Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

digressions

Bienvenue dans votre stage pré parental

24 Janvier 2019, 17:37pm

Publié par Zazimutine

Bienvenue dans votre stage pré parental

Avec la nouvelle année, une page blanche s'offre à vous et peut-être, le coeur encore roudoudou de jolis moments passés en famille, ayant côtoyé des petits d'hommes aux yeux émerveillés devant papiers pailletés, rubans nacrés et sapins illuminés, l'envie d'avoir à votre tour un enfant vous trottine gentiment dans la tête. Mais.... vous n'êtes pas sûrs, n'est-ce pas? Vous doutez. Vous vous demandez même si vous êtes faits pour cela? 

N'attendez plus et venez tester votre capacité à devenir parents au cours de notre stage pré-parental. Au cours de nos différentes sessions, vous viendrez expérimenter votre compétence parentale, vous testerez votre endurance et votre patience. 

Voici un petit extrait de nos animations les plus appréciées:

  • l'épreuve du sommeil 

Dans cette session, il s'agira de tester votre capacité à survivre sans dormir. Violences auditives, olfactives et physiques, nous testerons tout pour vous empêcher de dormir. Attention, vous serez notés pour cette épreuve et une note inférieure à 5/20 entraînera une élimination et l'impossibilité de poursuivre votre stage.

  • la machine à cris

Vous serez enfermé dans notre machine spéciale "cris" pendant des sessions allant de quelques minutes à plusieurs heures (5 niveaux de difficulté); vous n'aurez pas le droit de vous boucher les oreilles et devrez prouver la préservation de votre équilibre mental à la sortie de la machine. 

  • le nouveau supplice de Tantale

Dans la mythologie grecque, Tantale est cet homme puni par les dieux, condamné, en guise de châtiment, à pousser un rocher en haut de la montagne, rocher qui dégringole aussitôt arrivé en haut. Chez nous, point de montagne et de rocher, dans notre animation, vous  serez amenés à ranger des milliers d'objets divers et variés, au fur et à mesure que notre machine-à-déranger haut-de-gamme (Bordel3000TM) au souffle supersonique les enverra valser.

  • l'épreuve du triple cerveau

Dans cette épreuve vous devrez simultanément: avoir une discussion argumentée sur un sujet hardu (par exemple, "apport des cartésiens dans le déconstructivisme subliminal"), chanter une berceuse en respectant la justesse de la mélodie, et monter un meuble Ikea d'une seule main (exemple non contractuel).

  • le casse-tête temporel

Cette animation, très appréciée de nos stagiaires, vous demandera de mettre à l'épreuve votre faculté d'élasticité temporelle: vous devrez, dans un laps de temps très court, caser un rendez-vous médical, un cours de danse, un match de foot, une lessive, un passage rapide au supermarché, une journée de 7h de travail, et la préparation de trois repas respectant les règles nutritionnelles préconisée par le programme national nutrition santé (5 fruits et légumes par jour), le tout en un minimum de déplacements et en restant d'humeur absolument égale, telle que préconisée par le programme national pour l'éducation bienveillante positive amicale conciliante et gentille.

  • option spécial jumeaux et famille nombreuse

Pour ceux qui se destinent sans le moindre doute à fonder une famille,  mais hésitent encore sur le nombre d'énergumènes à mettre en route, nous vous concocterons un programme sur mesure dans le cadre de notre option "spéciale jumeaux et famille nombreuse": toujours plus de cris, toujours plus de fatigue, avec bien sûr une animation spécifique autour de la lessive,.

 

A la fin de notre stage, selon vos résultats, un diplôme permettant de valider vos compétences vous sera remis. Vos pourrez alors vous lancer dans votre projet ou... l'abandonner définitivement.

Alors, n'attendez plus et rejoignez-nous!

Demande de devis par mail uniquement.

En attendant de vous accueillir, très bonne année 2019, joie, réussite et santé pour tous!

Lire la suite

Les 5 options à éviter chez votre futur enfant

4 Janvier 2018, 06:28am

Publié par Emmanuelle

Les 5 options à éviter chez votre futur enfant

Futurs parents bonjour,

Dans mon dernier article je vous proposais ma sélection d'options indispensables à réserver chez votre futur enfant pour vous permettre un épanouissement optimal dans la parentalité (si vous avez loupé cet article indispensable, il est ici).

Aujourd'hui nous allons parler des options non indispensables, facultatives, voire même totalement déconseillées, testées en situation réelle par de vrais parents bien sûr.

C'est parti:

  • L'option "troubadour"

Il est possible que nous nous soyons légèrement laissés influencer par la description du catalogue :"l'enfant troubadour ravira vos soirées, avec ses dons pour toutes les disciplines artistiques, danse, chant, cirque, vous ne vous ennuierez plus jamais". Le catalogue ne mentait pas: nous ne nous ennuyons jamais. Entre les spectacles de danse, de chant, et de théâtre tous les samedis soirs (4h sans entracte, parfois avec des mises en scène dignes des plus grands metteurs en scène scandinaves, faisant la part belle aux cris et aux chuchotements, voire à l'absence totale de dialogues), les trajets en voiture "lecture à voix haute", et les passages aux urgences motivées par quelques approximations cirquassiennes, reconnaissons-le: les sensations fortes sont au rendez-vous!

  • L'option "philosophe"

Si votre souhait principal est de jouer à la poupée avec un bambin aux joues roses qui éclate de rire dès que vous lui faites risette, évitez l'option philosophe: dès que celui ci aura acquis le langage, il vous harcèlera de questions sur le sens de la vie. Et je vous assure que discuter du 5ème mouvement post-impressionniste et de son retentissement sur la société de consommation dans l'après-guerre avec un enfant de 3 ans, n'est vraiment pas ce dont vous avez toujours rêvé (particulièrement si vous n'avez pas investi dans l'option "nuit tranquille" - voir mon précédent article).

  • L'option "sens de la repartie"

Voila une belle boulette que nous avons faite, Papa Ours et moi-même, en sélectionnant cette option lors de notre deuxième commande. Souffrant nous-même d'un certain défaut de repartie du genre "gifles-moi la joue droite que je te tende la joue gauche", nous avons cru bon d'affubler notre deuxième fille de ce qui nous semblait être un atout indéniable pour sa vie future. En oubliant que précisément les premières victimes en seraient... ses parents... Bref, notre fille cadette nous coupe souvent la chique avec ses réponses cinglantes et toujours argumentées s'il vous plaît. Que du bonheur.

    • L'option "Pierre Richard"

    Ayant grandi fin des années 70/début des années 80, grande époque des films où apparaissait Pierre Richard, nous nous sommes laissés séduire par cette option pour notre fille ainée. Qui n'a pas rêvé en effet d'un enfant lunairenaïf, gentil, enchainant les petites "bêtises" pour le plus grand amusement de son entourage? Il nous semblait que nous allions bien rigoler. En fait non. On rigole la première fois et on se laisse assez vite dépasser par cette option incontrôlable: verre d'eau systématiquement renversé à table, quand ce n'est pas l'assiette de soupe, le bol de chocolat, ou le jus d'orange, jus de tomates renversé sur les livres à peine déballés du papier cadeau, casse d'objets variés, dégradation de bien d'autrui (livres de sa soeur à peine déballés du papier cadeau, tombés par "inadvertance" dans une flaque de boue, vandalisation du rayon magazine d'une station service au gaspacho), vêtements déchirés, non, trop c'est trop, remboursez!

