Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

Son goût du bonheur

21 Septembre 2017, 21:32pm

Publié par Zazimutine

Son goût du bonheur

 

S'il y a une chose à laquelle j'ai du mal à échapper en tant que mère, c'est bien à la culpabilité. Tout ce qui arrive à mes filles, tous les traits de leur personnalité, sont ma faute et mon entière faute. Leur timidité? C'est ma faute, je suis pareille! Leur manque de confiance en elles? Ma faute, je ne les ai pas assez sécurisées lorsqu'elles étaient bébé... Leurs angoisses? C'est moi qui leur transmets les miennes! Leurs yeux miros? Ce sont mes gènes pourraves! Leur absence totale de talent pour le ping-pong aquatique? Oui ça aussi c'est de ma faute! Etc, etc... la liste est longue.

Cependant, depuis quelques temps, j'ai remarqué, chez notre fille ainée, une certaine aptitude à goûter aux joies simples de la vie. Oh bien sûr, elle ne s'est pas transformée en petite Heidi des montagnes, éclatant d'un rire cristallin chaque  fois que le vent soulève une mèche de ses cheveux, non, tout de même, n'oublions pas que nous sommes dans la phase pré-ado, et que les "je m'ennuie" et "c'est nul, y a rien à faire"  arrivent encore au palmarès des phrases les plus citées dans la journée, mais désormais, ils cohabitent avec de fulgurants éclats d'enthousiasme, du style:

- ce soir: "maman tu sais, le soir, j'aime trop me glisser dans les draps frais!" (yeux qui pétillent)

- vendredi soir, en sortant du restaurant: "j'aime bien sortir du restaurant, parce qu'il fait nuit, et qu'on peut être excité dans la rue et qu'on peut regarder les étoiles!" (yeux qui pétillent ET sauts de cabri)

- samedi matin, au petit-déjeuner: "j'adooore les tartines grillées quand le beurre fond sur la tartine encore chaude mmmmmhh!" (mine de chatte gourmande)

- dimanche midi: "c'est les meilleures moules que j'ai jamais mangé de ma vie, elles sont tellement fondantes, mmmmh!" (léchage de babines).

Sans compter les innombrables "oooooh c'est magnifique!!" quand on lui montre un ciel couchant aux multiples nuances de rose, de mauve et de bleu, un arc-en-ciel, ou bien encore les couleurs de l'automne sur les arbres de notre rue.

Si je fais le compte, je réalise que Miss Choco s'émerveille de mille et une petites choses, et le dit avec une grande ferveur: oui, elle aime lire, regarder, écouter, danser, goûter!!!

Dans tous ces moments-là, c'est moi alors qui m'émerveille de l'observer, c'est moi qui me sens alors profondément sécurisée, rassurée. Parce que savoir s'émerveiller et l'exprimer, pour un enfant, il me semble que c'est déjà beaucoup.  

Et cela aussi, j'espère que c'est de (ma) notre faute.

Lire la suite

Face à la mer

17 Septembre 2017, 21:59pm

Publié par Zazimutine

Face à la mer

 

Après avoir tournoyé en orbite autour de notre chère planète toute la semaine, il a bien fallu redescendre sur Terre (pour ceux et celles qui n'auraient pas suivi, mon dernier article a recueilli tellement de commentaires que j'ai pris la première fusée pour la station orbitale "blogueuse-qui-se-sent-plus péter").

En fin de semaine, j'ai pensé alors qu'il serait sage de reprendre rapidement contact avec la réalité (surtout quand je me suis aperçue que je cherchais si on parlait de moi dans Gala). Et pour ça, quoi de mieux que de communier avec la nature? Quand on habite à 3 km de la mer, fastoche. Sauf qu'il fallait faire avec le temps catastrophique de ces deux dernière semaines, et que de mer, je n'avais vu, depuis quelques temps, que son substrat atmosphérique.

Alors vendredi matin (jour chômé pour moi) quand le ciel s'est habillé tout en bleu, j'ai pensé que l'occasion était idéale d'aller au bord de l'océan pour m'évader de mes préoccupations matérielles. J'avais envie d'air frais, je frémissais à l'idée d'atteindre peut-être une sorte d'état méditatif, de me transcender, voire, pourquoi pas, de léviter.

Je me suis dépêchée de préparer mes affaires: baskets, polaire, thermos de thé, tablette de chocolat et mon bouquin en cours.

A 10h, j'étais garée au bord de l'eau, et me suis ruée sur le chemin côtier. Il était là devant moi, l'océan majestueux, d'un bleu sombre dans la lumière du matin. J'ai commencé à marcher, toute guillerette, songeant à ma chance de me trouver ici et maintenant (méditation, étape 1 enclenchée), à déambuler et regarder la mer, avec tout loisir d'observer: plantes, joggueurs, couples de petits vieux chancelant marchant main dans la main, bateaux de pêche côtière travaillant d'arrache-pied...

Après quelques minutes, je me suis trouvée totalement grisée. Je marchais, un sourire béat plaqué sur les lèvres.

Alors je me suis assise et j'ai sorti mon calepin, j'ai bu une gorgée de thé et agrippé fébrilement mon stylo, dans l'état de bien-être où j'étais, je le sentais, j'allais écrire les lignes de ma vie,  les mots allaient éclore au bout de mon stylo au rythme des vagues s'écrasant sur les rochers (poésie, étape 1 enclenchée).

L'inspiration ne venant pas, j'ai rebu une gorgée de thé et j'ai grignoté un petit bout de chocolat.

Un (gros) chien est venu me renifler et a failli me renverser.

J'ai cherché un autre endroit où me poser. C'est qu'ici sur mon rocher,  le vent commençait à m'étourdir un peu. Le fracas des vagues était au fond vraiment assourdissant.

Comme mon sourire faiblissait, j'ai repensé à la chance que j'avais. J'ai rebu une gorgée de thé et me suis concentrée sur ce moment parfait. J'ai pris en photo mon thermos, mon livre et ma tablette de chocolat, pour les poster sur Instagram et montrer à tout le monde justement ma vie parfaite.

J'ai encore bu une gorgée de thé pour me réchauffer parce que ça commençait à sacrément cailler.

Je me suis avancée sur un promontoire rocheux, reniflant à plein nez l'air iodé, parfum de la liberté. J'ai voulu manifester bruyamment la magie de cet instant alors j'ai crié Aline pour qu'elle revienne (pardon, je m'égare).

Debout sur mon rocher, je me suis étirée, et face à la grandeur de l'océan j'ai communié. J'étais l'eau, j'étais le vent, j'étais la pierre. J'étais la mouette tournoyant au soleil levant. J'étais  l'agapanthe ondulant dans le vent. 

