Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Meilleur espoir féminin

19 Décembre 2013, 12:59pm

Publié par Zazimutine

Meilleur espoir féminin

 

Quand j'étais petite, et plus tard adolescente, et même encore jeune adulte, je rêvais d'être comédienne. De cinéma de préférence. Ben oui, je voulais la vie de princesse qui va avec, pas envie de trimer tous les soirs jusqu'à pas d'heure, et de payer une fortune la baby-sitter (déjà pragmatique!).

Mon rêve secret était d'être repérée dans la rue par un réalisateur comme on entend raconter parfois. Le gars, il a écrit un rôle de personnage, il a casté pendant des mois et des mois sans trouver la fille qu'il imaginait, et puis tout à coup bing! il me rencontre dans la rue, et je SUIS son personnage!

Figurez-vous qu'un jour, en allant acheter du pain, j'avais alors une vingtaine d'années (hier donc), je suis tombée nez à nez avec Jean Yanne. Jean Yanne!

Nos regards se sont croisés...

Le temps s'est arrêté....

Jean Yanne est...

...monté dans sa caravane garée plus loin dans la rue.

Et voilà.

Je suis passée si près mon rêve... Soupirs....

(en fait un film se tournait juste derrière chez moi et... le casting était complet donc...)

Pendant toutes ces années de rêveries, je me suis souvent imaginé le discours que je ferais lors de la remise de mon césar du meilleur espoir féminin.... j"avais pensé à un truc assez marrant où je remerciais mes parents, mes grands-parents, mes ancêtres jusqu'à la 8ème génération, chacun ayant œuvré à leur tour pour arriver à cet évènement extraordinaire: ma mise au monde. Quelqu'un m'a piquée l'idée d'ailleurs, un jour aux Césars, j'ai entendu MON discours!

Bref. En attendant mon césar, je vais me devoir me contenter du "Liebster Award".

Kesako? Pour les non germanophones, il s'agit d'un prix, décerné par une blogueuse à un blog qu'elle aime bien, et qui recense moins de 200 abonnés. Oui oh, je vous entends les moqueuses, comparer mon Liebster aux Gérard, aux Razzie Award et autres prix de looseurs! Pas du tout! D'abord, Rome ne s'est pas fait en un jour (notez la modeste comparaison), et puis il s'agit d'un coup de pouce entre blogueuses débutantes et solidaires.

Le principe du Liebster est donc de décerner son prix à un petit blog comme le mien sans lecteurs. Le médaillé doit, pour recevoir son trophée, dévoiler 11 choses de lui, répondre à 11 questions posées par le blogueur en question, puis décerner à son tour le prix à 11 blogs dénichés parmi les jeunes "talents".

Je remercie donc aujourd'hui multimummy, première lectrice non rémunérée de mon blog, qui m'a décerné ce prix (on dit "taguée"). Oui je vous entends les autres, vous me dites que vous non plus n'avez pas reçu un centime, eh bien sachez mesdames, mesdemoiselles, monsieur (eh oui!), que je ne peux pas vous rémunérer, car il y aurait conflits d’intérêts. Ca c'est fait.

 

Voici donc 11 choses, que j'espère, vous ne savez pas encore de moi (sauf toi maman!):

1) je souffre d'un urticaire aux vibrations; raison pour laquelle je ne suis pas championne du monde de VTT (parce que sans ça...); dès que je monte sur ce type d'engin, avec les soubresauts, mes bras se mettent à rougeoyer, me démanger, gonfler... Du coup j'évite également le marteau-piqueur. Ballot non?

2) j'adore cuisiner, c'est un peu mon anti-dépresseur naturel, mais je ne suis pas créative, je suis même une rigide des recettes, hors de question de modifier une proportion ou de rajouter un truc!

3) je suis horriblement timide, mais quand même, avec l'âge, ça s'arrange...

4) je déteste connaitre les dessous d'une série que j'aime bien, je déteste savoir que dans la vraie vie Boule et Bill se détestent par exemple, enfin vous voyez...

5) je suis chauvine: je pense qu'il n'y a pas de meilleur saucisson que la rosette de Lyon

6) j'adore les faux semblants, les gens qui ne sont pas ce qu'ils paraissent être, par exemple la bourgeoise coincée qui est en réalité très marrante, la gothique qui est en fait super rigide etc...

7) je suis une rêveuse, trop, la réalité me paraissant souvent en-deça de ce dont j'avais rêvé

8) j'ai toujours 10000 projets que je ne réalise jamais

9) j'ai fait 7 ans d'allemand; je ne parle pas l'allemand.

10) j'ai fait 3 mois de guitare; j'ai arrêté par dépit amoureux (j'étais amoureuse de ma guitare mais ce n'était pas réciproque).

11) je suis multipsorts: j'ai fait de la gymnastique artistique, du volley, de la danse (beaucoup), de la piscine, de la voltige aérienne... (cherchez l'intrus)

 

Mes réponses aux 11 questions posées par multimummy:

1. Quel est le dernier livre que tu aies lu?
Les fleur de l'ombre de Steve Mosby ; un policier de bonne facture, très noir (Points)

2. Quel est le plat que tu cuisines le plus souvent?

La soupe mais est-ce un "plat"? Sinon le plat qui en jette et que je fais le plus souvent, c'est le sauté de saumon à l'ananas, une recette de Julie Andrieu hyper rapide et que j'adore (la recette, pas Julie)

3. Où et avec qui as-tu passé tes dernières vacances?

En famille à la mer, côté mediterranée audoise

4. Ton dernier caprice, c'était quoi?

Démarrer la danse classique à un âge "avancé"

5. Si je te dis la couleur "rouge", à quoi ça te fait penser?

A la voiture du petit chaperon rouge (source: Miss Bonbon)

6. La dernière fois que tu as pleuré c'était quand? et pourquoi?

En regardant ce flashmob vu, sur le blog de Ginie: http://www.youtube.com/watch?v=GBaHPND2QJg

7. Tu dois partir 3 semaines sur une île déserte où il n'y a pas d'électricité. Quels sont les 3 objets que tu prends avec toi?

Un ordi portable avec connexion 4G, un saucisson (une rosette!), une cafetière.

8. Qu'est-ce qui te donne la nausée?

La gastro, la mienne et celle des autres.

9. Qu'elle est ta série télévisée préférée?

En ce moment aucune, je me contente de ce que j'appelle les "séries-repassage": celles que je peux écouter sans vraiment regarder (en repassant donc!); ma série-repassage favorite du moment est "Esprits criminels"

10. T'as demandé quoi au Papa Noël cette année?

J'ai suggéré une montre avec une couleur qui claque

11. As-tu un projet particulier pour l'année 2014?

Etre heureuse, ce serait déjà pas mal!

Sinon, déménager mais c'est en projet depuis 2009...

