Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Ma prescription littéraire # 2

31 Juillet 2017, 14:14pm

Publié par Emmanuelle

Ma prescription littéraire # 2

 

Quelques lectures pour l'été, ça vous tente? Je ne vous promets rien de vraiment léger si c'est  ce que vous recherchez,  je vous livre là seulement un compte-rendu de quelques semaines de lectures, mais peut-être trouverez-vous matière à vous détendre. Allez hop, c'est parti:

 

- A consommer sans modération -

  • Les cahiers d'Esther - Histoires de mes 11 ans

(Riad Sattouf, Allary Editions, BD)

Résumé: Voici le deuxième tome de cette série retraçant le quotidien d'Esther, petite parisienne d'une dizaine d'années. Riad Sattouf a rencontré à maintes reprises la petite fille, en lui demandant de lui raconter ses histoires de gamine (école, famille, société), et les transformant en BD.

Mon avis: C'est passionnant! Si le premier tome a eu tendance à me faire flipper (je ne suis pas vraiment pressée de voir mes filles devenir ado), ce deuxième tome m'a un peu réconcilié avec cet âge si difficile. Avec 1 an de plus, Esther  est devenue beaucoup plus critique à l'égard de la société de consommation et due la dictature du paraitre. Le regard de Riad Sattouf est toujours tendre, relevant le moindre petite détail comique et fédérateur. Bref, une BD souvent drôle et tellement ancrée dans la réalité. J'adore!

 

  • L'homme aux cercles bleus

(Fred Vargas, J'ai lu, policier)

Résumé: Depuis quelques mois, des cercles bleus, tracés dans la nuit, ornent les trottoirs de Paris, entourant des objets hétéroclites. Ce qui peut passer pour une simple blague de gamins titille l'instinct du commissaire Adamsberg. Et comme son instinct ne lui fait jamais défaut, la réalité viendra bientôt lui donner raison.

Mon avis: Il m'arrive parfois de faire preuve d'un snobisme insupportable. Fred Vargas en est l'exemple parfait: j'ai refusé pendants des années de la lire, sous prétexte que je détestais les policiers français. J'avais décrété que seuls les anglais, et plus récemment, les scandinaves, étaient capables d'écrire des livres policiers susceptibles de m'intéresser. Bref, la connasse de base. Et puis en discutant avec mon amie K. , grande grande fan de l'auteure, j'ai fini par me laisser tenter, et suis repartie de chez elle avec le premier volume des aventures du commissaire Adamsberg, personnage récurrent de Fred Vargas. Bien m'en a pris. Alors que je craignais une atmosphère austère, dans le genre Derrick, j'ai découvert des personnages gouailleurs, hauts en couleur, savoureux, le tout porté par une énigme rondement menée et dont on ne se doute pas du tout de l'issue. Du grand art de policier! Me voici donc actuellement en train de lire le deuxième tome, nul doute que vous en entendrez encore parler par ici.

 

- Gare aux effets secondaires -

  • Plus rien ne s'oppose à la nuit

(Delphine de Vigan, le Livre de Poche, roman-autobiographie)

Résumé: Après la mort de sa mère en 2008, Delphine de Vigan part à la recherche de son histoire familiale et retrace, sous forme de roman, la vie de sa mère.

Mon avis: J'aurais pu classer ce livre dans la catégorie précédente, tant il m'a remuée, je le mets cependant ici afin que vous sachiez que ce livre ne peut pas être lu à m'importe quel moment. Je le déconseille en particulier si votre moral n'est pas au beau fixe, ou si vous êtes sensible au sujet du suicide ou de la maladie psychiatrique. Cependant, j'ai rarement été aussi bouleversée par un bouquin. La boule au ventre dans sa première partie, oppressée dans la deuxième, j'ai fini en larmes à ne plus pouvoir m'arrêter de pleurer, comme cela m'était rarement arrivé. En essayant de reconstituer la vie de sa mère, enfant, adolescente puis jeune adulte et mère, jusqu'à sa mort, l'auteur plonge dans ses souvenirs, interroge les membres de sa famille, écoute, relit des textes écrits par sa mère et par elle-même au moment des faits, hésite, craint de détruire, se lance dans une vaine tentative de comprendre. Le personnage principal, la mère de Delphine de Vigan, est atteinte de bipolarité; on assiste, lecteur comme enfant, impuissant, à sa déchéance. Et puis au moment où l'on perd espoir, la résilience fait son apparition, dessinant des zones de couleur et d'espoir dans cette destinée en apparence si tragique. Il en reste finalement un fascinant portrait de femme ayant vécu de la fin des années 40 jusqu'au début des années 2000, une femme, qui, contre toute apparence, a lutté sans relâche contre la maladie, par amour pour ses filles. Delphine de Vigan lui rend en écho un vibrant hommage, ultime acte d'amour envers une mère pas comme les autres. C'est beau et déchirant. Comme la vie.