C'est à ce moment là qu'elle m'a envahie: la puissance physique de la liberté.

Comme une sensation de chaleur au bas du ventre.

Oserai-je dire de pesanteur?

En fait, ça me rappelait vaguement quelque chose...

Pour tout dire, la liberté, ma liberté, ressemblait terriblement à une envie pressante de faire pipi.

Finalement, je suis vite rentrée chez moi pour me soulager.

J'avais bu trop de thé.

PS: mais sinon c'était bien :)

Face à la mer

Lire la suite

24h dans la peau d'une blogueuse loose

11 Septembre 2017, 13:43pm

Publié par Zazimutine

24h dans la peau d'une blogueuse loose

 

7h: je me réveille; premier réflexe, j'allume mon téléphone, sur lequel je vérifie les stats* de mon blog, et vérifie si j'ai de nouveaux commentaires*. L'humeur de ma journée en dépend!

7h05:  mes statistiques ont augmenté de 200%!!! (de 3, je suis passée à 6 passages sur les dernières 24h) Youpiie!

7h10: avant de lire mes nouveaux commentaires (j'en ai deux!), je me fais couler un petit café histoire de les savourer :)

7h15: je me rends compte que les commentaires ont été écrits par ma mère; elle a beau masquer son identité sous différents pseudo, je reconnais direct son style...

8h: après avoir rafraîchi la page d'Hellocoton* 25 fois, je me rends à l'évidence: je n'obtiendrai aucun autre petit coeur* sous mon dernier article.

8h10: il ne faut pas en rester là, je ne dois pas me laisser décourager. Allez j'ai 30 minutes avant de partir au boulot, je décide de publier un nouvel article, un déjà écrit, mais que je me gardais en réserve pour les moments de grande disette: "5 conseils pour garder son calme face à un rat épileptique".

8h20: voilà, j'ai terminé. En plus j'ai une superbe illustration*: Mercury, mon rat domestique, a justement convulsé la semaine dernière; j'ai réussi à le photographier en pleine action et la photo est à peine floue, ça va le faire!

8h30: j'attends un peu pour publier, il ne faut pas que je me retrouve dans le flot des nouveaux articles si veux me faire remarquer et sélectionner pour la une d'Hellocoton. J'hésite pour la catégorie: "famille" ou "lifestyle"?

8h45: il faut quand même que je parte bosser, allez hop, je publie!

9h: dans les bouchons; je rafraichis* ma page Hellocoton.

9h10: j'arrive au boulot; je m'installe à mon bureau et je rafraichis ma page.

9h15: mince, j'ai oublié de publier sur Instagram*! Vite, vite, je publie ma photo et un petit commentaire pour ramener les followers* sur mon blog. Oh, avec le filtre sélectionné,  ma photo de Mercury prend une teinte romantique et évoque presque une peinture de Monet!

10h: waouh, j'ai plein de "likes" sur Instagram.

10h15: 10 nouveaux abonnés sur Instagram!!! En revanche, je suis étonnée de trouver parmi eux au moins 3 dentistes exerçant en Floride...

12h: je surveille la une d'Hellocoton, toujours rien.

12h02: tiens, dans la sélection d'Hellocoton, il y a un article sur les partenariats*, une blogueuse dit qu'elle a plein de propositions, mais qu'elle a peur de perdre son âme. Au moins un problème que je n'ai pas. Ah ah ah (rire factice).

12h05: justement, ça fait longtemps que je n'ai pas consulté la messagerie de mon blog, moi, si ça se trouve j'ai de nouvelles propositions de partenariats!

12h07: yep, un message! 

12h08: mince, c'est la boite qui m'a déjà envoyé des boites de petits pois gratis. Apparemment mon article vantant la qualité de leur produit n'a pas fait mouche, ils n'ont pas augmenté leurs ventes, et ils veulent que je leur renvoie les boites. Ils sont gonflés quand même, c'est qu'on les a mangés les 150 boites de petits pois nous! Même que ma fille ainée déteste ça maintenant!! 

12h09: une nouvelle proposition, un mec nous invite à son spectacle de poney unijambiste à Sydney. L'entrée nous serait offerte mais les frais de transport à notre charge. Dommage.

13h: nouveau message!

13h01: Punaise, c'est un message de Catibibi, la marque pour enfants que j'adore mais qui coute un rein! Et ils me proposent de choisir une robe dans leur collection pour chacune de mes filles! Oh-mon-Dieu!! J'hyperventile!! Voilà, je savais qu'il me fallait persévérer. 4 ans que j'avale des boites de petits pois alors que je déteste ça, et ça y est, la consécration! Le bonheur c'est simple comme un bon partenariat.

13h30: j'envoie à Catibibi ma sélection. J'ai eu du mal à choisir, tout est tellement beau!! Mes filles vont être tellement contentes, je suis bouffie de joie, je plane à 10000 mètres!!

13h31: je reçois un message d'excuses de Catibibi, ils se sont trompés de blogueuse. La chute est vertigineuse. Je pleure.

13h35: Bon, assez de misérabilisme. En plus, j'ai pas mangé. Heureusement que j'ai toujours sur moi une boite de petits pois.

14h: toujours pas de réactions à mon article de ce matin, à mon avis les gens sont restés sans voix devant une telle verve.

14h30: en revanche sur Instagram, ma photo "impressionniste" plait beaucoup!

15h: pour me remonter le moral, je regarde mes stats du mois.

15h01: en fait, c'était pas une bonne idée...

15h02: je regarde mes stats depuis le début du blog: 34000 visites depuis sa création! Non mais 34000 quoi! Je regarde sur google  quelle ville a un nombre d'habitants de 34000 âmes. Réponse: Chatellerault. Je connais pas Chatellerault. Mais ça a l'air très joli.

15h03: alors comme ça, TOUTE la population de Chatellerault est allée au moins une fois sur mon blog??!! Je dois absolument visiter Chatellerault. Aller à Chatellerault devient mon nouveau projet de vie! Là-bas, je suis incontestablement une star!

16h30: je crois que c'est définitivement râpé pour la sélection Hellocoton aujourd'hui. C'est vraiment pas de chance, une blogueuse a été sélectionnée avec ses "10 conseils pour gérer un canari agressif", mauvais timing quoi!

17h30: je rentre du boulot; en chemin j'ai rafraîchi ma page 42 fois.

17h31: je regarde mes chiffres sur Instagram. C'est bizarre, malgré mes 10 nouveaux abonnements et tous mes likes, mon nombre d'abonnés a chuté, comment est-ce possible? 