    • L'option "curieux"

    Variante de l'option philosophe, l'option "curieux" se concentre sur les explications scientifiques de toute chose. Personnellement, je me suis laissée emporter par mon enthousiasme en imaginant le petit enfant trop mignon qui nous harcèlerait de "pourquoi", vous savez: "pourquoi le ciel est bleu"- "pourquoi y a de l'air dans le ciel?"- "pourquoi on a besoin d'air pour respirer" etc etc... Je ne me doutais pas qu'un jour, mon enfant curieux me demanderait en pleine épidémie de gastro, pourquoi le vomi ça sent mauvais, pourquoi le vomi c'est jaune, pourquoi quand il vomit il arrête de respirer,  pourquoi vous êtes obligés de lui tenir la tête quand il vomit, et pourquoi quand il vomit ça fait du bruit alors que, vous même nauséeux, vous n'avez envie que d'une chose: ne plus jamais entendre le mot vomi, bordaaaayyyl!

    J'espère que ces conseils vous seront utiles, n'hésitez pas à me suggérer de nouvelles options testées et désapprouvées. Et la prochaine fois... on se concentre sur les parents!

    Bonne fin de semaine!

    Lire la suite

    Les 7 options à réserver chez votre futur enfant

    19 Décembre 2017, 08:09am

    Publié par Zazimutine

    Les 7 options à réserver chez votre futur enfant

    Alors ça y est, votre décision est prise, vous vous décidez à vous jeter dans la merveilleuse aventure de la maternité, ou à agrandir la famille? Vous avez rempli votre bon de commande et ne savez pas au juste quelles options choisir parmi celles qui vous son proposées?

    Eh bien, suivez mes conseils, car si certaines options sont "de série" chez votre futur enfant (par exemple, le bruit, la naïveté, l'intolérance à la frustration), d'autres sont très recommandables, encore faut-il y mettre le prix. Petite revue des options hautement conseillées:

    • L'option nuit calme

    Ne vous faites pas d'illusions, cette option là est la plus chère. Mais s'il n'y en a qu'une à retenir, c'est bien celle-ci. Avec l'option nuit calme, votre enfant dormira comme un bébé (expression très surfaite!) et vous aurez plus de chances de garder vos capacités intellectuelles intactes, lesquelles ont déjà  été bien mises à mal lors de la gestation (pour des raisons mystérieuses, votre légendaire capacité d'analyse s'est transformée en torrent de larmes pendant les 9 mois de votre  grossesse). Or, je vous rappelle que contrairement à vos cheveux, vos neurones ne repoussent pas, ce qui est perdu est perdu, et il se trouve que la retraite, c'est pas pour demain, vous avez donc encore une vie professionnelle/sociale à gérer après la naissance de vos enfants. (Personnellement j'ai fait ma demande de retraite anticipée=avant ma vie professionnelle mais elle m'a été refusée. Bon.)

    • L'option bon goût

    Peut-être moins indispensable que la précédente, cette option vous épargnera tout de même pas mal de désagréments. Sans cette option, vous allez devoir vous taper pas mal de festivités du genre: pêche aux canards des fêtes foraines avec cadeaux en plastique cheap, vêtements estampillés des plus "beaux" personnages du paysage audiovisuel enfantin, nombre conséquent d'heures de visionnage de dessins animés neuneu avec générique débile imprimant votre mémoire vive pour toujours (cramant au passage quelques neurones supplémentaires), etc etc... Croyez-moi, vous vous enlevez une grosse épine du pied.

    • L'option sourdine

    Une option que nous, parents, négligeons souvent, considérant qu'il est normal qu'un enfant fasse du bruit, et qui pourtant est indispensable pour garder sa bonne humeur en toutes situations. Pour notre fille cadette, nous avons omis de choisir cette possibilité, espérant secrètement que la prunelle de nos yeux deviendrait chanteuse soprano. En attendant sa future carrière, nos tympans ont souvent vibré à l'unisson, de façon assez douloureuse, dans la mesure ou le caractère tempétueux de la demoiselle en question s'exprimât volontiers par le cri. Vos oreilles vous remercieront, croyez-en mon sonotone!

    • L'option infra-sécrétoire

    ​​​​​​​A choisir particulièrement si vous êtes photographe amateur et que vous espérez réaliser de jolis clichés de votre futur enfant. Avec l'option infra-sécrétoire, finies les photos ratées pour cause de bavoir à demeure ou de tee-shirt mouillé jusqu'au milieu de nombril, fini le gros plan gâché par la morve qui se fraie un chemin délicat de la narine au menton...

    • L'option balayette

    ​​​​​​​Une option bien pratique chez les enfants plus grands, et qui vous évitera de nettoyer les toilettes après chaque membre de la famille. C'est simple, chez nous, les filles sont atteinte du syndrome assez fréquent de "déni de balayette", ce n'est pas qu'elles ne veulent pas l'utiliser, c'est que l'objet n'existe tout simplement pas pour elles, à croire qu'il n'imprime pas leur rétine. Attention, renseignez-vous, je ne sais pas si cette option est disponible chez les modèles masculins, à vérifier (vous reprendrez bien un peu de sexisme avec votre café?).

    • L'option propre

    D'après les données actuelles de la science, cette option, pourtant très recherchée par les parents, est toujours en phase d'expérimentation et non encore disponible (il est vrai qu'elle est très difficile à mettre en oeuvre). Et pourtant, imaginez: un enfant qui mange  et joue proprement... Imaginez les heures en moins de corvées de lessive, de travaux de couture, et de balayage!  Finies les taches de gras et de peinture sous les poignets qu'il faut frotter, fini les pantalons troués aux genoux, fini la tenue propre du matin qui termine dans le panier de linge sale dès le soir-même, fini le ramassage de denrées alimentaires dans un périmètre d'un mètre autour de votre enfant, toutes surfaces confondues! Le rêve!...

    • ​​​​​​​L'option grasse-mat'

    ​​​​​​​Si vous n'avez pas réussi à obtenir l'option "nuit calme", tentez celle-ci. Elle est difficile à trouver mais vous permettra de récupérer peut-être quelques heures de vos nuits pourries. Attention cependant, l'option nuit calme n'est pas compatible avec l'option "grasse-mat" (dites donc vous vous imaginez que vous allez avoir une vie de patachon ou quoi?!)

     

    Voilà, j'espère que mes conseils vous seront précieux, ne tardez pas trop à passer commande, tout le monde veut son futur enfant au pied du sapin mais je vous le rappelle, pour le bébé du 25 décembre vous n'aurez pas le choix du prénom, c'est Jésus "de série".

    La prochaine fois je vous listerai  toutes les options testées et désapprouvées par les parents.

    A bientôt!

    Lire la suite

    24h dans ma vie d'empailleur

    3 Novembre 2017, 09:38am

    Publié par Zazimutine

    24h dans ma vie d'empailleur

     

    7h: mon réveil sonne. Grosse journée en perspective et pourtant, je n'ai qu'une envie: celle de me rendormir. J'ai peu dormi, réveillé cette nuit par une urgence. A 4h, le zoo a appelé pour m'informer du décès d'Apollon, leur plus vieil éléphant. Ca tombe très mal, car demain, c'est le pot de départ à la retraite du directeur du zoo. Du coup, les personnels veulent que j’intervienne très vite pour empailler Apollon, afin de lui offrir en guise de cadeau de départ. Le directeur est un homme passionné par son métier, ils craignent que la conjonction de son départ à la retraite avec le décès d'Apollon ne le rendent dépressif.

    7h15: je bois mon café sous les yeux attendris de Pirate, mon coker. Il est mort en 1998, c'était mon premier boulot en tant qu'empailleur.