 

  • En finir avec Eddy Bellegueule

(Edouard Louis, Points, roman-autobiographie)

Résumé: Edouard Louis, tout jeune écrivain, revient à travers cet ouvrage sur son enfance picarde dévastée par la pauvreté et la violence. Seule la lecture saura le sauver de ce naufrage.

Mon avis: Difficile de vous dire que j'ai pris mon pied avec ce livre, tant il est dur, glauque, presque dénué d'espoir. La nausée vous suivra tout au long de votre lecture, car on plonge dans un monde d'une violence inouïe, physique comme psychologique. Intéressant pour le témoignage, on peut éventuellement reprocher à Edouard Louis une certaine complaisance. Mais il est facile pour moi, lectrice confortablement installée dans mon fauteuil, à l'enfance heureuse, de lui reprocher quoi que ce soit. Alors, je ne sais pas. A vous de vous faire votre idée.

 

- Si le genre vous intéresse -

  • La mémoire de nos pères

(Joël Dicker, Editions de Fallois, roman)

Résumé: Paris 1940; le jeune Paul-Emile quitte son père pour rejoindre la Résistance. Recruté par le SOE, branche des services secrets britanniques, il est intégré à un groupe de jeunes français et francophones, avec lesquels il va s'entrainer à devenir un agent chargé de mener des actions de renseignement intérieur en France occupée et de sabotage.

Mon avis:  Joël Dicker est le jeune (et bel) auteur de "La vérité sur l'affaire Harry Quebert", gros succès littéraire de l'année 2012, et prix Goncourt des lycéens notamment. Ce livre-ci est son ouvrage précédent. Il relate donc une épopée digne d'un grand film hollywoodien, autour de la constitution des services secrets britanniques: formation des agents (occupant la plus grande partie du livre), aventures sur le terrain, épilogue. Tragédie, Histoire, romance, tous les ingrédients sont présents pour faire un beau roman. Et c'est le cas, si le sujet ne vous rebute pas. Pas un gros coup de coeur mais pour le coup, une bonne lecture pour l'été, pas trop mélodramatique malgré le sujet. 

 

  • Le mystère Henry Pick

(David Foenkinos, Gallimard, roman)

Résumé: Au hasard d'une promenade dans sa Bretagne natale, une jeune éditrice découvre, dans une bibliothèque des livres refusés, un manuscrit jamais publié, écrit par un certain Henry Pick, mort depuis plusieurs années. Elle ne tarde pas à considérer ce livre comme un chef-d'oeuvre et se met en tête de l'éditer, partant à la recherche de l'écrivain disparu. Le mystère se met en place autour de ce personnage énigmatique, dont personne ne connaissait le talent littéraire, y compris sa veuve.

Mon avis: J'aime bien David Foenkinos, depuis plusieurs ouvrages déjà, j'aime sa fantaisie, sa loufoquerie, et je me reconnais dans beaucoup de ses tourments intérieurs. Le mystère Henry Pick est à la fois amusant, distrayant, léger, tout en ne ménageant pas le suspense. Les personnages sont très cinématographiques, et l'on comprend aisément que l'auteur ait déjà été adapté au cinéma. Bref, rien à reprocher à ce livre, si ce n'est l'absence de grand bouleversement. Je le classerais plutôt dans la catégorie des livres "faciles mais pas trop non plus" adaptés à une "consommation" sans danger (si j'ose dire!).