18h: 20 nouveaux likes sur Instagram!! Apparemment c'est quelqu'un qui a eu un gros coup de coeur pour mon profil :) il a liké toutes mes dernières photos à la suite!! Ca me remonte le moral.

18h01: euh...du coup s'il aime tant que ça ce que je publie, pourquoi il ne s'abonne pas à mon compte?? Bizarre...

19h: j'abandonne, ce blog est une erreur, je ne percerai jamais.

19h05: c'est pas juste, je l'avais bossé mon article!

19h10: et puis non, je suis une battante moi! Je dois réfléchir à un nouvel article, un truc qui va tout casser!

19h15: j'ai trouvé: "DIY : mon joli tapis zéro déchet à base de cotons-tiges usagés "; Alors là si je casse pas la baraque! C'est parti!

 

Glossaire à l'attention des non blogueurs et/ou non pratiquants des réseaux sociaux:

- stats/statistiques: données chiffrées indiquant le nombre de visiteurs sur un blog, qu'il soit journalier, mensuel, ou même depuis la création du blog.

- commentaires: messages laissés par les visiteurs à la fin d'un article. 

- Hellocoton: plate-forme numérique sur laquelle un blogueur peut partager ses publications. Chaque jour, les administrateurs d'Hellocoton sélectionnent les articles qu'ils jugent les plus intéressants. C'est la fameuse "une d'Hellocoton". 

rafraîchir sa page: chaque blogueur ayant un compte sur Hellocoton possède sa propre page; la mettre à jour régulièrement permet de savoir en temps réel si un article a été "liké".

coeur/like: sur la plupart des réseaux sociaux et sur hellocoton, les visiteurs ont la possibilité de donner un coup de pouce à un article ou une photo qui leur a plu en "likant" l'article (il suffit généralement de cliquer sur un coeur ou sur "j'aime")

- illustration: généralement une photo illustrant les propos d'un article publié sur un blog.

- Instagram: réseau social reposant sur la publication d'une ou plusieurs photos, accompagnées ou non d'un commentaire plus ou moins long. Instagram permet aussi de modifier ses photos en appliquant des filtres, les rendant éventuellement plus jolies.

- followers: littéralement, les "suiveurs", ceux qui sont abonnés à votre profil quelqu'il soit (réseau social ou blog).

- partenariat: accord entre une marque et un auteur de blog, permettant de mettre en avant un produit fabriqué par la marque, au travers d'un article du-dit blog dédié à ce produit. Ces articles sont également dit "sponsorisés". L'auteur du blog est soit rémunéré en nature (produit offert), soit payé, soit les deux j'imagine. 

Lire la suite

Déni de rentrée

6 Septembre 2017, 13:29pm

Publié par Zazimutine

Déni de rentrée

 

Bien sûr, quelques jours avant, cartables, trousses, crayons et stylos, nous avions tout préparé et étiqueté.

Evidemment, à la tradition d'acheter une tenue neuve pour le jour J. nous n'avions pas dérogé.

Bien entendu, lundi matin, comme des milliers de familles, une photo d'elles, le cartable sur le dos, nous avions immortalisé.

Mais ensuite, j'avais décidé de tout faire pour leur faire oublier. Par chance, ne travaillant pas ce lundi, j'avais tout préparé. J'avais acheté tous les ingrédients nécessaires, et les avais informées:"vous ne mangerez pas à la cantine, je viens vous chercher!". A la sortie de l'école je me serais glissée, mon panier rempli et les affaires de plage dans le coffre de la voiture, heureuse de ma petite surprise inopinée. Nous aurions mis le cap sur la plage, dans la voiture elles m'auraient tout raconté. Nous nous serions installées sur le sable et nous aurions dévoré nos sandwichs en riant de ce temps, au retour du quotidien déjà volé. Puis elles auraient joué, seraient allées se tremper les pieds dans l'eau, peut-être se baigner. Nous aurions eu le temps: presque 2h avant la fin de la pause déjeuner. Vers 13h45 je les aurais prévenues que c'était l'heure d'y retourner. Elle se seraient essuyés les pieds et auraient remis leurs sandales, gardant quelques grains de sable collés sur les chevilles et entre les doigts de pieds, petits souvenirs de notre escapade, plus tard à contempler.

Je les aurais ramenées à l'école et leur aurais promis d'y retourner.

Le soir, nous en aurions encore et encore profité. Je n'aurais pas lu les mots dans les cahiers, je ne leur aurais pas demandé si elles avaient des devoirs, on aurait tout fait pour L'oublier.

Mais rien ne s'est passé comme je l'avais imaginé. Lundi matin, la pluie a raccompagné les écoliers. Plus de pique-nique, plus de plage, plus de liberté. Le soir, j'ai signé les mots, et rempli les papiers. Par son tourbillon, je me suis laissée happer.

J'ai raté mon déni de rentrée.

Lire la suite

Miss de fin d'été

30 Août 2017, 09:35am

Miss de fin d'été

 

Miss Choco (9 ans et demi)

- va entrer au CM1 lundi prochain; mais au CM2 officieusement. Ce fut la surprise du chef lors du bilan de fin d'année, la maitresse ayant évoqué la possibilité d'un saut de classe sous nos yeux ébahis et inquiets, étant donné le niveau très avancé de la miss en français. Vous dire que je n'ai pas sauté de joie est un pléonasme, tant cette idée me terrorise. Je ne suis guère enchantée par cette éventualité car son avance me semble surtout concerner le français, même si cela marche très bien dans les autres matières. De plus, cela voudrait dire qu'elle entrerait en sixième l'année prochaine et comment vous dire? Ma fille, et sa confiance en elle au plancher, rentrer en 6ème à 10 ans et demi? Evidemment, elle aura son mot à dire dans cette histoire, mais on va repartir pour une année de suivi avec la psychologue et je m'en réjouis...

- a un appareil dentaire depuis début juillet, appareil que sa mère gère très bien en terme d'entretien; elle moins.

- veux devenir écrivain; cette fois, c'est sûr!

- a essayé et abandonné presque aussitôt l'orthokératologie. Cette technique visant à porter des lentilles nocturnes pour corriger la vue la journée et freiner l'évolution de la myopie est à mon avis magiquissime! Malheureusement, miss Choco ne semble pas de cet avis! (vous me dites si ce sujet vous intéresse? Je comptais en faire un billet avant de savoir que nous abandonnerions au bout de 10 jours)

- va continuer la danse, ça. c'est sûr. Pour le reste, "ne sait pas". Miss Choco est une indécise chronique, prendre une décision semble être pour elle une véritable tragédie (la personne qui a dit "comme sa mère" sort immédiatement de cette salle, merci!).

