Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Touzazimutin

enfants

Amours enfantines

5 Juin 2014, 14:37pm

Publié par Zazimutine

Amours enfantines

 

Depuis quelques temps, à la maison, on parle beaucoup mariage. Pas de celui de mon compagnon et de moi-même, non, plutôt de celui de miss Bonbon. Depuis quelques mois, en effet, ma cadette a un "amoureux", un "copain", un "mari" comme elle dit. Elle ne parle que de ça, et surtout de son futur mariage avec L., ce fameux jour où elle aura une robe "avec des manches à ballons", et "une tresse jusqu'à parterre faite par maman" (?). Même que sa soeur, Papa Ours, et moi-même, sommes invités (ouf!).

Jusqu'à présent, j'avais plutôt mon futur gendre à la bonne. L. est d'origine anglaise, ce qui, déjà, aurait tendance à me plaire, car je suis très United Colors. Et puis j'aime beaucoup les Monty Python, l'humour anglais en général, et tout ce qui est "so british" (le thé, le cheesecake, Olivier Minne...). De plus, L. semblait être un petit garçon bien sous tous rapports: sage en classe, joli garçon, parfait.

Je le soupçonnais tout de même d'être un brin fétichiste. Chaque matin, je coiffais miss Bonbon à l'aide d'une barrette ou d'un élastique; lequel accessoire disparaissait tout aussi systématiquement dans les mains de L. selon ma fille. Le gamin qui fait une collection de barrettes et d'élastiques à cheveux appartenant à ma fille, quoi! Un peu glauque... mais j'avais décidé de mettre cette "originalité" sur le compte de ses ascendants britanniques et lui pardonnai volontiers.

Et puis un jour, patatras! Miss Bonbon me confie pendant la douche qu'aujourd'hui, le jour où elle avait mis son joli tee-shirt bleu, celui avec la baleine rose imprimée devant, Mr L. lui a dit qu'elle était "pas belle". Tout en ramassant les morceaux de mon coeur éparpillés dans la salle de bains, je lui demandai si ça l'avait rendue triste. Devant sa petite mine déconfite, j'ai ravalé ma colère. Et tout en me promettant de ne pas donner suite à mon envie de suspendre L. par les noisettes à son porte-manteau la prochaine fois que je le croiserais à l'école, je me suis dit que les enfants étaient bien cruels entre eux.

Les amours enfantines, c'est cash. Un jour, je t'aime, un jour je t'aime plus. Finalement je préfère ta copine. J’hésite entre toi et l'autre. Pas d’hypocrisie, pas de mensonge, on vit la relation dans l'instant. Quitte à fracasser les coeurs.

Je me suis dit que quand même, il valait mieux être adulte parfois. Et puis je me suis souvenue. De ce petit ami qui me disait que les filles étaient périmées à 25 ans (j'en avais 24); qu'au-delà d'une taille 38 il "ne pouvait pas".

Mais revenons à nos enfants.

Je me demande ce que ressent miss Bonbon pour son "mari". Je ne suis pas très sûre qu'il s'agisse d'amour, pour elle, au sens où nous l'entendons. Je veux dire, les papillons dans l'estomac, le coeur qui bat la chamade... Je crois que ce qu'aime miss Bonbon, au fond, c'est surtout l'idée de se marier. D'avoir quelqu'un qui lui permettra d'être la princesse d'un jour, robe de mariée, couronne de fleur, et compagnie. Mais que sa déception que le-dit L. lui fasse faux-bond équivaudrait à tous les chagrins d'amour.

Je me souviens moi-même d'avoir ressenti cela en maternelle. J'allais me marier avec François S. c'était évident. Un jour, François m'a dit qu'en fin de compte, il hésitait entre moi et son amoureuse espagnole. Ca m'avait brisé le coeur. Pas tant parce que ça sous-entendait qu'il en aimait une autre que moi. Mais parce que cela brisait mon rêve de petite fille.

En tout cas une chose est certaine: miss Bonbon n'a plus jamais voulu remettre le tee-shirt à baleine.

Lire la suite

En goguette avec les "petite section"

19 Mai 2014, 13:39pm

Publié par Zazimutine

En goguette avec les "petite section"

 

Il y a de cela environ 1 mois, j'ai accompagné miss Bonbon et sa classe de petite section, lors d'une sortie scolaire à la ferme. J'avais déjà expérimenté la sortie scolaire avec ma fille ainée en moyenne section, mais c'était une première pour ma cadette. Petite section, 3-4 ans, une tranche d'âge qui me fait tout particulièrement craquer, au sens fondre je veux dire, encore que... les deux sens peuvent s'appliquer parfois...

Récit donc de cette expérience extrêmement enrichissante:

6h30: je me lève; je fais couler 2 cafés, un début de journée très banal. Au moment d'avaler mon petit noir bien serré, je me ravise et le donne à Papa Ours. Je pense soudain à la pénible idée d'une envie pressante de faire pipi pendant la sortie, et je n'ai aucune envie de demander à un gamin qui rit de façon hystérique à chaque "caca-prout" qui sort de la bouche d'un camarade de me "tenir la porte".

7h: avant la douche, je passe en revue les points susceptibles de me valoir des remarques désobligeantes des petits d'homme (on me la fait pas!). Je relève quelques problématiques:

-suite à ma dernière coloration végétale ascendant bizarroïde, j'ai le crâne orange...

-sur le visage, un rubicond bouton a éclos cette nuit...

-on voit mon soutien-gorge par transparence sous mon tee-shirt...

Un shampooing, un correcteur, et un gilet hermétiquement fermé plus tard, je suis prête à partir; il est 7h35. Ah c'est vrai, j'accompagne ma fille et celle-ci dort toujours...