    7h30: le téléphone sonne. C'est Madame Merlu. Elle me dit qu'elle va me ramener Pépette, sa petite caniche, dans l'après-midi. Elle trouve que son regard n'est pas assez sincère. C'est la 6ème fois que je change les yeux de Pépette, ça commence à bien faire!

    8h: après m'être douché et avoir enfilé mon bleu de travail, je prépare ma camionnette d'intervention pour le chantier Apollon: pelle, marteau-piqueur et tout le tralalala. Empailler un éléphant, c'est physique!

    8h15: tandis que je roule vers le zoo, mon portable sonne. Une dame me demande si j'empaille les insectes; c'est pour son petit garçon, passionné d'entomologie et profondément affecté par la mort de César, sa punaise. Je lui réponds que je n'ai pas la compétence, ni le matériel adéquat. Pour pouvoir empailler des animaux de moins de 2 cm, il faut posséder un diplôme universitaire de micro-empaillage et disposer d'un microscope électronique (une blinde!). Comme elle a l'air déçu, je lui propose de passer me déposer la punaise dans la boite à lettres après l'avoir enveloppée dans un coton d'alccol, je verrai ce que je peux faire; le truc pénible, c'est qu'il faut embaumer la bête sans l'écraser... je ne sais pas si vous avez déjà senti l'odeur d'une punaise écrasée...

    9h: j'arrive au zoo. On me conduit devant la dépouille d'Apollon. Avant de commencer mon travail, je me recueille quelques instants. Faut pas croire, bien que ce soit mon gagne-pain, je n'aime pas voir un animal mort.

    9h15: mes collaborateurs arrivent. Pour les gros chantiers comme celui d'Apollon, je ne travaille pas seul. Pour mémoire, avant d'empailler un animal, je dois le vider de ses organes; vous imaginez bien que le cerveau d'un éléphant, son foie, son coeur..., ça pèse lourd.

    10h: la cage résonne de coups de marteaux, de perceuse. Nous travaillons de bon coeur en écoutant Thriller de Michael Jackson.

    10h30: spaltch! C'est le bruit qu'on a entendu quand Gégé a percé par mégarde la vésicule bilaire. Tout son contenu s'est déversé sur lui, on s'est marré! Faut bien se détendre...

    12h: on fait une pause, de toute façon il va falloir bosser toute la nuit pour qu'Apollon soit présentable, nous avons peu de temps pour le séchage et ça ne va pas nous aider.

    12h30: mon portable sonne, nouvelle urgence. Cette fois c'est Mr Pichon qui m'appelle à l'aide. Il a été arrêté par la police pour "cruauté envers les animaux". C'est que Mr Pichon continue à sortir son chien tous les jours. Pepito, son boxer, est mort en mars 2000, mais j'ai tellement bien travaillé qu'on le croirait rendu à la vie. Mr Pichon se comporte avec lui comme s'il était encore vivant, il lui parle, lui donne à manger, l'emmène promener. J'ai installé des petites roulettes sous ses pattes pour qu'il puisse le trainer en laisse. Dans le quartier tout le monde sait que Pepito est empaillé, mais son arrestation est probablement l'oeuvre d'un fonctionnaire de police nouvellement nommé sur le secteur. Bref, je me rends au commissariat pour attester de la santé mentale de Mr Pichon.

    13h15: les gars m'appellent. Un problème sur le chantier d'Apollon. L'éléphant attendait un éléphanteau. Phénomène étrange, si l'on se souvient que c'était un mâle, et d'un âge suggérant une ménopause bien installée. Les gars proposent d'empailler l'éléphanteau en guise de "cadeau bonus" pour le gardien du zoo. Je leur demande plutôt de garder l'information pour eux, je ne suis pas d'humeur à éclaircir le mystère de l'éléphant hermaphrodite du zoo. Mais il va falloir que j'enquête, un trafic d'hormones ne serait pas très bon pour la réputation du parc.

    14h: je laisse les gars travailler sur le chantier, j'ai rendez-vous avec mon avocat. J'ai en effet une plainte sur le dos. Madame Tripoton me reproche d'avoir ridiculisé son york-shire. Effectivement, le pauvre animal, mort dans un accident de la route, était tellement abimé que je n'ai pas réussi à lui redonner apparence "canine"; j'ai fait tout ce que j'ai pu mais il faut reconnaitre que le pauvre yorkshire a désormais plutôt l'apparence d'une.... loutre! Cela dit, j'ai de bonnes chances d'échapper au procès; le procureur ne semble pas s'intéresser baucoup à cette affaire et refuse d'instruire. De plus, la pauvre bête était déjà tout à fait ridicule lorsqu'elle était en vie, j'ai des preuves en photos, alors...

    16h: je retourne bosser sur le chantier Apollon; le pot de retraite est à 19h. C'est en bonne voie, Apollon se dresse fièrement sur ses pattes arrière, reste à replacer ses yeux et à rigidifier sa trompe. Je ne sais pas encore ce que je vais faire de cet éléphanteau, peut-être le garder dans ma collection personnelle. Mais je dois me rendre à l'évidence: Apollon, malgré la taille imposante de son pénis, était pourvu d'un uterus et de deux ovaires. Je ne comprends d'ailleurs pas comment il a pu être fécondé.

    19h: nous finissons juste à temps pour faire une entrée spectaculaire à la fête de départ du directeur du zoo. Ce dernier, ému, me serre dans ses bras et remercie tout le personnel, on ne lui a jamais fait "un cadeau aussi énorme" dit-il. Je me demande comment il va faire pour amener la bête chez lui dans sa voiture, il me rassure: sa twingo est décapotable.

    20h30: je rentre enfin chez moi. Je fais une bise à chacune de mes bêtes, à défaut d'autre chose (je suis célibataire). Je relève ma boite mail. Mr et Mme De Saint Gall de la Lande Pertue me relancent encore afin de réfléchir une nouvelle fois à cette histoire d'embryons congelés pour leur renarde argentée, Marie-Clémence. La pauvre est bien malade et doit subir un traitement qui pourrait altérer ses capacités de reproduction. Le couple souhaite la faire inséminer puis congeler ses embryons afin de perpétuer l'espèce qui habille leur garde-robe depuis des siècles... Je leur réponds une nouvelle fois que je ne fais pas dans le vivant malgré la somme astronomique qu'ils me proposent. Je leur propose d'empailler les dits embryons obtenus mais je ne suis pas certaine que ma réponse les satisfasse.

    21h: je me prépare vite fait une petite assiette de crudités; toute cette viande... à force...je suis devenu végétarien.

    22h: je vais me coucher; je m'endors en rêvant qu'un jour, l'évolution des espèces permettra enfin aux hérissons de regarder à droite et à gauche avant de traverser la route...

    PS: Il n'est en rien question de se moquer des personnes dont empailler est le métier probablement fort honorable; juste une digression pour m'amuser un peu.

    Lire la suite

    24h dans la peau d'une blogueuse loose

    11 Septembre 2017, 13:43pm

    Publié par Zazimutine

    24h dans la peau d'une blogueuse loose

     

    7h: je me réveille; premier réflexe, j'allume mon téléphone, sur lequel je vérifie les stats* de mon blog, et vérifie si j'ai de nouveaux commentaires*. L'humeur de ma journée en dépend!

    7h05:  mes statistiques ont augmenté de 200%!!! (de 3, je suis passée à 6 passages sur les dernières 24h) Youpiie!

    7h10: avant de lire mes nouveaux commentaires (j'en ai deux!), je me fais couler un petit café histoire de les savourer :)

    7h15: je me rends compte que les commentaires ont été écrits par ma mère; elle a beau masquer son identité sous différents pseudo, je reconnais direct son style...