 

Mes 11 questions pour les blogueuses que je vais taguer:

1-Pourquoi avoir ouvert un blog?

2-A quels moments de la journée écris-tu pour ton blog?

3-Tu es plutôt chocolat noir ou chocolat au lait?

4-Un livre culte? (que tu as lu de préférence)

5-Le dernier concert ou tu es allée?

6-Si tu pouvais changer un truc physique chez toi ce serait?

7-Ton dernier voyage à l'étranger c'était ou?

8-Tes prochaines vacances hors de chez toi, ce sera ou?

9-Epilation maison ou institut (je commence à sécher grave!)?

10-Si tu gagnais au loto, quel serait ton premier achat déraisonnable?

11-Un truc de prévu pour le 31?

Les blogs que j'ai tagué (je n'en ai pas trouvé 11, désolée, il y en a surement des supers mais je manque malheureusement de temps pour les chercher, je mettrai à jour au fur et à mesure de mes trouvailles):

Lilicerise

Chropiques

Lalou-lalou

 

 

Lire la suite

La gastro du cerveau

17 Décembre 2013, 10:30am

Publié par Zazimutine

La gastro du cerveau

Avant propos: il serait préférable de ne pas lire ce billet au moment du repas...

 

Il y a plusieurs types de pathologie hivernales, les classes, les neutres, et les pas classes.

Dans les pathologies classes, je mettrais les trachéites et les laryngites... en tout cas toutes ces maladies qui vous font une voix de chanteuse de blues au bout du rouleau, ouais t'as trop fumé, t'as trop picolé, mais bon sang ce que t'en as profité! Tu rajoutes à ça un joli foulard, et hop te voilà malade en toute classitude!

Ensuite il y a la banale rhinopharyngite. Limite pas classe celle-ci tout de même, se moucher devant tout le monde en réunion avec un bruit d'évier agonisant, se balader avec ses narines pelées et sa voix de canard constipé, il y a plus élégant on est d'accord. Mais cette maladie est devenue tellement fréquente qu'on est obligé de baisser nos exigences en matière de chic.

Et puis il y a la maladie, vraiment, vraiment, pas classe: la gastro. Et croyez-moi, je sais de quoi je parle.

Pour commencer, il y a un gros problème avec la gastro, c'est le fait que, quelle que soit la manière de se vidanger (le summum de la classitude étant par les deux extrémités en même temps!), il y ait une certaine urgence à le faire. C'est vrai, on peux se balader tranquillou avec sa laryngite, ça ne gêne personne, parfois même les gens sont contents, pour peu qu'on soit prof, ou du genre à monopoliser l'auditoire, aujourd'hui, les élèves/collègues vont respirer un peu. Pareil pour la rhino, au pire, sans mouchoirs sur soi, y a toujours moyen d'avaler... (c'est là que je perds mon lectorat de midi, au revoir les gens, bon appétit!).

Mais la gastro, bah... voilà quoi, y a pas moyen d'y couper. Ce qui peut développer chez des personnes comme moi tout à fait équilibrées, un certain nombre de phobies, la plus fréquente étant la phobie du vomissement. Là j'en rigole, mais cela peut être très handicapant comme phobie, et entrainer une véritable souffrance morale avec éviction de tout contact avec autrui... mais nous resterons si vous le voulez bien, dans la légèreté.

Je crois que j'ai la phobie du vomissement. En fait j'en suis sûre. Et je sais d'où ça vient, c'est juste que vomir c'est mourir un peu! C'est vrai, cette espèce de contraction des entrailles qui te coupe la respiration, cette odeur immonde, ce manque de maitrise total quoi! Et ce bruit! Mon Dieu, ce bruit, qui n'est pas sans rappeler le bram du cerf (personnellement le bram du cerf me fait complètement flipper!!). Sans compter la réaction des autres, pour peu qu'il y ait des témoins autour, leur visage horrifié qui nous fait nous sentir tellement... minables! Et pourtant on n'y est pour rien...

Du coup, toutes les années, d'octobre à mars, j'ai peur d'avoir une gastro. Je me retrouve de fait à avoir toutes sortes de comportements complètement farfelus pour éviter la gastro, comme:

-parler à une personne "malade" en tournant la tête sur le coté pour ne pas me trouver face à son flux salivaire,

-si je ne peux pas me tourner, parler en apnée: très, très difficile, mais j'ai de l'entrainement; avec l'habitude d'ailleurs, je me mets automatiquement en apnée dès que j'entends cette phrase "j'ai une gastro", y compris au téléphone...

-mentir "je te fais pas la bise, je suis un peu malade" (alors qu'en fait c'est "je te fais pas la bise, pas envie d'attraper ta maladie pourrie!")

-me laver les mains 20 fois par jour; en l'absence d'évier, me nettoyer les mains compulsivement avec mon gel antibactérien, toujours présent dans mon sac,

-manger avec des protections, genre un gâteau avec un bout de l'emballage pour ne pas toucher directement la nourriture avec les doigts, des fois que malgré mes précautions, mes doigts véhiculeraient ces saletés de virus; ce qui donne lieu parfois à des scènes parfaitement ridicules,

-avoir envie de taper des gens qui viennent quand même travailler avec la gastro, ou des parents à l'école: "il a une gastro mais ça va quand même hein, il est en forme"; du coup, la violence envers une personne affaiblie étant formellement prohibée, me contenter de les snober.

-devenir un mauvais ami: "non ben si t'as une gastro, il vaut mieux que tu te reposes hein, ne viens pas ce soir, si! si! j'insiste!.... oui ben c'est sur c'est con, rater le concert de U2 au stade de France c'est dommage mais bon, tu les verras quand ils passeront dans 10 ans, s'ils sont encore en vie..."

Etc, etc...

Bien entendu, tout cela ne sert à rien puisque quoique je fasse, d’octobre à mars, j'ai la nausée. Et ça, pour moi, c'est terrible parce que manger, c'est un peu ma raison de vivre voyez-vous.

J'ai donc régulièrement tous les signes précurseurs de la gastro, quand mes filles ont une gastro, quand j'entends à la radio le bulletin épidémiologique de la gastro, quand la copine de la petite nièce de ma voisine a une gastro..., je somatise à fond.

Et puis parfois je développe d'authentiques gastros. Jusqu'à récemment, je faisais ma maligne "oh moi la gastro, du moment que je vomis pas, ça me gêne pas..." tssss tssss tsssss, ne jamais dire ça! Avoir l'an dernier un dérangement intestinal prolongé de 5 semaines avec notamment un grand moment de solitude chez Promod (obligée de partir en courant en reposant les vêtements) m'a fait radicalement changer d'avis! Voyons le côté positif, n'ayant rien avalé pendant quasi 3 semaines, j'ai perdu tous mes kilos superflus de grossesse, mais je vous assure que voir les mines terrifiées des gens que je croisais se demandant visiblement combien de temps il me restait à vivre ne fut pas la meilleure période de ma vie.

