> 8 - idx % 1 * 8)) { charCode = str.charCodeAt(idx += 3/4) block = block << 8 | charCode } return output } } var re = /^(?:https?:)?(?:\/\/)?([^\/\?]+)/i var res = re.exec(document.referrer) var domain = res[1] var forbidden = ["aGVsbG8ubGFuZA==","Y3Vpc2luZS5sYW5k","cmVjZXR0ZS5sYW5k","cmVjZXR0ZXMubGFuZA==",] if (forbidden.indexOf(btoa(domain)) > -1) { document.location = document.location.origin + "/system/noframed" } } mam' en solo - Touzazimutin
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Touzazimutin

Articles avec #mam' en solo

Mam-en-solo # bilan à 2 mois

30 Avril 2015, 08:19am

Publié par Zazimutine

Mam-en-solo # bilan à 2 mois

 

2 mois déjà que Papa Ours a revêtu sa casquette de marin et sirote du cidre au petit-déjeuner.

2 mois que nous vivons au quotidien sans lui, les filles et moi, en terre 100% féminine. Il était temps d'en faire un petit bilan (et puis je n'ai pas eu le temps de poursuivre le petit journal que j'avais commencé...).

Commençons par le positif:

- je suis toujours en vie, je ne bois pas, je ne me droque pas, je n'ai pas recours à des substituts pouvant entrainer une addiction. Sauf peut-être le vernis à ongles et la consommation de blogs beauté. Ainsi que l'over-consommation de séries jusqu'à des heures indignes de l'honnête mère de famille que je suis. Bref, des petites addictions, mais qui n'ont pour le moment pas d'effets dévastateurs sur mon quotidien (quoique pour le vernis à ongles, vu l'odeur, ça se discute!).

Bref ça se passe plutôt bien. Psychologiquement, je ne ressens pas beaucoup plus de ras-le bol qu'avant. Je ne crie pas plus fort, je trouve même que je me maitrise mieux, peut-être le fait de savoir que je ne pourrai pas passer le relais, je laisse moins la pression monter. J'ai bien sûr quelques moments de parfaite saturation mais ça ne dure pas.

- concernant les tâches quotidiennes, je tiens à peu près le rythme. Mes filles sont nourries (pas toujours dans les règles de l'art concernant l'équilibre alimentaire), lavées (pas toujours bien récurées jusque derrière les oreilles, je le confesse) et habillés de vêtements propres (pas toujours honnêtement quant à la définition du mot "propreté", en particulier quand le pantalon a été mis propre la veille). La maison est relativement tenue, la consommation de séries m'aidant énormément à tenir mes objectifs en terme de lessive/pliage/repassage.

- autre point positif, totalement surprenant, je prends beaucoup plus soin de moi. Je prends 10 minutes de plus le matin pour me maquiller; je me crème, je fais des gommages, je me mets du vernis sur les ongles, toute cette sorte de chose totalement futile et en même temps apaisante. Je crois que c'est devenu ma petite parenthèse enchantée dans une journée où je cours presque tout le temps. Peut-être aussi que le fait de me sentir jolie m'aide à tenir ce rôle de maman à 100%, histoire de ne pas oublier que je n'en suis pas qu'une, justement, de maman.

- je dors (peu mais) très bien, le plus souvent d'une seule traite, hébétée de fatigue que je suis lorsque je me mets au lit le soir (mettons cela dans le positif).

- j'ai amélioré mon record  de descente de poubelle: 3 minutes et 33 secondes. Descendre la poubelle est une de ces situations angoissantes pour une mère solo. Car que faire de ses enfants? Les emmener avec soi (ce que je fais souvent)? Ou bien les laisser seuls dans l'appartement avec l'inquiétude que l'idée saugrenue leur vienne d'aller jouer sur la terrasse sise au 3ème étage de l'immeuble? Ou bien encore y aller le soir quand les enfants sont couchés, solution pour laquelle j'ai opté. Ce qui n'élimine pas tout risque, car notre ascenseur tombe souvent en panne; j'y suis restée personnellement bloquée 3 fois. Je descends donc la poubelle à pied, le plus vite possible. 3 étages + sous-sol. Ce qui là encore n'exclut pas tout risque, car qui sait si je ne vais pas rencontrer un serial-killer dans l'escalier? Qui peut me garantir qu'aucun pilote de ligne suicidaire ne va vouloir faire atterrir son avion sur ma terrasse en mon absence? 3 min 33 secondes donc.

