Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

2014 - Mon bilan idéal

31 Décembre 2014, 15:19pm

Publié par Zazimutine

2014 - Mon bilan idéal

 

Dans quelques heures vont donc sonner les douze coups de minuit, ceux qui vont nous permettre de balayer d'un revers de main 2014 et de laisser place aux promesses apportées par la nouvelle année. Il est donc courant sur la blogosphère, de faire le bilan de cette année qui se termine. Exercice auquel je n'ai pas envie de me soumettre, l’introspection étant parfois, me concernant, source d'ennuis.

Je me suis plutôt amusée à dresser mon bilan idéal, que voici:

- en janvier, nous en avons enfin terminé avec le Terrible Two de Miss Bonbon; après 2 ans d'enfer, Miss Bonbon a appris à gérer ses émotions et sa colère et est devenue excessivement sage. C'en est presque ennuyeux.

- en février, Miss Choco a pris une extraordinaire confiance en elle; elle s'est faite plein de nouvelles copines et est devenue déléguée de classe (oui, en grande section, et alors?). Elle n'a plus du tout d'eczema et sa rhinite chronique a miraculeusement disparu.

- en mars, ma douleur de l'épaule a enfin cédé du terrain; du coup j'ai repeint toute la maison; en 5 jours. J'ai aussi repeint les lits des filles et refait la déco.

- en avril, on m'a proposé un boulot incroyable: je gagne 2 fois plus qu'avant et je travaille 2 fois moins. Et j'ai toutes les vacances scolaires, ça ne se refuse pas!

- en mai, Papa Ours a eu une proposition de boulot incroyable: il gagne 2 fois plus et travaille 5 fois moins. Et il a toutes bla bla bla....

- en juin, nous avons déménagé. Npus avons enfin trouvé une jolie maison avec jardin dans notre quartier pour le même prix que notre appartement, inespéré.

- en juillet et août, vacances scolaires obligent nous sommes partis pour un tour du monde avec les filles. Tout s'est très bien passé, pas de turista, pas de jet-lag, rien, que du bonheur!

- en septembre, mon blog a été repéré par plusieurs éditeurs qui me proposent un pont d'or pour publier un livre, quelque soit le sujet. C'est bizarre parce que je n'ai aucune idée de livre, mais bon, j'imagine qu'un million d'euros devraient me motiver.

- en octobre, je me suis mise à la course; mi-octobre j'ai couru mon premier semi-marathon. Fin octobre j'ai couru le marathon de New-York. J'ai gagné.

- en novembre, j'ai résolu le conflit israëlo-palestinien.

- en décembre j'ai trouvé un vaccin contre le Sida; et aussi un contre le virus Ebola. Et puis j'ai aboli la pauvreté, l'injustice et le racisme.

C'était une belle année et j'espère pouvoir faire aussi bien en 2015. Je serai absente quelques temps par contre. Les médecins me conseillent de me reposer dans une maison au calme avec des gentils bienfaiteurs comme moi. Il parait que je me prends pour Dieu.

M'en fous, j'ai sauvé le Monde en moins d'1 an et ça, c'est pas donné à tout le monde!

Lire la suite

Lectures 2014 - fin

31 Décembre 2014, 13:44pm

Publié par Zazimutine

Lectures 2014 - fin

 

Dernier billet "lectures" de l'année; probablement le dernier billet tout court de l'année, sauf si l'inspiration revient d'ici minuit ce dont je doute fortement, mon cerveau se contentant actuellement d'une activité digne d'une boule de flipper qui rebondirait sans cesse, sans jamais atteindre le jackpot...

-Les policiers-

La femme en vert

(Arnaldur Indridason, Points)

Résumé: alors que Rekjavik s'étend et se construit sur les campagnes alentours, des ossements sont retrouvées dans les fondations d'une maison, remontant probablement à la seconde guerre mondiale. A qui appartient ce squelette? Qui l'a tué et pourquoi? Erlendur et ses acolytes mènent l'enquête.

Mon avis: 2ème opus des aventures policières d'Erlendur Svensson. J'avais été séduite par le premier tome des aventures de cet inspecteur de police islandais un peu décalé, je l'ai été encore plus avec ce deuxième tome, encore meilleur que le premier. Arnaldur Indridason développe la psychologie de ses personnages, on fait plus ample connaissance avec Erlendur, son passé tourmenté, ses blessures secrètes, mais aussi avec ses acolytes: Sigurdur Oli et Elinborg (par ordre d'apparition, un homme, et une femme -j'avoue, j'ai du mal avec les prénoms islandais!). Les 3 personnages se complètent à merveille, certains moments sont même assez drôles, et ce trio fonctionne très bien.