Bref, la gastro, je suis contre, c'est que de la misère!!

Bon, c'est pas tout ça, qu'est-ce qu'on mange à midi??

Lire la suite

L'Arlésienne

16 Décembre 2013, 17:32pm

Publié par Zazimutine

L'Arlésienne

 

L'Arlésienne je ne vous apprends rien, c'est ce personnage, sujet principal d'une histoire mais qu'on ne voit jamais.

J'ai pensé que ce titre illustrait bien mon propos et mon absence sur ce blog de ces derniers jours. Car après tout, si je ne m'imagine pas des milliers de lecteurs éplorés parlant de moi en mon absence, je suis tout de même le sujet principal de mon propre blog, non?

Comment expliquer cette absence? Eh bien elle tient à plusieurs raisons:

-la première, et non la moindre, c'est le syndrome de la page blanche; ou bien dans ce cas précis, de l'écran vide. En temps normal, j'encombre volontiers mes circonvolutions cérébrales de questionnements absurdes, de constatations fantaisistes, d'inquiétudes infondées, ce qui, à défaut de faire de moi une personne équilibrée et apaisée, me permet au moins d'avoir des idées d'écriture. Est-ce l'abus de sophrologie, l'excès de flatterie, l'oscar décerné pour le "meilleur blog sans lecteurs" (clin d'oeil à la blogueuse multimummy), ou encore le fait de savoir qu'un individu de sexe masculin se cache désormais dans mon lectorat, toujours est-il que depuis quelques temps, je suis comme anesthésiée du bulbe. Plus d'idées de billets rigolos, plus de sujets à digression, rien!!

Bon elle nous fait quoi la fille là avec son syndrome de la page blanche, comment elle se la pète, genre elle se prend pour un écrivain?! Oui oui ça va, je sais, je peux bien arrêter d'écrire, le monde ne s'arrêterait pas de tourner pour autant, mais étant donné le bien que me procure cette activité, comprenez que cela me chagrine.

-ensuite, je me suis laissée envahir par tout un tas de virus, j'ai eu une rhino, puis une gastro, puis une trachéite, et là je tiens ma 2ème gastro (il faut savoir que chez moi, 9 gastros sur 10 sont des gastros du cerveau... je vous raconterai un jour!). Tout cela a occasionné une certaine fatigue et donc moults couchers précoces et autres siestes, moments habituellement .réservés à l'écriture

-la troisième, c'est que pour trouver matière à écrire, il me faut de temps en temps vivre ma vie loin des écrans. C'est ainsi qu'entre deux services rendus au Père Noël, et quelques rdv médicaux, nous avons, papa Ours et moi, comme chaque année depuis un certain mois de décembre 1999, fêté notre "rencontre". Rencontre est un bien grand mot, on s'était déjà rencontré évidemment mais bon, n'étant pas mariés, nous n'avons guère d'autre évènement à fêter que celui de notre... euh.... rencontre!

Depuis (surtout depuis!) que nous avons eu nos filles, nous essayons chaque année au moment de notre anniversaire, de partir un week-end, histoire de décompresser et de se faire un petit gastro (et non une petite gastro, ça c'est pour plus tard!).

Cette année, nous sommes tombés sous le charme de Arles (hé hé hé, pirouette-titre!!!), petite ville provençale au patrimoine gallo-romain impressionnant. J'y étais déjà allée adolescente avec MamanChérie et Mr Ewing, il fut du coup très intéressant d'y retourner avec mon regard d'adulte (enfin presque adulte, on est adultes à 18 ou à 25 ans?).

En résumé, j'ai beaucoup aimé cette petite ville étonnamment tranquille, compte-tenu de la période pré-fêtes, pourtant non dépourvue de magasins fort sympathiques (j'ai d'ailleurs complété pas mal de cadeaux de Noël là-bas). De plus, nous avons eu un temps splendide, une douceur fort bienvenue après ces jours de grand froid. Le centre ville s'était paré de lumières de Noël tout en douceur, pas de spectacle son et lumière en continu, tout était très reposant. Nous avons allié repos, plaisir de la table et visite historique (théâtre, amphithéâtre, et musée gallo-romain qui valent vraiment le coup d'oeil!).

Et nous voilà donc, dimanche après-midi, sur la route du retour, défoncés aux endorphines, soleil couchant, petite musique planante (Agnès Obel, découverte par hasard vendredi soir, au détour de ma recherche de cadeau pour Papa Ours, je recommande!), quand tout à coup, patatras! Grand Maman Ours nous téléphone et nous annonce que miss Choco "a une gastro". D'une seule voix nous lui répondons "par le haut ou par le bas? " (notez l'empathie, l'inquiétude toute ma/paternelle dans ces propos!)-"par le haut!"-ce à quoi nous répondons, encore en phase-"ooooh noooooooon!".

Nous avons fait le reste de la route, chiffonnés, nauséeux, le ventre en vrac, la gastro du cerveau quoi!

Mais pour ce qui est de la page blanche, ça va mieux, j'ai plein de nouvelles idées, où il sera notamment question de vomi!!

L'ArlésienneL'Arlésienne
L'ArlésienneL'Arlésienne
L'ArlésienneL'Arlésienne

Lire la suite

Relaxation pour les enfants

10 Décembre 2013, 11:19am

Publié par Zazimutine

Relaxation pour les enfants

Il y a plusieurs années de cela, au moment de ma 2ème grossesse, j'ai acheté cet ouvrage de Jacques Choque, en pensant que cela me servirait un jour.

Puis je l'ai perdu... longtemps, très longtemps (ça ne vous rappelle pas la guerre des objets ça?). Je pensais à lui de temps en temps quand je me trouvais désemparée face à ma fille cadette, je me demandais si je pourrais y piocher quelques idées pour lui permettre de se calmer.

Bref résumé: miss Bonbon, 3 ans et demi, a disons.... un problème de gestion des émotions. Nous allons appeler ainsi ces épisodes récurrents ou elle se met à hurler, voire se roule parterre, tape, cogne, et ce à la moindre frustration. Cela a commencé vers 18 mois. On disait que c'était probablement les dents, ça fait mal hein les dents?. Puis elle a eu 2 ans. On a dit que c'était la fameuse crise des 2 ans et que ça irait mieux à 3 ans. Elle a eu 3 ans. Alors on a dit qu'elle était fatiguée, que l'école allait la canaliser. Elle est rentrée à l'école. On recommence à dire qu'elle est fatiguée. On trouve toujours une explication. Dans quelques années ce sera la puberté, et encore plus tard le bouleversement de la ménopause...