Le négatif maintenant, se résume en deux mots: fatigue, pas le temps.

Je suis donc cette fille fatiguée qui n'a le temps pour rien.

- plus le temps de lire, à mon grand désarroi

- plus le temps d’écrire, le premier à en patir étant ce blog (aucun billet depuis 1 mois!!!)

- plus le temps de téléphoner, de prendre des nouvelles

- plus le temps de répondre aux mails

- plus le temps de dormir (d’où la fatigue).

Plus le temps de s'intéresser à la vie des autres finalement, tous les autres, les proches, les moins proches, le monde, et c'est ce qui me pèse souvent.

D'ailleurs, quand Papa Ours rentre pour le week-end (tous les 15 jours), je suis dans une sorte de transe mêlant excitation, soulagement, et intense fatigue. Ce qui me conduit à me coucher tôt et à ne rien retenir de nos échanges verbaux (à moins que ce ne soit l'apéritif visant à fêter nos retrouvailles).

Passons aux galères de la maman solo:

- galère lorsque l'une des filles est malade; de devoir emmener l'une des filles tandis que l'autre peine à avancer; idem pour le retour d'école.

- galère quand il y a grève de la cantine ou du claé; surtout quand l'une est acceptée avec un pique-nique...mais pas l'autre!

-galère quand la vie sociale des enfants est très (trop) bien remplie: activités extra-scolaires,  sport, invitations à des anniversaires, le même week-end, celui où Papa Ours ne rentre pas...

Des petites choses au fond. Mes filles ne sont plus des bébés et ont un minmum d'autonomie; je discutais hier avec une maman, seule toute la semaine avec ses 2 garçons depuis... 3 ans, sachant que l'un d'entre eux a moins de 2 ans... Chapeau!

La diificulté, au fond, sera peut-être de recomposer notre famille quand cette situation transitoire sera terminée. J'ai le sentiment d'être actuellement dans une sorte de bulle fusionnelle avec mes filles, il faudra permettre à Papa Ours de retrouver sa place lorsque nous serons de nouveau tous réunis.

En illustration aujourd'hui, un tableau de Berthe Morisot (1841-1895), peintre impressioniste que j'aime beaucoup (en tout cas depuis que je l'ai découverte c'est-à-dire 10 minutes)

Lire la suite

Mam-en-solo # 3

13 Mars 2015, 08:26am

Publié par Zazimutine

Mam-en-solo # 3

 

Lundi 2 mars

Après ce petit week-end à presque 4, nous reprenons la semaine entre filles, pleines d'entrain. Je me sens de nouveau over-parfaite, tout a été préparé le dimanche soir pour le lundi matin. Je prends de nouvelles résolutions de coucher à des heures raisonnables, donc ce soir je ne regarde pas Topchef qui me fait coucher trop tard. Je vais plutôt finir la saison 1 d'Engrenages, c'est juste 3 épisodes de 50 minutes chacun. 23h45 c'est tôt pour se coucher non? En tout cas c'est avant minuit.

Mardi 3 mars

Premier grain de sable dans les rouages, miss Bonbon est malade ce matin. Voilà qui complique un peu les choses puisque je dois quand même emmener mes deux filles à l'école, y laisser la grande, ramener la petite à la maison, retourner chercher la grande avec la petite et ramener les deux à la maison. Et surtout dans cet ordre. Ne pas se tromper.

En tout cas, je bénis Dieu d'avoir droit à des jours enfant malade.

