Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Blog: 5 astuces pour éviter le succès

31 Mars 2016, 12:21pm

Publié par Zazimutine

Blog: 5 astuces pour éviter le succès

 

Au fond je crois, je suis une rebelle. Modérée certes, mais, sous mes dehors de jeune femme bien comme il faut (boulot-enfants-coiffure au carré), se cache une anti-conformiste convaincue.

Oui je suis une rebelle. J'ai déménagé en Bretagne alors que je vivais dans le sud, tandis que la majorité de mes concitoyens ne rêve que de soleil. Je pars volontiers en vacances l'été dans les régions où ça caille, tandis que la majorité de mes concitoyens migre vers le sud (et non, ce n'est pas que parce qu'au moment où je m'y prends, il ne reste que des locations libres dans le Perche). Je n'ai pas la télé (ma box est en panne). Je ne vais pas voir les films à succès (j'ai des enfants), je ne lis pas les livres que tout le monde aime (sauf Harry Potter), je n'écoute pas les tubes (je ne capte que breizhradio); je n'ai cédé à l'appel du slim qu'au 2ème semestre 2006 (pour mémoire, il fit son apparition en janvier de la même année), et je ne suis jamais les modes (sauf pour les Converse, les New Balance et les ballerines).

Donc, quand il s'est agi d'ouvrir un blog, ce qui en soi était déjà une énorme entorse à mon anti-conformisme flamboyant vous le constatez, il fut rapidement hors de question de suivre le flux qui tendait à devenir un "blog à succès". Des commentaires en pagaille, des partenariats, des test de produits? Très peu pour moi! Non, moi je voulais sentir le vent entre les lignes de mon blog, je voulais vibrer avec la vacuité de mes écrits, je voulais collectionner l’absence de retours et... 2 ans et demi après, toute modestie mise à part, je pense que j'ai réussi.

Jugez plutôt:

- je plafonne à 11 abonnés-mail depuis l'ouverture de mon blog

- une petite trentaine de personnes suivent ma page sur facebook, dont 70% ne sont pas des vrais gens

- je collectionne les zéros sur les portails de blog et l'absence de commentaires

Bref, en matière de blog qui ne décolle pas, j'en connais un rayon. Je me doute que je ne suis pas la seule à désirer rester dans les limbes de la blogosphère, alors, chers amis rebelles, je partage très généreusement aujourd’hui mes remèdes anti-succès.

1) Ne parler de son blog à personne ou presque

Quoi, moi, me vanter d'avoir un blog? Jamais! Non, je voulais démarrer le plus discrètement possible, les quelques personnes auxquelles j'ai révélé l'existence de ce blog ont donc souvent été mises au courant par erreur ou lors d'une soirée trop arrosée. Il ya ma mère bien sûr mais que voulez-vous, elle me connait comme si elle m'avait faite. Au total, j'ai donc parlé de ce blog à une demi-douzaine de personnes, ce qui est déjà beaucoup trop!

2) Ne pas avoir de ligne éditoriale

J'écris un peu sur tout et n'importe quoi: ma vie de famille, mes humeurs, mais aussi mes lectures, mes coups de coeur, des articles drôles, d'autres sérieux... C'est le meilleur moyen d'embrouiller le lecteur. La plupart des blogs qui marchent ont une marque de fabrique: blogueuse-beauté-de-moins-de-25-ans, blogueuse-culinaire-végétarienne, blogueuse-maman-de-famille nombreuse etc... Je suis une blogueuse-bordelique-de-bazar-éclectique.

3) Publier irrégulièrement ou arrêter de publier sans crier gare

Il y a eu un moment très difficile dans ma vie de blogueuse, environ 1 an après l'ouverture du blog, où j'ai eu l'impression que la mayonnaise commençait à prendre, une sorte de frémissement. Je publiais régulièrement, il y eut un puis deux, puis trois articles par semaine, l'inspiration était au taquet! Je commençais à etre publiée en une sur le portail d'hellocoton,  les abonnements augmentaient de façon vertigineuse (toute exagération mise à part), les commentaires allaient bon train, un véritable cauchemar! Bref, terrassée par l'angoisse lié à ce succès brutal et inattendu, j'ai baissé brutalement ma fréquence de publication, passant de 4 articles par semaine à un par mois. Redoutablement efficace!