    8h: après avoir rafraîchi la page d'Hellocoton* 25 fois, je me rends à l'évidence: je n'obtiendrai aucun autre petit coeur* sous mon dernier article.

    8h10: il ne faut pas en rester là, je ne dois pas me laisser décourager. Allez j'ai 30 minutes avant de partir au boulot, je décide de publier un nouvel article, un déjà écrit, mais que je me gardais en réserve pour les moments de grande disette: "5 conseils pour garder son calme face à un rat épileptique".

    8h20: voilà, j'ai terminé. En plus j'ai une superbe illustration*: Mercury, mon rat domestique, a justement convulsé la semaine dernière; j'ai réussi à le photographier en pleine action et la photo est à peine floue, ça va le faire!

    8h30: j'attends un peu pour publier, il ne faut pas que je me retrouve dans le flot des nouveaux articles si veux me faire remarquer et sélectionner pour la une d'Hellocoton. J'hésite pour la catégorie: "famille" ou "lifestyle"?

    8h45: il faut quand même que je parte bosser, allez hop, je publie!

    9h: dans les bouchons; je rafraichis* ma page Hellocoton.

    9h10: j'arrive au boulot; je m'installe à mon bureau et je rafraichis ma page.

    9h15: mince, j'ai oublié de publier sur Instagram*! Vite, vite, je publie ma photo et un petit commentaire pour ramener les followers* sur mon blog. Oh, avec le filtre sélectionné,  ma photo de Mercury prend une teinte romantique et évoque presque une peinture de Monet!

    10h: waouh, j'ai plein de "likes" sur Instagram.

    10h15: 10 nouveaux abonnés sur Instagram!!! En revanche, je suis étonnée de trouver parmi eux au moins 3 dentistes exerçant en Floride...

    12h: je surveille la une d'Hellocoton, toujours rien.

    12h02: tiens, dans la sélection d'Hellocoton, il y a un article sur les partenariats*, une blogueuse dit qu'elle a plein de propositions, mais qu'elle a peur de perdre son âme. Au moins un problème que je n'ai pas. Ah ah ah (rire factice).

    12h05: justement, ça fait longtemps que je n'ai pas consulté la messagerie de mon blog, moi, si ça se trouve j'ai de nouvelles propositions de partenariats!

    12h07: yep, un message! 

    12h08: mince, c'est la boite qui m'a déjà envoyé des boites de petits pois gratis. Apparemment mon article vantant la qualité de leur produit n'a pas fait mouche, ils n'ont pas augmenté leurs ventes, et ils veulent que je leur renvoie les boites. Ils sont gonflés quand même, c'est qu'on les a mangés les 150 boites de petits pois nous! Même que ma fille ainée déteste ça maintenant!! 

    12h09: une nouvelle proposition, un mec nous invite à son spectacle de poney unijambiste à Sydney. L'entrée nous serait offerte mais les frais de transport à notre charge. Dommage.

    13h: nouveau message!

    13h01: Punaise, c'est un message de Catibibi, la marque pour enfants que j'adore mais qui coute un rein! Et ils me proposent de choisir une robe dans leur collection pour chacune de mes filles! Oh-mon-Dieu!! J'hyperventile!! Voilà, je savais qu'il me fallait persévérer. 4 ans que j'avale des boites de petits pois alors que je déteste ça, et ça y est, la consécration! Le bonheur c'est simple comme un bon partenariat.

    13h30: j'envoie à Catibibi ma sélection. J'ai eu du mal à choisir, tout est tellement beau!! Mes filles vont être tellement contentes, je suis bouffie de joie, je plane à 10000 mètres!!

    13h31: je reçois un message d'excuses de Catibibi, ils se sont trompés de blogueuse. La chute est vertigineuse. Je pleure.

    13h35: Bon, assez de misérabilisme. En plus, j'ai pas mangé. Heureusement que j'ai toujours sur moi une boite de petits pois.

    14h: toujours pas de réactions à mon article de ce matin, à mon avis les gens sont restés sans voix devant une telle verve.

    14h30: en revanche sur Instagram, ma photo "impressionniste" plait beaucoup!

    15h: pour me remonter le moral, je regarde mes stats du mois.

    15h01: en fait, c'était pas une bonne idée...

    15h02: je regarde mes stats depuis le début du blog: 34000 visites depuis sa création! Non mais 34000 quoi! Je regarde sur google  quelle ville a un nombre d'habitants de 34000 âmes. Réponse: Chatellerault. Je connais pas Chatellerault. Mais ça a l'air très joli.

    15h03: alors comme ça, TOUTE la population de Chatellerault est allée au moins une fois sur mon blog??!! Je dois absolument visiter Chatellerault. Aller à Chatellerault devient mon nouveau projet de vie! Là-bas, je suis incontestablement une star!

    16h30: je crois que c'est définitivement râpé pour la sélection Hellocoton aujourd'hui. C'est vraiment pas de chance, une blogueuse a été sélectionnée avec ses "10 conseils pour gérer un canari agressif", mauvais timing quoi!

    17h30: je rentre du boulot; en chemin j'ai rafraîchi ma page 42 fois.

    17h31: je regarde mes chiffres sur Instagram. C'est bizarre, malgré mes 10 nouveaux abonnements et tous mes likes, mon nombre d'abonnés a chuté, comment est-ce possible? 

    18h: 20 nouveaux likes sur Instagram!! Apparemment c'est quelqu'un qui a eu un gros coup de coeur pour mon profil :) il a liké toutes mes dernières photos à la suite!! Ca me remonte le moral.

    18h01: euh...du coup s'il aime tant que ça ce que je publie, pourquoi il ne s'abonne pas à mon compte?? Bizarre...

    19h: j'abandonne, ce blog est une erreur, je ne percerai jamais.

    19h05: c'est pas juste, je l'avais bossé mon article!

    19h10: et puis non, je suis une battante moi! Je dois réfléchir à un nouvel article, un truc qui va tout casser!

    19h15: j'ai trouvé: "DIY : mon joli tapis zéro déchet à base de cotons-tiges usagés "; Alors là si je casse pas la baraque! C'est parti!

     

    Glossaire à l'attention des non blogueurs et/ou non pratiquants des réseaux sociaux:

    - stats/statistiques: données chiffrées indiquant le nombre de visiteurs sur un blog, qu'il soit journalier, mensuel, ou même depuis la création du blog.

    - commentaires: messages laissés par les visiteurs à la fin d'un article. 

    - Hellocoton: plate-forme numérique sur laquelle un blogueur peut partager ses publications. Chaque jour, les administrateurs d'Hellocoton sélectionnent les articles qu'ils jugent les plus intéressants. C'est la fameuse "une d'Hellocoton". 

    rafraîchir sa page: chaque blogueur ayant un compte sur Hellocoton possède sa propre page; la mettre à jour régulièrement permet de savoir en temps réel si un article a été "liké".

    coeur/like: sur la plupart des réseaux sociaux et sur hellocoton, les visiteurs ont la possibilité de donner un coup de pouce à un article ou une photo qui leur a plu en "likant" l'article (il suffit généralement de cliquer sur un coeur ou sur "j'aime")

    - illustration: généralement une photo illustrant les propos d'un article publié sur un blog.

    - Instagram: réseau social reposant sur la publication d'une ou plusieurs photos, accompagnées ou non d'un commentaire plus ou moins long. Instagram permet aussi de modifier ses photos en appliquant des filtres, les rendant éventuellement plus jolies.