8h45: nous sommes dans la classe. La maitresse me donne la liste de "mes enfants" pour la matinée, 3 au lieu de 4, épidémie de varicelle oblige. Dont ma fille. Et Ilona, dont j'entends parler à longueur de temps par miss Bonbon, sur un ton plutôt péjoratif: Ilona mange de la terre, se roule dans les flaques d'eau, n'écoute rien, fait beaucoup de bêtises... "Faites attention, elle s'enfuit facilement!" me dit la maitresse. Du coin de l'oeil, je vois les autres mamans me regarder avec pitié, visiblement, je ne suis pas la seule à entendre parler d'Ilona à la maison; "ça va aller?" rajoute l'instit; je fais mine que oui. Intérieurement, je me liquéfie.

9h: départ de la classe pour le car. Ilona part comme une fusée. Ca commence bien... Je lui cours après tout en vérifiant derrière moi que les deux autres sont encore dans mon champ de vision.

9h15: tout le monde est installé dans le car et attaché.

9h20: les enfants s"impatientent, râlent, "c'est loin la ferme!"- et l'universel "c'est quand qu'on arrive?"

9h25: j'écoute, fascinée, Loris m'expliquer que lui, il y est déjà allé à la ferme et qu'il y a un bouc et que "le bouc, ça pue, hin hin hin hin" (il est mort de rire Loris!)

9h30: nous arrivons ENFIN à la ferme, c'était loin, au moins 15 minutes de trajet. Le temps est splendide!

9h45: la visite commence, menée par une fermière ex-instit très chouette et rigolote. Nous allons d'abord rendre visite aux chèvres. 2 groupes d'enfants se forment: les trouillards (ma fille notamment), et les intrépides (Ilona). Ilona est visiblement une amie des animaux. Je l'arrête, d'ailleurs, juste avant qu'elle ne tente de mettre sa tête dans la gueule du bouc, tel au cirque le dompteur face au lion.

Nous allons ensuite faire une mini balade dans la forêt pendant laquelle je sue sang et eau à surveiller Ilona comme la peste sur le choléra (j'aurais pu dire le lait sur le feu mais c'est banal). C'est en effet la seule enfant à avoir tenté de mettre dans sa bouche une baie empoisonnée, malgré les mises en garde de notre hôte. Tandis que je me penche vers elle pour extraire la baie de sa main, je constate l'empreinte olfactive laissée par le bouc lors du passage de sa gueule près de la tête d'Ilona. Il a raison Loris, ça pue le bouc (hin hin hin hin).

Nous nous dirigeons ensuite vers les lapins et les cochons-dindes, les moutons, puis les ânes. Ilona est effrayée par le bram du cerf. En fait c'est un âne et il braie mais ça fait peur pareil (j'ai un doute sur la conjuguaison du verbe braire- j'ai aussi un doute sur la signification du mot braire- j'espère que l'âne ne roucoule pas sinon je vais avoir l'air con).

C'est le moment de rendre visite aux poules, coqs et canards. Je donne à manger à un canard dans une petite coupelle. C'est drôle, avec son mouvement saccadé de la tête pour attraper les graines dans le bol que je lui tends, ça fait un peu comme si je tenais un marteau-piqueur. Même si j'ai jamais tenu de marteau-piqueur.

11h: après toutes ces émotions, c'est l'heure du bordel, enfin, du quartier-libre pour les enfants. Il y a plein de petits jeux, des tracteurs, des vélos, une maisonnette. Certains gamins ont envie d'aller au petit coin et j’accompagne donc une farandole d'enfants jusqu'aux toilettes sèches. Ca les impressionne, ça, les toilettes sèches, ça fait pas propre. Ilona, elle, adore. Je vais devoir l’accompagner à 3 reprises. Elle fait 3 gouttes mais adore verser une seau entier de sciure après sa petite commission.

11h30: les enfants commencent à avoir du mal à gérer leur faim/fatigue/émotion, comme on dit poliment. C'est le moment de changer d'activité et de commencer le pique-nique. Ilona sort toutes ses victuailles et mange en même temps son sandwich, sa banane et son fromage. L'Atsem me rassure "ça se mélange dans l'estomac", et puis elle est comme ça Ilona, il faut la laisser vivre son repas. Je l'observe avec bienveillance. J'aime moins quand elle me tend généreusement un petit bout de sandwich mâchonné, ou lorsqu'elle essaie de me piquer mes chips juste après avoir essuyé son nez avec le revers de sa main.

Pendant le repas, je tombe sous le charme du petit Pierre, qui me couvre de "s'il te plait merci", et qui ne commence pas son repas sans s'être assuré que tout le monde a à manger parce qu' "il faut partager" (il me faut immédiatement le numéro de téléphone de la mère de ce gosse!). Et qui, cerise sur le gâteau, a une conversation très rafraichissante, comme la fois où il a vomi en Allemagne... (il faut faire attention avec les bretzels!)

Après le pique-nique, nouveau temps de bordel, quartier libre. Ilona a disparu. Je vais la chercher/la trouver/la déloger une nouvelle fois, aux toilettes.

12h15: nous remontons dans le car; je me retrouve avec un nouvel enfant: Esteban a égaré son groupe et je l'adopte aussitôt. Je le trouve choupinet Esteban, perdu dans son anorak 10 fois trop grand et sa valise haute comme lui qu'il tire comme un forcené.

12h30: nous voici de retour à l'école. "Et maintenant on va manger à la cantine!" disent les enfants. Enlevez un point de repère à un enfant de 3-4 ans et tout son monde est dépeuplé. Je sens une légère note de désappointement lorsque la maitresse leur explique qu'ils vont aller directement à la sieste. Quant à moi, je récupère ma fille et nous rentrons à la maison.