La construction de ce volume est particulièrement intéressante: on suit parallèlement dans ce tome, l'enquête contemporaine d'Erlendur, et l'histoire 40 ans auparavant qui a conduit à cette enquête, jusqu'à ce que le passé et le présent se rejoignent de façon particulièrement réussie. Un très bon policier, évoquant avec beaucoup de subtilité les violences conjugales. Je vais bien entendu me procurer le 3ème le plus vite possible!

Danse avec l'ange

(Ake Edwardson, 10/18)

Un livre qui m'a été recommandé par une de mes lectrices. Oui je sais, je me la pète mais ne m'en voulez pas, j'ai aussi presque peu de lecteurs que d'eau dans le désert du Sahel, alors je me gargarise un peu quoi! Bref, Claire donc, une lectrice, me sachant férue de policiers, m'a conseillé cette saga suédoise dont le personnage récurrent se nomme Erik Winter, commissaire à Goteborg de son état.

Résumé: un serial killer sévit, à la fois en Suède, à Goteborg, tuant de jeunes étudiants britanniques fraichement arrivés, et à Londres, s'en prenant à de jeunes suédois nouvellement débarqués dans la capitale britannique. Le comissaire Erik Winter et son équipe va mener l’enquête en parallèle de l'équipe anglaise menée par Steve Mac Donald.

Mon avis: je dois dire que j'ai été très déstabilisée par ce policier dont la forme n'est pas classique du tout. Les 10 premières pages, je n'ai même rien compris du tout, peinant à réaliser que l'on suivait deux histoires parallèles, à deux endroits distincts et avec des personnages différents. Puis tout s’éclaire et l’histoire se concentre sur l'équipe suédoise et en particulier le personnage principal Erik Winter, beau gosse, collectionneur de femmes, un brin tourmenté par la noirceur de son métier. Ce qui est tout à fait surprenant c'est que l'intrigue policière n’est presque pas dévoilée jusqu'à la moitié du livre: on assiste surtout à une présentation des différents personnages et à leurs questionnements intérieurs. Puis à mi parcours, l'enquête prend corps et le suspense devient intense. Au final, Ake Edwardson ménage tellement son effet qu'on ne voit pas venir du tout le dénouement. Et qu'on se rend compte qu'on a finalement très peu d'explications sur le déroulement des meutres et leur motivation. Certes, le personnage d'Erik Winter est un peu caricatural, comme j'ai pu le lire ici et là, le classique "beau mais tourmenté", j'ai pourtant été bien accrochée et compte lire la suite des aventures de ce policier suédois.

-Les romans-

Les mains du miracle

(Joseph Kessel, folio)

Je n’aurais jamais eu l'idée de lire ce livre si je n'en avais pas entendu des extraits lus par Guillaume Gallienne dans son émission "Ca peut pas faire de mal" le samedi après-midi sur France Inter. Le principe en est justement la lecture à voix haute d'un bouquin, classique ou non, par Guillaume Galienne ou un autre comédien invité. J'ai été immédiatement happée par l'histoire de ce livre.

résumé: Felix Kersten est un praticien masseur reconnu pour ses dons de massage analgésique au début des années 1930. Possédant un cabinet à Berlin, il va eêtre contacté pour soigner Himmler lui-même, qui souffre de douleurs intolérables et récurrentes de l'estomac. Malgré son antipathie pour le régime nazi, il va accepter de soigner le chef des SS. Himmler trouvant enfin un remède efficace à ses douleurs, va s'approprier le praticien qui va se retrouver piégé au service du chef nazi. Il va alors essayer de profiter de sa fonction et de la faiblesse de Himmler lors de ses crises douloureuses, pour lui arracher des promesses de libération de prisonniers, et ainsi sauver des milliers de vie.

mon avis: L'histoire est passionnante et d'autant plus impressionnante qu'elle est totalement vraie. On plonge avec effroi dans l'ambiance de ce troisième Reich, avant, puis pendant la guerre. Himmler apparait comme un être faible complètement à la solde de son idole Hitler. On apprend même que Hitler était un fou furieux malade de la syphilis, probablement à un stade avancé, ce qui affectait  vraisemblablement son jugement. Un authentique malade responsable de millions de mort... Enfin, il apparait que dans ce monde de haine aveugle, tous les cadres du régime nazi ne furent pas des monstres sanguinaires sans scrupules: certains aidèrent Felix Kersten à accomplir sa mission. L'être humain est décidément bien complexe. Et lorsque l'actualité fait écho à cette part excessivement sombre de notre histoire, cela fait froid dans le dos. L'écriture de Joseh Kessel est classique, un brin désuète, mais très accessible. Un bon livre que je recommande.