    - followers: littéralement, les "suiveurs", ceux qui sont abonnés à votre profil quelqu'il soit (réseau social ou blog).

    - partenariat: accord entre une marque et un auteur de blog, permettant de mettre en avant un produit fabriqué par la marque, au travers d'un article du-dit blog dédié à ce produit. Ces articles sont également dit "sponsorisés". L'auteur du blog est soit rémunéré en nature (produit offert), soit payé, soit les deux j'imagine. 

    Lire la suite

    Vis ma vie de plaquette de beurre

    26 Juin 2017, 08:09am

    Publié par Zazimutine

    Vis ma vie de plaquette de beurre

    21 juin 2017, l'été est enfin là...

    7h: la porte du frigo s'ouvre, la lumière s'allume, un courant d'air chaud s'engouffre dans la baraque. Zut, déjà? Si j'avais su, j'aurais pas la fête aussi tard cette nuit avec mes potes les Zeufs. Mes potes ils s'appellent Zone, Zou, Zri, et le plus marrant Zorglub. En fait il s'appelle Zor mais il a un look terrible avec sa coquille toute tachetée alors on l'appelle Zorglub. Je sais pas de quel cul de poule il sort celui-là mais alors il a une tête!!

    7h01: la Patronne me sort du frigo et me pose sur la table du déjeuner. C'est le moment que je préfère: elle va me gratter le ventre un bon moment pour beurrer les tartines de toute la famille la Patronne, et c'est elle qui gratte le mieux dans la famille, y a pas à dire. Elle te fait ça avec une délicatesse toute féminine, tout est dans le geste quoi! Alors que le Patron, lui, il tranche direct dans le vif tu vois? Du coup ça fait mal, alors que la Patronne, elle, elle me chatouille!

    7h30: la séance de grattage est terminée, c'était tellement bon, je me sens tout détendu, tout mou, mmmh je vais bien dormir moi!

    7h35: oui mais je préfèrerais dormir au frigo quand même

    7h40: personne n'a l'air de songer au risque vital que j'encoure si je reste à l'air libre, il fait déjà 22°C là, les gars!

    7h45: bon personne n'a l'air de s'occuper de moi...

    8h: Putain!!! Ils sont en train de partir sans moi! Je rêve, ils vont partir en oubliant de me remettre au frigo! C'est pas comme ça que je voulais finir moi, avec les zeufs on s'était promis qu'on finirait notre vie en même temps, tous ensemble, genre en quatre-quart!!

    8h02: au secoooooouuurs! Comment faire pour se faire entendre des humains quand on est une plaquette de beurre?

    8h05: la porte claque; ils m'ont vraiment laissé les salauds! Si j'avais su, j'aurais ranci et je leur aurais pourri leur petit-déj’ toute la semaine! Oh non, je veux pas mourir comme ça! J'ai envie de pleurer.

    8h06: la porte s'ouvre, la patronne me prend dans ses mains et me remet dans le frigo. Oh mon Dieu je l'aime! Mes larmes coulent sur ses doigts. Elle a pas l'air d'apprécier.

    8h07: tout le monde dort dans le frigo. Ça sent pas très bon, le Lait a du tourner.... on lui avait dit aussi de pas faire des mélanges avec le vin blanc, il est con le Lait. Ou alors c'est les Frometons, ils sont sympas mais côté hygiène, bof, c'est clair qu'il y en a qui se lavent pas tous les jours.

    8h10: je vais piquer un petit roupillon pendant que je me resolidifie, j'ai besoin de me remettre de mes émotions.

    .......

    17h30: je sens la porte claquer, la Patronne rentre avec les gobelins, la vache, j'ai dormi toute la journée!

    17h35: aaah de la lumière, une petite main potelée m'attrape, aïe, ça fait mal, ça doit être la cadette, une vraie teigne.

    17h36: Boum! Oh la chute, au moins 1 mètre! J'ai le coin droit tout cabossé, c'est malin! La patronne est pas contente, elle gronde la Teigne qui hurle. Heureusement que j'ai pas d'oreilles parce qu'à en juger par les vibrations que ça occasionne, ça a l'air douloureux.

    17h37: je retourne dans ma chambre froide.

    18h: de nouveau de la lumière. La patronne m'empoigne,  elle me pose sur le plan de travail. Oh mais je vois qu'elle attrape aussi Zone, Zou, Zri, et Zorglub, serait-ce le grand moment?

    18h05: on me jette dans un bol; mmmmhhhh, ça chauffe, c'est bon...

    18h06: quoooaaaa? Du chocolat? Je rêve, on me mélange avec du chocolat! Oh mon Dieu, même dans mes rêves les plus fous je n'aurais pas imaginé ça, on va tous mourir dans un gâteau au chocolat!

    18h07: tandis que je me liquéfie langoureusement en m'imprégnant de nanoparticules de cacao, j'entends les zeufs crier de joie: ils sont en train de se faire battre et ils aiment ça les dingos, j'ai toujours pensé qu'ils avaient un côté maso mes potes!

    18h13: c'est le moment du grand mélange avec les potes qui ont maintenant la gueule bien enfarinée; j'entre dans le robot, le fouet nous bat à 3000 tours minutes!

    18h14: woooooouuuuuuuuuh, c'est un truc de fou!!!

    18h15: je goooonfle!

    18h16: hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!

    18h17: J'ai la tête qui tourne quand même!

    18h18: Oh my God, je crois que je vais rancir!

    18h19: fini de rigoler, la Patronne nous verse tous dans un moule à gâteaux.

    18h20: passage au four. Juste un mauvais moment à passer.

    18h35: on sort du four. Je suis encore là mais plus tout à fait, je suis nulle part et partout à la fois, je sens les zeufs frémir de plaisir, on est bien là, tous ensemble. Ce soir, nous allons finir sous des palais frétillant de joie, sur des petits doigts gourmands, dans des petits estomacs repus...

    Elle est pas belle ma vie?

    PS1: Oui, je sais, c'est.... consternant...

    PS2: Encore du recyclage...

    Lire la suite

    Philosophie de comptoir

    13 Juin 2017, 07:31am

    Publié par Zazimutine

    Philosophie de comptoir

    Il se trouve que depuis 10 jours maintenant, j'ai entrepris une sorte de régime. Alors écoutez, je ne sais pas si ce régime est efficace, car je n'ai pas de balance en état de fonctionnement (ce qui n'est pas très pratique quand on débute un régime, je l'avoue), mais une chose est certaine: je maigris du cerveau. En effet, ma substance grise, probablement dans un effort désespéré de maintenir un taux de sucre suffisant en l'absence de sources extérieures (chocolat, gâteaux, et toute cette sorte de choses tellement appétissantes et bonnes, bouhouhou!!!), se liquéfie, libérant au passage quelques pensées qui s'emmêlent, s'entrechoquent, se télescopent, dans la plus grande confusion.