13h: chez nous, je mets un matelas parterre dans la chambre de Miss Bonbon. Des fois qu'elle aurait envie de s'allonger. La sieste c'est niet, mais le matelas parterre c'est pas pareil. Je la laisse faire son temps calme dans sa chambre tandis que je m'allonge sur mon lit. Je me sens vidée de toutes mes forces tout à coup. Je m'endors, tout comme ma fille...

2h30 plus tard, le réveil est douloureux: j'ai mal à la gorge et j'ai de la fièvre.

J'espère que c'est pas la varicelle...

PS: tous les noms des enfants ont bien sûr été modifiés

Lire la suite

Mes filles préfèrent les blondes

2 Avril 2014, 20:08pm

Publié par Zazimutine

Mes filles préfèrent les blondes

 

Avant toute chose, je veux éclaircir mon propos: je n'ai rien contre les blondes. Au contraire. J'ai moi-même pas mal d'amies blondes, et sincèrement je les trouves toutes... gentilles. Et puis elles sentent bon. Bon d'accord je déconne. Je n'ai pas d'amies blondes. 

En vrai, ma mère est une blonde originelle, mon frère est un blond original... bref, definitely, je n'ai rien contre les cheveux jaunes. (J'aime bien utiliser des mots anglais, genre comme si j'avais longtemps vécu aux States, sauf que je n'y ai jamais mis les pieds).

Mais revenons à nos moutonnes blondes.

J'ai remarqué depuis un petit moment déjà, que mes filles n'ont de cesse de s'extasier sur les cheveux des copines, surtout lorsqu'ils sont longs, surtout lorsqu'ils sont blonds (on pourrait presque en faire un poème). Combien de fois ai-je entendu "han, machine, elle a des beaux cheveux, elle a des cheveux jaunes, comme la Belle au bois dormant!" (ou Cendrillon, ou Raiponce, faites-votre choix messieurs-dames!). Et je dois dire que ça m'agace un tantinet. Parce que merde, je ne suis pas blonde. Je suis on ne peut plus brune, tout comme Papa Ours et une bonne partie de notre entourage. Je me demande donc d'où vient cette vénération pour les blondes. Hélas, il ne faut pas chercher bien loin: je citais plus haut Cendrillon, Aurore, Raiponce, mais aussi la fée Clochette, petit blonde maligne, et même tout dernièrement la Reine des neiges, et je ne parle même pas de celle-dont-on-ne-doit-pas-citer-le-nom (ça commence par un B et ça a des mensurations de folie). Certes il y a les rousses flamboyantes Ariel (la petite Sirène) et plus récemment Rebelle, mais toujours pas de brunes. Vous allez me dire: oui mais Blanche-Neige, oui mais Tyana (la Princesse et la Grenouille). Oui d'accord. Voilà, on a cité les deux princesses non blondes/non blanches de la galaxie enfantine.

Au-delà du constat que mes filles ne vénèrent pas la couleur de mes cheveux, ce dont je me fiche éperdument, je m'interroge sur la notion de modèles. Alors non, je ne vais pas me lancer dans un billet philosophique mais tout de même, quel genre de modèles donnons-nous à nos enfants? Je veux dire, à leur âge ça n'a aucune incidence, du moins je l'espère, mais plus tard? Nous avons toutes été ados, nous avons toutes été complexées. Par rapport à quoi? A un modèle. Celui d'une femme, mince, jeune, avec une poitrine généreuse. Nous savons toutes quel genre de retentissement cela peut avoir dans nos sociétés très friandes de l'apparence, l'anorexie mentale n'en étant qu'un exemple parmi d'autres. Donc si la culture de l'apparence pouvait épargner encore un tout petit peu mes fillettes, oui, j'aimerais bien.

Deuxième réflexion: il y a peu de temps, au moment des JO, nous avons regardé les filles et moi, le patinage artistique. La discipline qu'elles préféraient étaient le "simple dames". Et pour cause, des costumes à paillettes, des chignons en veux-tu en voilà, des  patineuses princesses! Leur préférée était bien entendu une blonde américaine peroxydée. Puis est venue la française, une magnifique fille à la peau noire. J'ai expliqué à mes filles que c'était notre compatriote et qu'il fallait la soutenir. Ce à quoi la réponse a été: "oh non, elle est pas belle, j'aime pas sa peau". Et pourtant hein, mes filles connaissent et adorent Kirikou, miss Bonbon a une copine métisse, ce n'est pas comme si elles vivaient dans un monde complètement fermé à la diversité. Mais la peau noire, les cheveux noirs, ne semblent pas correspondre à leurs modèles. Alors j'essaie de leur expliquer. En espérant que ça leur passera.

Après tout, quand j'étais petite, je disais souvent que sous mes cheveux bruns et bouclés, j'étais en réalité "blonde avec des tresses". Finalement par la suite je n'ai jamais regretté de ne pas être blonde.

Lire la suite

Miss Bling-Bling

1 Avril 2014, 11:09am

Publié par Zazimutine

Miss Bling-Bling

 

Je ne sais pas si c'est le fait d'être née sous le septennat de qui-vous-savez, mais ma fille cadette aime visiblement tout ce qui brille. Faisant mentir le fameux dicton selon lequel "tout ce qui brille n'est pas or", pour elle, "tout ce qui brille est diamant".

Pour devenir une véritable miss Bling-Bling, 5 étapes:

1) Amasser

Quand on aime, on ne compte pas. Alors, on essaie de recueillir le plus possible de diamants. Il faut la voir s'extasier devant de minuscules petites perles scintillantes. Perles qu'elle garde avec elle, le plus longtemps possible, comme si elle avait peur qu'on lui vole. Il m'arrive de retrouver un de ces "diamants" caché au creux de sa paume pendant son sommeil. Perles, mais aussi sequins, strass, autocollants brillants, petits bouts de verre poli, tout est bon pour agrandir sa collection. L'autre jour, elle a même qualifié de diamant un minuscule confetti de papier trouvé parterre (comme ceux que l'on trouve dans une perforeuse), et l'a gardé précieusement tenu entre son pouce et son index, de l'école à la maison.