 

  • Giboulées de soleil

(Lenka Hornakova-Civade, Alma Editeur, roman)

Résumé: Plongeons maintenant dans l'histoire de la République tchèque, à travers le parcours de trois femmes, de mère en fille. De la deuxième guerre mondiale à l'instauration du communisme,  puis à la chute de l'empire soviétique, ces trois femmes suivent et subissent leur destin.

Mon avis: Très intéressant sur le plan historique, ce livre souffre tout de même quelque peu de sa forme. L'histoire est contée chacune à son tour par les trois personnages, et j'ai par exemple eu beaucoup de mal à différencier les deux premières femmes.  Même si leur histoire et leur époque est différente, leur façon de s'exprimer se ressemble. J'ai préféré la troisième partie, contée par l'enfant, puis l'adolescente, personnage fort, le plus à même de ne plus subir la tragédie familiale. Une bonne lecture tout de même, si on ne cherche pas de la légèreté.

 

  • L'homme du lac

(Arnaldur Indridason, Points, policier)

Résumé: suite des aventures du commissaire Erlendur le bien nommé. Cette fois, son enquête va tourner autour du squelette retrouvé au fond d'un lac asséché, dont la mort remonte à 60 ans. Particularité: le corps est retrouvé attaché à un poste émetteur semblant avoir appartenu à la Russie de l'ère soviétique.

Mon avis: Je ne vais pas être très objective car j'adore suivre les aventures d'Erlendur depuis le premier tome. Cet épisode nous plonge de façon passionnante dans l'Allemagne de l'Est des années 50, période sombre où la Stasi fait régner la terreur. La forme est toujours la même: la clef de l'énigme se situe dans le passé, comme chez Camilla Lackberg, néanmoins Indridason garde toute ma tendresse: pour le moment, je ne m'en lasse guère.

 

C'est tout pour aujourd'hui!

N'hésitez pas à partager votre point de vue si vous avez lu un de ces ouvrages, j'adore échanger à ce sujet!

Bonnes lectures!

PS: J'ai glissé une petite nouveauté, l'as tu remarquée?

Lire la suite

Les musiques de ma vie

25 Juillet 2017, 17:13pm

Publié par Zazimutine

Les musiques de ma vie

Je publie enfin ce billet, pour lequel j'avais invité d'autres blogueuses (voir en fin de billet) à écrire sur le même thème, à savoir, les musiques de notre vie. Je suis toujours étonnée par la faculté qu'a l'âme, de voyager dans le temps à la simple écoute d'une musique, d'être renvoyée illico à l'émotion d'un instant. La musique accompagne nos vies, et même si cela est très personnel, intime même, j'ai eu envie de partager ces morceaux qui immanquablement, me rappellent des souvenirs. Voici donc un petite aperçu de ma vie... en musique!

 

Enfance: Renaud et Supertramp

Petite, comme beaucoup d'enfants, j'ai d'abord surtout entendu les albums de mes parents: je me souviens, dans un registre très éclectique, de Boby Lapointe, dont je connaissais les paroles par coeur, de Boris Vian, mais aussi d'Yves Simon, de David Bowie, de Eurythmics... Mon premier album? Dorothée bien entendu, mais le chanteur contemporain qui marque le plus cette époque pour moi fut Renaud! Ce que j'ai pu fredonner Renaud!!

 

Je dois absolument évoquer également Supertramp, écouté plutôt par mon père à l'époque. Chaque fois que j'écoute ce morceau, il me projette immédiatement dans le salon de mon enfance; je revois les petits samedis matins de printemps, fenêtres grandes ouvertes, musique un peu forte, soleil rasant le parquet, faisant briller les milliers petits grains de poussière, sensation d'éternité, de quiétude, et de sérénité absolue. Il me semble même ressentir l'odeur de ces petits matins de printemps, une odeur particulière que je n'ai plus jamais retrouvée.