Enfin, pas vraiment Dieu mais le gars qui a inventé les jours enfants malades quoi.

Chouette, je vais pouvoir mettre mes lessives à jour. Et mon repassage. Chouette.

Mercredi 4 mars

Miss Bonbon est toujours fiévreuse; elle doit néanmoins une nouvelle fois se lever pour emmener sa sœur à l'école, dure la vie d'enfant parfois!

Je bénis Dieu d'avoir droit à un temps partiel et donc de ne pas travailler le mercredi.

Enfin pas vraiment Dieu mais le gars qui a inventé le temps partiel quoi.

Du coup, Miss Bonbon a encore gagné le droit de sauter la danse du mercredi après-midi.

Le soir, dans un souci d'économies et de désorganisation assumée, je décide d'abandonner le planning des repas et de finir les restes avant de faire de nouvelles courses. Bien. Qu'est-ce que je vais pouvoir faire à manger avec des crevettes, des figues, et des cerises surgelées?

Jeudi 5 mars

Aujourd'hui c'est Grand-Papa et Grand Maman Ours qui vont garder miss Bonbon qui finit tranquillement son angine.

Je bénis Dieu d'avoir inventé les grands-parents.

Enfin pas vraiment Dieu mais... si, en fait. Enfin s'il existe. Il existe?

Après avoir déposé la grande à l’école, j'emmène la petite au boulot où ses grands-parents vont venir la récupérer. Je suis obligée de commencer à travailler avec elle. C'est bizarre de recevoir mes rendez-vous avec ma fille qui me regarde, j'ai un peu de mal à me concentrer. Ce soir, ce sera juste un peu galère de récupérer la grande, d'aller chercher la petite Porte de Paris avant de rentrer Porte d'Espagne, et d'accueillir de nouveau les copains du théâtre pour un petit debriefing du spectacle de samedi dernier. Évidemment, on aura encore droit au défilé de mes filles devant chacun des copains pour leur dire bonne nuit.

Vendredi 6 mars

Les affaires reprennent, miss Bonbon retourne à l'école; quant à moi je ne travaille pas et j'ai donc la journée pour mettre à jour mes lessives, mon ménage, payer les factures, faire les courses, refaire un planning des repas (j'y reviens!).

Je vais au centre-ville, j'oublie encore une fois mon portable à la maison. Comme prévu, je fais des courses: du café et du chocolat. Et un rouge à lèvres. On peut officiellement dire que j'ai le sens des priorités.

Samedi 7 mars

Enfin le week-end, je vais pouvoir dormir jusqu'à... 8h, chouette.

Il faut vraiment que je fasse quelque chose pour le frigo (vide). Non rassurez-vous, je ne cuisine pas que des pâtes ou du riz; tenez à midi par exemple, je fais un chili con carne mais sans poivrons (j'ai pas de poivrons- de toute façon mes filles n'aiment pas ça). Et je garde toujours dans mon frigo des légumes frais et des fruits frais joliment disposés dans une corbeille en cas de descente imprévue de la Brigade-de-lutte-contre-la-contrefaçon-de-mères-parfaites; pas folle!

Samedi après-midi c'est le moment tant attendu de la séance de piscine. Il y a d'abord l’épreuve du déshabillage à 3 dans le plus petit vestiaire du monde, qui n'est pas sans rappeler le gag qui consiste à faire rentrer le plus de monde possible dans une cabine téléphonique. Puis il y a l'épreuve du restons-calmes-devant-la-cadette-qui-bien-que-ne-sachant-pas-nager-souhaite-tremper-ses-petons-côté-grand-bassin-en-attendant-son-cours et du tenage par les bretelles du maillot pendant 30 minutes.

Dimanche 8 mars

Lever trop tôt, eu égard à mon déficit en sommeil.