2) Se montrer

Plus c'est gros, plus c'est beau! Sa couronne de princesse sertie de pierres précieuses, ses boucles d'oreilles et sa grosse bagouse gagnée à la pêche aux canards... Du brillant, du scintillant, oui, mais du voyant!

Et plus il y en a, mieux c'est. On met tous ses bijoux en même temps. Ainsi que sa robe de princesse. Et ses mules à talon en plastique gagnées à la pêche aux canards. Le plus tôt possible, genre, tout de suite après le petit-déjeuner (et encore, parce que nous avons instauré des règles dans cette maison: pas de robes de princesses à table!)

 

Miss Bling-BlingMiss Bling-Bling
princesse du matin, princesse du midi...princesse du matin, princesse du midi...

princesse du matin, princesse du midi...

 

3) Se vanter

Il faut entendre miss Bonbon parler à ses copines de sa "collection de diamants". Et l'avoir vue frétiller d'impatience à l'idée de pouvoir enfin la montrer lorsque les dites copines sont venues à la maison pour son anniversaire.

4) Déclamer

"J'adoooore les diamants, et aussi un peu les perles, mais quand même... je préfère les diamants!!"

5) En vouloir, encore et encore

Même lorsqu’on n'est pas difficile sur la qualité des gemmes, on n'en a jamais assez. On va donc consciencieusement arracher les autocollants brillants sur une couronne confectionnée par sa grande sœur à l'occasion de la fête des Rois. Quitte à créer un incident diplomatique majeur. Dois-je y voir un prémice du vol à l'arraché?

 

Évidemment, cette passion est des plus délicates pour nous autres, parents... elle va bien finir par distinguer le faux du vrai et vu le cours des pierres précieuses, s'il faut combler ses attentes à chaque anniversaire, nous devons sérieusement commencer à économiser. Il ne nous reste plus qu'à espérer qu'elle s'orientera vers une démonstration de luxe plus subtile... ou abandonner totalement son ascendant bling-bling.

Dans le fond peut-être que je m'inquiète pour rien. Peut-être qu'il faut au contraire exploiter le filon et la pousser à affiner sa passion pour les joyaux...  c'est vrai, imaginons-nous dans quelques années :"ma fille, celle qui est diamantaire en Suisse..." Pour nous qui n'aurons probalement pas droit à une retraite avant l'âge de 127 ans et 8 mois, ça peut aider...

Lire la suite

Le syndrome du cerveau baladeur

22 Mars 2014, 15:58pm

Publié par Zazimutine

Le syndrome du cerveau baladeur

 

L'autre matin, tandis que j’observais ma grande fille parler toute seule pendant le petit-déjeuner (mais je suis habituée et non, je ne m'inquiète plus, après tout, cette petite est sortie des entrailles d'une nana qui disait adieu à chacun de ses petits pois avant de les manger), celle-ci me fit soudain une révélation fracassante que je ne peux décemment pas garder pour moi: son cerveau a une vie propre et autonome, c'est-à-dire indépendamment du corps de petite fille dans lequel il a été enfermé. La preuve: son cerveau est un garçon. Même qu'il s'appelle Clément. Mais le plus important, c'est que, de temps en temps, son cerveau part se balader. Ouaip! En vadrouille la cervelle, son petit baluchon et hop-"un kilomètre à pied, ça use, ça useuh...."  et ce, "parfois plus de 24h", ce sont ses propres mots. Je ne sais pas si vous comprenez l'importance de cette information, car je suis certaine que ça ne touche pas que ma fille, c'est un truc propre à l'enfance, c'est évident.

Alors je vais répéter pour que ce soit bien clair: de temps en temps, le cerveau de nos enfants est absent de leur tête pendant plus de 24h! Ca y est vous y êtes? Vous comprenez la conséquence de cette révélation?

Et je vais enfoncer le clou en vous donnant cette autre information de ma fille, selon laquelle son cerveau part parfois habiter dans d'autres têtes avant de revenir dans la sienne....

A bien y réfléchir, cela explique bien des choses dans le comportement de nos enfants. Pour ma part, je pense que le cerveau de ma fille ainée investit bien souvent la tête de sa petite soeur (tandis que celui de cette dernière part je ne sais ou... certainement dans la tête d'une princesse...). Cela expliquerait pourquoi je n'arrive jamais à avoir mes deux filles conciliantes en même temps par exemple. Il semble en effet depuis quelques années, s'être installée une espèce d'alternance entre les deux: quand l'une est sage, l'autre est insupportable et le lendemain (la semaine suivante, le mois suivant...) on change. Ca explique aussi cette sensation récurrente et fort pénible de, comme le dit cette expression désuète mais très juste, "pisser dans un violon". Encore que... je n'ai jamais essayé une telle chose, mais j'imagine assez aisément à quel point l'on doit ressentir une espèce de questionnement désespéré sur le sens de la vie ... à pisser dans un violon. Comme quand vous expliquez pourquoi vous aimeriez que votre fille se dépêche et qu'elle semble prise soudain d'un ralentissement psychomoteur aigu. Ou bien lorsque vous avez passé 5 bonne minutes à donner des consignes de sagesse avant d'entrer dans un magasin et qu'elles sont transgressées aussitôt. Ce n'est pas de votre faute, ni de celles de vos enfants, c'est juste que leur cerveau est parti se balader (les deux en même temps, oui, cela aussi arrive souvent).