4) Avoir un blog moche

A une période d'ennui profond dans ma vie professionnelle, j'avais commencé à étudier le code html....J'espérais ainsi améliorer la présentation de mon blog, le faire joli, le façonner à mon image. C'est ce que j'ai d'ailleurs fait en mettant un bordel infâme dans la présentation des commentaires. Il est ainsi difficile d'être tenté de réagir à un de mes articles, radical!

5) Cumuler les handicaps

Le mieux pour avoir un blog qui ne décolle pas, c'est de l'ouvrir maintenant, en 2016, à une époque qui comptabilise des milliers de blogs, et ce, dans LA catégorie la plus fréquentée, celle du blog famille. En gros, ouvrir un blog il y a 10 ans, sur un thème original (genre, votre passion pour les crustacés des mers arctiques) était beaucoup plus porteur...

 

Malgré la mise en application très rigoureuse de ces astuces, certains lecteurs s'accrochent encore et encore. Cet article n'était rien d'autre qu'un petit clin d'oeil et un gros remerciement à ces fidèles lecteurs certes peu nombreux, mais, qui continuent à me lire malgré mon inconstance, et qui égaient considérablement cette activité: MamanChérie, Joy, Natali, Germain, mes copines janviettes, mes copines de blogs, et bien sûr, les éventuels lecteurs silencieux et/ou anonymes, constants, ou de passage!

Merciiiii!

PS: J'espère n'avoir oublié personne....

euh.... en fait, non.  ^_^

Lire la suite

Dominique Aaaaaaah!

29 Mars 2016, 12:31pm

Publié par Zazimutine

Dominique Aaaaaaah!

 

Bien que n'étant pas une grande fanatique du concert, je commence à avoir vu pas mal d'artistes sur scène. J'en ai donc vécu des concerts "chouettes", des concerts "très bien" et des "oui, il a vraiment une belle présence!". Mais je crois que jamais, jamais, je n'avais été à ce point remuée par un concert que celui de Dominique A, vu dans une petite salle bretonne il y a 15 jours.

Ca ne fait pas si longtemps que Dominique A est "entré dans ma vie" si j'ose dire, à peine une dizaine d'années je pense. J'avais, à l'époque, acheté son très bel album L'horizon, que j'écoutais alors en boucle, sauf quand le moral était au plus bas (parce qu'il faut bien l'avouer, ce n'est pas non plus très efficace comme anti-dépresseur!). Très vite, ce disque est devenu un indispensable, celui que l'on met pour écrire, lire, quand on reçoit des amis pour une ambiance musicale pas trop présente, ou juste pour le plaisir du son.

Chez Dominique A, il y a pour moi cette voix d’abord, cette voix que je reconnaitrais entre 1000, cette voix chaude, claire, enveloppante, l'une des plus belles de la chanson française actuelle à mon avis.

Et puis ces textes si poétiques, ces mots qui parlent bien souvent d'amour, de la couleur des sentiments, parfois jusqu'à l'incompréhensible.

Cette musique enfin, au service de sa poésie, envolée de notes électriques, percussions redondantes tels les battements du coeur, jusqu'à l'hypnotique.

Quand nous avons vu il y a quelques temps que Dominique A passait dans une petite salle près de chez nous, nous avons eu envie, Papa Ours et moi, de tenter l'expérience.

Alors j'ai acheté et écouté jusqu'à plus soif son dernier album, Eléor.

Au fur et à mesure que la date approchait, j'étais pleine de doutes, me demandant ce que pouvait donner un concert de cet artiste, il était évident que nous n'allions pas danser comme des fous sur des rythmes endiablés.

A priori bien vite balayés. Certes, on ne saute pas, et on ne danse pas le pogo dans les concerts de Dominique A, non. Mais on se laisse bercer par cette musique jusqu'à l'épuisement. Une espèce de bercement collectif, d'être là, tous ensemble, le corps qui ondule de gauche à droite, à ressentir cette musique qui rentre dans le cœur et descend dans une vibration jusqu'au sol. On se laisse submerger par cette voix, si souvent entendue, et qui vient nous chuchoter, maintenant, des mots que l'on connait déjà, en nous regardant droit dans les yeux ( j'étais au milieu au 4ème rang alors oui, il M'a regardée! -et que celui qui n'a jamais pensé que le chanteur le regardait dans les yeux me jette la première pierre-). On regarde, fasciné, les doigts agiles de Dominique A se promener sur le manche de la guitare. On se laisse un peu émoustiller par son improbable petit déhanché. On se régale pendant plus de 2h. Et on admire la simplicité du bonhomme, qui répond à ce public qui l'interpelle, tout en retenue, mais toujours sincère.

