Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Filles à lunettes

30 Juin 2016, 17:14pm

Publié par Zazimutine

Filles à lunettes

 

Quand je suis née, mes parents ont évidemment organisé une grande fête façon Eddie Barclay, dress-code blanc, champagne qui coule à flots et tous les grands de ce monde -de l'époque- invités (Sheila, Beatles, reine d'Angleterre etc...). Bien entendu, les soeurs De la génétique furent invitées et, dotées de grands pouvoirs magiques, elles se penchèrent sur mon berceau, m'affublant de toutes les grâces de mes aïeux (intelligence, humour, beauté, sans oublier la modestie). Seulement voilà, la soeur cadette, Maléfique De la génétique, avait été écartée de cette soirée mémorable; vexée, elle prit tout de même part à la fête et me jeta un sort: en plus de dormir 100 ans (mais en plusieurs fois), j'allais hériter de la forte myopie de mes grands-pères.

En grandissant, comme prévu, je devins donc, intelligente, drôle, belle, modeste, grosse dormeuse et... myope. Myope avec un grand M. Comme une taupe. Si ma myopie ne se déclara qu'au CM1, celle-ci dégringola de façon vertigineuse jusqu'à atteindre la limite de ce qu'en médecine on appelle une "myopie moyenne", en sachant que  cette dernière correspond en réalité, pour le commun des mortels, à une très forte myopie (pour vous donner une idée, je vois net à environ 10 cm de mon visage...). Bref, les lunettes devinrent, à partir de la 6ème, mes meilleures amies. Ou plutôt mes meilleures ennemies. Car si j'avais trouvé plutôt rigolo de les porter de temps en temps au CM1 et CM2, les supporter tout le temps devint pour moi un vértable calvaire, surtout à cet âge tellement propice au sentiment de confiance en soi qu'est l'adolescence.

Car porter des lunettes, c'est inévitablement:

  • faire du sport AVEC ses lunettes

Qui n'a pas fait le tour du stade avec ses lunettes qui tressautent sur son nez, les sourcils dégoulinant de sueur sur les verres, n'a pas vraiment connu la vie!

  • aller à la piscine SANS ses lunettes

Comme c'est incompatible, il faut se résoudre à les laisser au vestiaire et à en subir les conséquences: ne pas reconnaitre ses copines au bord du bassin, ne pas comprendre que le maitre-nageur essaie désespérément depuis 5 minutes de vous faire sortir du bassin en s'époumonnant dans son sifflet, quant à aller chercher le minuscule anneau là-bas, à 3m20, comment vous dire?

  • être dépendant de la météo

Subir l'affront de la pluie et la blague récurrente qui en découle sur la praticité d'un essuie-glace intégré à la monture (ah ah ah!); en hiver, connaître également le bonheur d'avoir les verres embués quand on vient de l'extérieur et que l'on se retrouve sans transition dans une ambiance chauffée; marche aussi avec l'émotion, j'ai en mémoire un merveilleux épisode où, en première, je fus interrogée au tableau pour un commentaire de texte et où, les verres totalement opacifiés par la buée, je ne parvins pas à lire correctement mon texte.

  • penser qu'avec des lunettes, tout espoir de séduire un garçon est réduit à néant.

Quand je me remémore les montures que l'on faisait pour les enfants dans les années 80, je pense que mon à priori n'était pas dénué de bon sens. Sans compter qu'avec ma myopie de compétition, je me suis vite retrouvée avec des yeux qui paraissaient minuscules derrière mes carreaux pourtant amincis au maximum. J'ai donc passé des boums SANS lunettes, à cligner frénétiquement des yeux pour savoir qui venait m'inviter à danser un slow, et même si c'était bien à moi que le garçon s'adressait; il m'est arrivé également de me balader sans lunettes dans la rue à côté d'un garçon de ma classe en espérant qu'il s'apercevrait que SANS, j'étais drôlement mignonne (hum!); l'épisode où je m'écrase lamentablement le nez contre un abri-bus que je n'avais pas vu arriver (le côté transparent), ainsi que le fou-rire du-dit garçon et mon saignement de nez, reste un souvenir aussi douloureux qu'humiliant.

Je passe sur les dénominations couramment usitées à l'époque pour désigner les porteurs de lunettes (intello, serpent à lunettes...), vous avez compris j'imagine, que je suis une traumatisée des lunettes. J'attendis donc avec impatience d'avoir 18 ans, pour avoir droit aux fameuses lentilles (je me demande encore pourquoi l'ophtalmo me fit attendre tout ce temps alors que je devais de toutes façons changer de verres chaque année). Aussitôt mon bac en poche, je me précipitai chez l'ophtalmo pour tester les fameuses lentilles, qui ne m'ont, depuis, plus jamais quittées. Enfin, ma vie commençait.

 

Beaucoup plus tard, à la naissance de mes filles, une chose me taraudait. Allais-je, ou non, leur transmettre ma myopie, sachant que Papa Ours est également légèrement myope? Je comptais sur la présence, dans le mélange génétique, de deux grand-mères à la vue absolument parfaite.

Raté! Dès le CP, notre aînée commença à se plaindre de ne pas bien voir de loin. Elle porte des lunettes en continu depuis novembre dernier.