 

Pré-adolescence: Police - Can't stand losing you

J'ai 10 ans, je suis en CM2 mais la fin de l'année scolaire est là et l'année suivante, je vais rentrer en 6ème. Sur la place où je vais jouer tous les après-midis avec mes copines, nous rencontrons des garçons qui sont déjà dans notre collège, en 5ème je crois. Ils nous embêtent, un peu, je ne sais pas pourquoi. Ce que je sais, c'est qu'en rentrant j'ai entendu ce morceau de Police. Et qu'il est resté éternellement associé à ce moment où mon regard sur les garçons a changé. J'étais passée de l'autre côté: celui du désir de plaire. Initiatique.

 

Adolescence: la new-wave!

Et puis c'est le collège, l'adolescence, en plein naissance du Top 50 et de la New-Wave!! Les ondes et les murs de ma chambre sont envahis par Dépêche Mode, Talk Talk, U2 et bien sûr Cure, avec l'inénarrable Robert Smith dont j'imitais la coiffure (sèche-cheveux la tête en bas) et la tenue vestimentaire (pantalon à pinces et genre de veste de costard molle). Rha la la, toute une époque!

 

Le lycée: les histoires d'amour (dans sa tête)

Je suis en seconde, folle amoureuse, persuadée de vivre une histoire complètement platonique avec un garçon de ma classe (en effet, nos regards se sont croisés au moins 2 fois au cours du premier trimestre). C'est l'époque où je commence à écouter les Beatles. Cette chanson en particulier me parle: "I say yes, you say no!" (même si en réalité nous ne nous somme jamais parlés!). Je l'écoute en boucle, papillons dans le ventre, entre espoir et désespoir (dois-je préciser qu'il ne s'est jamais rien passé?)

 

Etudes: Queen, Sprinsteen et le rock des sixties

Mon père écoutait beaucoup Queen et mon enfance a été en particulier bercée par l'album Jazz (1978!); je suis devenue, plus grande, totalement fan de Freddie Mercury que je considère comme la plus belle voix du 20ème siècle, en toute objectivité et sans exagération. Un des grands regrets de ma vie aura été de n'avoir jamais pu le voir en concert (mais il est mort en 1991, ça aurait été difficile!), car ce type se donnait avec une intensité rare! Il me prend parfois à rêver que dans l'au-delà, il donne des concerts de ouf auxquels mon père assiste.

Bref, Il faut absolument (notamment) connaitre ce morceau mythique de Queen: Bohemian Rhapsody, prodigieux!! 6 minutes de bonheur pur!

 

Mes années d'études riment aussi avec ma rencontre avec E. qui deviendra ma meilleure amie pour de nombreuses années. Fan de Bruce Sprinsgteen, elle m'initie et me convertit bien vite. J'irai même à un de ses concerts. Ce morceau, en particulier, me rappelle nos soirées à regarder ce clip, nous étions très friandes de ses manches de chemise remontées sur ses petits biscoteaux. Et si vous êtes courageux et que vous allez au bout du clip, vous remarquerez que la toute jeune fille qui monte sur scène à la fin n'est autre que... Courteney Cox, star de Friends quelques années plus tard!!

 

Avec E., nous allons aussi apprendre à danser le rock et passer plusieurs annéés à écumer les clubs le vendredi soir pour faire tournoyer nos petites jupes, nous faisant copieusement draguer par des  retraités (qui ne tente rien...). Ce morceau d'Eddie Mitchell, je ne l'ai jamais entendu ailleurs, si bien qu'il est l'illustration parfaite de cette période.

 

Fin des études: en route pour une nouvelle vie!

J'ai 26 ans et je me retrouve célibataire; quelques mois avant de partir vivre à Toulouse (et de rencontrer Papa Ours), avec Joy, mon amie de lycée, nous entreprenons un voyage dans le sud de la France, Manu Chao à fond dans la voiture. Ce morceau, c'est donc le souvenir de ce voyage, dans une atmosphère incroyablement apaisée, entre confidences et rigolade. Mon plus beau voyage amical, sans hésiter. Aucune dispute, aucune jalousie, les mêmes envies, une parfaite harmonie!