Après ce concert, je me suis réveillée plusieurs fois dans la nuit en ayant du mal à réaliser ce qui venait de se passer, un peu éberluée, comme après une rencontre amoureuse. L'avais-je rêvé?

J'ai d'ailleurs eu du mal, depuis, à réécouter son disque: je n'osais pas l'entendre à nouveau, sur une simple platine; histoire de prolonger un peu la magie, et de garder l'écho de sa vraie voix dans mes oreilles.

Lire la suite

Lettre ouverte à Franck, Antoine, Damien, et les autres...

15 Mars 2016, 13:45pm

Publié par Zazimutine

Lettre ouverte à Franck, Antoine, Damien, et les autres...

 

 

Depuis quelques temps, je suis harcelée de mails provenant de jeunes hommes, beaux, libres et visiblement très désireux de discuter avec moi. Ca commence toujours par un mail avec en objet un "coucou" ou alors "j'ai envie de te parler".

Au moins 2 fois par semaine, je reçois donc ce genre de message (celui-ci, je l'ai reçu en 2 exemplaires, provenant de 2 interlocuteurs "différents"):

"Bonjour,

Ce n'est pas souvent que je contacte quelqu'un que je ne connais pas par mail.

Comme je suis célib depuis quelque temps, je me suis dit que j'allais tenter ma chance et éventuellement voir ce que ça pourrait donner,
surtout qu'on n'habite apparemment pas loin l'un de l'autre :)

Et... ce peut être le début... Parce que tout commence ainsi, non ?

Ouvert d'esprit, j'aime m'enrichir auprès des autres.
Curieux de nature je cherche toujours à découvrir de nouvelles personnes et des nouveaux mondes.

La vie m'a appris à évoluer et à changer, je sais aujourd'hui l'importance du travail personnel qui amène à la remise en cause de soi même et des autres.
Liberté, indépendance, humilité, courage, complicité, échange... sont des mots qui me parlent.

Alors si tu veux qu'on discute un peu, moi ce serait avec plaisir !!

je me connecte en général après le boulot et le week-end, mon pseudo sur POF c'est : Frank_32
tu verras c'est assez simple pour me retrouver. (et pas de soucis, le site est entièrement gratuit)
A très vite... j'espère !

Franck"

 

Reprenons si vous le voulez bien ce message, point par point façon explication de texte.

"Bonjour,


Ce n'est pas souvent que je contacte quelqu'un que je ne connais pas par mail.

[Il est amusant de constater que la formule "c'est pas souvent que je fais ça" donne  l'impression du contraire; là on sent bien que l'auteur cherche à justifier cette prise de contact quelque peu cavalière!]

Comme je suis célib

[formulation "d'jeune" visant à donner une image détendue à l'auteur, à ne pas confondre avec le vélib, mode de locomotion typiquement bobo parisien]

depuis quelque temps, je me suis dit que j'allais tenter ma chance et éventuellement voir ce que ça pourrait donner

[ici, l'auteur manque cruellement de romantisme, résumer une future relation passionnelle à un: "ce que ça pourrait donner" manque de force, Franck devrait faire un effort!]-[d'autre part, on voit bien que l'auteur est dans le déni puisque l'objet de son désir n'est pas "célib", et ça Franck le sait puisqu'il est bien renseigné]


surtout qu'on n'habite apparemment pas loin l'un de l'autre :)

1 [la preuve que l'auteur est bien renseigné, peut-être travaille t-il pour le contre-espionnage?]

2 [dans la formulation "pas loin l'un de l'autre", on voit bien que l'auteur met la charrue avant les boeufs en créant une illusion de proximité entre l'un (l'auteur), et l'autre (l'être aimé)]

3 [l'utilisation du smiley vise à renforcer le lecteur dans l'image "cool" qu'il pourrait avoir de l'auteur et ainsi instaurer la confiance, cf>ci-dessus]

Et... ce peut être le début... Parce que tout commence ainsi, non ?