Le lièvre de Vatanen

(Arto Paasilina, folio)

Voici un petit livre amusant qui dormait depuis plusieurs années sur mes étagères.

Résumé: Vatanen est journaliste. Un jour qu'il rentre de reportage, sa route croise celle d'un lièvre blessé. En partant à sa recherche pour le soigner, puis en l'adoptant, Vatanen va complètement changer de vie, abandonner son métier et sa femme pour une succession d'aventures l'amenant à pacourir toute la Finlande, toujours affublé de son lièvre.

Mon avis: comme je l'ai dit plus haut, ce livre se lit le sourire au lèvres. Pas de franche rigolade mais un amusement qui persiste tout au long de la lecture, tant les aventures de ce Vatanen sont burlesques. La forme est très agréable à lire: chaque chapitre, assez court, correspond à une aventure de notre héros, une lecture idéale pour les soirs de fatigue. L'auteur nous fait parcourir toute la Finlande et même un peu plus, en suivant les traces de son personnage. Une lecture très distrayante qui vous fera passer un bon moment.

 

C'est fini pour 2014. Un bilan plutôt positif puisque l'une de mes résolutions pour l'année consistait à maintenir mon rythme de lecture. 14 bouquins lus, un peu plus d'un par mois, ce rythme me convient, je pourrais de toute façon difficilement faire plus.

Les lectures qui m'ont marquée cette année:

- les aventures d'Erlendur de Arnaldur Indridason le policier islandais; mon polar préféré du moment (ici et ci-dessus)

- l'Ombre du vent de Carlos Ruiz Safon, un bijou

- les Cerfs-volants de Kaboul, de Khaled Hosseini (je nourris depuis cette lecture une profond empathie pour le peuple afghan)

- les Mains du miracle, de Joseph Kessel, surtout pour le côté historique (ci-dessus).

 

Lire la suite

La Mère Parfaite

15 Décembre 2014, 15:14pm

Publié par Zazimutine

La Mère Parfaite

 

J'ai l'impression que notre vie est jalonnée de rencontres avec des personnes qui nous semblent parfaites.

Ca commence à l'école avec la Copine Parfaite: bonne élève, rigolote, plein de frères et sœurs avec lesquelles elle s'entend super bien, des vacances extras dans des endroits de dingue, des activités extra-scolaires de fou dans lesquelles elle excelle, 1er prix du conservatoire de trombone à coulisse, championne régionale de patinage artistique sur roulettes (la Fille Parfaite a des activités extra-scolaires originales).

Ensuite au collège et au lycée il y a l'Ado Parfaite. "Mignonne" voire "canon" (on disait comme ça dans les années 80), bonne élève, dents blanches bien alignées (sans appareil dentaire), pas de boutons, pas de lunettes, et le pire: sympa. Même pas envisageable de la détester. Même nos parents la trouvent "adorable", "polie", "bien élevée" (gna gna gna!).

Je vous passe l'épisode Etudiante Parfaite, puis Nana Parfaite, c'est répétitif.

Et puis "voici venu le temps des rires et des chants" (ceux qui voient à quoi je fais référence, je vous aime!). Le temps de la maternité. Et par là, une nouvelle entité: la Mère Parfaite. En ce moment, je focalise sur une mère parfaite en particulier à l'école, je la scrute, je la lorgne, je l'observe sous toutes les coutures, je cherche les failles, il n'y en a pas. Laissez-moi vous la décrire.

- pour commencer, la Mère Parfaite a un prénom hyper stylé. Original. Le genre de prénom d’héroïne de roman vous voyez, le prénom qui fait qu'on sait tout de suite de qui on parle. Pas besoin de dire: "Julie qui? La petite blonde ou la grande brune?" Nan, là c'est du Bérénice, du Sybille, du Garance...

- la Mère Parfaite est jeune, voire très jeune. La petite trentaine, grand max.

- la Mère Parfaite a 3 enfants très rapprochés; le petit dernier a quelques mois et c'est un garçon. Deux filles, puis un garçon, parfait.