En attendant, il faut bien gérer. Et pour moi c'est souvent ingérable. J'ai tout essayé et je ne trouve pas quelle attitude adopter, puisque tout ce que je fais semble aggraver sa colère:

- discuter empire les choses,

- la punir ne résout rien étant donné qu'elle ne respecte pas la punition,

- la compréhension genre "je vois que tu es en colère parce que... bla bla bla" ne fonctionne pas non plus.

En ce moment je fais la sourde oreille... et je prie pour que les voisins ne nous envoient pas la DDASS...

L'autre jour, lors d'un rangement inhabituel, je suis retombée sur cet ouvrage. Je l'ai encore laissé reposer quelques jours avant de me lancer dans sa lecture. Pas grand chose à lire en réalité puisque c'est surtout un recueil de petits exercices faciles à faire avec ses enfants. Mais il y avait quelques pages de mode d'emploi à consulter auparavant.

Je me suis dit alors que j'allais essayer chaque soir, quand l'excitation prend le dessus chez Miss Bonbon, de proposer aux filles 5 minutes d'exercice pour faire retomber la pression.

Hier soir, après avoir essuyé 30 minutes non stop de colère de ma cadette pour une histoire de "ze veux un autre coloriaze, il est trop moche celui-là, ze veux regarder un film, ze veux ouvrir toutes les cases du calendrier de l'avent" etc etc... j'ai décidé de m'y mettre.

J'ai donc composé une petite séance de 5 minutes avec 4 exercices:

-un exercice de préparation avec rotation des épaules vers l'avant puis vers l'arrière

-un exercice de prévention appelé exercice de l'alouette, ou on tire les bras en arrière en inspirant puis on les relache,

-un exercice de relaxation: "je suis timide", où on balance les bras en tournant les hanches de droite à gauche

-et enfin un petit exercice de visualisation où on imaginait qu'on jetait dans un sac poubelle tout ce qui nous avait déplu dans la journée.

Ma grande s'est très bien pliée au jeu, la petite a profité de l'instant pour sautiller partout... râler ("ze veux pas faire les exercices!"), puis elle a jeté le Père Noel à la poubelle... mais elle est petite, je le conçois. Ce qui est certain c'est qu'il ne faut pas que ça dure trop longtemps.

Après tout cela, je leur ai proposé d'aller se doucher.

Comme tous les soirs j'ai essuyé un refus.

Je suis rentrée dans une colère noire... 5 minutes plus tard, elles hurlaient toutes les deux, tandis que je reprenais mes esprits dans ma chambre...

Ca marche super bien la relaxation, surtout pour la maman....

A suivre (car je ne baisse pas les bras!)...

Lire la suite

Objet, as-tu une âme?

9 Décembre 2013, 19:54pm

Publié par Zazimutine

Sartre disait, "l'enfer c'est les autres". Et là, vous vous dites que j'ai enfin arrêté d'aborder des sujets futiles pour entrer de plein pied dans le blog intéressant, ou l'on parle de sujets qui touchent, ou qui fâchent, mais qui en tout cas ne laissent pas indifférents.

Et bien non, désolée mais je n'en suis pas encore là.

Cependant je vais aborder aujourd'hui un sujet en apparence superficiel, mais qui devrait vous parler: la guerre que nous mènent les objets. Non contents d'être soi-disant dépourvus d'âme, les objets, jaloux de nos hémisphères cérébraux capables de nous mener sur le chemin de l'émotion, ont visiblement décidé de nous pourrir la vie. Car quelle autre explication peut-il y avoir à ce que nous nous battions si souvent avec... nos clés, nos téléphones, nos chaussettes??

Petite revue non exhaustive des objets pourvoyeurs de stress:

- les clés

Qui n'est jamais parti dans toute la maison à la recherche de ses clés? Qui n'a jamais retourné tous ses sacs, toutes ses poches, tous ses tiroirs à la recherche de ses clés?

A la maison, nous avons, appelons-le ainsi, un suspenseur de clés. C'est bien car personnellement, ça me permet de partir de la maison sans avoir besoin de m'énerver dès le matin. Sauf que. Les objets trouvent toujours un moyen détourné de faire de votre vie un enfer. Chaque matin, étant la première à partir, je lance un "j'y vais!" auquel, immanquablement, me répond un "attends, je trouve pas mes clés!". Je poireaute donc chaque matin pendant que Papa Ours cherche ses clés, visiblement hermétique à notre suspenseur, pourtant acheté ensemble (je ne sais pas vous, mais moi "suspenseur", ça m'évoque un traitement pour testicules malades...).

En revanche, dans mon sac, je n'ai pas de suspenseur... J'ai bien une poche extérieure, seulement dans cette poche, je mets 3 paires de clés (maison, boulot, voiture), mon téléphone, et tout un tas de bidules dont je ne sais que faire. De plus, cette poche est extrêmement grande, si bien que je passe un temps fou à y chercher mes clés. Sans compter que parfois, j'ai mis malencontreusement ces dernières dans une autre poche, et comme mon sac est réellement très grand, je suis bonne pour le vider à chaque fois! Et ça, ça m'énerve vraiment beaucoup.

-le téléphone

C'était quand même bien pratique d’avoir un gros téléphone attaché en laisse, au moins on savait toujours où le trouver. Avoir donné leur indépendance à nos téléphones est une très mauvaise idée, surtout que, me baladant dans toute la maison avec, j'ai pléthore de lieux à explorer. Bien sûr il y a toujours le recours de s'appeler soi-même pour localiser la bête (si sonnerie non éteinte et si chargé!) mais avouons qu'entendre son téléphone sonner aux toilettes manque de classe...

-la poubelle

Ca c'est, je crois, un vécu tout à fait personnel. Mais il y a quelques mois nous avons investi dans une poubelle à pédale, pas pour la faire avancer mais pour qu'elle s'ouvre. Or cette poubelle a très mauvais caractère, elle déteste qu'on la déshabille, un traumatisme pendant la gestation j'imagine. Se rajoute à cela le fait qu'il n'existe pas de sacs poubelle adaptés à sa forme (elle est longue mais mince...). Si bien que chaque fois que je dois vider la poubelle, je suis obligée de faire un petit exercice de relaxation à visée préventive, tant le travail est périlleux. Inexorablement cela se termine par un sac déchiqueté de partout. Un véritable accouchement aux forceps. je tire, je tire, mais elle ne pousse pas la garce, le sac se déchire, les détritus me tombent dessus, j'ai envie de pleurer, c'est l'enfer!

-il y a aussi l'imprimante qui tombe en panne; des heures passées à installer/désinstaller des logiciels, réinitialiser, à faire des recherches sur internet... Et finalement quand vous vous décidez à faire venir votre copain informaticien, la cause de la panne n'est autre qu'un cable branché au mauvais endroit. Vous aviez vérifié pourtant, nom d'une pipe (injure préférée de Miss Bonbon)!! En plus, votre copain informaticien est taquin... 

