Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Mes muffins noisettes-pépites de chocolat

24 Septembre 2018, 12:00pm

Publié par Emmanuelle

Mes muffins noisettes-pépites de chocolat

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui, je vous propose une petite recette.

Vendredi dernier, ma grande est revenue du collège enchantée de son repas à la cantine où elle avait, semble-t-il, dégusté un délicieux gâteau "aux noisettes et aux pépites de chocolat"! Toujours à la recherche de nouvelles recettes pour confectionner des goûters zéro déchets, je me suis mise en tête de réaliser des muffins dans le même esprit: noisettes et pépites de chocolat.

Après maintes recherches infructueuses, j'ai finalement décidé de partir de la recette de Claire, du blog rêves de fripouilles, dont j'ai plusieurs fois apprécié la recette de muffins très peu sucrés (mention spéciale pour ses muffins aux myrtilles!).

J'ai donc dosé un peu au pif le mélange farine-poudre de noisettes (que j'ai obtenu à partir de noisettes entières mixées- il me semble que pour le goût c'est mieux!), le sucre et les pépites et finalement, le résultats est parfait. Le goût noisettes est prononcé mais pas trop, le sucre est discret, et les pépites amènent ce qu'il faut de gourmandise. Une réussite qui n'a pas fait long feu et que je vais m'empresser de réitérer en mini-muffins, notamment pour en amener à mon travail et ainsi me complaire dans ma réputation de "nana à mi-temps qui a rien d'autre à foutre que cuisiner" (on en parle dans un prochain billet??-rire jaune).

Mais trêve de bavardage, voici la recette.

Pour 10 gros muffins:

Ingrédients

-120 g farine

-110g poudre de noisette

- 3 oeufs

- 90g sucre

- 90g beurre 

- 5 cl lait

- 100 g pépites de chocolat

- 1/2 sachet de levure

Préparation: mélanger les oeufs et les sucres jusqu'à ce que le mélange blanchisse; ajouter le beurre ramolli ou fondu et le lait, puis rajouter d'un seul coup la farine, la poudre de noisettes et la levure mélangés. Ajouter les pépites. Et hop, au four, 25 minutes à 180°C.

Dégustez...

Bon appétit!

Mes muffins noisettes-pépites de chocolat

Lire la suite

La petite fille au maillot rose

17 Septembre 2018, 15:35pm

Publié par autres enfants

La petite fille au maillot rose

 

Il y a cette petite fille, au cours de natation, depuis la rentrée.

Cette petite fille qui semble vivre le plus grand drame de sa vie à chaque nouvelle leçon.

La première semaine, je l'ai remarquée à cause de sa dégaine: maillot rose, bonnet rose enfoncé jusqu'aux lobes des oreilles, chaussettes  antidérapantes roses, et le corps, tout fluet, perdu au milieu de tous ces attributs. Et puis dans la piscine, ses cris.

La deuxième semaine, la revoilà, la fillette en détresse. Avant son cours (qui suit celui de mes filles), je l'observe.

Trève de bonnet (rose), cette fois on a gardé que les chaussettes (roses) et le maillot (rose). Le maillot est trop grand, il baille sur le haut des jambes. Les bretelles sont toute tire-bouchonnées. Le visage est fier, le nez pointe vers le haut, tout comme la queue de cheval, bien tirée en haut du crâne. Sur le front, mille petits cheveux rebelles se sont échappés. Les joues sont remplies comme des fruits mûrs, les yeux bruns  très grands, expriment toute la candeur des... quoi, 4 ans? 5 ans? Sa main est entièrement empoignée par la main de l'adulte qui l'accompagne. Pour l'instant, la petite fille est calme, aucune inquiétude ne semble l'assaillir, comme si elle avait déjà oublié la semaine passée.

Mon coeur à moi bat un peu fort. J'appréhende le moment où elle va reprendre contact avec l'eau.

Quelques minutes plus tard, au moment de se séparer de sa grand-mère, c'est de nouveau le drame. Des douches où mes filles se rincent, j'entends les cris déchirants, les hoquets. Je ne peux m'empêcher de jeter un oeil. Je vois le prof de natation essayer de raisonner la petite fille, gardant son calme, puis le perdant. Les cris sont de plus en plus forts... Je retourne à l'entrée de la piscine. De là, je peux observer derrière les vitres toute la scène, sans le son. Finalement, la petite fille est restée assise au bord de la piscine. Désormais je ne vois plus que l'image, sa bouche grande ouverte, les épaules secouées par les sanglots. Je m'attends à ce qu'elle se calme seule. Mais non, ça continue encore et encore. Une détresse absolue, folle, déraisonnée, disproportionnée peut-être.
Et je me demande pourquoi sa détresse, celle de cette petite fille inconnue, me retourne autant le ventre.

A quoi cette détresse fait-elle donc écho chez moi?

Est-ce la détresse de mes propres filles qui me remonte à la gorge, ce sentiment absolument ingérable que j'ai ressenti  devant leur chagrin lorsque j'ai du les laisser à la crèche, à l'école, ou à l'éveil musical quand on me priait de les reprendre au plus vite tellement elles perturbaient le cours avec leurs larmes?

Est-ce une vieille réminiscence de ce que j'ai pu ressentir moi-même, enfant, pour je ne sais quelle raison?

Ou bien alors... est-ce qu'en devenant mère, je suis devenue, d'une certaine façon la maman de tous les enfants en détresse?