- nonobstant l'information donnée ci-dessus, la Mère Parfaite a un corps parfait. Quand elle était enceinte d'ailleurs, on aurait dit qu'elle avait avalé un kiwi de travers. Un joli petit ventre tout rond. Aucun signe d’empâtement par ailleurs. Je me souviens avoir scruté ses jambes à la recherche d'un bourrelet disgracieux ou d'une mignonne petite varice pointant le bout de son nez, que nenni. Elle était même parfaitement sexy dans sa robe moulant parfaitement ses courbes!

- la Mère Parfaite est toujours bien habillée, chic mais pas trop.

- la Mère Parfaite est jolie, voire très jolie. Elle a un teint parfait. Pas de cernes malgré des nuits probablement difficiles (à moins que son bébé ne soit parfait lui aussi?), légèrement maquillée. Bien coiffée. Et même, le comble: manucurée! Mais pas vulgaire. Pas pétasse. Juste.... classe.

- la Mère Parfaite gère parfaitement ses 3 enfants. Elle a toujours le paquet de mouchoirs ou de lingettes à portée de la main. Ainsi que la bouteille d'eau pour chacun des marmots en cas de petite soif intempestive. Même en hiver.

- la Mère Parfaite parle d’une voix douce, elle n'élève pas la voix. Elle est souriante, toujours, mais pas séductrice non plus, ce serait de mauvais gout.

- la Mère Parfaite s'implique dans le fonctionnement de l'école, elle fait partie de l’association des parents d'élèves. Du coup elle connait beaucoup d'autres parents d'élève. Elle discute beaucoup à la sortie de l'école.

Bref vous l'avez compris, la Mère Parfaite m'exaspère. Parce qu'elle est exactement mon négatif, je suis le ying elle est le yang, je suis le fromage qui pue, elle est le vin gouleyant:

- je n'ai pas un prénom très fréquent, pourtant, je connais une autre maman, à l'école, qui a le même que moi.

- je ne suis pas jeune, voire pas très jeune.

- je n'ai pas 3 enfants (mais deux rapprochés quand même hein, ça compte!)

- je n'ai surement pas un corps parfait (mais j'ai de jolis poignets); lors de ma dernière grossesse je me suis férocement empâtée; j'ai mis 2 ans à reperdre tous ces kilos (et encore je m'estime chanceuse d'y être parvenue)

- je suis toujours en jean et bottes ou jean et Converse (toujours le même jean, j'en ai qu'un, mais je vous rassure, je le lave le week-end pour le remettre le lundi).

- je n'ai généralement pas le temps de me maquiller le matin; j'ai des cernes et le teint blafard. Je n'ai généralement pas le temps d'aller chez le coiffeur, ni de me faire un brushing; je laisse pousser mes cheveux blancs. Ca me vieillit. Quand à la manucure: un bon coup de ciseaux une fois par semaine et c'est réglé.

- je fouille souvent fébrilement mon sac à la recherche d'un paquet de mouchoirs pour essuyer les nez cracra; quand mes filles me disent qu'elles ont soif, je leur réponds d'attendre qu'on soit à la maison; si elles insistent je leur rétorque que "ça va, on est pas en pleine canicule non plus!"

- je ne parle pas toujours d'une voix douce à mes enfants; au bout d'un moment je crie; je ne suis pas une fille souriante non plus, mais c'est pas de ma faute j'ai été livrée sans zygomatiques à la naissance.

- je ne m'implique pas dans la vie de l'école: pas le temps. Du coup je ne connais pas beaucoup de parents et quand j'attends devant l'école, je me plonge dans mon téléphone pour ne pas faire la maman qui ne connait personne.

Il se trouve que dimanche, ma fille ainée est invitée à l'anniversaire de la fille de la Mère Parfaite. Une occasion rêvée de faire plus ample connaissance. Et de trouver la faille.... A moins que.... nous devenions copines, ce serait le comble, car.... la Mère Parfaite a l'air sympa en plus! La garce.

 

Lire la suite

Mini râleuse

4 Décembre 2014, 11:57am

Publié par Zazimutine

Mini râleuse

 

Lorsque nous avons rempli le bon de commande de notre deuxième enfant, nous avons prêté une attention particulière au formulaire concernant les options.

Souvenez-vous, la question 25:

Parmi ces défauts de caractère concernant votre futur enfant, lequel choisissez-vous?

  • a- petit dormeur
  • b- petit mangeur
  • c- fourbe
  • d- paresseux
  • e- râleur
  • f- aucun de ces défauts

Epris de longues nuits paisibles et de bonne chère, n'aimant ni la fourberie, ni les animaux, nous avons, je le reconnais, fait preuve de lâcheté et coché la case f.