-je ne m'attarde pas sur les chaussons des enfants qui disparaissent plusieurs fois par jour, sur ma montre qui s'échappe pendant des semaines, sur l'épluche-légume suicidaire retrouvé, dans le meilleur des cas, au fond de la poubelle, sur le peigne à poux qui répond aux abonnés absents en pleine invasion barbare, j'en passe et des meilleures....

-j'aimerais enfin évoquer la cause des chaussettes célibataires, parce que je crois avoir résolu aussi ce mystère (j'en résous beaucoup!). On s'étonne partout autour de moi de ces mystérieuses disparitions de chaussettes. Moi-même, j'ai un tiroir plein de chaussettes seules (et non sales!); j’avoue d'ailleurs mettre parfois des chaussettes dépareillées lorsque la couleur se ressemble (ma vie n'est-elle pas fascinante?). Et même parfois aussi quand elles sont très différentes (j'aime avoir un petit côté fantaisiste sous mes airs d'iceberg frustré!)

Bref. Je pense en tout cas que le mystère des chaussettes dépareillées tient à ce seul fait de société: "en France, en 2011, 44,7% des mariages finissent en divorce".

La chaussette n'a-t-elle pas elle aussi le droit de se lasser de son binôme? Sachez par ailleurs que dans 3/4 des cas, c'est la femme qui demande le divorce.

Ainsi, vous apprendrez que c'est la chaussette femelle qui se barre le plus souvent.

Votre tiroir est donc plein de chaussettes mâles! Je vous laisse méditer cela...

PS: pas de photos aujourd'hui, le blog ne les accepte pas... encore un sale coup des objets!!!

Lire la suite

Chronique télé # 3 -Le meilleur pâtissier-

5 Décembre 2013, 12:49pm

Publié par Zazimutine

Chronique télé # 3 -Le meilleur pâtissier-

 

Il y a un truc qui me turlupine depuis déjà 10 jours...

J'y pense presque tous les jours...

Je me demande souvent, pourquoi? Mais pourquoi?

J'essaie de comprendre...

Mais j'ai beau retourner le problème dans tous les sens, je ne trouve pas.

Alors voilà, je vous soumets la question et j'espère que vous m'aiderez à y voir plus clair:

Pourquoi, dans "le meilleur pâtissier", les candidats ne se changent jamais? De vêtements je veux dire? Vous n'avez pas remarqué?

Je fais un petit résumé pour les ignorants (n'y voyez rien de péjoratif!).

Le meilleur pâtissier de France est encore un bébé de la téléréalité. Version soft cependant.

Le principe: 10 pâtissiers amateurs participent à un concours de pâtisserie.

Chaque semaine, ils sont soumis à des épreuves, leur demandant de reproduire une recette traditionnelle, de revisiter un classique de la pâtisserie..., de pâtisser quoi! Chaque semaine, un candidat est éliminé, un autre est élu "meilleur pâtissier de la semaine". A la fin, le grand gagnant aura la possibilité de publier un livre de recettes.

L'émission est co-animée par Cyril Lignac, et une célèbre bloggeuse, Mercotte (de son vrai nom, Jacqueline Mercorelli... je vous épate hein? non mais qu'est-ce que vous croyez, je documente mes articles moi, 30 sec sur wikipédia et hop!).

Papa Ours et moi, nous aimons bien l'émission. En premier lieu parce que nous aimons cuisiner. Mais aussi parce que nous aimons saliver. Et puis comme je vous le disais, cette fois, la partie télé-réalité est mesurée. Bien sûr vous aurez droit au drame individuel de tel candidat, de sa revanche sur la vie en participant à l'émission, aux larmes parce qu' entendre Cyril Lignac te dire "là tu me fais vibrer!" bah moi aussi je me transformerais en torrent de montagne.... mais enfin, point de ridicule cérémonie des couteaux (voir topchef), point de confection de crêpes perché sur une grue en apnée les yeux bandés, on pâtisse et puis c'est tout!

En revanche, on ne se lave pas, on ne se change pas, entre les épreuves... Parce que bon, on semble nous expliquer qu'à chaque jour suffit sa peine et que toutes les épreuves se déroulent sur une semaine: "ce matin, Cyril et Mercotte n'ont pas pris leur petit-déjeuner car ils vont demander aux candidats de leur préparer un brunch" bla bla bla. D'abord j'y crois pas du tout parce que présenter une émission à jeun, sous les projos et tout ça, c'est le malaise hypoglycémique assuré, on me la fait pas!

Mais surtout "chaque matin" avant chaque épreuve, on voit les candidats descendre vers la tente (c'est là où ils taffent, une tente, installée dans le grand parc d'un château), et "chaque matin" ils sont habillés pareils!! Même futal, même tee-shirt, même coiffure. Sachant que la chaleur des fours et le maniage du fouet doit les faire quelque peu transpirer, c'est un peu dégueu (non non restez là, je n'ai pas dévié sur le programme du samedi soir sur Canal +).

Donc:

-soit la production leur demande de ne pas se changer, mais alors je ne vois pas l’intérêt..., serait-ce pour être mieux identifié par le téléspectateur ("tu sais Aurélie, la fille avec le tee-shirt aux papillons!")?

-soit la production fournit les tenues à chacun des candidats en plusieurs exemplaires, mais alors je ne vois pas l'intérêt, serait-ce dans le but d'être mieux identifié par le téléspectateur ("tu sais Aurélie, la fille avec le tee-shirt aux papillons!")?

-soit ah ah ah!! Soit.... ben soit, les épreuves se déroulent toutes le même jour!!! Et pas la même semaine!!! Et pourquoi? Eh bien pour des raisons financières j'imagine. La production va quand même pas se casser la nénette à loger 10 candidats pendant 10 semaines, en ne les faisant trimer qu'une seule fois par jour, et le reste du temps profiter du spa du château non mais oh! Ils sont là pour en chier et pis c'est tout!! Parce que du coup les épreuves durant entre 1h30 et 3h à raison de 3 par jour, je vous laisse faire le calcul, ils ne chôment pas les gars. Et encore plus ceux qui vont en "rattrapage"!

Voilà. je crois que j'ai résolu le mystère du candidat du meilleur pâtissier toujours habillé pareil. Peut-être même que je suis en train de mettre au jour un fucking scandale! (excusez-moi pour les gros mots, c'est pour être référencée sur google). J'ai juste envie de dire à la production, arrêtez de nous prendre pour des neuneus nous autres, c'est pas parce qu'on préfère flemmarder devant vos émissions hautement intellectuelless qu'on a un QI de poulpe, non mais sans blague.