- a adoré écouter cet été l'émission "Le temps d'un bivouac" sur France Inter; et c'est vrai que cette émission était géniale, donnant la parole à tout un tas de voyageurs passionnés de découvertes scientifiques, culturelles, humaines ou naturalistes; je vais me la poadcaster pour les longues journées de pluie qui nous attendent cet hiver tiens!

 

Miss Bonbon (7 ans et demi)

- a développé pendant les vacances tout un tas de nouvelles phobies: phobie de l'ascenseur et phobie du feu s'ajoutent désormais à la panoplie phobique de notre cadette (les psychologues nous adorent; je les soupçonne d'ailleurs de se refiler nos coordonnées sous le manteau).

- a lu pendant les vacances le deuxième tome de Harry Potter. Mais ça lui fait faire des cauchemars. Mais veut quand même continuer. Mais a peur d'avoir peur.

- ne veut pas retourner au ski. Ja-mais! Si vous me suivez sur Instagram, vous aurez vu que cette idée saugrenue lui est venue lors de notre visite de la jolie ville de Parme, alors qu'il faisait 36 degrés à l'ombre, et qu'elle nous a tenu en haleine avec pendant une bonne demi-heure. D'un autre coté penser à la neige par cette chaleur avait un effet rafraichissant...

- pense qu'elle sait nager. A tendance à oublier qu'à chaque fois qu'elle nage, une main ferme lui tient le bassin, et que chaque fois que cette dite main tente de s'éloigner, elle coule à pic.

- aimerait faire de la danse mais refuse de démarrer une activité collective sans connaitre personne, et de participer à un éventuel spectacle de fin d'année. Donc préfère se priver de danse. Dommage.

- a un côté très "relations publiques"; a envoyé une carte postale d'Italie à toutes ses copines, alors que l'idée n'est même pas venue à sa soeur de faire de même.

 

Voilà, l'été touche à sa fin (surtout aujourd'hui où nous avons perdu près de 15 degrés et où la pluie a enfin fait son retour). Je l'ai trouvé très long cet été, mais  il avait aussi un avant-goût de nostalgie, car c'était pour mois la dernière fois que je passais autant de temps avec mes filles: nouveau boulot, nouveau statut, je retourne désormais dans le circuit des 6 semaines de congés par an... Essayons de ne pas trop y penser... 

Sur ce, je vous souhaite une très bonne rentrée à tous!

Lire la suite

Tous azimuts # 17

27 Août 2017, 22:19pm

Publié par Zazimutine

Tous azimuts # 17

Et voilà, les vacances, c'est fini, et nous sommes de retour dans nos pénates bretonnes après d'intenses semaines de vadrouille. Ca vaut bien un petit billet de nouvelles tous azimuts non?

  • Nous sommes donc de retour de 3 semaines de vacances. J'ai l'impression que. c'est la première fois de ma vie que je partais loin de chez moi aussi longtemps et franchement, 3 semaines me semble être la durée de vacances idéale, bien plus ressourçante que le classique "1 semaine", pendant laquelle on a à peine le temps de décompresser, et le goût de "trop peu " des 2 semaines. 4 semaines ce serait peut-être trop non?

 

  • Nous avons fait notre premier séjour à l'étranger en famille, et retrouvé l'Italie avec grand bonheur. Nous n'avons peut-être pas vu ce qui se fait de plus beau dans la péninsule italienne, mais pour une première expérience avec nos filles, elle était des plus agréables (malgré les râleries quasi permanentes de ces dernières, quand je vous disais qu'on ne retient que le beau!). Je ne sais pas si ça vaut le coup que j'écrive un billet sur notre voyage, ça vous intéresserait?

 

  • La rentrée va s'échelonner dans les jours qui viennent: demain pour papa Ours, vendredi pour moi, et le 4 septembre pour les filles. Miss Choco a hâte de retrouver ses copines et sa maitresse (dont elle ne change pas), Miss Bonbon redoute le changement d'instit (nouvelle arrivante). Quant à moi, je démarre un nouveau boulot, mélange d'excitation et de crainte donc, comme mes filles.

 

  • Au niveau culturel, pas grand chose à raconter, je n'ai lu que deux livres pendant ces vacances (pas toujours facile de lire dans une chambre qu'on partage à 4, quand ce n'est pas le lit!): un Fred Vargas que j'ai a-do-ré, et le fameux Elena Ferrante que j'ai toujours en cours de lecture (billet lecture au programme!).  En juillet, j'ai vu le film Le Caire confidentiel qui se passe juste avant la révolution arabe en Egypte, instructif mais oppressant. En août: pas de ciné, pas de séries, on s'est gavé de soleil et de belles pierres. Il me tarde cependant de découvrir la nouvelle grille de France Inter, je suis complètement accro à la radio!

 

  • Quelles résolutions pour la rentrée chez vous? Ici ce serait de m'aménager un coin couture pour être plus constante dans mes projets, de continuer le piano, et de me mettre au yoga. Et peut-être d'aller au cinéma seule voire plus de films pour adultes (je ne parle pas de ce cinéma fait essentiellement de gros plans sur des chairs en ébullition, soyons clair, mais de films que je pourrais aller voir sans mes filles!)

 

  • Et puis l'été n'est pas fini après tout, cette semaine pré-rentrée va être belle et nous allons pouvoir continuer à aller à la plage, d'autant que des amis toulousains ont débarqué cet après-midi, histoire de prolonger la fête. Et pour septembre, j'ai déjà en tête quelques idées de week-end pour nous rappeler les beaux jours...

 

  • Il va falloir aussi que nous nous concentrions sur le gros projet de l'année à venir, à savoir, la recherche et achat d'un logement à nous... A suivre!

 

  • Je vous retrouve très vite pour des nouvelles des Miss, le billet que je pensais publier avant de partir, puis pendant les vacances, puis... maintenant ;)

 

 Belle fin de mois d'août à tous!

 

PS: en photo, Parme...

Lire la suite

DIY: le cahier de voyage pour enfants

5 Août 2017, 17:32pm

Publié par Emmanuelle

DIY: le cahier de voyage pour enfants

Alors non, je ne me lance pas dans la création tous azimuts et sincèrement, je pense que l'appellation DIY est assez usurpée par rapport à ce que je vous propose ici. Cependant, j'ai confectionné à l'attention de mes filles des cahiers de voyage, histoire de les occuper pendant le voyage et de les motiver pour notre premier séjour à l'étranger. Et comme le résultat nets pas trop mal, j'ai eu envie de vous le faire partager.

Pour confectionner ce petit cahier très simple, il vous faudra:

  • un cahier, quelqu'il soit; j'ai acheté les miens chez Djeco, qui fait de très jolies choses, comme vous le savez, et l'ai estampillé "cahier de voyage",
  • des ciseaux, de la colle, du masking tape, des stylos effaçables de toutes les couleurs,
  • des stickers variés,
  • des feuilles imprimés à découper,
  • des enveloppes.