Mais c'était sans compter la question 25 bis:

"Attention, concernant l'option f, en fonction du nombre de commandes, il est possible que nous ne pouvions accéder à votre demande; dans ce cas, merci de nous signaler quel défaut vous serait le moins désagréable".

Visiblement, 2010 a été un cru exceptionnel puisque, fin février, il ne restait déjà plus d'option f. Comme nous avions coché par défaut l'option e ("râleur"), eh bien nous avons eu la joie d'accueillir dans notre foyer une ravissante petite fille.... râleuse.

Cela s'est manifesté dès la grossesse. Notre cadette avait apparement décidé de profiter à fond du meilleur moment de sa vie (eau à 37°C, hydromassage, nourriture et gite à l’œil, atmosphère de glou-glou et de douces voix assourdies, tu m'étonnes!) et donc de ne pas se laisser enquiquiner par les toubibs indiscrets qui auraient tenté de voir si tout était bien à sa place. Il a alors fallu multiplier les échographies, sans succès, puisque la demoiselle nous tournait obstinément le dos, se voilant pudiquement la face de ses mains (et encore c'est parce qu'elle ne connaissait pas toutes les possibiliés de messages exprimés avec les doigts).

Ca s'est poursuivi au moment de l'accouchement: hors de question de rester coincée des heures dans ce satané toboggan obscur et visqueux: dès le début du travail, notre fille était, d'après la sage-femme, en position d'expulsion, remontée comme une pendule.  Tout juste si elle ne tapait pas à la porte, telle une furie attendant l'ouverture des magasins au premier jour des soldes. Il a pourtant fallu qu'elle patiente quelques heures; du coup, dès que la porte s'est ouverte elle a littéralement surgi: une poussée, emballé, c'est pesé.

Si l'on y réfléchit, son côté râleur s'est manifesté dès les premiers jours. Bien sûr, nous avions incriminé alors les coliques du nourrisson. J'aurais du me rendre compte néanmoins qu'elle avait beaucoup plus d'endurance que sa soeur ainée, réussissant même parfois à continuer à hurler, tandis que je m'étais endormie à ses côtés.

Les mois passant, nous avons mis toutes ses manifestations d'inconfort sur le compte d'autres maux: les dents, le RGO, les poussées de croissance.

Puis ce furent les ggnnnnn rageurs lorsqu'on la laissait trop longtemps dans son transat. Ensuite, une certaine difficulté à la mettre dans sa poussette ou dans son siège auto. Même pendant les repas, elle grognait entre deux bouchées, ce qui donnait "gggggnnnnnn -slurp- gnnnnn -gnourf- gnnnnn -bloup-"... très curieux.

Bref, notre miss Bonbon est une râleuse.

Elle râle pour tout, presque tout le temps. Elle a trop chaud, elle a trop froid. C'est pas bon,  ou alors y en a pas assez. Elle n'aime pas les cols qui montent, ni les dessins sur les vêtements. Elle n'aime pas cette robe (qu'elle a pourtant choisie). Elle n'aime pas marcher, ni aller se promener, encore moins aller à l'aire de jeux (alors qu'elle se régale une fois là-bas). Cet été, nous avons même eu droit à des "j'aime pas la plage".

Au quotidien, c'est pénible, mais on s'y est fait finalement. Parce que Miss Bonbon, ce n'est pas que ses râleries. C'est aussi tellement d'autres choses, comme son affection et ses grandes déclarations d'amour lyriques. C'est son inquiétude sincère pour l'autre, qui me ravit, c'est cette petite fille qui vous demande de vos nouvelles, si vous avez passé une bonne journée et si vous allez mieux lorsque vous avez été malade. Et puis ce rire, bon sang ce rire, qui "s'envole aussi haut que s'envolent les cris des oiseaux" comme dirait Renaud.

C'est une râleuse mais c'est notre petite râleuse d'exception.

Tiens ça me fait penser à un truc, j'avais pas fait attention mais y avait un petit alinéa à la fin du formulaire de commande "attention, en aucun cas la direction ne saurait être tenue responsable d'une non conformité de votre produit liée à une intervention de la génétique."

La génétique....

Fichtre.... j'ai bien peur que parmi ses ascendants, le plus râleur ce soit... MOI!

 

Lire la suite

Danse avec les non-stars

2 Décembre 2014, 18:13pm

Publié par Zazimutine

 Danse avec les non-stars

 

Voilà, c'est fini Danse avec les stars 2014!