C'est un grand soulagement au fond. Non, notre éducation n'est pas défaillante, oui, nous sommes de bon parents. D'ailleurs je m'assure désormais de la présence cérébrale avant de demander quoi que ce soit d'un peu complexe à mes filles (du genre: tu vas faire pipi+tu te laves les mains+avec du savon+tu les essuies). Ce qui m'évite une dépense considérable d'énergie, salive et autres. Si je vois que la bête est absente, je diffère.

Finalement, je me demande si ce syndrome du cerveau baladeur n'atteint que les enfants.... cela pourrait expliquer bien des comportements, vous savez du genre "retournement de veste" parmi nos politiques... Le cerveau de cet ex-comique qui s'est mis à flirter avec les discours les plus nauséabonds ne serait-il pas parti se balader un peu trop longtemps dans la tête de la présidente de ce parti dont je préfère taire le nom? On peut se poser la question.

A bon entendeur.

PS: ne vous inquiétez pas, je ne vais pas prendre l'habitude d'illustrer mes billets, c'est juste que... j'adore dessiner des cerveaux ^_^

Lire la suite

La fête des 4 ans

4 Mars 2014, 22:25pm

Publié par Zazimutine

La fête des 4 ans

 

Chaque année pour les anniversaires de nos filles, nous faisons un petit quelque chose avec la famille géographiquement proche, mais jamais encore nous n'avions fait d'anniversaire avec les copines. Nous attendions que les filles soient demandeuses, et comme ça n'avait pas été le cas pour miss Choco, nous en étions resté là. Mais voilà que miss Bonbon nous avait fait part, il y a déjà un bon moment, de son désir d'inviter 4 copines de sa classe à la maison pour ses 4 ans. Et que nous avions accepté.

Certes, j'étais un peu inquiète, nous vivons en appartement, je ne suis guère habituée à gérer un groupe d'enfants, et je me posais pas mal de questions aussi sur la gestion de parents que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam. Allaient-ils partir vite ou vouloir voir comment nous nous en sortions avec leurs enfants? Qu'est-ce que nous allions bien pouvoir leur dire, ma timidité légendaire et moi-même? Y allait-il avoir des chagrins à leur départ? Etc etc... Mais comme chaque fois qu'un truc me turlupine, et forte de mes résolutions 2014, le meilleur moyen de m'en sortir est de me jeter à l'eau sans respirer, les yeux fermés, les oreilles bouchées et... bref, une fois les invitations lancées, il ne restait plus qu'à agir, et puis on verrait bien.

Finalement, c'est 5 copines qui furent invitées et à mon grand étonnement, toutes répondirent présentes. Avec mes 2 filles, c'est donc de 7 enfants dont il allait falloir s'occuper, dont 6 de 3-4 ans.

Je me suis donc renseignée à droite à gauche, auprès de mes copines plus expérimentées, mais aussi sur des blogs où les articles sur les fêtes d'anniversaires sont légions.

Nous décidâmes donc que la fête se tiendrait le 1er mars entre 15h et 17h. Pour une première fois, 2h me semblait un bon début.

Côté déco, j'avais fait hyper sobre. Evidemment, ma folie des grandeurs habituelle m'avait fait rêver d'une déco beaucoup plus girly mais j'ai une fois de plus, j'ai manqué de temps. J'avais juste accroché quelques ballons ici et là, argent et rose à pois, commandés sur le site mysweetboutique (repéré sur de nombreux blogs, notamment mercipourlechocolat et marjoliemaman). J'avais aussi fabriqué deux pompons en papier de soie que j'avais accroché au plafond. Au départ j'avais prévu d'en faire une dizaine mais bon euh... voilà. En tout cas, les pompons en papier de soie, c'est hyper simple et rapide à faire et le rendu est vraiment très chouette. Internet regorge de tutos pour les confectionner, il suffit de taper sur google "DIY pompons papier de soie" et le tour est joué. Et j'ai dépensé 0 euros puisque je garde tous les papiers de soie que je reçois, et même froissés, le rendu est parfait. Si j'ai un petit conseil à donner, c'est de prévoir l'accrochage si on souhaite les faire pendre du plafond, car une fois ficelés, on ne peut plus passer un lien. Et c'est nettement moins joli si on passe le lien ailleurs qu'au centre, je ne sais pas si je suis bien claire mais pour plus de précisions, je suis à votre disposition.

La fête des 4 ansLa fête des 4 ans

 

J'avais acheté sur le même site quelques jolis verres, pailles et autres cuillères. J'adore tout particulièrement les petites cuillères à  pois, réutilisables qui plus est (ce qui n'est pas le cas des adorables pailles en carton, logique en même temps!).

J'avais également pris des bocaux en plastique qui ne sont pas sans rappeler les bocaux d'épicier: remplis de bonbons, l'effet est très chouette et face à de petites mains avides, on ne risque pas la casse!

La fête des 4 ans

 

Concernant le goûter d'anniversaire, on m'avait prévenu de ne pas trop en faire, dans la mesure où les enfants préfèrent souvent s'amuser que manger. A part les bonbons, j'avais donc juste prévu un gâteau au chocolat tout simple que j'avais essayé de personnaliser sur le thème princesse tant aimé de Miss Bonbon. Et franchement, j'avoue que je suis assez fière du résultat, surtout pour quelque chose d'aussi simple: j'ai juste imprimé une silhouette de princesse que j'ai découpée, puis je l'ai posée sur le gâteau et saupoudré autour de sucre glace. J'ai enlevé la silhouette et tadam! Evidemment ça aurait été plus joli sur un joli glacage au chocolat mais je voulais faire un gâteau le plus simple possible pour que les enfants le mangent. Le plus dingue c'est que je n'ai même pas piqué l'idée sur un blog pour une fois, oui parce qu'un inconvénient à fréquenter la blogosphère, c'est de se retrouver à suivre toutes les modes... mais là non! Bon d'accord j'arrête l'auto satisfaction, c'est pas comme si j'avais inventé les antibiotiques non plus...

mon gâteau princesse

mon gâteau princesse

 

Ensuite il fallait bien sûr réfléchir aux activités.