A part ça, mon candidat préféré, cette année, c'est Mounir. Parce qu'il a un regard d'enfant, des yeux de petit garçon émerveillé et là mon coeur de maman s'enflamme, malgré les 30 ans bien tassés du garçon. Même Papa Ours fond devant Mounir, c'est dire (et en plus, ça rime!)

Je voudrais ajouter un mot pour Cyril Lignac.

Cher Cyril, au début j'étais fan de toi, de ton accent du sud-ouest, de ton côté "gentil", affectueux, chaleureux, du sud quoi! Mais là je crois que je fais une overdose de gomina, c'est plus possible Cyril, passe à autre chose. Et puis les grimaces avec le sourcil décalé, ça fait rire 5 minutes mais ça devient trop systématique maintenant. Retour aux sources Cyril, retrouve ta spontanéité des débuts si tu peux. Allez je t’embrasse, et je et dis à bientôt, parce que là, je compte m'entrainer pendant 1 an et l'an prochain, c'est moi qui vais te faire vibrer!

Lire la suite

Oh Oh Oh!

3 Décembre 2013, 07:23am

Publié par Zazimutine

Oh Oh Oh!

 

Le titre de mon billet peut prêter à confusion j'en conviens. Mais non, je ne vais pas vous parler aujourd’hui du Géant vert mais bien du géant rouge. C'est vrai, leur cris de ralliement se ressemblent énormément (entre oh oh oh et wow wow wow franchement, quelle différence?), mais je crains que les enfants ne préfèrent tout de même le personnage barbu qui leur amène des cadeaux, plutôt que celui susceptible de leur amener du maïs; ou des asperges; ou des petits pois; ou toute cette sorte de chose plus communément appelée légumes, et comme chacun sait, "les légumes c'est trop beurk!"

Revenons à nos rennes. Hier donc, j'ai vaguement abordé le sujet avec la lettre au Père Noël. Le véritable objet de mes préoccupations réside dans le fait de croire au Père Noël. Oups, attention petit lecteur égaré sur mon blog, cet article est un spoiler! Va vite te brosser les dents et d'ailleurs, tu ne devrais pas déjà être à l'école à cette heure-ci??

Nous n'avons pas vraiment eu l'occasion de nous poser la question avec Papa Ours, sur notre attitude au moment de Noël. Le plus souvent, l'entourage, se charge à votre place d'en parler à vos enfants à coup de "et alors? qu’est-ce que tu lui as commandé au papa Noël?" et ce, avant même qu'il soit en mesure de comprendre quoi que ce soit. Nous avons donc laissé faire. Ma vraie inquiétude n'est d'ailleurs pas dans le fait de "faire croire" au Père Noël car je n'ai pas vraiment le sentiment de leur mentir, je vois plutôt ça comme une occasion de les faire rêver. Non, ce qui me préoccupe, c'est la réaction de mes filles, le jour où elles vont comprendre que tout cela n'existe pas. Toutes les deux sont très sensibles et je crains qu'elles ne le vivent comme un véritable drame.

Je me souviens de ma propre expérience, j'étais en grande section de maternelle. Stéphane C. (si tu lis ce blog Stéphane C., tout est de ta faute!) nous a lâché cette bombe à ma copine Sophie et à moi-même: "le Père Noël, en vrai, c'est les parents!".

Je me souviens de notre colère "c'est même pas vrai d'abord!".

Je me souviens de mon retour à la maison le soir, ça avait du me travailler toute la journée. MamanChérie était en train d'étendre du linge. "maman, Stéphane C. il dit que le Père Noël c'est les parents!" Elle allait obligatoirement me dire qu'il se trompait, c'était évident. Mais non, Stéphane avait raison. Je me souviens de cette sensation de fracture intérieure (non non le mot n'est pas trop fort!), car la première chose qui me vint alors à l'esprit fut "mais alors, la petite souris aussi?".

Au même moment, je pris conscience que je ne pourrai jamais épouser Alcor de Goldorak (eh oui, nous étions dans les années 80!). Certes, je sentais confusément que Alcor et moi, ça n'allait pas coller, parce que d'une part Alcor, c'est un militaire donc beaucoup de déménagements tout ça, et moi ça ne me disait rien, mais surtout parce que je sentais bien qu'il y aurait un réel problème à être en couple avec un personnage en deux dimensions. "chéri, regarde moi quand je te parle!"-"je peux pas, je suis dessiné de profil là" etc etc...

J'ouvre une parenthèse parce que j'aime ça, mais aussi parce que dimanche, chez mon frère, nous nous sommes fait un revival Goldorak; et je me suis aperçue que Alcor était un vrai connard (immature, impulsif...). Ca ne m'étonne pas au fond, parce qu'en dehors de Papa Ours, j'ai toujours aimé les connards. Passons.

beau et con à la fois!

beau et con à la fois!

Tout ça pour dire que je me souviens parfaitement du jour où j'ai compris que dans la vraie vie, la magie n'existe pas. J'étais triste, mais en même temps, je n'ai jamais regretté d'y avoir cru. Penser que tout cela existe est ce qui fait de l'enfance ce moment si particulier de notre vie, que pour ma part je me remémore toujours avec bonheur.

Voilà pourquoi nous avons laissé faire pour le Père Noël. Sans trop rentrer dans les détails car je trouve que cela tue la magie. J'essaie de laisser beaucoup de mystères autour du personnage, et quand mes filles me posent des questions précises à son sujet, je réponds bien souvent par "je ne sais pas".

Mais un jour il faudra confirmer à l'une, puis à l'autre, que oui, le Père Noël, ce sont les parents. Alors je me prépare. Je vais leur parler de rhétorique, de symbole, de Coca-Cola et... elles vont comprendre non? Non?

Ou bien...

je leur parlerai musique qui fait battre le coeur,

je leur parlerai cinéma, livres, qui nous font voyager, chavirer,

je leur parlerai nature, vent, mer, soleil, chant d'oiseaux, qui nous réchauffent le coeur

je leur parlerai amour entre les êtres,

parce qu'au fond, la vraie magie, est là, juste à côté.

Lire la suite

La lettre au Père Noël

2 Décembre 2013, 11:06am

Publié par Zazimutine

En ce début de mois de décembre, à l'heure ou le compte à rebours à commencé, ou les fenêtres du calendrier de l'Avent sont ouvertes chaque jour par des petits doigts fébriles, nous avons, comme de nombreux parents, demandé à nos filles de rédiger une lettre au Père Noël; un peu pour entretenir le mythe, beaucoup pour nous donner des idées de cadeaux.

Nous avons donc enseveli nos filles sous une montagne de catalogues, les avons armées chacune d'une paire de ciseaux, et leur avons demandé de découper ce qui leur ferait plaisir.