Concrètement, ce cahier est censé les aider à prendre des notes, dessiner, et récolter des souvenirs au cours de leur voyage, ce qui leur sera certainement agréable à relire plus tard.

J'ai donc d'abord collé en première page une carte de l'Italie et de la France, en dessinant en rouge notre trajet, afin qu'elles puissent se repérer facilement, et visualiser les étapes, étant donné que nous nous lançons dans un voyage à multiples points de chute.

DIY: le cahier de voyage pour enfants

Ensuite, j'ai préparer des feuilles imprimées à découper, afin de raconter chaque journée:

- jour numéro 1, 2, 3 etc...

- météo

- ce que nous avons fait aujourd'hui

- ce que j'ai préféré

- ce que j'ai moins aimé (oui, je sais, je prends des risques!)

- bilan de la journée, avec stickers de smileys contents/pas contents (là aussi j'aime vivre dangereusement!)

DIY: le cahier de voyage pour enfants

Je leur ai juste préparé la première journée pour qu'elles aient un modèle, ensuite libre à elles d'agencer chaque journée comme elles veulent. 

Voici ce que ça donne:

DIY: le cahier de voyage pour enfants

J'ai également collé une enveloppe entre les pages pour la collecte de souvenirs,  et leur ai donné du masking tape pour qu'elles puissent accoler des cartes postales et autres tickets de visite, ainsi qu'un un bon stock de stickers pour décorer les pages.

Et voilà, très simple et rapide à faire, mais très apprécié!

Reste à voir si elles en feront bon usage...

Lire la suite

Kit de survie à l'usage de l'enfant en voyage

2 Août 2017, 13:33pm

Publié par Zazimutine

Kit de survie à l'usage de l'enfant en voyage

 

A la fin de la semaine, nous allons (enfin) prendre la route pour les vacances. Cette année, pris d'un optimisme délirant, nous tentons, pour la première fois, un genre de road trip à l'étranger: Sud de la France, puis Italie du Nord, et enfin retour par la route buissonnière.

 

Bien que débarrassés des contraintes inhérentes aux tout petits enfants (couches, siestes, et toute cette sorte de choses...) et jouissant d'un modèle d'enfants particulièrement agréables  en voiture (par là j'entends: option vomi désactivée), il nous faut néanmoins prévoir de quoi les occuper pour les longues heures de route que nous allons avoir. Je ne vous promets pas que malgré ce kit, nous n'allons pas avoir toutes les 30 minutes "on est bientôt arrivés?" ou "c'est quand qu'on s'arrête pour (NDLR-le 5eme) goûter?", mais ça aide!

 

Voici ce que j'ai mis dans leur kit de survie:

  • des livres bien sûr; format poche, c'est mieux! Beaucoup pour ce qui nous concerne.

 

  • des petits jeux: de cartes (effet secondaire: vol et disparition de cartes dans l'habitacle, occasionnant quelques cris), ou autres (mais toujours format mini, libre à vous d'emmener un billard m'enfin ne venez pas vous plaindre!) comme ce petit jeu de manipulation genre casse-tête-qui-rend-fou (mais laisse les parents peinards).

 

  • une trousse avec feutres, crayons, stylos, colle, making tape, ciseaux; note pour ces derniers: la plupart des enfants imaginent le plancher de la voiture comme une sorte de no man's land auto-nettoyant avec  tout à l'égout intégré, si bien qu'ils laissent négligemment tomber toutes les chutes de papier. Prévoir donc l'utilisation d'un aspirateur à 10 doigts (vos mains), pour remettre tout ça au propre!

 

  • des activités manuelles: papier vierge, cahier de jeux en tout genre, coloriages, stickers... (pour ces derniers, voir avertissement juste au-dessus, chutes de stickers=cauchemar des parents).

 

  • un cahier de voyage de ma confection, à remplir par l'enfant (je vous en reparle), ainsi qu'un livre sur notre destination.

 

  • du papier à lettres, pour écrire aux copines et à la famille (n'oublions pas que ce kit va leur servir pendant tout le voyage!).

 

  • le cahier de vacances (facultatif, tout dépend de la motivation de l'enfant).

 

  • un petit sac à porter en bandoulière pour mettre ses "petites affaires".

 

  • pour la voiture j'ajoute: une petite bouteille d'eau, et plusieurs paquets de mouchoirs!

 

  • enfin j'ajouterais... des parents patients!

 

Ce kit est bien entendu à multiplier par le nombre d'enfants. A moins de posséder un doctorat de gestion des conflits mais ce n'est pas notre cas.

Nul doute qu'à la fin du voyage votre voiture ressemblera à un dépotoir, mais c'est pour la bonne cause!

​​​​​​​Allez, on respire, et on profite!

Bonnes vacances!!!

PS: je reviens très vite pour le DIY du cahier de voyage et quelques nouvelles des filles, avant de prendre la tangente.

Lire la suite

Ma prescription littéraire # 2

31 Juillet 2017, 14:14pm

Publié par Emmanuelle

Ma prescription littéraire # 2

 

Quelques lectures pour l'été, ça vous tente? Je ne vous promets rien de vraiment léger si c'est  ce que vous recherchez,  je vous livre là seulement un compte-rendu de quelques semaines de lectures, mais peut-être trouverez-vous matière à vous détendre. Allez hop, c'est parti:

 

- A consommer sans modération -

  • Les cahiers d'Esther - Histoires de mes 11 ans

(Riad Sattouf, Allary Editions, BD)

Résumé: Voici le deuxième tome de cette série retraçant le quotidien d'Esther, petite parisienne d'une dizaine d'années. Riad Sattouf a rencontré à maintes reprises la petite fille, en lui demandant de lui raconter ses histoires de gamine (école, famille, société), et les transformant en BD.

Mon avis: C'est passionnant! Si le premier tome a eu tendance à me faire flipper (je ne suis pas vraiment pressée de voir mes filles devenir ado), ce deuxième tome m'a un peu réconcilié avec cet âge si difficile. Avec 1 an de plus, Esther  est devenue beaucoup plus critique à l'égard de la société de consommation et due la dictature du paraitre. Le regard de Riad Sattouf est toujours tendre, relevant le moindre petite détail comique et fédérateur. Bref, une BD souvent drôle et tellement ancrée dans la réalité. J'adore!