On est bien d'accord que Nathalie Pechalat méritait largement plus de gagner que les tablettes de chocolat de Mr Bensetti ou non? Si, seulement voilà, ma bonne dame, gagner l'émission n'est pas une question de mérite, mais une question de gros sous. Grâce aux tas de mignons petits SMS envoyés pour soutenir son candidat préféré, TF1 engrange plein de mignons euros lui permettant de proposer toujours plus d'"émissions à forte mobilisation intellectuelle" comme dirait ma copine Alice (dans cet article).

N'empêche.

Moi j’aimerais bien être à la place des stars, et être coachée comme ça par des professionnels pendant des semaines, frotter mes chaussons sur les parquets des salles de danse, apprendre des nouveaux pas, des chorégraphies, toujours plus de chorégraphies. Parce que la danse, j'adore ça et depuis longtemps. Je ne suis pas une bonne danseuse mais j'ai fait beaucoup de danse, du modern'jazz, du classique, et surtout des danses à deux, comme dans l'émission: du rock, du tango, du paso, de la valse, de la salsa, du cha cha, j'aime tout! Il fut un temps où ma vie tournait autour de la soirée hebdomadaire de danse du club de rock. Rhaa laa laa ce que j'ai pu la faire virevolter ma jupette! Ce que j'ai pu me faire draguer par des vieux libidineux ayant le triple de mon âge (c'est qu'il y a 15 ans croyez-moi, ce n'était guère à la mode les "danses à deux"!)...

Vous imaginez donc bien que vivre l’expérience qu'ont vécu ces stars pendant des semaines, pour moi c'est le rêve!

Seulement voilà, je ne suis pas une star. Vous me direz, tout est relatif et tout dépend de ce qu'on retient comme définition du mot star. Personnellement j'ai fait la connaissance de Ryan Bensetti (à moins que ce ne soit Brian?) et de Miguel Angel Munoz au cours de l'émission. Et je ne vous parle même pas des jeunes filles éliminées dès les premiers tours dont je n'ai pas retenu le nom. L'an dernier, j'avais même du chercher dans wikipedia qui était Shy'm, pourtant membre du jury (oh attends, bien sûr que je sais qui est Shakira!)

N'est-on pas toujours la star de quelqu'un? Moi en cherchant bien, je suis surement la star de....quelqu'un.

Donc TF1, si tu ne sais pas qui engager comme star l'an prochain, je te suggère vivement de me contacter pour qu'on s'entende. Je suis prête à solder mes congés et même à ce que tu me paies, si tu insistes, pour faire partie du casting.

Tu vas voir, j'ai de la ressource. Je ne suis pas aussi musclée que Ryan mais je suis aussi motivée que Tonya Kinzinger (46 ans la meuf, elle assure la vieille non?).

Je ne vais pas me fracturer la prothèse mammaire comme Ophélie mais je pense réussir à pimenter l'émission en me luxant l’épaule droite.

Je ne lève pas la jambe aussi haut que Nathalie Pechalat mais je vais essayer parce que j'ai toujours rêve d’être hyperlaxe et avec un peu de chance, je vais me déchirer un adducteur (mais je continuerai quand même l'émission avec des béquilles, ce sera grandiose!).

Tu pourras mettre mes filles dans le public pour le coté émotions, je suis sûre qu'elles vont pleurer à la demande, et surtout le jour où je serai éliminée. En revanche, tu ne pourras pas me faire envoyer des messages d'encouragements par ma mémé Yvette parce que mes grands-parents sont tous morts depuis longtemps, mais on peut engager des comédiens si tu veux, je connais plein de vieux très télégéniques.

Ah et puis évidemment, il faudra aussi que mon compagnon puisse assister à l’émission histoire qu'on ne me prête pas une idylle avec Christophe Licata. Ah oui je t'ai pas dit? C'est le danseur que je veux. Bon, je trouve que Maxime Dereymez est beaucoup plus beau mais un tantinet antipathique, donc je préfère jouer la décontraction, et puis l'accent du Sud, ça me parle. Du coup tu pourras mettre dans l'after de l'émission toutes les blagues super fun qu'on s'est faites Chrisouille et moi. 

Crois-moi ça va être de la bombe Danse avec les stars 2015!

 

PS: en illustration, vieille photo de moi avec un vieux libidineux ayant le triple de mon âge 

bon çaaaa vaaaaa!

Lire la suite