    Aussi, mon âme est actuellement envahie par de profondes réflexions qui occupent toute ma mémoire vive. Oh non, je dois bien reconnaître que je n'ai pas résolu le mystère de la création de l'Homme, encore moins celui du big-bang, car voici quel type de pensée m'assaille:

    • Pourquoi la sueur n'est pas transparente? Pourquoi laisse-t-elle des traces jaunes sur les vêtements blancs? Quel est l'intérêt? Est-ce un signal d'alarme pour nous avertir de la non propreté du vêtement? Ok, mais il y a déjà l'odeur, alors pourquoi rajouter de la couleur?
    • Une réflexion en entrainant une autre.... pourquoi les traces jaunes au niveau des aisselles (ou ailleurs...) d'un vêtement blanc nous dégoûtent autant? Pourquoi trouverions-nous un tournesol majestueux au milieu d'un champ de marguerites, et sales des traces de pipi dans la neige?
    • A quoi sert la poussière? La poussière n'est mangée par aucun animal et ne mange aucun animal, donc quel est son rôle dans le cycle de la vie? (à part nous emm...?)
    • Pourquoi bave-t-on pendant la sieste et pas pendant la nuit? Pourquoi le sommeil de la sieste boude le phénomène de la déglutition et nous entraine inévitablement dans des instants d'une rare intensité glamourienne (glamouroise?), et pas celui de la nuit? Mmmmh?
    • Pourquoi trouve-t-on tous les bébés mignons? Et pourquoi ne trouve-t-on pas de la même façon mignons nos collègues patauds et un peu longs à comprendre? Par ailleurs pourquoi ne trouve-t-on pas aussi les bébés araignées et les bébés serpents mignons?
    • Pourquoi, après 80 ans d'industrie automobile, les hérissons n'ont toujours pas compris qu'on ne se met pas en boule à l'arrivée d'une voiture mais qu'on déguerpit de toute la force de ses pattes, aussi minuscules soient-elles?
    • Pourquoi suis-je en train d'écrire cet article débile?

    Hein? Pourquoi? Pourquoi?

    Parce que j'ai faim!!!!!!!!

     

    Crédit photo: le penseur de Rodin, www.musee-rodin.fr

    Lire la suite

    MON festival de Cannes

    22 Mai 2017, 08:24am

    Publié par Zazimutine

    MON festival de Cannes

    Le festival de Cannes bat son plein, et le monde du cinéma vit au rythme des paillettes et des coupes de champagne avalées. Et si je me retrouvais dans la peau d'une star le temps d'une journée, ce serait comment?

    6h30: mon réveil sonne, je l'éteins en soupirant; bigre, mes draps en satin sont drôlement rêches ce matin!

    6h45: mon majordome m'apporte mon café au lit; je le trouve drôlement familier aujourd'hui, il m'a embrassée!

    7h: j'enfile mon gilet en pilou déshabillé en soie et descends déjeuner; impossible de remettre la main sur mes mules en peau de renard argenté, tant pis;

    7h02: le petit-déjeuner n'est pas prêt: pas de croissants, pas d'oeufs brouillés, pas de caviar, rien! Et je crois entendre le majordome prendre une douche dans MA salle de bains, je rêve! Le Hilton n'est plus ce que c'était! La mort dans l'âme, je me décide à me servir moi-même, je monte le tapis rouge à 9h, s’agirait pas que j'arrive en retard!

    7h15: je file prendre ma douche;

    7h30: à peine sortie de la douche, je vois passer dans le couloir deux femmes de chambre lilliputiennes, à vue de nez je dirais, respectivement 1m20 et 1m27; leur tenue de travail ressemble à s'y méprendre à un pyjama, l'hôtellerie de luxe est en crise décidément! Bref. Je décide de rester zen ce matin, s'agirait pas d'augmenter ma ride du lion avant l'épreuve des photographes!

    7h40: après m'être généreusement aspergée de parfum et enduite de gel-corps pailleté (pour les photos), je file dans mon dressing enfiler ma robe de soirée et mes escarpins. Premier constat: mon dressing ressemble à un placard. Deuxième constat: je ne vois aucune robe de soirée; je décide finalement de mettre le bustier et le pantalon en satin mis pour le mariage de M. en 2007. Il y a presque 10 ans. Je refoule les pensées qui me viennent selon lesquelles j'aurais pris quelques kilos depuis mes grossesses. Je suis une star, je remets mon jean taille 36, une semaine après avoir accouché, point.

    7h45: nuls escarpins dans mon dressing; je tombe sur la seule paire de chaussures à talons que je possède: des sandales bronzes, compensées, mises au mariage (encore!) d'un cousin en... 1999. Je savais que j'avais raison de les garder!

    7h50: je file me maquiller. Les deux soubrettes entraperçues tout à l'heure viennent m'ennuyer à la salle de bains, me demandant de les aider à s'habiller "What's the fuck?? S'agirait pas d’inverser les rôles, petites demoiselles" que je leur réponds (et toc!).

    8h05: je suis maquillée comme une voiture volée; je me précipite vers mon coffre à bijoux. Je superpose les colliers et les bracelets que j'ai fort discrets, pour plus de volume. Je finalise le tout en plantant, dans ma chevelure de reine, un petit peigne en plastique brillant gagné à une pêche aux canards (dans une autre vie).

    8h10: je pars. Devant chez moi, je surprends trois paparazzi (2 chats et un merle); j'attends ma limousine.

    8h30: j'attends toujours ma limousine...

    8h45: je me décide à me conduire moi-même dans mon scenic-limousine; rien ne me sera épargné aujourd'hui!

    9h35: je suis evidemment en retard pour la montée des marches, ils ont déjà rangé le tapis rouge. Tiens, ils ont aussi rangé les marches! A ma sortie de voiture, je dois quand même me frayer un chemin parmi la foule.... de mouettes. Je les salue d'un geste amical.

    9h36: c'est fou comme le palais des festivals ressemble à mon ancien lieu de travail. Celui de quand j'étais pas encore une star de cinéma (y a longtemps).

    9h45: me voici dans la salle de projection. C'est fou comme cette salle ressemble à mon ancien bureau, celui de quand... enfin vous savez, y a longtemps. Je me demande pourquoi je suis la seule spectatrice (ce film doit être vraiment underground), et si l'écran des salles de projection est toujours aussi petit. J'appelle l'hôtesse d'accueil, celle-là même qui a appelé la sécurité quand elle m'a vue arriver, avant de partir d'un fou-rire lorsqu'elle m'a reconnue (les fans ont parfois des réactions bizarres). Je lui demande quel film est prévu en projection. Elle me propose "Agenda" et "Dossier urgent". Bien que guère inspirée par les titres, je décide de prendre les deux.

    10h: j'arrête de visionner "Agenda", c'est ennuyeux à mourir. Je suis à deux doigts de sortir de la salle, quand le téléphone sonne. C'est mon agent. Elle me propose de renouveler mon contrat, il est question aussi d'élargir mes horaires l'an prochain. Je lui demande le montant du cachet et qui fera partie du casting. Après un long moment de silence, elle me dit qu'elle préfère réfléchir avant de me répondre et raccroche.

    11h: "Dossier urgent" manque de suspense; le scenario est vide et les acteurs vraiment inexistants (au sens propre, en fait), je renonce. C'est vraiment très très underground pour le coup.

    12h: j'attends le taxi qui doit m'emmener déjeuner.

    12h30: pas de taxi...

    13h:J'appelle l'hôtesse d'accueil et lui demande de me faire livrer un sandwich au caviar (je suis toujours en manque de ma dose matinale) avec une demi-bouteille de champagne. Il faudra vraiment que je signale au directeur du festival le manque de courtoisie de cette hôtesse, qui prétend que faire livrer des repas ne fait pas partie de ses "attributions de secrétaire". Heureusement que je suis une actrice qui a "grandi à l'école de la rue", cela me permet de ne pas tomber dans la condescendance et le mépris envers les petites gens.

    13h30: un fan se présente de manière spontanée. Je ne sais pas comment il a fait pour franchir la sécurité. Grande dame, je daigne lui signer un autographe. Je fais semblant de ne pas remarquer que la feuille qu'il me fait signer excuse son "absence aux cours ce matin"; probablement un hommage à mon dernier film, celui ou je jouais le rôle de.... enfin vous savez.