[formulation dite "de comblement", le but étant de remplir une page avec des mots pour donner l’illusion d'une grande puissance rhétorique; appelée aussi "parler pour ne rien dire"]

Ouvert d'esprit, j'aime m'enrichir auprès des autres.

[ici l'auteur prend le risque d’être pris pour un gigolo; on sent qu'il commence à lâcher prise]


Curieux de nature je cherche toujours à découvrir de nouvelles personnes et des nouveaux mondes.

[l'auteur utilise volontiers la métaphore "nouvelles personnes" et "nouveaux mondes" pour parler de son instabilité chronique, appelée plus communément infidélité]

La vie m'a appris à évoluer et à changer, je sais aujourd'hui l'importance du travail personnel qui amène à la remise en cause de soi même

[ici, l'auteur cherche à rattraper l'impression éventuelle qu'il aurait pu laisser sur son infidélité chronique, tel Bill Clinton jurant ses grands dieux qu'il n'y pas eu relation sexuelle avec Monica Lewinsky]

et des autres

[à ce stade l’auteur interpelle l'objet du désir sur ses propres failles, c'est la technique dite du noyage de poisson]


Liberté, indépendance, humilité, courage, complicité, échange... sont des mots qui me parlent. [nouvelle technique de comblement; on remarquera que l'auteur manifeste dans ses propos une certaine pudeur, pour ne pas dire retenue, pour ne pas dire superficialité]


Alors si tu veux qu'on discute un peu, moi ce serait avec plaisir !!

[on se rend compte ici, que l'auteur essaie de prendre un peu de recul et apporter une touche de légèreté par rapport à ses propos précédents plus tourmentés; l'emploi du double point d'exclamation signe un certain enthousiasme et un indéniable dynamisme]

je me connecte en général après le boulot et le week-end

[ici, l'auteur ne manque pas de révéler une information capitale sur lui: il travaille, il n'est donc pas chômeur, il a raison de le préciser]

mon pseudo sur POF [référence à la légende populaire selon laquelle Pof le chien]

c'est : Frank_32

[là, en fin de texte, l'auteur se dévoile en révélant son âge, ou bien son département d'origine ou encore, son... tour de tête, laissant ainsi libre cours à l'imagination du destinataire de cette missive]


tu verras c'est assez simple [alliteration en -s] pour me retrouver, (et pas de soucis, le site [2ème allitération en -s] est entièrement gratuit)


A très vite... j'espère !

[ici, emploi de la litote, figure de sens consistant, par pudeur ou par égard, à dire moins pour faire entendre beaucoup plus; ici il faut entendre "à-tout-de-suite-je-brûle-de-te-voir-tu-me-manques-déjà-tellement-mon-amour-ma-vie!"]

Frank

[l'auteur n'hésite pas à réveler son prénom afin de finir sur une note de confiance]

 

Et voici mon droit de réponse:

Cher Franck (ou Antoine, Damien, ou quelque soit ton prénom bidon),

Tout d'abord, parce que je suis une fille polie, je tiens à te remercier pour tes nombreux messages.

J'ai bien tout compris je crois: tu es un homme jeune, libre, travailleur, courageux, libre,et surtout libre, et aussi très curieux du monde et des autres (femmes).

Quant à moi je suis une fille en couple, peu disposée à rencontrer mes voisins, manquant totalement de curiosité, surtout par internet. Alors lâche-moi la grappe! (ou plutôt le mail!)

PS: merci pour les photos; tu es tout mignon mignon, là n'est pas la question. C'est juste que tu n'existes pas.

Franck (ou Antoine) [position de détente, dite du sourire-éclat-blancheur>bien dans ses baskets]

Franck (ou Antoine) [position de détente, dite du sourire-éclat-blancheur>bien dans ses baskets]

Damien (ou Brice) [position de la reflexion, dite du regard-perdu-vers-l'horizon>romantisme]

Damien (ou Brice) [position de la reflexion, dite du regard-perdu-vers-l'horizon>romantisme]

Lire la suite