Lors du contrôle à 6 mois, la myopie de miss Choco avait dégringolé, et miss Bonbon, pour laquelle je pensais que tout allait bien, se retrouva affublée d'une myopie déjà conséquente. Pour moi je le confesse, ce fut un choc.

Même si j'ai changé d'avis aujourd'hui sur les lunettes, même si j'ai autour de moi plein d'exemples de femmes à lunettes que je n'imaginerais pas un seul instant dépourvues de leurs montures, et que je trouve pourtant très jolies, même si les montures sont devenues beaucoup plus esthétiques, je fus catastrophée à la pensée que mes deux petites filles allaient avoir le même destin que moi, dès l'école maternelle pour l'une, élémentaire pour l'autre.

Et puis je me suis faite une raison. C'est mon histoire et pas la leur. Malgré ma crainte que leur myopie rejoigne la mienne, voire la dépasse (ce qui est quand même bien handicapant), je suis consciente que ça ne reste qu'un problème de santé mineur. Surtout, je me suis habituée à leurs bouilles cerclées de lunettes, j'irais même jusqu'à dire que maintenant, je les préfère avec; elles leurs donnent du caractère à mes filles, ces jolies petites lunettes, rouges pour l'une, roses pour l'autre. Et comme l'a dit ma fille aînée chez l'ophtalmo, quand cette dernière m'a annoncé la myopie de miss Bonbon, et que je m'effondrai en insultant les fées de la génétique; "c'est pas grave maman, elle mettra des lunettes et puis c'est tout!".

Ben oui, c'est tout.

Lire la suite

Tous azimuts # 9

29 Juin 2016, 16:19pm

Publié par Zazimutine

Tous azimuts # 9

 

Toutes mes excuses pour ce long silence, la vie étant ce qu'elle est, l'inspiration, l'envie, le temps (rayer la mention inutile), viennent parfois à manquer.

Sans plus de commentaires sur ma vie actuelle (que nous pourrions résumer par un "c'est la merde!" fort à-propos), me revoici donc avec un billet bazar, histoire de se remettre dans le bain.

Ces dernières semaines, tous azimuts:

  • Nous avons assisté au départ de Tara (ci-dessus), le bateau océanographique parti pour 2 ans explorer les coraux des mers du sud (pour résumer hein, il va juste y avoir 148 étapes entre-temps); il était assez émouvant ce départ je dois dire, et semble avoir fortement impressionné miss Bonbon, si l'on se réfère à l'abondance de ses dessins en rentrant (ça, et les démonstrations de danses tahitiennes qui l'ont littéralement scotchée; là, j'attends qu'elle me dise qu'elle veut faire de la danse tahitienne; je SAIS que ça va arriver; j'attends).
Tous azimuts # 9Tous azimuts # 9

 

  • J'ai enfin pu me rendre au cours de pâtisserie avec un chef pâtissier renommé, qui m'avait été offert pour Noël par papa Ours; c'était rudement chouette!! Le pâtissier était très sympathique, accessible, et tout était complètement à notre portée; voici donc en photo mon joli petit dessert 4 étoiles. Bref, ça m'a tellement plu qu'à mon anniversaire, une semaine plus tard, papa Ours m'a offert... un nouveau cours de pâtisserie ^_^
Tous azimuts # 9Tous azimuts # 9Tous azimuts # 9
Tous azimuts # 9

 

  • J'ingurgite des séries de façon totalement déraisonnable, ce qui m'a poussé à abandonner mes lectures (maaal!). Dernières en dates:

- Luther, série britannique très glauque, pas mal mais doublage catastrophique;

- Orphan Black, scenario intéressant dans le genre fantasy, j'ai pourtant vite décroché;

- How to get away with murder, mon coup de coeur! Je vous en reparlerai dans mes favoris.

- Suits, série en cours, ou Ally Mac Beal version mecs en 2011; ce serait une très bonne série-repassage, comme j'aime à nommer ces séries que l'on peut écouter en repassant sans vraiment les regarder, s'il n'était pas dommage de passer à côté du regard de velours du beau Harvey Specter! (miam!!)

 

  • Du bonheur d'habiter en Bretagne côtière, avec l'été qui arrive (enfin, ça, c'était la semaine dernière!). Lors d'un fameux mercredi après-midi, nous avons pu nous rendre à Quiberon, dont je ne suis pourtant pas une grande fanatique, et en découvrir un tout autre visage (avec pause-glace obligatoire sur la grande plage tout de même!)
Tous azimuts # 9Tous azimuts # 9
Tous azimuts # 9Tous azimuts # 9

 

  • J'écoute en boucle le dernier album de Miossec, Mammifère. J'écoute toujours les albums de Miossec en boucle c'est un principe (je crois que je les ai presque tous). Que dire de ce nouvel opus? S'il n'a pas beaucoup progressé en chant, il faut bien le reconnaitre, l'univers musical est un peu différent des précédents, moins rock, plus éclectique, intéressant. Néanmoins, mon préféré reste celui qui me l'a fait découvrir, et pour toujours je crois: 1964 (ou l'impossiblité d'égaler la première fois!).
  • Et puis la fin de l'année scolaire se profile, et avec elle, son lot de kermesses, spectacles de danse et autres repas de fin d'année. Mais c'est qu'on se mettrait à avoir une vie sociale bretonne dites-donc!

A très vite!

Lire la suite