Lire la suite

Les jours d'après

10 Septembre 2018, 14:00pm

Publié par Zazimutine

Les jours d'après

 

Il y a donc eu ce jour de vous savez-quoi lundi dernier. Ce jour un peu foutraque où tout sembla aller de travers dès le début: l'oubli d'un pique-nique pour notre sixième, les larmes de désespoir de notre CE2 à l'annonce du nom de son instituteur, mon arrivée trop tardive au travail...

Et puis il y eut les autres jours

Le jour où j'accompagnai pour la première fois miss Choco au collège et où je la trouvai si petite au milieu des grands collégiens, que j'eus l'impression qu'elle rapetissait à vue d'oeil.

La fois où, après m'avoir écouté verser dans le lacrymal, un papa copain me demanda si c'était elle ou moi qui rentrais au collège.

Le jour où nous eûmes enfin son emploi du temps et où je crus m'arracher les cheveux à y comprendre quelque chose: les semaines A, les semaines B, les groupes 1 et les groupes 2, les accompagnement personnalisés, les temps pédagogiques et les options...

Le moment où j'écoutai, étonnée et soulagée, miss Choco, ma grande sauvage, mon infinie timide, me raconter qu'elle évoluait dans un petit groupe de 6 filles, chacune cooptée par une copine de l'autre, et combien c'était chouette le self et les cours d'arts plastiques.

Les nombreuses fois où je l'attendis "à la sortie" et où je regardai d'un air hagard sortir des élèves aussi grandes et plus développées du haut du corps que moi (WTF??).

Les multiples moments où j'essayai de décoder tous ces nouveaux mots dans sa bouche: vie scolaire, toutatice, perm', foyer...

L'instant où je réalisai que son langage avait déjà changé.

Il y eut le soir où je compris que si miss Bonbon était si pénible, c'était probablement parce que l'attention était, de fait, focalisée sur sa soeur.

Il y eut tous les matins où j'arrivais à l'heure au travail, en me disant que finalement, avoir deux enfants qui commencent à une heure différente, présente des avantages. 

Il y eut l'inquiétude de savoir comment on allait se débrouiller les jours où je suis en déplacement. Et puis le moment où je me rendis compte, qu'au fond rien n'avait vraiment changé.

Alors il y eut le week-end plein de douceur, les grasses matinées, les jeux dans le jardin, le restaurant, et la balade en vélo ponctuée d'arrêts sur la plage, la mer tellement étincelante dimanche, comme un clin d'oeil: "t'inquiète, ça va aller!".

Et enfin, la sérénité.

Lire la suite

Pertes et profits de retour de vacances

1 Septembre 2018, 14:12pm

Publié par Zazimutine

Pertes et profits de retour de vacances

 

Ca y est, les vacances sont finies, l'été entame sa pré-ménopause, le mois de septembre  a débuté, un certain parfum de rentrée a envahi nos esprits et débité nos bourses, bref, les vacances sont derrière nous. Mais si vous le voulez bien regardons un tout petit peu en arrière pour faire un bilan de retour des vacances, qui, comme chaque année se classe en deux catégories: les pertes et les profits.

Au rayon profits:

- + 3 kgs pour ma pomme, avec une incompréhension et un sentiment d'injustice absolue. Comment est-il possible que j'aie grossi alors que j'ai suivi scrupuleusement le régime végétarien belge (frites, gaufres, bière)?? 

- à propos de régime belge, un amour immodéré pour la croquette, au fromage ou aux crevettes, peu importe, mais aussi bonne que celles que nous avons mangé à Bruxelles si possible (recherche de recette en cours).

- des kilos de légumes dans notre petit potager, dont une courgette d'un poids et d'une taille qui n'auraient pas à faire rougir celui d'un nouveau-né bien dodu. D'ici à ce que nous ajoutions ce beau tubercule sur notre livret de famille en lieu et place du 3ème enfant, il n'y a qu'un pas (après tout, il existe un très bon film que je vous recommande au passage de voir, où le héros principal est un petit garçon se prénommant courgette!)

- une envie de reconversion professionnelle dans le domaine de l'animation nature, comme chaque fois que je me retrouve à parler avec les grenouilles et les libellules (je ne suis pas folle vous savez).

- une montagne de petits souvenirs (médailles-souvenirs, cartes de restaurants, mini-moulins en bois et autres stigmates des boutiques de lieux touristiques -appelez-nous pigeons!-, décorations de Noël -cherchez l'erreur- ...) et un univers de plus grands, vous savez, la découverte en famille, le quotidien presque sans  cris, disputes et autres reproches, la sensation de vivre des instants bénis... tout ça....

Au rayon pertes:

- 10 degrés de température et 1h de clarté en moins dans la journée (ouille!).

- probablement quelques minutes d'espérance de vie en moins, suite à mon effort pour monter le clocher de Dame qui culmine à je-ne-veux-pas-savoir-combien-de-mètres, en essayant de vaincre mon vertige (de forme sévère). Et probablement une dégringolade de marches du piédestal sur lequel m'avaient hissé mes filles, lorsqu'elles m'ont vue déambuler  à 4 pattes une fois au sommet.

Ni l'un ni l'autre:

- aucun livre lu;  j'avais été très optimiste en en emmenant 4, c'était oublier un peu vite que dans notre voyage tout restait à organiser, il fallut bien  passer quelques soirées à trouver l'hébergement suivant...

Finalement, un bilan qui met en lumière bien plus de profits, que de pertes, n'est-ce pas là le secret des vacances réussies?

Et vous, quel bilan pour vos vacances?

​​​​​​​...

Bonne vous-savez-quoi à tous!

Pertes et profits de retour de vacances

Lire la suite