la perfection faite auto-stoppeur!

Parce que bon, il faut bien le dire, si dans les années 70, il était bon enfant de faire du stop, cool, et toute cette sorte d'attitude détendue et nonchalante, aujourd'hui, les auto-stoppeurs font peur. Moi-même, trouillarde de première classe, je n'en ai jamais pris, tant je crains de tomber sur le serial killer de service à la recherche d'une proie facile. D'ailleurs, des études sociologiques ont été réalisées à ce sujet: il est prouvé que lorsqu'on fait du stop, on a plus de chances d'être pris si on est une femme, si l'on est jeune, et si l'on est blonde (avec une forte poitrine étant j'imagine la cerise sur le gâteau). Mais moi, même une jeune femme blonde (et a fortiori avec une forte poitrine!) je ne prends pas. Des fois qu'un serial killer se dissimulerait sous cet accoutrement. On n'est jamais trop prudent.

Mais l'autre jour, devant ce couple d'auto-stoppeurs, j'ai failli craquer, revenir sur mes principes de prudence élémentaires théorisés et mis en pratique depuis que je suis en mesure de transporter des gens dans mon véhicule, soit une (toute) petite quinzaine d'années.

Laissez-moi donc vous décrire ce parfait couple d'auto-stoppeurs:

- Elle, jeune, petite, souriante, mignonne comme un coeur. Jolie, mais pas trop, manière à ne pas effrayer la gente féminine; suffisament toutefois pour satisfaire la gente masculine.

- Lui, jeune, grand, souriant, mignon comme un coeur; beau en fait, genre acteur de série américaine; avec des fossettes; manière à rassasier la gente féminine, sans effrayer la gente masculine qui, de toute façon en a rien à battre du gars puisqu'il y a matière à reluquer (oh, pardon d'être aussi caricaturale, mais j'ai fait du stop moi-même il y a une vingtaine d'années et... je pourrais vous en raconter!)

- Eux, ensemble, amoureux; on peut souligner l'intelligence de ce couple qui, de cette façon, réunit tous les critères pour séduire un maximum d'automibilistes; car le fait de prendre un couple peut également rassurer la mère de famille comme moi. Un couple d'amoureux, c'est siiiiii mignon! C'est siiiii rassurant! Comment en effet un couple d'amoureux pourrait-il dissimuler un serial killer?

Toute attendrie, le coeur en guimauve, j'étais prête à faire fi de la centaine de kilomètres qui séparait mon domicile de leur destination pour les y conduire. J'étais presque prête à leur offrir également le gîte et le couvert. Et même à leur donner un peu d'argent de poche pour les vacances.

Et puis je me suis souvenue. Bonnie and Clyde. Roméo et Juliette. Tristan et Yseult. Les histoires d'amour qui finissent mal en général.

Non seulement un couple peut parfaitement avoir un but inavouable et dissimuler en réalité des instincts sanguinaires, mais en plus les histoires d'amour tragiques sont légion. Et je n'avais aucune envie d'être mêlée à une tragédie de cinéma, romaine ou de littérature, quelle qu'elle soit. Ce couple était trop beau, trop jeune, trop parfait pour être honnête. En démarrant au feu devant eux, j'ai haussé les épaules d'un air désolée en montrant les sièges enfants à l'arrière...

C'est vrai quoi, sans blague. On n'est jamais trop prudent.

Lire la suite