Sur les conseils des copines, j'avais donc prévu:

-une chasse au trésor; pour cela Grand Maman Ours m'avait prêté un jeu de chasse au trésor tout prêt (Oxybull) où le principe consistait à reconstituer un puzzle. Chaque morceau de puzzle était caché dans la maison, et chaque cachette était trouvée à l'aide de devinettes. Une fois le puzzle reconstitué, on pouvait trouver l'endroit où était dissimulé le trésor. A la réflexion, on peut bien entendu faire la même chose sans jeu "tout-prêt", du moins si l'on a eu le temps de le préparer et une fois de plus, ça n'a pas été mon cas.

Le trésor était un gros sac contenant des pochettes individuelles nominatives dans lesquelles j'avais glissé toutes les cochonneries dénichées au Casino du coin 1h avant le début de l'anniversaire (oui, je suis décidément une organisée-née!): mini-smarties, sucette, sifflet et Kinder Barbie!

-la course aux oeufs, prêté là aussi par Grand Maman Ours. Oui parce que je suis courageuse mais pas téméraire, le principe de marcher le plus vite possible en tenant un faux oeuf dans une cuillère me convenant donc beaucoup plus que la version pas chère/maison.

-une activité créative de couronnes à décorer, que l'on peut trouver un peu partout; j'avais trouvé les miennes chez Oxybull.

- au milieu de tout cela étaient bien sur prévus le goûter et l'ouverture des cadeaux, censés occuper tout ce joli monde quelques minutes

Finalement, voici le récit des évènements: tout le monde est arrivé vers 15h.

Le temps que les parents s'en aillent, que tout le monde soit bien à son aise, nous n'avons démarré la chasse au trésor qu'à 15h30. J'ai fait asseoir toutes les petites filles autour de moi sur le tapis et leur ai expliqué le principe du jeu. Et là, grand moment de gloire pour moi: toutes ces petites filles suspendues à mes lèvres et répondant d'une seule voix à mes questions "Ouiiiii!!!", "Noooooon!", je me suis sentie comme une... comme une.... maitresse! Et c'était très chouette! Mais ça n'a pas duré.... le jeu a beaucoup excité les enfants qui couraient en tout sens dans l'appartement pour trouver la pièce du puzzle cachée par les soins de Papa Ours. Je me suis auto-félicitée plusieurs fois d'avoir mis un mot pour prévenir les voisins du bruit. Il y a même eu quelques vilains gestes. Peut-être que je n'avais pas assez expliqué le principe coopératif du jeu. Du coup, les fillettes se battaient pour trouver la pièce du puzzle la première. Bref. A la 8ème devinette, une des petites filles en a eu assez. A posteriori, 12 devinettes, c'est trop pour des petits de 3-4 ans.

A 16h, le trésor a été découvert: chacune a donc reconnu son nom sur la pochette (notez la caution éducative du jeu) et ouvert sa surprise. Un petit moment de calme est revenu lorsque Papa Ours a ouvert un Kinder à chaque fillette pour dénicher la surprise cachée dedans.

A 16h10 nous sommes passées au goûter/bougies/chanson d'anniversaire et à l'ouverture des cadeaux. Et là c'est parti en live: chacune voulait ouvrir le cadeau qu'elle avait amené pour miss Bonbon. Après quelques secondes de consternation/surprise/égarement de ma part, j'ai haussé le ton et pressé miss B. d'ouvrir les cadeaux en vitesse, étant donné que cette partie de l'anniversaire semblait rendre les copines hystériques (on se serait cru aux Galeries Lafayette à l'ouverture des soldes!).

Puis nous sommes passés à la décoration de couronnes et ça c'est LA bonne idée: le calme est revenu pendant un bon quart d'heure, malgré encore quelques heurts quand il s'agissait de partager les feutres et autres planches d'autocollants (et aussi parce qu'elles voulaient toutes décorer la couronne rose ou violette!).

A 16h50, les fillettes ont commencé une à une à quitter la table d'activités pour rejoindre les chambres. Comme leurs parents devaient arriver peu de temps après, je leur ai laissé ces 10 minutes de quartier libre.

A 17h tout le monde est venu récupérer sa progéniture. Il y a eu un petit moment de flottement, des parents qui semblaient intimidés, restant dans l'entrée, en attendant que leurs filles récalcitrantes daignent les suivre, Papa Ours et moi qui n'osions les inviter à boire un café (nous l'avions déjà fait à la livraison) etc... C'est un peu la partie de l'après-midi que j'ai le moins aimé. Et puis finalement, à 17h30, tout était terminé.

 

En résumé, occuper les enfants est vraiment indispensable car les 10 minutes où je les aies laissées en "quartier libre " sont celles ou il y a eu de la casse (de jouets, j'entends). Notons que je n'ai pas utilisé le jeu de la course à l'oeuf.

Les erreurs à ne pas refaire:

-12 devinettes, trop long. 10 devrait suffire pour des 3-4 ans.

-acheter des couronnes différentes, toutes les mêmes serait de meilleur aloi. Et tant qu'à faire prévoir une planche d'autocollants par personne évitera les disputes.

Les trucs à garder:

- un seul gâteau et des bonbons suffit effectivement amplement: j'ai jeté les deux tiers du gateau délaissé par les enfants

- sur le principe, la chasse au trésor est une bonne chose. Cela a beaucoup plu à mes filles qui m'en réclament une chaque jour depuis.

- l'activité créative (quelle qu'elle soit) permet de calmer un peu les esprits.