    15h: n'ayant visiblement pas d'autre projection de prévue, je décide de rentrer au Hilton me préparer pour le cocktail des stars ce soir. Je passe au Grand Journal avant.

    15h05: tant qu'à faire, autant rentrer avec ma voiture maintenant;

    16h: j'arrive à l'hôtel; je trouve que décidément, les établissements étoilés sont très surfaits, eu égard au fait qu'il n'y a même pas de réceptionniste pour m'accueillir.

    16h05: je me fais couler un bain; je vide la boite de sels de bain dedans (l'excès, la signature des VRAIS artistes);

    16h30: gommage intégral (oui j'ai dit intégral, on ne sait jamais).

    16h35: rinçage intégral (oui j'ai dit intégral, les petites billes de gommage restent collées dans les plis, tous les plis)

    16h45: après mon troisième rinçage, j'attaque la manucure des pieds

    17h15: manucure des mains en cours

    17h30: brushing; je vide la bouteille de laque; je ne sais pas s'il est normal que mes ongles attachent autant à mes cheveux...

    18h: la réception ne daignant pas  m'envoyer de maquilleuse officielle, je me maquille en suivant un tuto "maquillage de stars" sur youtube;

    18h02: le jaune sur les yeux, finalement, je ne suis pas sûre... Bon tant pis, je n'ai plus le temps.

    18h15: je réfléchis une nouvelle fois devant mon micro-dressing; je ne peux décemment pas remettre la même tenue que ce matin;

    18h30: j'opte finalement pour un costume d'homme étangement présent dans mon dressing; le côté très décalé fera de moi la star la mieux habillée du festival; youpi je vais passer dans "Elle".

    18h45: le téléphone sonne, je ne réponds pas; une star doit se faire désirer

    18h50: le téléphone sonne...

    18h55: le téléphone pleure; ça doit être un réalisateur très désireux de me faire tourner! (Spielberg?)

    19h: il me semble que répondre au bout de 4 coups de téléphone est un délai raisonnable pour une star; je décroche; c'est mon majordome, furieux. Il est question d'enfants, d'école, de fermeture de garderie, bref, du grand n'importe quoi. Il faudra que je signale à la réception la consommation inappropriée de drogues dures de la part du personnel de l'hôtel.

    19h10: je suis prête à partir pour le Grand Journal; la limousine se fait attendre encore une fois. Je me jette un dernier coup d'oeil dans le miroir. Je ressemble à un croisement entre Marilyn Manson et Charlot; ça va le faire (le buzz).

    19h15: je m'apprête à faire preuve encore une fois d'une rare abnégation dans ce milieu, en prenant ma voiture. Au moment où j'ouvre la porte pour partir, je me retrouve nez à nez avec le majordome visiblement très en colère, et les deux petites soubrettes en pleurs. Il me demande ou je vais "habillée comme ça"-"voir Michel Denisot, et veuillez régler vos problèmes de personnel rapidement!" lui dis-je d'un ton peu amène en tournant les talons. Le majordome prend tout à coup un air très fatigué et me retient par le bras; il me propose une coupe de champagne avant de partir. Il est très séduisant en réalité, avec ses petits plis soucieux au coin des yeux.. Plus que Michel Denisot. Mais moins bronzé. En plus, je n'ai pas encore bu de champagne aujourd'hui...

    23h57: je crois bien que le majordome m'a saoulée avec le champagne et que je me suis endormie sur le canapé. J'ai loupé le Grand Journal. Et le cocktail des stars. Ma carrière est foutue.

    PS1: si vous voulez lire la fois où j'ai passé un vrai casting de cinéma, c'est ici.

    PS2: oui, oui, c'est encore du blogging zéro déchet :p

    Lire la suite

    Brèves de bouchons

    4 Mai 2017, 09:07am

    Publié par Zazimutine

    Brèves de bouchons

    Mardi dernier, un petit grain de sable s'est glissé dans ma routine matinale: j'ai mis 2h10 pour effectuer le trajet jusqu'à mon travail, au lieu de 50 minutes. (Je le savais pourtant qu'en calèche j'allais mettre 3 fois plus de temps, le maréchal ferrant m'avait prévenue quand je lui avais amené mon âne à ferrer).

    Plus prosaïquement: mardi matin, je me suis retrouvée coincée une heure sur la quatre-voies pour cause de bétaillère renversée. Une bétaillère pleine de cochons. Il n'en fallait pas plus pour que mon imagination parte en vadrouille, l'ennui étant, depuis toujours, un moteur extrêmement efficace pour mon cerveau quelque peu déjanté.

    Pendant cette heure passée à attendre, j'ai réfléchi. Oh pas à l'état du monde, pas à celui de la France, non. Je n'ai pas non plus réfléchi au sens de la vie. Non, j'ai pensé aux cochons.

    Je me suis demandée où allait ce camion rempli de cochons. Il y a fort à parier qu'il se dirigeait vers un lieu où l'espérance de vie du porcin dépasse rarement quelques minutes: l'abattoir. Alors j'ai imaginé...

    Qu'est-il arrivé aux cochons accidentés? Sont-ils décédés sur le coup? Ont-ils péri des suites de leurs blessures? Les pompiers des cochons sont-ils venus les secourir? Les ont-ils emmaillotés de la tête aux pieds pour les amener aux urgences des cochons, même ceux qui s'en sortaient avec une petite entorse? (ceux qui ont bossé aux urgences une fois dans leur vie savent!). Ont-ils, comme dans Grey's Anatomy, hurlé aux internes vétérinaires qui attendaient devant l'entrée des urgences  en se racontant leur vie sexuelle: "accident véhicule lourd, cochon passager, Glasgow à 3, saturation à 60, arrêt cardiaque pendant le transport!!!!". Une interne s'est-elle mis à califourchon sur un cochon pour le réanimer?

    Et les cochons rescapés, qu'ont-ils pensé lors de cet accident? Savaient-ils qu'ils partaient pour leur dernier voyage? Ou bien s'imaginaient-ils partir en sortie-cochon à la plage? Ont-il goûté au sentiment de liberté retrouvée en s'égayant tout autour du lieu de l'accident? Ont-ils essayé de courir à toutes jambes (qu'ils ont fort petites) pour fuir leur destin? Se sont-ils sentis pousser des ailes? Ont-ils élaboré une stratégie pour s'en sortir? Ont-ils créé des groupes d'entraide, ou bien au contraire ont-ils joué le chacun pour soi?

    Le sort de ces cochons était-il une métaphore de celui des français dans l'entre deux tours (passage philosophique de ma réflexion)?

    Bref, je me suis un peu laissée emporter.

    Et puis hier j'ai lu le journal local, on y parlait de cet accident. J'ai su que 15 cochons étaient décédés dans l'accident. Qu'une centaine de cochons s'était enfuie. Que l'un d'entre eux avait percuté un fourgon arrivant en face.

    L'article ne relatait pas le sort des rescapés... J'ai envie de croire que certains cochons coulent désormais des jours heureux dans une flaque de boue au soleil... pas vous?

     

    PS: le plus important, les deux conducteurs des véhicules (la bétaillère et le fourgon arrivant en face)  s'en sont sortis indemnes; sinon je ne me serais pas permise d'écrire cet article.

    Lire la suite

    Une journée dans la peau de mes filles

    6 Avril 2017, 09:36am

    Publié par Zazimutine

    Une journée dans la peau de mes filles

    6h45 : mon réveil sonne, je suce mon pouce et me rendors.

    7h30 : Papa Ours me tire du lit ; je grogne et je me mets en boule sous ma couette ; Papa Ours me lève en s'énervant un peu.