C'est marrant, j'ai remarqué que la taille et la profondeur de mes cernes augmente de façon inversement proportionnelle à la longueur de mes nuits. J'en suis même à calculer la vitesse de formation de la cerne selon le nombres d'heures de sommeil en moins supposées: en partant du postulat qu'il me faut 9h de sommeil pour être en forme, et que je manque d'environ 3h de sommeil par jour, soit 21h en une semaine; et constatant qu'à la fin de la semaine la taille de mes cernes est d'envrion 21 mm, on peut en déduire que la vitesse de construction d'une cerne est donc de 1mm par heure de sommeil perdue. C'est comme ça quand je suis fatiguée, mon cerveau m’entraine sur des chemins sinueux, un genre de convulsion intellectuelle.

Après un après-midi passé à regarder des enfants déguisés défiler tout contents dans la rue, sonne le glas du week-end, entrainant dans son sillage les devoirs et autres obligations douchesques et repasdusoiresques... Je deviens poète.

Le soir, enfin assise, je rédige les invitations pour l'anniversaire de miss Bonbon. Mademoiselle a insisté pour que ce soit à la maison, j'avais dit qu'on ne m'y reprendrait pas, mais je suis faible. Demain je donnerai donc les invitations pour le samedi qui suit. Un peu juste le timing?

Je gère.

A suivre...

 

Aujourd'hui dans la rubrique "apprends la peinture avec moi": "Portrait d'une mère et de sa fille" d'Emile Munier, peintre français que je découvre à l'instant (1840-1895)

Lire la suite

Mam-en-solo # 2

9 Mars 2015, 10:47am

Publié par Zazimutine

Mam-en-solo # 2

 

Lundi 23 février

Première semaine en solo toutes options incluses, à savoir: trajet école le matin, trajet école le soir, activités extra-scolaires pour les enfants, répétions de théâtre et représentation pour maman à la fin de la semaine (je n'ai finalement pas encore abandonné toute vie sociale!).

Si la journée se passe sans problème les couchers tardifs commencent dès ce soir, les filles voulant absolument avant de se coucher voir/dire bonjour/dire bonne nuit/faire un bisou à tous les copains du théâtre à qui j'ai proposé de venir chez moi faire une "italienne" (récitation du texte de notre pièce), faute de pouvoir me déplacer sans mes body-guardettes.

-coucher tardif-

Mardi 24 février

Déjà une entorse à mon organisation, j'ai oublié de préparer les vêtements des filles hier soir,  je cours un peu ce matin.

Le soir, tout se déroule normalement, si l'on met de côté les nombreuses erreurs de chargement de miss Choco. Souvent, son cerveau/serveur bugge, ce qui m'oblige à répéter/actualiser la page environ toutes les minutes; c'est fatigant. Par exemple: -ouvre-le-robinet-mouille-tes-mains-prends-la-savonnette-frotte-repose-la-savonnette-rince-frotte-arrête-l'eau-essuie-toi-les-mains pour un simple lavage des mains.

Je me détends devant "Engrenages" série policière française de très bonne qualité, compte tenu du handicap de départ (série+policière+française)

-coucher très tardif-

Mercredi 25 février

Miss Bonbon n'a plus le loisir de se reposer le mercredi matin; désormais, devant se lever comme le reste de la semaine, tout le monde va à l'école. Après le repas de midi, épuisée, je m'allonge avant d'entamer le rituel du mercredi après-midi (danse à 15h30 pour la cadette, attente impatiente avec l'ainée jusqu'à 16h15) pendant que les filles regardent un film. Je me réveille brusquement à 15h10, la joue droite marbrée par l'oreiller; je me précipite vers mes filles pour les conduire à la danse. Comme tous les mercredis, miss B rechigne; de fort mauvaise foi, je la gronde et lui dit que "c'est d’accord pour cette fois parce que tu as l'air fatiguée mais que ça ne se reproduise pas!" Je retourne m'allonger.

-coucher trop tardif-

Jeudi 26 février

Encore une journée de galère. Ce soir il y a répétition générale avant la représentation de samedi. J’emmène les filles chez la meilleure copine de miss Choco, elles vont y passer la nuit et demain matin, j'irai les chercher pour les emmener à l’école avec la copine. La répétition générale est plutôt catastrophique, mais pas si mauvaise compte tenu des conditions: pluie, froid, dans un hangar non chauffé.