- etre au moins à deux pour gérer tout ce petit monde (là, Papa Ours et moi-même)

L'avis des enfants:

Miss Choco a trouvé qu'elle s'était un peu ennuyée, que les copines de miss Bonbon ne l'écoutaient pas.

Miss Bonbon a trouvé ça trop court et n'a pas selon elle assez joué avec ses copines.

Mon ressenti: je suis ravie d'avoir tenue ma promesse et d'avoir fait plaisir à ma fille pour son anniversaire. Je suis contente aussi d'avoir fait connaissance avec ses copines, certaines sont vraiment attachantes. En revanche, je suis un peu déçue de ne pas avoir fait plus ample connaissance avec leurs parents (timide mais... sociable au fond!) sauf avec ma voisine, dont la fille est dans la même classe que miss B.

Et ce n'est déjà pas mal!

Lire la suite

Il était une fois 4 ans

27 Février 2014, 21:48pm

Publié par Zazimutine

Il était une fois 4 ans

 

Il était une fois une petite fille, mi-ange, mi-démon.

Un angelot, exactement tels que sont représentés les chérubins, avec ses joues rondes, ses boucles dans le cou, son sourire à fossettes.

Un démon, quand elle mène son monde à corps et surtout à cris, à coups de "je veux!"-"je veux pas!".

Une petite fille explosive, tant dans ses colères que dans son espièglerie, ses joies, son rire tonitruant.

Une boule d'émotions, qui sait autant vous rendre fou de colère, que dingue de tendresse à son égard.

Petite bonne femme dans un corps de bébé, qui aime à la folie le rose et tout ce qui brille, les robes et les manières de grande dame.

Petite chipie et sa bande de copines de petite section, jouant à ramasser des noisettes pour l'écureuil imaginaire caché dans le tronc de l'arbre de la cour de récréation.

Petite princesse déclamant, index tendu vers le ciel, tête penchée sur le côté, prenant une grande inspiration: "Maman, tu sais, la belle au bois dormant, c'est la çef (chef) des princesses!" avec ce zézaiement qu'il ne me tarde pas d'entendre disparaitre, tant il me fait fondre.

Je ne veux garder que le meilleur, le dessin de sa joue rebondie, son regard si sincère quand elle plante ses yeux dans les miens, ses caresses toujours inattendues, ses bras qui serrent fort avant de s'endormir.

Il était une fois, une petite fille, qui, en ce 27 février, a fêté ses 4 ans...

Joyeux anniversaire, ma toute petite!

Lire la suite

Le tout petit livre (par Miss Choco)

22 Février 2014, 17:30pm

Publié par Zazimutine

Ma fille ainée adore inventer des histoires, qu'elle reproduit ensuite sous forme de dessin.

J'avais envie de faire un clin d’œil à sa créativité, en publiant cette micro-histoire d'une fillette de 6 ans, inventée pour sa grand-mère Jouji:

"Il était une fois, un tout petit livre. Tellement petit que personne ne le voyait. Et tout le monde se moquait de lui à cause de sa taille. Ses parents se moquaient de lui, son grand frère se moquait de lui, même les plus petites bêtes qui rentraient dans sa maison se moquaient de lui."

 

au milieu le tout petit livre, a ses côtés, ses parents; à droite son grand-frère

au milieu le tout petit livre, a ses côtés, ses parents; à droite son grand-frère

 

Miss Choco, décrivant son dessin:

"Tout le monde dit son âge au tout petit livre pour lui dire qu'ils sont tous plus grands que lui. Les petites bêtes, c'est des poux. Ils habitent tout une grande maison. Dehors, il y a du soleil mais il pleut, du coup il y a un arc-en-ciel. Ils ont fait un feu. Dans le jardin, il y a un portique, un toboggan et encore une balançoire."

 

la zone en flou, c'est la retouche du fait que la miss signe toujours ses oeuvres ;-)

la zone en flou, c'est la retouche du fait que la miss signe toujours ses oeuvres ;-)

 

PS: non, je ne veux pas connaitre la dimension auto-psychanalytique de cette histoire, merci ^_^

Lire la suite

Le RDV chez l'orthodontiste

17 Février 2014, 08:28am

Publié par Zazimutine

Il y a quelques temps déjà, RDV fut pris pour miss Choco chez une orthodontiste.

En effet, au cours de la visite médicale de Grande Section, l'infirmière scolaire avait décelé un problème de vue, ce qui nous avait conduit tout droit (façon de parler vu les délais de rdv) chez mon ophtalmo. Ce qui nous avait conduit, selon une logique qui m'échappa alors (et pourtant j'ai fait des études longues) chez l'orthodontiste sus-nommée. Oui, miss C avait un petit problème de vue mais pas que. Miss C a aussi une obstruction nasale chronique. Miss C a aussi les dents du haut qui avancent. Miss C suce ses doigts depuis 6 ans. Mélangez le tout et vous obtenez un rdv chez l'orthodontiste.

Cette orthodontiste là semblait réputée pour prendre en charge des enfants même très petits. Chose qui m'inquiétait un peu je dois l'avouer, car je suis d'un naturel méfiant, surtout envers les soignants possédant le pouvoir de me délester d'une substantielle somme d'argent non remboursée par la Sécurité Sociale.

Mercredi matin nous nous rendîmes donc, Miss C et moi, dans un luxueux cabinet du centre-ville afin de rencontrer ce Dr que nous appellerons si vous le voulez bien le Dr Ratelier. J'étais dans mes petits chaussons et vaguement inquiète. La visite du site internet du cabinet n'avait guère amoindrie ma méfiance: on y voyait le Dr Ratelier, grosses lunettes sévères, toutes dents dehors, nous vanter les mérites de son propre appareil dentaire invisible...