 

  • L'homme aux cercles bleus

(Fred Vargas, J'ai lu, policier)

Résumé: Depuis quelques mois, des cercles bleus, tracés dans la nuit, ornent les trottoirs de Paris, entourant des objets hétéroclites. Ce qui peut passer pour une simple blague de gamins titille l'instinct du commissaire Adamsberg. Et comme son instinct ne lui fait jamais défaut, la réalité viendra bientôt lui donner raison.

Mon avis: Il m'arrive parfois de faire preuve d'un snobisme insupportable. Fred Vargas en est l'exemple parfait: j'ai refusé pendants des années de la lire, sous prétexte que je détestais les policiers français. J'avais décrété que seuls les anglais, et plus récemment, les scandinaves, étaient capables d'écrire des livres policiers susceptibles de m'intéresser. Bref, la connasse de base. Et puis en discutant avec mon amie K. , grande grande fan de l'auteure, j'ai fini par me laisser tenter, et suis repartie de chez elle avec le premier volume des aventures du commissaire Adamsberg, personnage récurrent de Fred Vargas. Bien m'en a pris. Alors que je craignais une atmosphère austère, dans le genre Derrick, j'ai découvert des personnages gouailleurs, hauts en couleur, savoureux, le tout porté par une énigme rondement menée et dont on ne se doute pas du tout de l'issue. Du grand art de policier! Me voici donc actuellement en train de lire le deuxième tome, nul doute que vous en entendrez encore parler par ici.

 

- Gare aux effets secondaires -

  • Plus rien ne s'oppose à la nuit

(Delphine de Vigan, le Livre de Poche, roman-autobiographie)

Résumé: Après la mort de sa mère en 2008, Delphine de Vigan part à la recherche de son histoire familiale et retrace, sous forme de roman, la vie de sa mère.

Mon avis: J'aurais pu classer ce livre dans la catégorie précédente, tant il m'a remuée, je le mets cependant ici afin que vous sachiez que ce livre ne peut pas être lu à m'importe quel moment. Je le déconseille en particulier si votre moral n'est pas au beau fixe, ou si vous êtes sensible au sujet du suicide ou de la maladie psychiatrique. Cependant, j'ai rarement été aussi bouleversée par un bouquin. La boule au ventre dans sa première partie, oppressée dans la deuxième, j'ai fini en larmes à ne plus pouvoir m'arrêter de pleurer, comme cela m'était rarement arrivé. En essayant de reconstituer la vie de sa mère, enfant, adolescente puis jeune adulte et mère, jusqu'à sa mort, l'auteur plonge dans ses souvenirs, interroge les membres de sa famille, écoute, relit des textes écrits par sa mère et par elle-même au moment des faits, hésite, craint de détruire, se lance dans une vaine tentative de comprendre. Le personnage principal, la mère de Delphine de Vigan, est atteinte de bipolarité; on assiste, lecteur comme enfant, impuissant, à sa déchéance. Et puis au moment où l'on perd espoir, la résilience fait son apparition, dessinant des zones de couleur et d'espoir dans cette destinée en apparence si tragique. Il en reste finalement un fascinant portrait de femme ayant vécu de la fin des années 40 jusqu'au début des années 2000, une femme, qui, contre toute apparence, a lutté sans relâche contre la maladie, par amour pour ses filles. Delphine de Vigan lui rend en écho un vibrant hommage, ultime acte d'amour envers une mère pas comme les autres. C'est beau et déchirant. Comme la vie.

 

  • En finir avec Eddy Bellegueule

(Edouard Louis, Points, roman-autobiographie)

Résumé: Edouard Louis, tout jeune écrivain, revient à travers cet ouvrage sur son enfance picarde dévastée par la pauvreté et la violence. Seule la lecture saura le sauver de ce naufrage.

Mon avis: Difficile de vous dire que j'ai pris mon pied avec ce livre, tant il est dur, glauque, presque dénué d'espoir. La nausée vous suivra tout au long de votre lecture, car on plonge dans un monde d'une violence inouïe, physique comme psychologique. Intéressant pour le témoignage, on peut éventuellement reprocher à Edouard Louis une certaine complaisance. Mais il est facile pour moi, lectrice confortablement installée dans mon fauteuil, à l'enfance heureuse, de lui reprocher quoi que ce soit. Alors, je ne sais pas. A vous de vous faire votre idée.

 

- Si le genre vous intéresse -

  • La mémoire de nos pères

(Joël Dicker, Editions de Fallois, roman)

Résumé: Paris 1940; le jeune Paul-Emile quitte son père pour rejoindre la Résistance. Recruté par le SOE, branche des services secrets britanniques, il est intégré à un groupe de jeunes français et francophones, avec lesquels il va s'entrainer à devenir un agent chargé de mener des actions de renseignement intérieur en France occupée et de sabotage.

Mon avis:  Joël Dicker est le jeune (et bel) auteur de "La vérité sur l'affaire Harry Quebert", gros succès littéraire de l'année 2012, et prix Goncourt des lycéens notamment. Ce livre-ci est son ouvrage précédent. Il relate donc une épopée digne d'un grand film hollywoodien, autour de la constitution des services secrets britanniques: formation des agents (occupant la plus grande partie du livre), aventures sur le terrain, épilogue. Tragédie, Histoire, romance, tous les ingrédients sont présents pour faire un beau roman. Et c'est le cas, si le sujet ne vous rebute pas. Pas un gros coup de coeur mais pour le coup, une bonne lecture pour l'été, pas trop mélodramatique malgré le sujet. 

 

  • Le mystère Henry Pick

(David Foenkinos, Gallimard, roman)

Résumé: Au hasard d'une promenade dans sa Bretagne natale, une jeune éditrice découvre, dans une bibliothèque des livres refusés, un manuscrit jamais publié, écrit par un certain Henry Pick, mort depuis plusieurs années. Elle ne tarde pas à considérer ce livre comme un chef-d'oeuvre et se met en tête de l'éditer, partant à la recherche de l'écrivain disparu. Le mystère se met en place autour de ce personnage énigmatique, dont personne ne connaissait le talent littéraire, y compris sa veuve.

Mon avis: J'aime bien David Foenkinos, depuis plusieurs ouvrages déjà, j'aime sa fantaisie, sa loufoquerie, et je me reconnais dans beaucoup de ses tourments intérieurs. Le mystère Henry Pick est à la fois amusant, distrayant, léger, tout en ne ménageant pas le suspense. Les personnages sont très cinématographiques, et l'on comprend aisément que l'auteur ait déjà été adapté au cinéma. Bref, rien à reprocher à ce livre, si ce n'est l'absence de grand bouleversement. Je le classerais plutôt dans la catégorie des livres "faciles mais pas trop non plus" adaptés à une "consommation" sans danger (si j'ose dire!).