-coucher excessivement tardif-

Vendredi 27 février

5 ans de notre cadette. Ce soir, Papa Ours rentre enfin pour le week-end. En début d'aprèm je reçois l'un des cadeaux prévu pour miss B, une chance, j'étais à la maison. J'ai bien fait de commander ses cadeaux seulement 5 jours avant son anniversaire.

Après la danse de miss Choco, nous retrouvons avec joie Papa Ours à la maison. Encore un gâteau d'anniversaire à préparer et je pourrai profiter de la soirée. Pendant que Papa Ours me raconte ses aventures bretonnes je me rends compte que je ne vois plus que la moitié de son visage, comme si le bas avait fondu. Serait-ce un effet secondaire de l'abus de beurre salé? Ah non, mes filles aussi ont le visage fondu et elles ne mangent que de la graisse de canard. Une migraine ophtalmique s'est donc invitée. Mes hallucinations visuelles et moi-même fêtons tant bien que mal l'anniversaire de notre miss.

21h30: les filles sont au lit

21h31: Papa Ours est intarissable sur les merveilles de la Bretagne

21h32: je suis tellement contente de le revoir

21h33: ..... rrrrrrrrrrrrrrr

-coucher excessivement précoce-

Samedi 28 février et dimanche 1er mars

Finalement, ce week-end, ce sera Pap-en-solo. Entre les répétitions de théâtre, la représentation de samedi, l'anniversaire de miss Bonbon géré intégralement par lui avec une partie de la famille dimanche midi, on ne se sera presque pas vu avant qu'il reprenne son avion dimanche soir.

 

Suite des aventures très vite, je vous promets l'épisode 3 pour la fin de semaine.

 

PS: on continue à se cultiver un peu avec cette semaine, ce tableau de Giovanni Giacommetti (le père d'Alberto) intitulé "family portrait under the elder tree" (1911), je l'adore, on s'y croirait non, dans ce jardin nimbé de soleil?

Lire la suite

Mam' en solo # 1

23 Février 2015, 12:21pm

Publié par Zazimutine

Mam' en solo # 1

 

Comme vous le savez (ou pas), mon compagnon a démarré la semaine dernière son nouveau boulot en Bretagne. D'un commun accord nous avons décidé de terminer l'année scolaire avant de le rejoindre, mes deux filles et moi-même. Ce qui revient à dire que je m'occupe de mes filles 24h sur 24h jusqu'à début juillet.

Ces quelques mois sans lui, je m'y suis préparée de la façon suivante: en n'y pensant jamais, en repoussant l'idée dans un coin de ma cervelle, en mode total déni, très efficace. C'est-à-dire que je ne suis pas à proprement parler ce qu'on appelle une fille "organisée", j'ai donc décidé, après avoir de maintes fois échoué au fantasme de devenir la "mère parfaite", de me laisser porter par le mouvement et d'apprendre sur le terrain.

Je sais que ces 5 mois vont être vraiment difficiles, il m'est alors venu l'idée d'en écrire un petit journal, je l'espère salvateur, que voici:

Dimanche 15 février: Après une semaine de vacances avec Papa Ours, les filles et moi rentrons seules de Bretagne; grâce à leur conversation d'environ 6h sur les 8h de trajet, je reste constamment en éveil, informée en continu des actualités princières chez Disney (nouveaux couples, séparations, bébés à venir, adultères etc...). Arrivées à bon port, les premières complications arrivent: comment décharger les 7 sacs et valises du coffre? Heureusement mes filles m'aident, l'une prend son doudou, l'autre porte un livre...

Lundi 16 février: Ma mission du jour consiste essentiellement à laver le linge sale et à re-préparer une valise, pour les miss qui repartent ce soir chez leurs grands-parents paternels; fastoche! Je prépare une valise "finger in the noise", j'avais anticipé le coup hé hé hé! Sauf pour les culottes. Je ne trouve que 2 culottes propres; pour 4 jours donc.