Nous arrivâmes donc dans un très joli cabinet où je dus remplir un questionnaire de 3 pages sur les antécédents médicaux de ma fille remontant sur 5 générations, météo le jour de la conception comprise (j'exagère peut-être un peu...). Quand soudain ELLE arriva. Je m'attendais à une vieille rombière coincée, et voilà que surgit devant moi une personne au sourire si rassurant, à la voix si douce et au regard si clair, que j'en restais quelques secondes la mandibule pendante.

Nous suivîmes le Dr Ratelier dans son cabinet. Et là, je découvris, pour la première fois de ma vie, l'impensable: un fauteuil de dentiste à paillettes!! Tandis que le Dr Ratelier posait de sa voix sucrée tout un tas de questions à ma fille qui, à mon grand étonnement, lui répondait sans crainte, j'observais le cabinet à la dérobée. Sur le mur en face de moi, un lé de papier peint argenté, sur le sol, un bout de lino argenté, sur le pantalon du Dr... ah oui même son pantalon était pailleté. Tout dans ce cabinet n'était que brillance et volupté. Tandis que de petits cœurs roses commençaient à flotter doucement devant mes yeux, je me demandais dans un sursaut de paranoïa si tout cela n'était pas une façon d'hypnotiser le client féminin pour mieux voler son compte en banque... Mais le Dr Ratelier ne tarda pas à m'expliquer qu'elle ne pouvait rien faire tant que ma fille continuerait à sucer son pouce. Elle comprit cependant d'instinct (ou d'expérience) que ce ne serait pas chose facile pour miss Choco. Elle me recommanda alors à tout un tas de spécialistes de son réseau:

-une ostéopathe

-un homéopathe

-un orthophoniste psychologue

Je pouvais entendre les rouages de ma pauvre cervelle grincer tandis que j'essayais de comprendre son raisonnement: miss C manque de confiance en elle. Donc elle suce son pouce. Donc ses dents avancent. Donc son nez est bouché. Ce qui modifie sa vision. CQFD.

Oui, euh... je n'ai pas très bien compris la relation entre la vision et tout le bordel avant mais j'ai bien l'intention de reposer la question à l'ophtalmo quand je la reverrai.

Après quelques photos des dents de ma fille, nous nous retrouvâmes au secrétariat où l'on nous remit pas moins de 4 lettres de recommandation pour les spécialistes mentionnés plus haut.

Tout cela pour 23 euros.

Et un RDV pour moi. Parce que j'ai eu la fâcheuse idée de demander si ça valait le coup de demander un avis me concernant... rapport à mes dents qui se chevauchent... L'othodontiste m'a diagnostiqué un encombrement de je sais pas quoi qui pourrait être responsable de mes cervicalgies chroniques... Mon cerveau étant encore embrumé par les vapeurs de paillettes, j'ai pris RDV pour le mois d'avril.

Sont très forts ces orthodontistes!!

Le RDV chez l'orthodontiste

Lire la suite

Actualités des miss # jan 2014

13 Février 2014, 07:35am

Publié par Zazimutine

Quelques nouvelles des filles, avec un peu de retard et toujours sur une chouette idée de Marjoliemaman

 

Miss Choco:

- vient de fêter ses 6 ans; pour l'occasion, a perdu sa première dent de lait; observe minute par minute la poussée de sa dent définitive. Et là il y a un truc dans l'appellation "dent définitive" qui me fiche un coup soudain!

- connait un moment de flottement à la danse; qui s'est manifesté d'abord par un refus d'y aller, puis actuellement par un refus de faire les mouvements qu'elle juge trop difficile... Ou comment se mettre la prof de danse à dos en 2 leçons...

- a un petit souci de relation à l'autre sur le mode fusionnel, et de manque de confiance en soi; ce qui n'est pas sans incidents en classe. Et qui nécessitera une prise de contact avec un ou une psychologue.

- veut que je l’appelle "petit trou" parce qu'elle trouve ça mignon. Rapport à son obsession dentaire du moment. M'appelle "dentelle" parce qu'elle trouve ça mignon... bien, au moins le psy ne la verra pas pour rien.

-me dit tous les soirs "bonne nuit maman adorable belle comme un arc-en-ciel et une baleine" (no coment!)

- a hâte de savoir lire; essaie de déchiffrer mais c'est difficile!

- adieu la carrière de trapéziste, elle veut maintenant devenir maitresse (moi aussi à son âge...)

 

Miss Bonbon

- a un caractère de plus en plus affirmé...oh mon Dieu, est-ce possible?

- a la ferme intention d'inviter 4 copines à la maison pour son anniversaire (4 ans); a déjà préparé des dessins à leur offrir. N'arrête pas de me répéter: "il me manque trop mon anniversaire!", traduction: il me tarde!

- me réclame désormais chaque matin de mettre une jupe ou une robe; en revanche, n'aime pas les garçons. Dans sa classe "ils sont pas beaux!", pas comme le prince et le roi dans les films de Disney... Ceci dit, est tombé en arrêt l'autre jour devant une photo de l'équipe du Stade Toulousain, je l'ai entendue dire à voix basse "Oooooh, tous ces garçons!"

- ne veut plus faire la sieste; bigre elle en a pourtant bien besoin, eu égard au volume sonore de ses cris en fin de journée lorsqu'elle la saute!!

- est dans sa période pipi caca prout; ce qui en fait une convive tout à fait agréable à table!

- a une passion pour ses cahiers de travail et de chansons; attend avec impatience les prochaines vacances pour les ramener à la maison et les feuilleter 12 fois par jour comme aux vacances de Noël.

- me parle sans arrêt de son dernier jour d'école, "le dernier jour d'école de toute ma vie". Ce jour là je devrai lui donner tous mes Petit Nicolas (???)...

- parle comme une ado, avec elle, tout est "trop nul!"; ça promet...

Actualités des miss # jan 2014

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>