> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } L’enfant qui dort - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Touzazimutin

L’enfant qui dort

23 Septembre 2013, 13:20pm

L’enfant qui dort

 

Voilà maintenant 5 ans et demi, que tous les soirs, juste avant de me mettre au lit, je me glisse à pas de loups dans la chambre de ma/mes filles.

Pour vérifier que tout va bien, réajuster une couverture, tirer un peu sur un doudou coincé sous la tête de l’une, remonter une jambe égarée hors du lit.

Mais surtout pour regarder mes enfants dormir. Regarder dormir un enfant, voilà quelque chose dont je ne me lasserai jamais. Je me souviens avoir passé de longues minutes à les contempler dans leur sommeil lorsqu’elles étaient bébé ( je ne vais pas dire « de longues heures » parce que généralement les "longues heures" de sommeil de mes filles bébé me servaient essentiellement à essayer de récupérer un peu), et pas seulement pour me féliciter d’avoir bien bossé (parce que oui, ne pas manger de saucisson pendant 9 mois et regarder les autres se régaler de ce bon vin, fut pour moi un vrai combat).

Il y a un truc, dans cet enfant qui dort, qui m’apaise incroyablement.

Une espèce d’abandon absolu qui me rassérène.

Il me semble que cet abandon est plus présent chez le bébé que chez le grand enfant, ma fille cadette l’a encore, ma fille ainée moins ; on sent, même à travers le sommeil, que le cerveau a muri, qu’il est parfois encombré de soucis, le sommeil devient plus agité, moins apaisé. L’enfant grandit.

N’empêche. Je continuerai chaque jour à me glisser dans la chambre de mes filles. Parce que j’aime les regarder dormir. Parce que ça vaut (presque) tous les anxiolytiques du monde.

Et ce soir, dans l’obscurité de leur chambre, je penserai aux milliers de mamans qui au même moment font les mêmes gestes que moi, à celles qui les ont fait depuis des millénaires (mais oui, à la Préhistoire, maman Pierrafeu réajustait elle aussi la peau de mammouth sur bébé Pierrafeu !), à celles qui les feront demain.

A celles qui, comme moi, avant de sombrer dans les bras de Morphée (oui mon compagnon s’appelle Morphée, et alors ?), prennent leur shoot d’endorphines.

Parce que c'est un peu universel.

Commenter cet article

Heidi 26/09/2013 14:02

Je fais comme toi tous les soirs et pas plus tard qu'hier je me disais que c'était apaisant un enfant qui dort en regardant ma petite surtout quand celui ci est très bruyant la journée :-)

lecteur anonyme 25/09/2013 22:45

C'est tellement vrai. Tu croises juste les doigts pour ne pas les réveiller et regretter d'avoir ouvert la porte !!!
un vrai moment d'apaisement, où tu regrettes d'avoir été si en colère après eux dans la journée.

Zazimutine 26/09/2013 10:47

Ca m'est arrivé de les réveiller... oups! :-)