 

Quelques mois plus tard, je vais rencontrer Papa Ours. Massive Attack, Teardrop, c'est notre chanson, je n'en dirai pas plus ;)

 

Et puis Miossec...

Je peux préciser très exactement ma découverte de Miossec. Il venait de sortir son album 1964, nous étions en 2004 et je revenais de l'enterrement de ma grand-mère, la dernière qu'il me restait. Lors d'un de mes passages à la Fnac, j'ai écouté par hasard cet album. L'atmosphère douce et nostalgique, le texte légèrement désabusé, répondaient exactement à mon ressenti de cet instant. Coup de foudre. Qui se poursuit toujours. J'ai tous ses disques et l'ai vu 3 fois en concert, ce qui pour moi est un exploit! (j'y vais très peu).

 

Maternité...

J'ai jeté mon dévolu sur cette chanson de Daphné pendant  ma première grossesse. Je la trouvais idéale pour bercer un enfant, je l'ai donc faite écouter maintes fois à mon ventre, et j'avais consciencieusement appris les paroles. Je me souviens avoir essayé de la chanter à miss Choco alors qu'elle était âgée de quelques jours. Mais j'étais en train de perdre mon père et l'émotion m'a submergée au point de ne pas pouvoir aller au bout. Plus tard, une copine m'a fait remarquer le sens érotique de cette chanson. J'ai eu tellement honte que je l'ai rayée de ma discographie et ne l'ai plus jamais écoutée. Elle me rappelle pourtant toujours cet intense moment de ma vie, entre la joie immense de devenir enfin mère, et le chagrin dévastateur de perdre mon père au même moment.

 

Et aujourd'hui?

J'écoute toujours Miossec, et Queen. J'ai complètement abandonné Springsteen depuis que l'amitié avec E. s'est tarie. J'ai ajouté à mon répertoire Dominique A (je l'adore!), Yann Tiersen et bien d'autres. Avec mes filles nous écoutons des trucs plus rythmés: Jain, Stromae...

Bien sûr, je me rends compte qu'il est difficile de résumer une vie en quelques morceaux de musique, j'en ai oublié tellement!

Mais pour écrire ce billet, j'ai ré-écouté tous ces morceaux et je vous jure que toutes sortes d'émotions sont passées sur mon visage!

Et comme je veux finir sur une note positive, je vous mets la musique, beaucoup plus commerciale, moins mon genre habituel, mais qui m'a tant fait danser cette année et qui me met tellement de bonne humeur: Justin Timberlake (et puis j'avoue que je suis assez émoustillée par sa chorégraphie en jean blanc, hem...)!

 

Maintenant je me dois de remercier toutes les blogueuses, et elles sont nombreuses, qui ont participé à ce petit exercice. Merci 1000 fois, je ne m'attendais pas à recueillir autant d'enthousiasme, cela me motive pour vous proposer d'autres défis dès la rentrée. 

Je vous avais dit que j'élirais le billet qui m'a le plus touchée mais c'est impossible, ici, c'est comme chez Jacques Martin, tout le monde a gagné!! Vous m'avez toutes émue, intriguée, fait sourire et même pleurer. Je vous invite donc, cher lecteur égaré, à retrouver ici toutes leurs participations:

- la génereuse Picou Bulle, blogueuse découverte récemment sur Instagram, très prolifique et qui n'hésite pas à mettre en lumière les autres blogueuses, bref, une fille super. Sa participation est ici et j'en partage d'ailleurs l'affection pour Radiohead!

- Double rose, elle aussi blogueuse découverte récemment sur hellocoton, dont j'aime beaucoup la sincérité et la franchise; voici son billet-défi, qui m'a beaucoup ému!

- Maristochat, dont j'aime à lire le point de vue de belle-mam', en plus d'être elle-même l'heureuse maman de 2 loulous. Son billet ici, avec une sélection musicale très pointue et originale.

- Sarah, du talentueux blog nouvellement nommé Boots and Pepper, pour laquelle j'éprouve une tendresse particulière, toulousaine oblige (entre autres!). Sa sélection musicale est .