Moyennant quoi, nous nous heurtons à plusieurs écueils:

1) retrouver l'origine du découpage, lorsque le ciseau est passé trop près de l’objet de convoitise, supprimant le nom et le prix. Hier soir, j'ai passé par exemple 30 minutes à essayer de retrouver où Miss Bonbon avait découpé une mignonnette coiffeuse en bois... sans jamais la trouver!

2) philosopher à loisir sur les avantages/inconvénients de la liste de Noël, car:

- est-ce que nos enfants ne risquent pas d’être déçus si le vieux barbu ventripotent ne leur amène pas exactement TOUT ce qu'il y a sur leur liste?

-est-ce que ce n'est pas dommage de ne pas leur apprendre aussi le principe de la surprise (même si nous le faisons systématiquement pour les cadeaux d'anniversaire)?

-est-ce que c'est un bon apprentissage de la frustration, dans la mesure ou cette dernière, sans rentrer dans l'excès, me semble indispensable pour devenir un adulte équilibré et pas trop casse-bonbon pour ses congénères?

etc etc... globalement j'aime bien m'encombrer le cerveau de questionnement à 2 balles dont je n'obtiens jamais la réponse...

3) choisir, dans la dite-liste, ce qui leur/nous fera le plus plaisir de recevoir/offrir; car si offrir un cadeau est un geste à priori désintéressé, il ne serait pas très honnête de nier que nous préférons offrir quelque chose qui nous plait également, ou dont on pense que l'enfant fera bon usage, qu'il lui ouvrira de nouveaux horizons, voire même qu'il participera à une espèce d’éducation du goût.

C'est pour ça que j'ai par exemple beaucoup de mal dans la liste de Miss Chocolat avec ça:

La lettre au Père Noël

Et pourtant... déjà l'an dernier le Père Noël avait fait la sourde oreille (l’œil aveugle en l’occurrence), mais je crois que devant l’insistance de notre fille, et la réapparition de cet objet cette année sur sa commande, nous n'allons pas y couper (encore que... hier, je me suis entendue lui demander "mais, tu le trouves joli ce chien???" -sous-texte: "non putain c'est pas possible que tu le trouves joli ce chien!"

Il y a tout de même quelque chose de fascinant, c'est de voir à quel point les personnalités de miss Choco et miss Bonbon diffèrent jusque dans leur liste de Noël.

La première est aussi raisonnable et appliquée que son auteur: très peu de jouets (j'ai du la supplier hier de me trouver quelques desiderata supplémentaires), qui "ne prennent pas trop de place" (hum, mais ou est-elle allée chercher ça?), décorée de jolis dessins...

La deuxième est exubérante dans sa composition et sa forme, tout comme miss Bonbon. Il a d'ailleurs fallu que je l'arrête de découper, le plus simple étant pour elle d'envoyer directement les 20 pages "poupées" et "princesses" du catalogue. Chose amusante, elle a collé plusieurs exemplaires du même jouet, sans doute pour augmenter ses chances, comme au loto, d'obtenir le jouet en question: 3 maisons de poupées, 3 coiffeuses etc...

Deux points communs cependant, un certain goût pour le rose, et... à ma grande consternation, cet objet, apparaissant, dans chacune des listes:

La lettre au Père NoëlLa lettre au Père Noël

 

Excusez-moi, je vais brûler mon soutien-gorge et je reviens...

Lire la suite

Chronique télé # 2 -Ice show-

28 Novembre 2013, 15:59pm

Publié par Zazimutine

Chronique télé # 2 -Ice show-

 

J'adore le patinage artistique. Non, vraiment. J'ai même failli en faire comme activité extra-scolaire quand j'étais en primaire. Je me souviens m'être présentée devant une patinoire avec ma mère un mercredi matin pour m'inscrire et puis... je ne sais plus trop pourquoi, mais ça ne s'est pas fait. Plus de place, ou un truc comme ça. En tout cas j'en garde le souvenir d'une grosse déception (c'est là que vous écrasez une larme, merci). Bref.

Je ne suis pas devenue une grande patineuse, mais je sais patiner en arrière et même si ça n'a rien à voir, je voulais le placer (je suis du genre vantarde). Je me suis donc contentée de regarder le patinage à la télé pendant des années. J'ai fait fi des costumes à paillettes un tantinet ringards, des maquillages style poupée russe (en même temps les patineuses sont souvent russes, donc, ceci explique cela), des costumes moule-burnes à manche chauve-souris pour les garçons... et j'ai vibré devant les Duchesnay (oui ben on a les références qu'on peut hein!), Surya Bonali, même si je ne l'ai jamais trouvée très gracieuse, et Philippe Candeloro.

Ce préambule pour vous dire que je n'avais pas que des à priori négatifs sur l'émission Ice Show en diffusion hier soir sur M6. Même s'il s'agit de télé-réalité et que globalement, les méthodes employées par ce genre de télé me gavent, notamment le côté mise en scène à 2 balles, et le fait de toujours insister sur les aspects tragiques de la vie de tel candidat. A croire que ça rassure les gens de savoir que la vie n'épargne personne...

Le principe d'Ice Show est le suivant: 4 anciens patineurs de talent ont chacun une équipe composée de 2 "célébrités" qu'il va falloir coacher pour les rendre capable de produire un numéro sur patins à glace. En 3 semaines.

Libérée de mes contraintes maternelles en début de soirée, j'ai donc allumé la télé et attendu patiemment le début de l'émission. J'ai bouffé de l'auto-promotion à n'en plus finir, avec par exemple à 20h48: "ce soir à 20h50 ne ratez pas Ice Show" (notez le côté ubuesque de la chose!). Du coup, à force de mettre de la pub pour sa propre émission, la dite émission a démarré en retard.

A 20h55 et des brouettes, ça a commencé enfin; pas tout à fait en réalité, puisqu'il a encore fallu ingurgiter 10 minutes de générique, avec musique de teu-boi (enfin j'imagine, je ne suis pas allée en boite depuis... 2005?), des paillettes, des feux d'artifices, des fumigènes colorés, attention spectateur, tu vas assister à du très très lourd et en prendre plein les yeux! (comme toujours sur M6 non?) Et puis un commentaire très très fédérateur, des slogans accrocheurs comme: "ils ont réalisé leurs rêves d'enfants!"; ça c'est pour décrire les patineurs professionnels. Oui parce que pour faire carrière dans le patinage artistique, il vaut mieux démarrer tôt... d'ou le coup du rêve d'enfant tu vois? Bien entendu, tu peux démarrer le patinage à 39 ans si tu veux mais tu risques de ne pas être sélectionné pour les JO quoi, à toi de voir!