    7h40 : je m’installe à la cuisine devant mon petit-dej, ignorant les regards surpris des 2 elfes qui me tiennent compagnie. « J’ai pas de cuillère ! » je dis. Miss Bonbon me tend sa cuillère pleine de yaourt, je la prends et la trempe dans mon chocolat. Je demande à Miss Choco de me beurrer mes tartines. Elle me répond qu'elle ne sait pas faire. "Nul!" je dis.

    8h : je ne vais pas me doucher, j’ai pas envie. D'ailleurs je vais me recoucher. Miss Choco me  crie: "tant pis maman, tu iras au travail en pyjama!", je suis vexée alors je me lève. Je m'assieds sur les toilettes en attendant que Papa Ours me prépare mes vêtements. Je commence à m’habiller; "zut, c'est la jupe grise, c'est moche comme couleur et puis j'aime pas les collants, ça gratte et ça glisse tout le temps! Et j'aime pas ce haut, ça fait ado!" Je me brosse les cheveux… ça fait mal, alors je fais seulement le côté droit. Papa Ours me fait remarquer que j’ai du chocolat autour de la bouche. "Et alors?" je lui réponds.

    8h10: je chausse mes baskets; Papa Ours me dit que ça ne va pas du tout avec ma tenue. "Mais j'ai sport!" je lui dis. Il me demande depuis quand je fais du sport sur mes heures de travail, et que de toutes façons il fallait le dire avant.

    8h20 : je monte dans ma voiture. Je conduis en sautillant sur mon siège et en faisant « vroum ! « vroum ! ». J’entends klaxonner, c’est rigolo alors je klaxonne aussi. Tout le monde klaxonne, c’est terrible !

    9h : j’arrive au travail.  Je croise ma secrétaire: j'essaie de commencer un jeu de mains avec elle mais c'est nul, elle en connait aucun, ni "Madame Espagnole", ni "je suis à Tahiti".

    9h-12h : je travaille, j’ai des rendez-vous. Je demande à un jeune homme pourquoi il a des boutons sur la figure. Un autre se met à pleurer dans mon bureau, ça m'impressionne alors je me mets à pleurer aussi. Je demande à un troisième s’il a des cartes Star Wars à échanger.

    12h: je vais m'acheter à manger. Chouette, chez Fleury-Nichon il y a du hachis parmentier!! Je retourne manger avec mes collègues. Je prends 2 cuillères, puis je repousse mon assiette. Je dis « J’en veux pluuuuus ! », puis « J’ai soif ! », puis « Je veux un dessert ! ». Mes collègues me regardent l’air consterné.

    12h30: je pars en laissant les restes de mon repas sur la table. Mes collègues me demandent pourquoi je ne débarrasse pas mon repas, "C'est pas mon tour!" je dis.

    12h45 : je retourne dans mon bureau. Je croise ma collègue V. Elle a un mis un haut qui brille. Je lui dis qu’elle est « trop belle » et qu’elle ressemble à une princesse.

    13h10 : je m’endors dans mon bureau. 13h15, on frappe à la porte, j’ai peur alors je me mets à pleurer. Je suis en retard pour mes rendez-vous de l’après-midi.

    13h15-17h : je travaille. Je suis fatiguée alors je m'énerve et pleure pour un rien.

    17h : je pars du travail. Je n’ai plus très envie de rigoler au volant.

    18h : j’arrive à la maison. Papa Ours ne travaillait pas aujourd’hui, il est allé chercher les filles à l’école. Je me jette dans leurs bras quand je les vois et je leur raconte toute ma journée en moins d’une minute, surtout les choses importantes comme le haut qui brille de ma collègue V. Je dis que je veux le même. Je dis que je veux goûter. Je veux une compote « à la gourde » (c’est bon la gourde !), et des barquettes 3 chatons.

    18h30 : j’ai fini de goûter, je dis aux filles « On va jouer? ». Papa Ours me demande si j’ai l’intention de prendre ma douche enfin. Je crie « Nooooon ! Pas tout de suite, j'ai pas eu le temps de jouer!!». On joue avec les filles, c’est trop chouette ! Miss Choco fait pas comme je lui dis alors je la tape ; Miss Bonbon m’arrache un playmobil des mains, je crie et lui dis que je suis plus sa copine de toute la vie ! Papa Ours arrive, alerté par nos cris. Il me dit que je ferais mieux d’aller me laver plutôt que d’exciter nos enfants. Je dis « attends, je finis mon puzzle !» Papa Ours s’en va en disant qu’il a autre chose à faire que de gérer 3 enfants au lieu de 2, et que cette histoire de blog va nous rendre fous. Je le rattrape en pleurant et en disant que je veux prendre ma douche.

    18h45 : Je vais à la douche. Je m’amuse à faire couler l’eau longtemps sur la porte de la douche, je fais des dessins avec mon doigt dans les gouttes. J’aligne les produits de toilette bien comme il faut dans le bac à douche, je construis une maison avec les gants en guise de toits. Je me lave, un peu. Je me rince et je crie « J’ai fini ! ». Papa Ours arrive et me signale que je ne suis pas rincée ; je lui dis que je n’arrive pas à me savonner le dos. Il soupire.

    19h : je sors de la douche, je m’essuie et j’essaie de grimper sur la commode mais elle bascule sous mon poids. Je me mets en pyjama.

    19h15 : Je vais à table. Je mange 2 cuillères et je dis : voir repas de midi. J’ai plus faim pour les légumes mais je veux du fromage et une crème au chocolat. Je joue avec mon fromage, je fais voler mon fromage. Papa Ours me gronde et me dit que je ne donne pas le bon exemple aux enfants.

    19h45 : Je vais chercher un livre d’histoires, un gros. Papa Ours lit leur histoire aux filles mais refuse de me lire la mienne, il dit que je sais lire alors que c’est même pas vrai.

    20h30 : Papa Ours dit aux filles que c’est l’heure de se préparer pour le coucher alors je vais vite me cacher sous les coussins du canapé. Puis je pousse tout le monde pour aller aux toilettes la première, je lis le prospectus de LeroyMerlin à l’envers, je parle à mon pipi en lui disant qu’il peut sortir. Ca dure jusqu’à ce que Papa Ours me hurle de sortir pour laisser la place aux enfants qui tambourinent à la porte.

    20h45 : je vais à la salle de bains ; je suis trop fatiguée pour me brosser les dents alors comme Papa Ours refuse de m’aider, je ne me brosse que les dents du bas, celles de devant, en chantonnant. Puis je me lave les mains. je rince longtemps. Je ferme la bonde du lavabo et je joue avec l’eau.

    21h : Je vais au lit. Je veux une chanson. Je demande qu’on laisse la porte ouverte avec la lumière de la salle de bains allumée. Je rappelle papa Ours parce que ça me gratte à la jambe. Puis parce que j’ai soif. Je fais des cabrioles dans mon lit en attendant que le sommeil vienne. J’appelle Papa Ours parce que je me suis fait mal.

    21h30 : Je m’endors.

    4h : Je me réveille, j’ai fait un cauchemar alors je me lève pour aller dans le lit de… ah mais j’y suis déjà ! Je me rendors soulagée à l’idée que ce n’était qu’un mauvais rêve. Je rêvais que j’étais une grande fille et que demain matin je devais aller travailler pour de vrai et que ce n’était pas rigolo du tout.

     

    Je vous avais prévenu que j'allais recycler certains vieux billets! Voici le premier recyclage, un peu remis au goût du jour ;)

    A bientôt!

    Lire la suite

    1 2 3 4 > >>