 

  • Giboulées de soleil

(Lenka Hornakova-Civade, Alma Editeur, roman)

Résumé: Plongeons maintenant dans l'histoire de la République tchèque, à travers le parcours de trois femmes, de mère en fille. De la deuxième guerre mondiale à l'instauration du communisme,  puis à la chute de l'empire soviétique, ces trois femmes suivent et subissent leur destin.

Mon avis: Très intéressant sur le plan historique, ce livre souffre tout de même quelque peu de sa forme. L'histoire est contée chacune à son tour par les trois personnages, et j'ai par exemple eu beaucoup de mal à différencier les deux premières femmes.  Même si leur histoire et leur époque est différente, leur façon de s'exprimer se ressemble. J'ai préféré la troisième partie, contée par l'enfant, puis l'adolescente, personnage fort, le plus à même de ne plus subir la tragédie familiale. Une bonne lecture tout de même, si on ne cherche pas de la légèreté.

 

  • L'homme du lac

(Arnaldur Indridason, Points, policier)

Résumé: suite des aventures du commissaire Erlendur le bien nommé. Cette fois, son enquête va tourner autour du squelette retrouvé au fond d'un lac asséché, dont la mort remonte à 60 ans. Particularité: le corps est retrouvé attaché à un poste émetteur semblant avoir appartenu à la Russie de l'ère soviétique.

Mon avis: Je ne vais pas être très objective car j'adore suivre les aventures d'Erlendur depuis le premier tome. Cet épisode nous plonge de façon passionnante dans l'Allemagne de l'Est des années 50, période sombre où la Stasi fait régner la terreur. La forme est toujours la même: la clef de l'énigme se situe dans le passé, comme chez Camilla Lackberg, néanmoins Indridason garde toute ma tendresse: pour le moment, je ne m'en lasse guère.

 

C'est tout pour aujourd'hui!

N'hésitez pas à partager votre point de vue si vous avez lu un de ces ouvrages, j'adore échanger à ce sujet!

Bonnes lectures!

PS: J'ai glissé une petite nouveauté, l'as tu remarquée?

Lire la suite

Les musiques de ma vie

25 Juillet 2017, 17:13pm

Publié par Zazimutine

Les musiques de ma vie

Je publie enfin ce billet, pour lequel j'avais invité d'autres blogueuses (voir en fin de billet) à écrire sur le même thème, à savoir, les musiques de notre vie. Je suis toujours étonnée par la faculté qu'a l'âme, de voyager dans le temps à la simple écoute d'une musique, d'être renvoyée illico à l'émotion d'un instant. La musique accompagne nos vies, et même si cela est très personnel, intime même, j'ai eu envie de partager ces morceaux qui immanquablement, me rappellent des souvenirs. Voici donc un petite aperçu de ma vie... en musique!

 

Enfance: Renaud et Supertramp

Petite, comme beaucoup d'enfants, j'ai d'abord surtout entendu les albums de mes parents: je me souviens, dans un registre très éclectique, de Boby Lapointe, dont je connaissais les paroles par coeur, de Boris Vian, mais aussi d'Yves Simon, de David Bowie, de Eurythmics... Mon premier album? Dorothée bien entendu, mais le chanteur contemporain qui marque le plus cette époque pour moi fut Renaud! Ce que j'ai pu fredonner Renaud!!

 

Je dois absolument évoquer également Supertramp, écouté plutôt par mon père à l'époque. Chaque fois que j'écoute ce morceau, il me projette immédiatement dans le salon de mon enfance; je revois les petits samedis matins de printemps, fenêtres grandes ouvertes, musique un peu forte, soleil rasant le parquet, faisant briller les milliers petits grains de poussière, sensation d'éternité, de quiétude, et de sérénité absolue. Il me semble même ressentir l'odeur de ces petits matins de printemps, une odeur particulière que je n'ai plus jamais retrouvée.

 

Pré-adolescence: Police - Can't stand losing you

J'ai 10 ans, je suis en CM2 mais la fin de l'année scolaire est là et l'année suivante, je vais rentrer en 6ème. Sur la place où je vais jouer tous les après-midis avec mes copines, nous rencontrons des garçons qui sont déjà dans notre collège, en 5ème je crois. Ils nous embêtent, un peu, je ne sais pas pourquoi. Ce que je sais, c'est qu'en rentrant j'ai entendu ce morceau de Police. Et qu'il est resté éternellement associé à ce moment où mon regard sur les garçons a changé. J'étais passée de l'autre côté: celui du désir de plaire. Initiatique.

 

Adolescence: la new-wave!

Et puis c'est le collège, l'adolescence, en plein naissance du Top 50 et de la New-Wave!! Les ondes et les murs de ma chambre sont envahis par Dépêche Mode, Talk Talk, U2 et bien sûr Cure, avec l'inénarrable Robert Smith dont j'imitais la coiffure (sèche-cheveux la tête en bas) et la tenue vestimentaire (pantalon à pinces et genre de veste de costard molle). Rha la la, toute une époque!

 

Le lycée: les histoires d'amour (dans sa tête)

Je suis en seconde, folle amoureuse, persuadée de vivre une histoire complètement platonique avec un garçon de ma classe (en effet, nos regards se sont croisés au moins 2 fois au cours du premier trimestre). C'est l'époque où je commence à écouter les Beatles. Cette chanson en particulier me parle: "I say yes, you say no!" (même si en réalité nous ne nous somme jamais parlés!). Je l'écoute en boucle, papillons dans le ventre, entre espoir et désespoir (dois-je préciser qu'il ne s'est jamais rien passé?)

 

Etudes: Queen, Sprinsteen et le rock des sixties

Mon père écoutait beaucoup Queen et mon enfance a été en particulier bercée par l'album Jazz (1978!); je suis devenue, plus grande, totalement fan de Freddie Mercury que je considère comme la plus belle voix du 20ème siècle, en toute objectivité et sans exagération. Un des grands regrets de ma vie aura été de n'avoir jamais pu le voir en concert (mais il est mort en 1991, ça aurait été difficile!), car ce type se donnait avec une intensité rare! Il me prend parfois à rêver que dans l'au-delà, il donne des concerts de ouf auxquels mon père assiste.

Bref, Il faut absolument (notamment) connaitre ce morceau mythique de Queen: Bohemian Rhapsody, prodigieux!! 6 minutes de bonheur pur!

 

Mes années d'études riment aussi avec ma rencontre avec E. qui deviendra ma meilleure amie pour de nombreuses années. Fan de Bruce Sprinsgteen, elle m'initie et me convertit bien vite. J'irai même à un de ses concerts. Ce morceau, en particulier, me rappelle nos soirées à regarder ce clip, nous étions très friandes de ses manches de chemise remontées sur ses petits biscoteaux. Et si vous êtes courageux et que vous allez au bout du clip, vous remarquerez que la toute jeune fille qui monte sur scène à la fin n'est autre que... Courteney Cox, star de Friends quelques années plus tard!!