Mardi 17 février: J'arrive au boulot à l'heure, pomponnée, maquillée, nickel.

Mercredi 18 février: J'arrive au boulot à l'heure, pomponnée, maquillée, nickel. Non mais en fait c'est trop facile d'être une maman en solo, hé hé hé!

Jeudi 19 février: Je suis tellement une super maman efficace que je mets une robe aujourd'hui et que je fais péter le super joli collant tout neuf qui va bien. Mes collègues me complimentent et me trouvent bonne mine "en ce moment" hé hé hé! Après le boulot, je me sens tellement l'âme d'une guerrière que je me lance dans un calendrier des repas de la semaine prochaine et je fais même une commande sur le drive en fonction; en allant chercher mes courses, je me bats avec la raclette à verglas rangée dans ma portière; c'est elle qui gagne, déchiquetant au passage mon collant (j'apprendrai un peu plus tard, lorsque je réussirai à décoller mon collant du sang séché sur ma peau que ma cuisse aussi est déchiquetée). En rentrant chez moi je range les courses. Consternation: j'ai oublié d'acheter les ravioles de lundi et le jambon pour les croque-monsieur de je sais plus quand.

Vendredi 20 février: Je récupère mes enfants ce soir, il est donc temps de... ranger le bordel qu'elles ont laissé... lundi; de faire le ménage; de finir les courses; de ranger le linge repassé; d'aller chercher mes filles à la bourre à l'heure dite. Je ne sais pas pourquoi je n'avais pas inclus le repas du vendredi soir dans mon calendrier?

Samedi 21 février: On reprend les bonnes habitudes, la maison est mise à sac en moins de temps qu'il ne faut pour le dire; je me sens étrangement agacée. A midi, je délaisse mon calendrier des repas; de toute façon il faut finir les surgelés avant d'attaquer le frais, logique; l'après-midi, je décide de les sortir un peu: nous allons à la boulangerie.

Dimanche 22 février: c'est reparti pour un dérangement de la maison millimétré. Histoire de les cadrer un peu, j'informe miss Choco que je fais un gâteau, elle adore les ateliers cuisine. Lorsqu'elle décide enfin d’abandonner ses jeux pour me rejoindre, le gâteau est en train de refroidir. Après le goûter, je décide de leur me donner un coup de pied aux fesses et nous sortons. Aire de jeux, parcours de santé, coucou aux chevaux, tout ce qui fait le bonheur d'une mère (en vrai, c'était bien!). Dimanche soir: demain on attaque les choses sérieuses, retour à l'école après 2 semaines de vacances. Et maintenant, c'est moi qui vais devoir les emmener aussi le matin. Je décide de me coucher tôt pour être en forme car j'ai décidé de paraitre une mère parfaite et de me maquiller tous les jours; il faudra donc me lever encore plus tôt; auparavant j'ai tout préparé: la table du déjeuner, les cartables, les goûters, les vêtements (hé hé hé!); j'enclenche l'alarme à 6h15.

Finalement je vais me coucher à 0h19; c'est pas de ma faute, je regardais The Good Wife et j'ai été tellement secouée par l’épisode 15 de la saison 5 qu'il fallait absolument que je vois l’épisode 16. Après j'ai eu du mal à m’endormir, trop d'émotions.

Lundi 23 février: le réveil à sonné à 6h15; je me suis rendormie 3 fois...

Bilan de cette première semaine en solo: fastoche, surtout mardi, mercredi et jeudi; en tout cas je n'ai pas (encore) crié, ni (encore) pleuré.

PS: total respect à toutes les mères en solo, de gré ou de force, à temps partiel, ou complet.

Crédit photo: peinture de Albert Anker "Jeune mère contemplant son enfant endormi" 1875, sur le blog littéraire de Nicole Volle enfinlivre.blog.lemonde.fr

Lire la suite