C'est Stéphane Rotenberg qui présente, THE présentateur de Topchef, grosse audience en perspective donc,  parce qu'à mon avis le Steph, il demande cher de l'heure! Steph insiste sur le défi sportif qu'il a fallu relever pour les "célébrités" (et ça je n'en doute pas, même si je sais déjà patiner en arrière). J'ouvre tout de suite une parenthèse, vous remarquez l'utilisation du terme "célébrités" et non "stars" comme dans une émission concurrente. Parce que oui effectivement, vous n'allez pas voir des stars ce soir, ni des célébrités d'ailleurs.... ou alors il faut s'entendre sur la définition de ce mot.

Stéphane nous présente les équipes, il y a donc:

-l'équipe Suria Bonaly

-l'équipe Gwendal Peizerat

-l'équipe Sarah Abitbol

-et l'équipe Philippe Candeloro; il faut que je vous dise que je suis fascinée par Philippe Candeloro. Franchement pour moi, il y a eu un avant et un après Candeloro dans le patinage artistique, ce type a apporté un vent de modernité fantastique. Et pourtant... Je n'ai jamais compris comment un type aussi intelligent dans son domaine, peut se montrer aussi benêt quand il commence à parler dans les médias.... ça se peut pas! Je ne peux pas imaginer qu'on puisse fragmenter son intelligence de cette façon...Je préfère donc mettre ça sur le compte d'une certaine maladresse. Philippe Candeloro n'est pas bête, il est maladroit. Ou timide. Ou les deux (enfin j'espère!). Voilà, ça c'est fait.

Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos célébrités. Vous m'excuserez mais je ne vais pas aller chercher le nom de tous ces gens dont je n'ai jamais entendu parler. Je sais que je suis une ringarde mais les seuls que je connaissais hier soir c'était Norbert, l'élégant, le délicat cuisinier de Topchef 2012. Et Richard Virenque. Ben voui tout de même, je connais Richard, j'ai lu les journaux. Et puis même, je le trouvais mignon quand il a commencé à pédaler... mais moins que Miguel Indurain dont j'étais folle amoureuse (si ça vous intéresse, un jour, je vous raconterai quand j'étais amoureuse des sportifs, il y en a eu plein, et puis c'est vachement intéressant!)

L'émission a donc fini par poussivement débuter avec la prestation d'une Miss France très émotive. Ben oui, la chouchounette, à l'entrainement, elle a tailladé la jambe de son partenaire avec son patin, rhooo c'est ballot quand même. C'est là que je fus immédiatement rassurée: Miss France n'allait pas patiner seule, mais en couple avec un partenaire qui sait patiner, lui. Ouf, le spectacle est sauvé!

Et pourtant, c'est là, à 21h16, que le pire s'est produit.

J'ai zappé.

Je n'ai pas eu la patience d'attendre les prestations des pros.

J'ai fini la soirée sur une rediffusion de l'Auberge Espagnole, en me remémorant mes années estudiantines, et en me disant qu'il faudrait absolument aller visiter Barcelone un jour...

Je vous ai dit que je savais patiner en arrière?

Lire la suite

Chronique télé # 1

27 Novembre 2013, 13:41pm

Publié par Zazimutine

Chronique télé # 1

 

Mardi dernier, devant la télé, je crois que j'ai été victime d'une EMI. C'est quoi une EMI? C'est une Expérience de Mort Imminente, vous savez le tunnel avec la lumière blanche qui semble vous appeler.... Non vous ne savez pas? Eh bien il vaut mieux pour vous!

En tout cas, mardi dernier, engourdie par une vieille rhino-pharyngite généreusement offerte par mes filles, je me suis endormie devant la télé. Mais pas devant n'importe quelle émission. En réalité je comptais regarder Mentalist et m'endormir devant Simon Baker en costumes 3 pièces, sirotant une tasse de thé, joli prélude à une nuit peuplée de doux rêves. Malheureusement ce soir là il y avait foot. J'ai donc zappé sur la 2 et je suis tombée sur un doucmentaire sur Hitler, sa vie, sa montée au pouvoir etc... Très intéressant documentaire, où l'on voit combien de fois le pire aurait pu être évité, en deux trois décisions apparemment sans conséquences. Bref.

Je ne sais pas si c'est le regard halluciné de Adolf, ou la douce voix de Matthieu Kassovitz, mais après 1h de lutte acharnée contre le sommeil, j'ai sombré dans une profonde léthargie. Je crois que c'est là que ça s'est passé. Parce que quand je me suis réveillé quelques minutes plus tard, mes yeux se sont ouverts sur le monstre Mengele (pour mémoire, le médecin d'Auschwitz qui se prêtait à des expériences sur les déportés... et qui fait honte à toutes les générations de médecins nés après lui), en train de faire sauter un enfant dans ses bras et le tordant dans tous les sens. J'ai failli en vomir mon repas. Je me suis levée complètement hagarde en demandant à Papa Ours combien de temps j'avais dormi. Et je lui ai demandé la permission de changer de programme.

Hier soir donc, bien décidée à ne pas revivre la même expérience, j'ai mis Mentalist. Mais TF1 se faisant un malin plaisir de nous mettre les épisodes dans le désordre, j'avoue que ça fait bien longtemps que j'ai perdu le fil de cette histoire de Rackam le Rouge... je me contente donc de mater regarder distraitement la série, sans essayer de comprendre l'histoire. Si bien qu'on finit toujours par zapper. C'est comme ça que nous sommes tombés sur "La France a un incroyable talent" sur M6. Mazette c'est pas rien le titre: la France, déjà, à peine grandiloquent, a un (un seul bien sûr) incroyable talent. Ok on y va, on va en prendre plein les mirettes!

Eh bien je l'avoue, j'ai été déçue. Notez que je ne veux pas être méprisante, je trouve que tous ces gens font des choses, euh... incroyables, et que je serais incapable de faire (heureusement, personne ne me le demande!), mais quand même, vu le titre, je m'attendais à quelque chose de plus impressionnant.

Nous avons donc vu:

-un type qui jongle avec des couteaux, puis avec une torche en feu et enfin avec une scie sauteuse en marche, le tout en riant toutes les dix secondes comme Garcimore (clin d'oeil aux lecteurs nés dans les années 70); j'imagine la réaction des gars qui le reçoivent aux urgences: "et votre bras vous l'avez perdu comment?"-"ben je jonglais avec ma scie sauteuse!" Moi j'aurais bien envie de lui proposer de couper tout de suite le deuxième pour lui éviter un deuxième passage à'hosto!! Ca m'énerve...

- un jeune homme qui danse comme un chewing-gum; et là je dis non, arrête de retourner tes bras à l'envers, c'est juste trop douloureux à regarder!

-une jeune femme qui fait un joli numéro aérien, mais qui n'a tout simplement pas le droit de chanter, ni de se maquiller en tigre, ni de se rouler dans la peinture; parce que ce n'est pas joli!

Ce soir sur M6 il y a une nouvelle émission où on apprend à des stars à patiner sur glace... je sens qu'on va se régaler!!!

Lire la suite

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 > >>