 

Avec E., nous allons aussi apprendre à danser le rock et passer plusieurs annéés à écumer les clubs le vendredi soir pour faire tournoyer nos petites jupes, nous faisant copieusement draguer par des  retraités (qui ne tente rien...). Ce morceau d'Eddie Mitchell, je ne l'ai jamais entendu ailleurs, si bien qu'il est l'illustration parfaite de cette période.

 

Fin des études: en route pour une nouvelle vie!

J'ai 26 ans et je me retrouve célibataire; quelques mois avant de partir vivre à Toulouse (et de rencontrer Papa Ours), avec Joy, mon amie de lycée, nous entreprenons un voyage dans le sud de la France, Manu Chao à fond dans la voiture. Ce morceau, c'est donc le souvenir de ce voyage, dans une atmosphère incroyablement apaisée, entre confidences et rigolade. Mon plus beau voyage amical, sans hésiter. Aucune dispute, aucune jalousie, les mêmes envies, une parfaite harmonie!

 

Quelques mois plus tard, je vais rencontrer Papa Ours. Massive Attack, Teardrop, c'est notre chanson, je n'en dirai pas plus ;)

 

Et puis Miossec...

Je peux préciser très exactement ma découverte de Miossec. Il venait de sortir son album 1964, nous étions en 2004 et je revenais de l'enterrement de ma grand-mère, la dernière qu'il me restait. Lors d'un de mes passages à la Fnac, j'ai écouté par hasard cet album. L'atmosphère douce et nostalgique, le texte légèrement désabusé, répondaient exactement à mon ressenti de cet instant. Coup de foudre. Qui se poursuit toujours. J'ai tous ses disques et l'ai vu 3 fois en concert, ce qui pour moi est un exploit! (j'y vais très peu).

 

Maternité...

J'ai jeté mon dévolu sur cette chanson de Daphné pendant  ma première grossesse. Je la trouvais idéale pour bercer un enfant, je l'ai donc faite écouter maintes fois à mon ventre, et j'avais consciencieusement appris les paroles. Je me souviens avoir essayé de la chanter à miss Choco alors qu'elle était âgée de quelques jours. Mais j'étais en train de perdre mon père et l'émotion m'a submergée au point de ne pas pouvoir aller au bout. Plus tard, une copine m'a fait remarquer le sens érotique de cette chanson. J'ai eu tellement honte que je l'ai rayée de ma discographie et ne l'ai plus jamais écoutée. Elle me rappelle pourtant toujours cet intense moment de ma vie, entre la joie immense de devenir enfin mère, et le chagrin dévastateur de perdre mon père au même moment.

 

Et aujourd'hui?

J'écoute toujours Miossec, et Queen. J'ai complètement abandonné Springsteen depuis que l'amitié avec E. s'est tarie. J'ai ajouté à mon répertoire Dominique A (je l'adore!), Yann Tiersen et bien d'autres. Avec mes filles nous écoutons des trucs plus rythmés: Jain, Stromae...

Bien sûr, je me rends compte qu'il est difficile de résumer une vie en quelques morceaux de musique, j'en ai oublié tellement!

Mais pour écrire ce billet, j'ai ré-écouté tous ces morceaux et je vous jure que toutes sortes d'émotions sont passées sur mon visage!

Et comme je veux finir sur une note positive, je vous mets la musique, beaucoup plus commerciale, moins mon genre habituel, mais qui m'a tant fait danser cette année et qui me met tellement de bonne humeur: Justin Timberlake (et puis j'avoue que je suis assez émoustillée par sa chorégraphie en jean blanc, hem...)!

 

Maintenant je me dois de remercier toutes les blogueuses, et elles sont nombreuses, qui ont participé à ce petit exercice. Merci 1000 fois, je ne m'attendais pas à recueillir autant d'enthousiasme, cela me motive pour vous proposer d'autres défis dès la rentrée. 

Je vous avais dit que j'élirais le billet qui m'a le plus touchée mais c'est impossible, ici, c'est comme chez Jacques Martin, tout le monde a gagné!! Vous m'avez toutes émue, intriguée, fait sourire et même pleurer. Je vous invite donc, cher lecteur égaré, à retrouver ici toutes leurs participations:

- la génereuse Picou Bulle, blogueuse découverte récemment sur Instagram, très prolifique et qui n'hésite pas à mettre en lumière les autres blogueuses, bref, une fille super. Sa participation est ici et j'en partage d'ailleurs l'affection pour Radiohead!

- Double rose, elle aussi blogueuse découverte récemment sur hellocoton, dont j'aime beaucoup la sincérité et la franchise; voici son billet-défi, qui m'a beaucoup ému!

- Maristochat, dont j'aime à lire le point de vue de belle-mam', en plus d'être elle-même l'heureuse maman de 2 loulous. Son billet ici, avec une sélection musicale très pointue et originale.

- Sarah, du talentueux blog nouvellement nommé Boots and Pepper, pour laquelle j'éprouve une tendresse particulière, toulousaine oblige (entre autres!). Sa sélection musicale est .

- Mamandelire, ma copine bordelaise, une fille que je n'ai jamais rencontrée mais dont je suis certaine de la valeur! Je partage beaucoup de ses musiques, génération oblige! Son article est ici.

- Frau Pruno, à l'origine de cette idée de défi, inspirante blogueuse (c'est aussi à cause d'elle que je me suis mise au régime et que je me suis achetée une robe, vous n'imaginez pas l'influence de certaines blogueuses!!); son billet parle d'une musique tout aussi originale que sa personne, entre Queen et jazz et c'est ici.

Et enfin plein de petites nouvelles que je découvre avec leur participation, merci beaucoup les filles, j'ai eu beaucoup de plaisir à vous découvrir en musique:

- Polly, son billet-musique ici

- Cécile, à la sélection très mélomane: .

le rire des anges, sa participation ici,

- et enfin les toute jeunes Louane (ici), et Rozie et Colibri ();  vos sélections musicales m'ont fichu un sacré coup de vieux mais ça m'a beaucoup amusé également, merci!

Enfin, sachez que j'ai laissé un commentaire sous chacun de vos articles mais qu'il a parfois disparu dans les limbes de la blogosphère...

J'espère n'avoir oublié personne, sinon, n'hésitez pas à me le dire!

Bonne écoute, et à très vite pour d'autres défis (j'en ai 2 ou 3 dans mon sac)!

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>