- Mamandelire, ma copine bordelaise, une fille que je n'ai jamais rencontrée mais dont je suis certaine de la valeur! Je partage beaucoup de ses musiques, génération oblige! Son article est ici.

- Frau Pruno, à l'origine de cette idée de défi, inspirante blogueuse (c'est aussi à cause d'elle que je me suis mise au régime et que je me suis achetée une robe, vous n'imaginez pas l'influence de certaines blogueuses!!); son billet parle d'une musique tout aussi originale que sa personne, entre Queen et jazz et c'est ici.

Et enfin plein de petites nouvelles que je découvre avec leur participation, merci beaucoup les filles, j'ai eu beaucoup de plaisir à vous découvrir en musique:

- Polly, son billet-musique ici

- Cécile, à la sélection très mélomane: .

le rire des anges, sa participation ici,

- et enfin les toute jeunes Louane (ici), et Rozie et Colibri ();  vos sélections musicales m'ont fichu un sacré coup de vieux mais ça m'a beaucoup amusé également, merci!

Enfin, sachez que j'ai laissé un commentaire sous chacun de vos articles mais qu'il a parfois disparu dans les limbes de la blogosphère...

J'espère n'avoir oublié personne, sinon, n'hésitez pas à me le dire!

Bonne écoute, et à très vite pour d'autres défis (j'en ai 2 ou 3 dans mon sac)!

Lire la suite

Tous azimuts # 16

17 Juillet 2017, 16:29pm

Publié par Zazimutine

Tous azimuts # 16

 

Quelques infos en vrac en ce début d'été:

  • Première info de la plus grande importance: je suis amoureuse. D'un objet. De CET objet, celui sur lequel je suis en train de rédiger cet article. Après des mois sans pouvoir accéder à mon blog de chez moi, je me suis enfin décidée à investir dans un nouvel ordinateur. Après quoi, j'ai mis deux semaines à me décider à le sortir de sa boite, tant j'avais peur qu'il me déçoive. Je me voyais déjà m'arracher les cheveux à essayer de connecter la bestiole sur le réseau wi-fi, comme cela m'était arrivé avec mon fixe. Et puis non. Cette chose est magique. Elle fait tout toute seule. J'ai donc été prise d'une frénésie d'écriture: 32 brouillons dorment désormais dans mes tiroirs! (je vous rassure, je n'ai pas écrit 32 brouillons en une nuit, certains étaient déjà là!)

 

  • Je suis en vacances depuis une semaine, et sans enfants. J'hésite entre sentiment de liberté et de vacuité. Entre enthousiasme et inertie. C'est compliqué la vie. On passe son temps à se plaindre, à rêver de moments volés au quotidien comme ceux-ci, et quand ces derniers se présentent, on ne sait pas toujours les apprécier...

 

  • Du coup, je me suis mise au yoga. J'envisageais déjà cette activité depuis quelques années, surtout depuis que j'ai compris que ça ne consistait pas seulement à allumer des bougies en les reniflant profondément, quitte à se griller les poils des narines. Non, le yoga est une vraie discipline, exigente avec le corps. Et c'est tout à fait ce dont j'ai besoin actuellement: une activité qui me permette de m'assouplir, de lutter contre l'ankylose qui m'assaille (bienvenue dans ma vie de quadra), et de me détendre à la fois. J'ai découvert, sur le blog de zenopia, les vidéos de yoga d'Ariane (la souplesse de cette fille vous fera pleurer croyez-moi), sur sa chaine youtube yogacoaching. Je recommande vivement si la chose vous tente.

 

  • Je lis, beaucoup. J'ai d'ailleurs en brouillon 2 articles parlant de mes lectures. J'aime de plus en plus entrer dans une librairie et me laisser emmener par les couvertures, les tranches des livres, l'odeur de papier et d'encre. J'ai toujours aimé ça mais là, ça prend une énorme place dans ma vie. Etrange comme la vie se jalonne de périodes avec livres,  puis sans livres, avec musique, puis sans musique, avec passion subite pour les insectes frugivores puis plus, etc... étrange, vraiment étrange la nature humaine (rassurez-moi, vous aussi vous avez des lubies?)

 

  • Nous avons profité de l'absence de nos filles pour aller au resto et au cinéma Papa Ours et moi-même.  Notre liste de bons et très bons restos dans la région s'étoffe, et nous sommes à deux doigts d'écrire un guide! Au cinéma, j'ai vu le dernier Klapisch ("Ce qui nous lie"), que je peux vous conseiller si vous êtes amateur de vins et intéressé par sa fabrication (sinon passez votre chemin). Pas le meilleur film de Klapisch assurément, mais tous les ingrédients qui ont fait son succès: des sentiments, de l'émotion, de la nostalgie, de la joie, de la vie, de la drôlerie. Quelques lourdeurs cependant. Mention spéciale à la délicate Ana Girardot (fille d'Hippolyte). 

 

  • Nous avons également vu au cinéma le film KO, mais alors celui-ci, je ne l'ai pas du tout aimé. Un film à plusieurs réalités, mouais, pas mon truc. Pas de cette façon là en tout cas.

 

  • Enfin, j'ai profité de ce temps suspendu pour préparer nos vacances en Italie. Il est très amusant de constater que, dans les propositions d'hébergement, les italiens font la part belle aux photos concernant... la bouffe! On arrive à avoir 2-3 photos de l'environnement, généreusement une photo des chambres, et 15 photos de tables croulant sous la nourriture! Décidément, j'adore ce peuple! ^_^

 

Allez, je termine ici ce billet complètement narcissique!

Je vous rappelle, pour ceux et celles qui le souhaitent, que vous pouvez encore participer au défi les musiques de ma vie, et ce jusqu'au 23 juillet. Je remercie d'ores et déjà toutes celles qui ont déjà rédigé leur billet, elles sont nombreuses et ça a été un réel plaisir de les lire, mais j'y reviendrai!

Très bonne semaine à tous!

Lire la suite

Les musiques de ma vie [défi]

3 Juillet 2017, 08:31am

Publié par Zazimutine

Les musiques de ma vie [défi]

Chers amis, bonjoooour!

Aujourd'hui, je vous propose, lecteurs/lectrices/blogueurs/blogueuses, un petit défi d'écriture. Oh je vous entends d'ici "nan mais pour qui elle se prend la Zazimutine? Elle croit qu'elle est une blogueuse influente et qu'elle peut se permettre de défier les autres ou bien?"

Bon, bon, remettons les choses dans leur contexte; non, je ne me prends pas pour une blogueuse influente (j'ai vérifié dans mes statistiques, on ne sait jamais, sur un malentendu, et en fait euh...non!); en revanche, j'ai adoré participer au défi Rêve d'été initié par the famous Frau Pruno du blog Escarpins et marmelades; j'ai également adoré lire les propositions des autres participantes sur le thème; par conséquent, j'ai eu envie de renouveler l'expérience et de lancer ma proposition à mon tour (en mode qui ne tente rien n'a rien).

Le thème de ce défi? Les musiques qui ont jalonné votre vie. La musique a un fabuleux pouvoir d'évocation, certains morceaux vous projettent directement dans un moment de votre passé. J'aimerais que vous nous parliez de ces morceaux qui ont jalonné votre existence (avec extraits musicaux si possible).

Je vous laisse donc jusqu'au 16 juillet pour poster vos billets, jour où je publierai ma propre participation, puis je sélectionnerai parmi vos articles, ceux qui m'ont le plus touchée (la fille qui croit qu'elle va avoir 12000 candidatures ^_^). Prévenez-moi en commentaire si vous participez, et je pense que ce sera plus clair pour tout le monde si vous insérez dans votre article, un lien direct vers ce billet. Si vous publiez sur Instagram, je vous propose d'ajouter le #défilesmusiquesdemavie (avec un é comme dans défi)

Et si personne ne participe, eh bien tant pis, je publierai quand même ma participation.

Alors, tenté(e)s?

Très bonne semaine à tous et toutes!

PS: en illustration, une petite avant-première de mon propre billet ;)

Lire la suite